Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hollande et Merkel devant le Parlement européen : les 5 phrases qui trahissent les diagnostics économiques profondément erronés du couple franco-allemand

Angela Merkel et François Hollande se retrouvent mercredi 7 octobre face au Parlement européen afin de soutenir une intégration plus forte des pays membres de la zone euro. Pourtant, au regard des diagnostics de crise établis par les deux dirigeants, les perspectives d’un retour de la croissance au sein de la zone euro restent malheureusement incertaines.

Sentence

Publié le - Mis à jour le 9 Octobre 2015
Hollande et Merkel devant le Parlement européen : les 5 phrases qui trahissent les diagnostics économiques profondément erronés du couple franco-allemand

Angela Merkel et François Hollande.  Crédit Reuters

Ce mercredi 7 octobre, François Hollande et Angela Merkel s’adresseront au Parlement européen, notamment sur la question migratoire, mais également, comme cela était prévu dès l’origine, dans le cadre de la poursuite de l’intégration économique européenne. Le couple franco-allemand, qui représente encore 50% du PIB des 19 pays de la zone euro, se veut être force de proposition afin d’apporter une réponse aux défaillances institutionnelles européennes, en matière économique. Malheureusement, au travers des déclarations de l’un et de l’autre, c’est-à-dire d’Angela Merkel et de François Hollande, il est à craindre que le diagnostic du marasme économique qui traverse le continent ne soit pas encore clairement identifié.

Ce qui laisse peu de doutes sur l’issue de ces initiatives.

En effet, au fil des années, les deux dirigeants européens ont aligné les discours et les interviews, qui ont permis de mettre en avant leur vision économique, celle qui permettrait d’apporter enfin une croissance durable à la zone euro. Et ces visions ne sont pas exemptes de vices.

En premier lieu, Angela Merkel. Si la ligne économique du gouvernement allemand est généralement associée à la figure de Wolfgang Schäuble, véritable icône des politiques de rigueur, la chancelière est encore considérée comme étant plus modérée. Pourtant, malgré cette perception de douceur, le culte austéritaire reste bien la base du discours officiel :

« Les succès qui se dessinent en Espagne et en Irlande sont seulement deux exemples de ce qui peut être accompli lorsque des pays prennent des actions résolues avec la solidarité et le support européens »

Ainsi, selon Angela Merkel, l’Espagne et l’Irlande seraient les preuves formelles de la réussite des politiques d’austérité, c’est-à-dire de la consolidation fiscale et des réformes structurelles. Les récents retournements de ces économies, qui affichent aujourd’hui de solides chiffres de croissance économique, ne sont pourtant pas un modèle de succès. En effet, après 7 années de crise, l’Espagne affiche encore un PIB nominal (incluant l’inflation) plus bas de 15% que celui de 2008. Pour l’Irlande cette chute atteint 9%. De la même façon, le chômage irlandais atteint encore plus de 9% des actifs du pays, alors que le chômage espagnol flotte encore au-dessus du niveau surréaliste de 22%. L’étendard de la réussite a mauvaise mine, et les chiffres de croissance prévus pour cette année 2015, ne permettent pas d’entrevoir un retour à la situation pré-crise avant l’échéance de 2020, et au-delà. Pour la Chancelière, il s’agit de vendre un simple pourcentage pour une année isolée, permettant de masquer le trou béant créé par les politiques d’austérité au sein de ces économies. Le mort bouge, et c’est une bonne nouvelle. 

Une vision économique qui reste cohérente avec les prescriptions économiques d’Angela Merkel :

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 07/10/2015 - 08:44 - Signaler un abus Stade Anal

    Bel effort pédagogique de mr Goetzmann ! Je ne peux que souhaiter que certains commentateurs réguliers de ce site prennent enfin la courageuse décision de vous lire et espérer qu'ils vous comprennent, ne fut-ce que partiellement ! Avec l'âge, ces malheureux semblent revenus au ''stade anal'' décrit par Sigmund Freud chez les nourrissons. On lit régulièrement ici des textes où des messieurs très sérieux font l'apologie du ''Libéralisme'' avec le même enthousiasme que des bébés, laissés sans surveillance, et qui pataugent allègrement dans leur caca ! Hier encore, nous avons eu sur Atlantico un contributeur hilare qui écrivait ''Vive Thatcher'' avec la même fierté que s'il avait tapissé les murs de son appartement avec sa ''production fécale'' !

  • Par vangog - 07/10/2015 - 10:53 - Signaler un abus Fortement a raison...

    et notamment sur les deux diagnostics d'erreurs majeures de la BCE, qui est continuellement en retard de trois trains sur la politique monétaire américaine: rien ne sert de faire des QE, il faut les faire à temps! Et il a raison sur le diagnostic Flamby, qu'ont réalisé tous les Français lucides. Ce socialiste a été élu pour réaliser une politique de la demande, et il réalise bêtement une politique de l'offre, qui n'obtient aucun résultat tangible. la solution? Retrouver notre souveraineté monétaire, afin de nous désolidariser des très bêtes choix a contre-temps de la BCE, et réaliser une vraie politique de la demande. C'était la seule chose intéressante dans le programme gauchiste, que ces benêts n'ont pas réalisé...

