Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hollande-Merkel au Parlement de Strasbourg : deux discours sans souffle sur le fantasme de la sortie de l’Histoire de l’Europe

Mercredi 7 octobre, pour la première fois depuis plus de deux décennies, le président de la République française et la Chancelière Allemande ont donné, devant le Parlement européen, un discours conjoint, dans lequel ils ont exposé leur vision de l'Europe.

Une affaire de boutiquiers

Publié le
Hollande-Merkel au Parlement de Strasbourg : deux discours sans souffle sur le fantasme de la sortie de l’Histoire de l’Europe

François Hollande et Angela Merkel au Parlement de Strasbourg.  Crédit REUTERS/Vincent Kessler

Atlantico : Dans quelle mesure les propos que François Hollande et Angela Merkel ont tenus témoignent de la vision qu'ils ont de l'Europe, en tant que puissance dans l'histoire ? N'acte-t-on pas petit à petit sa sortie ?

Maxime Tandonnet : La vision de l'Europe qui s'exprime dans ces discours est dominée par l'incantation et les proclamations. Les mots de valeurs, responsabilité, solidarité reviennent à plusieurs reprises. La réalité est passée sous silence où à peine effleurée: les déchirements européens dans la crise des migrants, le rétablissement sauvage des contrôles aux frontières par l'Allemagne, en violation du réglement frontière Schengen, l'inquiétude des peuples devant l'afflux des populations, l'avenir des migrants dans une Europe qui compte 20 millions de chômeurs.

La parole est généreuse, ouverte, parfois grandiloquente, mais dans l'ensemble n'apporte pas de réponse aux préoccupations des Européens. Elle exprime la bonne conscience des milieux dirigeants européens mais reflète une image passive de l'Europe comme terre d'accueil et non comme puissance désireuse de maîtriser son destin. Sur la situation au Moyen-Orient, il est question de "résurgence des haines religieuses" et "d'affrontements religieux". Mais l'essentiel semble ignoré: le génocide des minorités chrétiennes et Yézidies, le massacre des femmes et des enfants, le supplice des prisonniers de guerre, les destructions du patrimoine de l'humanité. Ces discours sont à l'image de l'Europe telle que nous la voyons fonctionner: éthérés, aseptisés, comme enfermés dans une bulle de verre à cent lieues du réel.

Alain Wallon : Ces deux discours, conjoints mais bien distincts, ont donné à entendre deux musiciens dans un duo sans accroc, l'un à la trompette et l'autre à la contrebasse. Le Président français se permettant quelques chorus en soliste pour illustrer le rôle de la France comme puissance militaire européenne par défaut, faute d'un réel engagement à ce niveau de ses partenaires, en Afrique notamment, et la Chancelière jouant surtout dans le registre humanitaire, sans référence aucune â la Politique européenne de sécurité commune (PESC) dont Francois Hollande a seul souligné qu'elle devrait se traduire par une politique européenne de défense digne de ce nom. Cette différence de ton reflète certes une répartition des rôles qui n'est pas nouvelle mais elle met aussi à nu l'incapacité  des deux pays moteurs de l'Europe à faire dépasser à celle-ci le stade actuel de la construction européenne et sa fragilité. L'un et l'autre ont évoqué des pistes, plus en mode mineur chez Merkel puisqu'elle affirme s'en tenir au cadre actuel des traités pour, dit-elle, "rectifier les erreurs de l'Union économique et monétaire" (UEM), alors que le musicien français, lui, se risque à plaquer un accord en majeur, évoquant "des choix institutionnels nécessaires", sans préciser, très prudemment lesquels. C'est donc moins une vision de l'Histoire, celle en train de se faire restant de plus difficile à décrire, que les deux partenaires historiques de la construction européenne ont esquissée qu'un état des lieux de leurs limites et une invocation aux autres États membres â les rejoindre pour sauver l'Europe de l'enlisement et les déchirements que la crise humanitaire présente menace d'aggraver jusqu'à la rupture. Hollande, comme il l'a fait lors de la crise grecque cet été, trace sa ligne rouge, qu'il invite ceux qui ont rejoint l'Union après la chute du mur, â ne pas dépasser, faute de voir les autres pays volontaires pour continuer l'Europe unie à les laisser sur le bas côté. L'avertissement vaut aussi pour le Royaume-Uni... L'Allemagne d'Angela Merkel ne dresse d'autre ligne rouge que morale. Seule la gestion de la crise ukrainienne, estimée réussie par le couple franco-allemand qui a obtenu un front uni de l'UE sur les sanctions, lui permet  de se voir en acteur d'une géostratégie. Mais on est loin d'Helmut Kohl et de François Mitterrand pesant les tenants et aboutissants historiques de la réunification allemande et de la fin du rideau de fer. 

