Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hollande, "ses gentils parrains" ou lui-même : mais pour qui roule Emmanuel Macron ?

Untel croit savoir qu'il va remplacer Manuel Valls dans les prochaines semaines ; à moins qu'il ne se prépare carrément à la candidature à l'élection présidentielle de 2017. Chacun y va de son commentaire et la rumeur enfle.

Nouveau micro parti

Publié le
Hollande, "ses gentils parrains" ou lui-même : mais pour qui roule Emmanuel Macron ?

Une certitude : Emmanuel Macron  appartient à la catégorie "valeurs montantes" de  la vie politique en France. Et elles ne sont pas  nombreuses. Question rituelle : jusqu'où ira-t-il ? Haut, tout en haut, espèrent les bonnes fées qui s'activent pour l'aider à se hisser au sommet. Tache stimulante pour ces " renifleurs de talents" que le ministre de l'Economie, propulsé à ce poste à la suite du dérapage incontrôlé d'Arnaud Montebourg, a séduit. Comme il plaît aux Français, du moins ceux qui ne sont pas accrochés à leurs  privilèges au nom des "acquis sociaux " et qui aimeraient que "ça bouge".

Aujourd'hui on ne parle que du " phénomène Macron".

Untel croit savoir qu'il va remplacer Manuel Valls dans les prochaines semaines ; à moins qu'il ne se prépare carrément à la candidature à l'élection présidentielle de 2017. Chacun y va de son commentaire et la rumeur enfle. Résumons nous : Emmanuel Macron est vrai talent. Un inspecteur des Finances, philosophe, ce n'est pas fréquent. Il avait  ébloui ses professeurs et patrons de stage pendant son parcours à l'ENA. Son coeur penche plus à gauche qu'à droite et il s'est retrouvé à l'Elysée au début du quinquennat de François Hollande. Macron ne veut pas faire la Révolution. Il rêve de faire bouger le système, de débloquer la société. Ils sont nombreux à se reconnaître en lui. Il n'est pas membre du Parti socialiste. Au bout de deux ans, il a eu envie d'aller voir ailleurs et se lancer à nouveau dans la vie active. Il n'en pas eu le temps, rattrapé par la démission forcée d'Arnaud Montebourg. Juste avant sa nomination à Bercy celui qui n'était pas tout à fait un inconnu pour le monde politique avait accordé une interview au Point dans laquelle il déclarait : "pas un Français aujourd'hui ne pense que la France peut continuer comme elle fait depuis vingt ans ! Les chiffres sont pourtant là, et les faits sont têtus. Ces postures relèvent de la maladie infantile du système politique français. Pour paraphraser Clemenceau, le destin de la France est trop important pour être confié à quelques-uns qui n'ont jamais croisé la réalité de la vie économique contemporaine".

La gauche de la gauche s'est étranglée, les syndicats se sont affolés. Depuis il n'a pas mis sa langue dans sa poche mais il a pu mesurer la difficulté de passer de la parole aux actes en politique, et surtout qu'à gauche économie et politique ne font pas bon ménage .Il a d'autant plus attiré l'attention sur lui que le Premier Ministre n'a eu de cesse de le recadrer car Emmanuel Macron prend beaucoup de lumière, et de surcroît il continue imperturbablement de semer ses petits cailloux avec des déclarations iconoclastes "on n'a pas tout fait pour l'emploi", en préconisant un raccourcissement de la durée d'indemnisation du chômage  ou encore  "des dérogations à la durée du temps de travail, qui mettraient fin de facto aux trente cinq heures". Cela ne plait pas beaucoup au Premier ministre qui lui aussi "aime l'entreprise" et ne veut pas se laisser doubler en matière de modernité. L'hiver dernier, lorsque l'on évoquait devant lui  la loi Macron, il rectifiait systématiquement "la loi  pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Yves3531 - 04/03/2016 - 09:42 - Signaler un abus Ce n'est pas parce qu'on distingue une hirondelle parmi...

    un vol de corbeaux que le printemps arrive au sein de l'oligarchie de gauche. N'en déplaise aux thuriféraires de celle-ci...