  • Par Pourquoi-pas31 - 07/10/2015 - 11:55 - Signaler un abus Il y a un loup

    Le sacro-saint PIB : on veut à tout prix le faire croitre et on calcule tous les ratios sur cette base. Si on veut le faire croitre, c'est facile, embauchons des fonctionnaires, payés à ne rien faire. Pour faire "tourner" et gérer notre pays, 57% du PIB sont nécessaires. C'est l'équivalent d'une société avec 57% de frais généraux, à ceci près que ces derniers ne représentent pas la part sociale qui est prélevée dans les charges sociales. Il serait utile de reposer une équation plus pertinente pour évaluer notre économie. Toutes choses étant égales par ailleurs, les investissements sont équilibrés.

  • Par Benvoyons - 07/10/2015 - 14:15 - Signaler un abus Pour le Journaliste le Japon allait s'en sortir avec le QE!:)::)

    http://www.contrepoints.org/2013/06/06/126835-le-japon-en-plein-coma-economique-le-pourquoi-du-comment Extrait du 06 juin 2013 de Contrepoints sur le Japon: Les QE, combinés à de faibles taux d’emprunt, n’ont jamais marché : en 25 ans, nous avons eu droit à plusieurs plans de relance, toujours fondés sur le même principe, mais jamais aucun d’entre eux n’a réussi à résoudre la situation. Pire encore, ils l’aggravent par l’endettement. Ce QE illimité est exactement la même chose que ce qui a déjà été fait. Ce n’est pas parce qu’il est beaucoup plus important qu’il va réussir. Multiplier la bêtise ne rend pas intelligent. Lorsque le QE s’arrêtera, le Japon plongera. S’il continue, alors la bulle s’amplifiera encore plus et lorsqu’elle éclatera, elle en sera d’autant plus violente. Nous pouvons voir que le Journaliste de Contrepoints avait raison!!!! Le Japon est encore plus dans la Merde maintenant !!!

  • Par cloette - 07/10/2015 - 14:51 - Signaler un abus Le Japon

    Voilà un bon exemple : production de qualité , gens travailleurs et intelligents , discipline, pays au climat tempéré , côtes maritimes , et ils sont en difficulté ! Il y a quelque chose qui ne va pas dans ce système prôné par Hollande et Merkel

  • Par quesako - 07/10/2015 - 19:37 - Signaler un abus N. Goetzmann : en clair qui soutenez vous ?

    Les programmes économiques de MLP, de Dupont-Aignan ou un mixte des deux ? On sort vite de l' euro, on met en place un "franc de singe" (comme la monnaie du même nom), on dévalue fortement de suite, on a une dette ultra-galopante vu les taux d'emprunts auxquels nous sommes soumis, et nous revoilà dans la spirale : augmentation des salaires, dévaluations, inflation and so on. ça a marché pendant les 30 glorieuses car il y avait de la croissance; Bon, on va réouvrir les hauts fourneaux, les industries textiles, la voiture made in France (mais là Bosch et Valeo deviendront des fournisseurs très cher), ah la belle vie que voilà ! Vite mon passeport pour l'Australie, le Canada, les USA si ils veulent encore des français, car dans ces pays là pour y aller l faut un contrat de travail !!

  • Par Ganesha - 07/10/2015 - 21:56 - Signaler un abus Télé

    Ce soir la télé nous a montré l'intervention de Marine Le Pen insultant publiquement François Hollande, et pas un mot des discours des deux guignols : ils savent que tout le monde s'en fout !

  • Par Anouman - 07/10/2015 - 22:26 - Signaler un abus Diagnostics erronés

    Que les diagnostics des deux loustics soient erronés cela n'étonnera personne tant on a du mal à imaginer qu'ils puissent comprendre quoi que ce soit d'autre que le maintien de leur position. Mais les affirmations lapidaires et non démontrées de M. Goetzmann ne valent guère mieux. S'il est évident qu'il est ridicule de mener une politique de l'offre quand il n'y a pas de demande (d'autant que cette politique de l'offre réduit la demande) il est tout aussi ridicule de croire que la baisse des dépenses de l'état réduit la croissance. Car le corollaire de la baisse des dépenses de l'état est la baisse de la fiscalité et donc la confiscation moindre des revenus privés à l'origine de la consommation. Quant aux vertus du déficit budgétaire il y a longtemps qu'on a démontré que l'effet s'amortissait rapidement et donc qu'il fallait cracher tous les ans au bassinet pour maintenir l'effet. C'est d'ailleurs pour ça que la France est dans la merde d'un point de vue de l'endettement. Et bien entendu pour aucun résultat.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.
 
Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€