 

Aujourd'hui, sous la gestion de François Hollande et d'Angela Merkel, que peut-on dire du rôle civilisationnel de l'Europe ?  De la façon dont elle est projetée comme une puissance (autre qu'économique) ? Finalement, le défaut de cette Europe, n'est-ce pas celui d'être gérée comme on gère une boutique ? Dans quelle mesure cette responsabilité incombe-t-elle à François Hollande et Angela Merkel ?

Maxime Tandonnet : Dans ces discours n'apparaît pas la volonté de créer une Europe puissance, une Europe déterminée à peser de tout son poids dans les affaires du monde à travers la coalition de ses Etats. Les bons sentiments affleurent. Le nationalisme c'est la guerre. Oui, mais est-ce le problème essentiel aujourd'hui? Le pacifisme, la passivité face aux menaces, c'est aussi la guerre. Ils proclament de bons sentiments d'hospitalité et d'accueil. Pourtant, il manque l'essentiel: la volonté d'agir, de décider, d'agir, de gouverner. Ainsi, au printemps dernier, les chefs d'Etat et de gouvernement européens envisageaient une action militaire commune, réunissant les forces européennes volntaires, contre les passeurs esclavagistes qui exposent des milliers de personnes à la mort. Rien n'a été fait depuis six mois et aujourd'hui, plus personne n'en parle. L'Etat islamique Daesh, dans une logique de conquête génocidaire, de destruction de merveilles du patrimoine de l'humanité, de menace contre l'Europe, est mis exactement sur le même plan que le régime d'Assad: le non choix de l'inaction, de l'impuissance. Il n'est question que de recherche de "solution politique" dans une région qui est à feu et à sang, où des massacres atroces sont en cours. L'Europe, au sens de la collectivité de ses Etats, de l'unité politique de ses gouvernements, semble refuser d'exister. Première puissance économique par la somme de ses richesses, elle refuse d'envisager de constituer une force de frappe collective – par l'alliance de ses armées – pour intervenir et tenter de faire cesser le massacre en cours qui la menace dans sa chair. Il faut y voir une véritable démission. 

Alain Wallon : L'Europe reste une référence centrale, aux yeux du monde, d'une forme prestigieuse de civilisation. Pas seulement pour des raisons historiques; également parce que la mondialisation, en multipliant les échanges, dont ceux des images, des contenus en général, mais aussi des dizaines de millions de visiteurs qui arpentent l'espace touristique, entretient cette "icône" de la bonne vieille Europe, riche de sa civilisation. Cela n'en fait pas pour autant un modèle, encore moins une puissance au sens propre du terme. Géant économique mais nain politique, sorte de Gulliver paralysé par de multiples liens  qui sont surtout des manques: qui dirige cette entité à 28 têtes? Où est son armée ? Quel rapport de forces a-t-elle pu démontrer dans les grands conflits et enjeux du monde actuel ? Certes, l'UE agit sur maints dossiers, comme sur celui du climat où elle a réussi, malgré des échecs comme la Conférence de Copenhague, à en imposer un suivi international, mais son incapacité à faire évoluer positivement la situation dans le conflit israélo-palestinien, sa quasi absence, sauf par l'action et l'aide humanitaire, la première au monde, laisse l'Europe sur le banc de touche politique dans tous les grands matchs. Gestion boutiquière ? Oui, si on voit  la taille ridicule de son budget propre, et la lenteur mise à faire avancer les dossiers les plus vitaux de l'Union économique et monétaire. Et surtout la difficulté extrême à anticiper les étapes. France et Allemagne ont ainsi commencé par refuser une répartition organisée des réfugiés ainsi que la préconisait la Commission, avant de s'y rallier et de devoir maintenant batailler comme des chiffonniers pour faire accepter cette mesure... Il est bien temps maintenant de parler de responsabilité après s'être montré égoïste et peu sensible aux cris d'alarme des pays de premier accueil les plus touchés, comme la Grèce, Malte et l'Italie... Le duo d'aujourd'hui, notamment Francois Hollande criant au loup devant le Parlement européen, brandissant le spectre du tout ou rien, ne peut dès lors espérer convaincre. Sinon par d'autres biais, d'autres moyens moins transparents. Il y a du pain sur la planche !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 08/10/2015 - 08:14 - Signaler un abus Droit de réponse