  • Par Borgowrio - 04/03/2016 - 10:52 - Signaler un abus Assumez enfin votre envie de droite

    Macron , ou comment se "désocialiser" en douceur . Une partie trop importante de français ont du mal à renier le socialisme , malgré les echecs à répétition de ce dernier . Mr Macron leur apparaît comme un compromis entre le coeur à gauche et le porte monnaie à droite

  • Par raslacoiffe - 04/03/2016 - 10:56 - Signaler un abus Macron la bulle spéculative de Hollande!

    Le jeu de rôle entre ces 2 là est trop clair pour qu'on ne voit pas arriver en creux la candidature de Hollande pour 2017. Valls est "grillé" il aurait dû quitter le navire au moment du remaniement pour avoir un avenir. Hollande a l'avantage sur Valls celui de rallier la gauche de la gauche qui votera comme d'habitude pour le candidat de gauche avec ses slogans anti droites. En mettant en scène Macron, il espère déborder sur le centre droit (la ligne Juppé quoi) et le tour est joué pour sa réélection.

  • Par ISABLEUE - 04/03/2016 - 10:56 - Signaler un abus Tête à claques

    il a choisi le mauvais camp et croit révolutionner la politique française. QUand les poules auront des dents...

  • Par A M A - 04/03/2016 - 11:22 - Signaler un abus Etrange ce Macron, ce Messie.

    Mais pour qui roule Emmanuel Macron, c'est bien la question posée à laquelle cet article ne répond pas. Parachuté dans le pétrin politique avec un sourire d'angelot, il fonde sa popularité sur quelques réformettes du genre autocar mais n'attaque en rien le fond des choses. Sorti comme un lapin u chapeau du prestidigitateur, il fait la une des médias et des courtisans qui se disent :on ne sait jamais. Mais qui est le prestidigitateur? Bruxelles, Rotschild ou qui d'autre?

  • Par Ex abrupto - 04/03/2016 - 11:50 - Signaler un abus Hollande aime Macron??

    Mais Macron aime-t-il Hollande??

  • Par Mike Desmots - 04/03/2016 - 14:59 - Signaler un abus Cet aricle est pour faire diversion ...!

    M.Macron une valeur montante..? tout simplement parce que la nomenklatura aux abois avant le collapse final. ..cherche à vendre l'image ....de sa mue tardive et artificielle ...pour faire croire aux gogos, que le marxo/socialisme usagé ...peut devenir subitement avec Macron du social/libéralisme ...! .hélas ,pour les désinformateurs professionnel de service ...l'invention du slogan " social/libéralisme n'existe pas ...c'est une antinomie ..inventée et véhiculée par les médias de la gauchocratie.., .au final ...ce n'est pas plus crédible... avec ou sans Macron ...que l'invention bluffante de Normal 1er , (en début de mandat ) du Ministère du redressement productif...qui n'a d'ailleurs jamais rien redressait ...ni produit .....! et dont personne ne parle...? même que l'on ne sait pas combien cela à couter à nos impôts .........?!

  • Par zouk - 04/03/2016 - 16:01 - Signaler un abus Macron "chouchou"

    Sur le fonds,je me refuse à des spéculations sans fondement. Mais, vous, tous les auteurs de commentaires, veuillez oublier cet enfantin argotique "chouchou". Un mot bien français existe: FAVORI, bien plus agréable à l'oeil et à l'oreille et compris de tous.

  • Par Fran6 - 04/03/2016 - 16:52 - Signaler un abus incroyable

    le mec a travaillé que dans une banque, un petit peu à Bercy et c'est lui qu'il faut choisir bientôt car il sort de petites phrases de temps en temps, suffit pourtant de lire atlantico seulement pour avoir un thermomètre du pays!! il a belle gueule mais c'est un programme bien construit que je veux voir, un vrai programme qu'il faut tenir!!

