Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hollande/Mélenchon, Hollande/Sarkozy, FN/PS… L'ère des convergences d'intérêts contre nature

Sarkozy (LR) et Hollande (PS) ensemble pour faire passer la révision constitutionnelle, et notamment la déchéance de nationalité. Après les débats houleux de la dernière présidentielle (2012), la situation peut surprendre. Mais elle se généralise de plus en plus, à la vue de tous.

Les ennemis de mes ennemis sont...

Publié le
Hollande/Mélenchon, Hollande/Sarkozy, FN/PS… L'ère des convergences d'intérêts contre nature

Atlantico :  Hollande-Mélenchon, Hollande-Sarkozy, FN-PS, etc. On observe dans l'actualité politique des alliances de circonstance, si ce n'est contre-nature. Est-ce un phénomène nouveau ? Par quels aspects peut-on parler de nouveauté ?

Jean Petaux : Cette pratique des "alliances inattendues" (pour ne pas employer l’expression "contre-nature" qui n’a pas de sens en science politique) est aussi vieille que la politique elle-même. Une même action sera tantôt nommée "trahison", "renversement d’alliances", "ralliement", "conduite opportuniste", etc. Tout est affaire de subjectivité dans l’appréciation d’un tel phénomène. Une autre notion existe aussi, elle représente un type de convergences particulier : celui des "alliances objectives". Littéralement cette catégorie des acteurs désigne un regroupement circonstanciel pour un objet ou un but précis.

Battre un adversaire commun par exemple. Pendant la Seconde guerre mondiale il est clair que les Alliés occidentaux (Américains et Britanniques et leurs alliés) ne sont pas devenus Soviétiques ou staliniens, mais ils ont accepté entre juin 1941 jusqu’à Yalta et Postdam en 1945 pour faire court) de s’associer avec l’URSS contre l’hitlérisme et le nazisme.

En politique on citera quatre exemples, désormais bien connus. La première date de mai 1968. Le jeune secrétaire d’Etat à l’Emploi, Jacques Chirac rencontre très discrètement le n°2 de la CGT Henri Krasucki pour lancer les négociations qui vont préfigurer les accords de Grenelle et, partiellement, résoudre la crise sociale.  Le deuxième exemple date de janvier 1981 : la rencontre entre François Mitterrand et Jacques Chirac, chez Jean de Lipkowski en compagnie d’Edith Cresson, à la demande de Chirac, pour faire battre Valéry Giscard d’Estaing. Le troisième exemple, dont le souvenir ne pourra que ravir certains lecteurs de cette contribution, favorables au FN : la rencontre désormais elle aussi connue à Montretout, à Saint Cloud, entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie alors qu’officiellement et sur les tréteaux du théâtre politique ces deux-là s’insultaient copieusement… Le quatrième concerne les échanges entre Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur, en 2006 avec Bruno Julliard, président du syndicat étudiants UNEF (actuel premier adjoint au maire de Paris) lors des grandes manifestations étudiantes contre le CPE voulu par Dominique de Villepin alors à Matignon. Nicolas Sarkozy encourageait alors l’UNEF à maintenir la pression sur le premier ministre jusqu’au retrait total du texte de loi (pourtant voté au Parlement). Là encore, cette seule évocation devrait aussi réjouir les partisans de Nicolas Sarkozy qui seront ravis de s’en souvenir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 15/02/2016 - 10:43 - Signaler un abus Les science-pipologues sont paumés dans les carrefours...

    de la globalisation! Ceux qui croyaient être maîtres du jeu politique, avec leur petit double-décimètre gauche-droite usé jusqu'à la moelle, cherchent désespérément un nouvel appareil de mesure politique... Bon on va aider ces aveugles à traverser la route de la globalisation...il faut dorénavant abandonner le vieux système trotskyste binaire, et analyser la politique d'une manière spatio-temporelle...c'est difficile, car on passe de deux à quatre paramètres. mais courage! car les efforts paieront... le science-pipologue parviendra enfin à comprendre pourquoi les dogmes gauchistes sont morts, et pourquoi les programmes s'inter-pénètrent, sans qu'il y ait d'alliance, objective ou pas, naturelle ou contre-nature...

  • Par langue de pivert - 15/02/2016 - 19:02 - Signaler un abus A la fois bique et bouc ! ☺

    §§§ La question principale qui se pose ici est la suivante : assiste-t-on a une première situation qui verrait une tripartition durable de la vie politique française où deux des trois blocs (droite républicaine et gauche de gouvernement) vont s’associer tactiquement et conjoncturellement contre le troisième (le Front national) §§§ En fait le FN est devenu le prototype d'un parti "bipartiste" à lui tout seul ! ☺ "Droite républicaine" et "gauche de gouvernement" : comme c'est poétique la politique ! Bon faut dire que "gauche républicaine" ça sonne faux ! Surtout celle du salopard de l’Élysée et de son larbin Valls-la-menace ! -- "Ouais et alors ? Conclusion ? --- "j'sais pas M'sieu : c'est pour faire avancer le schmilblick" ☺ Bon j'vais boire une petite bière ! Ou deux ! A demain !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, responsable, au sein de cet établissement, du parcours de master « Métiers du politique ». Il a co-publié aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€