Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une heure de métro pour rentrer chez vous ? Pas de panique : voici les avantages méconnus à avoir un long temps de transport

Il peut être décourageant de calculer son temps passé dans les transports en commun. On peut parfois y accorder plus de temps qu'à la socialisation ou aux loisirs.

Plus c'est long, plus c'est bon

Publié le
Une heure de métro pour rentrer chez vous ? Pas de panique : voici les avantages méconnus à avoir un long temps de transport

 Crédit JACQUES DEMARTHON / AFP

Atlantico : Dans ses recherches à la Columbia Business School, Jon Jachimowicz évoque plusieurs avantages à se voir effectuer un trajet de plus d'une heure par jour pour aller et revenir du travail. Parmi eux, les personnes l'opportunité de se livrer à une « prospection professionnelle » - c’est-à-dire penser et planifier le jour et la semaine à venir et les mesures à prendre pour atteindre leurs objectifs - Cela procurerait une plus grande satisfaction professionnelle tout au long de la journée. Quels conseils donneriez-vous pour mettre le temps de trajet à profit et se livrer à cette prospection professionnelle ?

Catherine Berliet : Une étude récente publiée par l’assureur britannique Vitaly Health nous dit que les plus chanceux sont ceux qui se rendent sur leur lieu de travail en moins d’une demi-heure, car ils gagneraient en moyenne 7 jours de productivité par an. Nonobstant cette donnée, autant tenter de combler cette déperdition par une optimisation des temps.

Tout d’abord si j’entends la nécessité de maximiser son temps lors des trajets pour aller et revenir du travail, j’ai envie de dire, en première intention, que cela induit que vous êtes confortablement installé, que vous avez trouvé une place assise et que vous n’êtes pas pris en sandwich entre un joueur d’accordéon et quelques quêteurs insistants. Cela étant posé, la deuxième chose que j’ai envie de rappeler c’est : « Et si vous vous obligiez à ne rien faire pendant une partie de votre trajet » et j’ajouterai : « Sans culpabiliser ». 

Penser que nous sommes efficients 7 heures par jour est une illusion, alors si en plus nous continuons à sursaturer notre cerveau, il y a de fortes chances pour que nous n’ayons pas le punch nécessaire pour réfléchir sereinement à une planification. De fortes chances également pour que vous ayez de la difficulté à envisager des objectifs qui tiennent la route. Être maître des horloges, c’est commencer par diviser son temps de trajet en 2, et consacrer la première moitié de son parcours à faire le vide en soi, à préparer son cerveau pour le deuxième temps, qui lui pourra être utiliséà la planification de sa semaine.

Nous sommes souvent anxieux de ce qui est à venir, et le fait de nous conditionner à ce qui arrive est une sécurité supplémentaire qui nous évite du stress. Comme un sportif de haut niveau qui revit sa course avant de se lancer, se repasser le film permet d’appréhender et de se préparer à tous les plans B envisageables. C’est ce que l’on appelle avoir « un coup d’avance » et ça c’est très apaisant. Vous ferez appel aux 3 P : Prévoir, Prioriser, Planifier… Muni de l’application qui vous convient vous mettez en œuvre ce triptyque. Un conseil, soyez légèrement parano et ne pensez pas que tout se passera forcément comme vous l’avez prévu. Aussi vous vous assignerez des temps supplémentaires pour les imprévus, soit à minima 30 %.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 18/08/2018 - 12:28 - Signaler un abus Trajet

    C'est vrai que si on n'a pas le choix autant essayer de positiver. Mais deux heures de métro par jour ne peut pas être positif par rapport à dix minutes à pied. En gros ce sont des heures supplémentaires improductives et non payées.

  • Par Marie-E - 18/08/2018 - 14:52 - Signaler un abus question a l'auteur de l'article

    quel a ete votre trajet maximum pour aller travailler ? Personnellement, pendant 20 ans j'ai supporte parfois dans la joie mais aussi souvent de mauvaise humeur plus de 4 heures de trajet. Je ne regrette pas meme si jai eu un probleme de sante peut etre lie a l'accumulation de la fatigue (il y a des moments ou on est un vrai zombie) mais je ne me permettrai de le conseiller a personne. De plus j'avais la chance de faire partie d'une entreprise dynamique, un travail interessant, des collegues super, des RTT bienvenues ... Mais bon quand c'est chomage ou travail, on y va. J'ajoute qu'il est preferable d'avoir un travail bien remunere car les abonnements de transports, les lectures... ce n'est pas gratuit. Personnellement j'appreciais les greves car cela me permettait d'avoir une excuse pour aller travailler pres de chez moi exceptionnellement (rien de plus facile avec un PC). Franchement c'etait dur. Enfin je me disais alors que quand je retravaillerai pres de chez moi, j'aurai du temps pour faire plein de choses ... et bien non finalement. J'aime que les choses soient faites mais carpe diem c'est aussi important

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Catherine Berliet

Catherine Berliet intervient depuis 15 ans en conseil, formation, coaching de cadres et dirigeants pour le compte de grandes entreprises françaises. Diplômée en communication, elle est également thérapeute, praticien en Rêve Eveillé libre. Elle est co-auteur de : Et si je choisissais d’être heureux  ! : Le bonheur mode d’emploi  paru en juillet 2014 aux Editions Eyrolles, Manager au quotidien et Les outils de développement personnel du manager aux Editions Eyrolles. Elle est auteur de Et si je prenais mon temps aux Editions Eyrolles et co-auteur de "Et si je choisissais d'être heureux" avec Capucine Berliet toujours aux éditions Eyrolles

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€