  • Par Yves3531 - 04/03/2016 - 16:57 - Signaler un abus Jusqu'à preuve du contraire,c'est un leurre envoyé par Poet Poet

    Putain, encore 429 jours ...: http://compte-a-rebours-francois-hollande.fr

  • Par langue de pivert - 04/03/2016 - 18:10 - Signaler un abus Un petit tour et puis s'en va ?

    Je ne le vois pas à l'Élysée ! Premier ministre de Hollande un an ? La belle affaire ! La gauche ne l'aime pas et les prétendants de son niveau à droite ne manquent pas...et ne lui laisseront pas la place ! Il retournera compter ses biftons !

  • Par clint - 04/03/2016 - 19:29 - Signaler un abus Il a un gros handicap mais je voterais bien pour lui !

    Son gros handicap : être intelligent et à un niveau qui ridiculise souvent ses collègues (cf Valls qui n'a jamais été aussi ringard depuis l'arrivée de Macron, ne lui restant plus que ses coups de mentons !). Mais il a eu aussi une excellente expérience dans le milieu bancaire ce qui lui évite de proposer des plans irréalisables. La droite française est trop bonapartiste pour avoir un leader de cette qualité !

  • Par Fran6 - 04/03/2016 - 20:54 - Signaler un abus oups!

    pourquoi Hollande vaut rien? justement parce qu'il n'a jamais été aux arcanes du pouvoir au plus haut de l'état avant de devenir président, Macron non plus, faut il encore prendre le risque? c'est le meilleur moyen d'une révolution, déjà qu'aujourd'hui, le pays est prêt à craquer, désolé, il y a plus personne à gauche, rien au centre, deux à droite en virant Sarko, et le FN pour refaire toute la classe politique par voie de conséquence, macron peut réussir, mais il lui faudra un 18 brumaire et une garde prétorienne, tiens, on revient au bonapartisme.... n'est ce pas une évidence, avoir un homme ou femme fort?

  • Par vangog - 04/03/2016 - 21:01 - Signaler un abus Huit blancs pour 49...

    Huit blancs pour 49, c'est la proportion de la photo des sympathisants du think-tank de Macron, que je vous invite à consulter (http://lesjeunesavecmacron.fr/) et qui s'apparente plus à un micro-parti communautariste et lobbyiste, qui aurait mieux sa place à Bruxelles, rue des lobbies... ( nous assurerons "la défense et la promotion des projets d'Emmanuel Macron sur les réseaux sociaux) . Dans "quelles sont nos idées", on trouve un catalogue de vœux-pieux gauchistes, comme en existaient dans tous les partis gauchistes archaïques, mais aucune solution pour résoudre le problème du chômage et de la dette, créés par les UMPS. Macron se prend pour un gauchiste libéral, ne comprenant pas toute l'antinomie que contiennent ces deux assertions...Passer de 57% de dépenses étatiques à 23% ( comme l'a réalisé le "vrai" libéral Reagan), cela représente un gouffre infranchissable, pour un petit Macron qui affirme n'avoir "jamais renoncé dans chacune de ses décisions aux fondements de ses valeurs gauchistes"...

  • Par Babaswami - 04/03/2016 - 22:07 - Signaler un abus Bilan

    Quel est le bilan de Macron, à part avoir, avec 70 ans de retard, libéralisé le transport par autocars ? Quel mérite à passer son temps à dire que la gestion socialiste est à côté de la plaque ? Macron ? en core une trouvaille d'Attali dans l'énarchie. La dernière avant Macron ? un certain...Hollande !

  • Par Septentrionale - 06/03/2016 - 12:43 - Signaler un abus Macron l'enfant propret de quoi ?

    Macron respire quelque chose d'inaccompli, d'immature. Un curieux saint-frusquin avec quelques brèves non-collectivistes au sein de l'attirail du gauchisme. Comme d'être l'enfant de sa femme.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires "Femme députée, un homme comme les autres ?" (2014) et "Bruno Le Maire, l'Affranchi" (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€