Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Homéoplasmine, attention danger !

Il convient d'être particulièrement prudent quant à ce médicament, qui nous est présenté par l'industrie cosmétique comme un "produit de beauté miracle".

La prudence est de mise

Publié le

Tout cela est bien joli. Une analyse de la composition de ce médicament (car il est bon de rappeler au passage que cette pommade est un médicament et non un cosmétique) s’impose. La pommade Homéoplasmine contient les ingrédients suivants : des substances actives (teinture de souci des jardins 0,1 %, teinture de phytolaque 0,3 %, teinture de bryone 0,1 %, teinture de benjoin du Laos 0,1 %, acide borique 4,0 %), toutes incorporées dans de la vaseline.

Acide borique

« Ceux qui ont peur de tout » n’ont, en fait, pas lu la composition.

De la vaseline (dérivé pétrochimique) tant décriée (à tort) est présente ! La teinture de benjoin, allergisante l’est aussi ! « Ceux qui n’ont peur de rien » n’ont, bien évidemment, pas lu non plus l’étiquette. Ils auraient dû. L’acide borique est un antiseptique dont le profil toxicologique n’est pas si sympathique que cela. Pour s’en persuader, il suffit de consulter la mise en garde de l’Ansm mise en ligne en juillet 2013.

Représentation de la molécule d’acide borique. Clovis Darrigan/Wilimedia

L’industrie cosmétique est parfaitement au fait de cet avertissement, c’est pourquoi elle a exclu progressivement l’acide borique et le borate de sodium ou borax de ses préparations. Placé en tête de l’Annexe III (Liste des substances que les produits cosmétiques ne peuvent contenir en dehors des restrictions prévues) du Règlement (CE) N°1223/2009, le formulateur aura du mal à ignorer cet ingrédient.

Les cosmétiques en contenant doivent signaler qu’ils ne peuvent pas être utilisés chez l’enfant de moins de 3 ans et sur des peaux irritées ou excoriées. Selon que l’on a affaire à un talc, à un produit d’hygiène bucco-dentaire, à un produit pour le bain, à un produit pour les cheveux ou à tout autre produit destiné à une zone d’application non citée, la concentration maximale en acide borique varie. Dans le cas où le produit risque d’être avalé (produits d’hygiène bucco-dentaire) la concentration maximale en acide borique est fixée à 0,1 %. On est bien loin des 4 % badigeonnés consciencieusement, le soir, en couche épaisse, avant d’aller se coucher !

Les laboratoires Boiron désignent ce médicament comme un protecteur cutané (utilisé en dermatologie) pour le traitement d’appoint des irritations de la peau. Les études réalisées ne prennent, bien évidemment, pas en compte la notion d’absorption par voie orale. Il est assez peu courant d’utiliser les pommades médicamenteuses comme baumes à lèvres…

The ConversationUne application sur une peau lésée (contre-indiquée dans le domaine cosmétique), une application sur les lèvres (à une dose beaucoup plus importante que ce qui est envisageable dans ce domaine), le détournement d’un médicament (destiné à traiter une pathologie) à des fins esthétiques… Cela fait beaucoup de points à mentionner dans le procès-verbal concernant l’emploi à tort et à travers de ce qui nous est présenté comme un « produit de beauté miracle ». Convainquons « ceux qui ont peur de tout » et « ceux qui n’ont peur de rien » d’abandonner un produit qui pourrait s’avérer nocif pour eux !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 17/07/2017 - 15:48 - Signaler un abus Encore deux pétroleuses qui parlent de ce qu'elles ne

    connaissent pas...L'industrie pharmaceutique n'a jamais présenté l'homéoplasmine comme un produit-miracle c'est faux! Et l'analyse toxicologique ci-dessus présente de très très grosses approximations. Quels sont leurs niveaux/ diplômes scientifiques? ne seraient-ce pas deux thésardes qui cherchent à se faire de la pub?...

  • Par Wortstein - 17/07/2017 - 23:34 - Signaler un abus le problème de l'Homéoplasmine

    c'est que c'est très efficace.....

  • Par jp2014 - 18/07/2017 - 17:16 - Signaler un abus Présentation biaisée

    La firme Boiron n'est pas responsable de ces dérives !!!! J'emploie l'Homéoplasmine depuis plus de 30 ans pour des petits bobos .Si la plaie est vraiment infectée, c'est insuffisant, quant à l'utiliser comme "produit de beauté", je n'y aurais jamais pensé ! Si les gens sont prêts à croire n'importe quoi et détourner les utilisations d'un produit, à cause de tout ce qu'on trouve notamment sur internet, ce n'est pas une raison pour discréditer un produit de pharmacie familiale qui a fait ses preuves. Quelqu'un qui ne connaît pas l'Homéoplasmine sort de la lecture de cet article avec des idées fausses, car l'usage premier de ce produit n'est pas correctement expliqué... Je considère que c'est de la désinformation !!!!

  • Par Outre-Vosges - 19/07/2017 - 15:57 - Signaler un abus Des auteurs qualifié(e)s

    @vangog, dont je ne sais absolument rien, demande quels sont les niveaux de qualification de Céline Couteau et de Laurence Coiffard, auteurs de l’article et il hasarde qu’il s’agirait de thésardes cherchant à se faire « de la pub ». Il suffit de cliquer sur leur nom pour savoir que la première est maitre de conférences en pharmacie industrielle et cosmétologie à l’Université de Nantes et le seconde professeur en galénique et cosmétologie à la même université. Il s’agit quand même de personnes qualifiées et il semble qu’elles dirigent des thèses au lieu de chercher à en présenter. Je n’apprécie pas que, quelquefois, Atlantico laisse la parole à d’illustres inconnus mais ici ce n’est pas le cas.

  • Par jerome69 - 19/07/2017 - 16:03 - Signaler un abus Composition

    Je ne connais pas tous les constituants énoncés ici dans le descriptif de la formule mais un si, l'Acide Borique. Je travaille dans la chimie,et je trouve effectivement sa quantité importante dans la formule. actuellement pour nos produits ayant un contact alimentaire on nous demande d'enlever la présence d'acide borique alors que la quantité y est beaucoup moins importante et que d'autre part ce n'est que pour du contact et non pour s'en tartiner le corps. ceci dit tout est une question de quantité, on respire toute la journée un tas de salété du principalment à la pollution automobile mais cela fait beaucoup moins bruits. si on se met une noisette de pommade de temps en temps pour se soigner un bobo, au final cela fait une tres faible quantité. si on regarde ce que l on appelle la SDS ( security data sheet) de l acide borique on constate que sa toxicité est de 2.6g/kg ( de rat) ce qui veur dire en gros quil faudrait se tartiner 4.5kg de pommade sur corps ( de 70kg) pour atteindre ce seuil. plus inquiétant le produit est suspecté d'être mutagene et repro toxique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€