    En quatre minutes, Marine Le Pen a apporté une superbe réponse à ces deux minables guignols !

  • Par de20 - 08/10/2015 - 08:21 - Signaler un abus Pour la énième fois tout est

    Pour la énième fois tout est dit avec clairvoyance néanmoins ils souligne bien le delta entre la logique et les faits. Il serait intéressant qu un article s attèle a décortiquer la vraie raison de l irrationnel des dirigeants qui pourtant a la base sont des personnes brillantes. Hormis un intérêt supérieur il n y a pas de raison a en oublier le sien. Quel est-il ?

  • Par cloette - 08/10/2015 - 08:39 - Signaler un abus les mots justes de l'article

    " boutiquiers " "sans souffle" "syndics" . Tout est dit avec ces trois mots !

  • Par PierreBoury - 08/10/2015 - 10:48 - Signaler un abus Et par rapport à la dernière réunion a propos de crise en Syrie

    et à l'Ukraine... Cette crise en Ukraine reste pour moi pas très claire, même après cette dernière réunion de quatre présidents à Paris. Qu'est -ce que vous pensez du rôle de cette association Hollande - Merkel par rapport à l'Ukraine?

  • Par jurgio - 08/10/2015 - 14:58 - Signaler un abus Hollande rappelle le sketch de Fernand Raynaud

    " Merkel parle et moi j'écoute ! "

  • Par Anouman - 08/10/2015 - 21:17 - Signaler un abus Sortie de l'histoire?

    Mais l'Europe, celle de Maastricht et autres traités du même acabit n'a jamais fait partie de l'histoire. Cette construction irrationnelle basée sur des principes économiques erronés est l'équivalent des mariages forcés de l'ancien temps (ou d'aujourd'hui mais juste pour certains pays). L'Europe est un refuge pour technocrates sans imagination, sans convictions, et véhiculant des idées "mainstream" et bien-pensantes. Elle n'a jamais fait partie de l'histoire et n'en fera jamais partie, ou alors l'histoire d'en rire.

  • Par jc0206 - 08/10/2015 - 21:34 - Signaler un abus J'ai l'impression ......

    Que même Angela Merkel n'y croit plus ! ...... quant à l'autre mal fagoté, il aurait mieux fait de présenter un certificat médical et de ne pas venir. En qualité de fonctionnaire il n' aurait même pas à supporter le jour de carence.

  • Par vangog - 08/10/2015 - 21:51 - Signaler un abus L'UE subit l'histoire, elle ne la fait pas...

    Et à force de subir, elle va se faire sortir...de l'histoire!

  • Par winnie - 09/10/2015 - 07:38 - Signaler un abus voulez vous que cela continu ?

    Voter PS ou Républicains (rien que le mot m' amuse )

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Wallon

Alain Wallon a été chef d'unité à la DG Traduction de la Commission européenne, après avoir créé et dirigé le secteur des drogues synthétiques à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, agence de l'UE sise à Lisbonne. C'est aussi un ancien journaliste, chef dans les années 1980 du desk Etranger du quotidien Libération. Alain Wallon est diplômé en anthropologie sociale de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, VIème section devenue ultérieurement l'Ehess.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€