Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 01 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rencontre Hollande / Merkel : plaies et bosses du couple franco-allemand 100 jours après l’élection du Président normal

Rencontre au sommet pour Angela Merkel et François Hollande ce jeudi. La discussion doit principalement porter sur l'assouplissement des conditions d'octroi de l'aide à la Grèce. Un sauvetage de la Grèce et de la zone euro qui pourrait peut-être entériner le divorce du couple historique.

Da da da, ich lieb' dich nicht...

Publié le
Rencontre Hollande / Merkel : plaies et bosses du couple franco-allemand 100 jours après l’élection du Président normal

Ce jeudi, François Hollande et Angela Merkel se rencontrent pour discuter de la Grèce, dont on attend qu’elle réalise 11,5 milliards d'euros de coupes budgétaires. Crédit Reuters

Atlantico : Ce jeudi, François Hollande et Angela Merkel se rencontrent pour discuter de la Grèce, dont on attend qu’elle réalise 11,5 milliards d'euros de coupes budgétaires, alors que son Premier ministre voudrait obtenir un sursis de deux ans et renvoyer à 2016 le retour à l'équilibre budgétaire. François Hollande sera-t-il aussi offensif qu’au début de son mandat ? Y a-t-il eu une évolution récente par rapport aux premiers sommets ?

Hans Stark : François Hollande devrait être plus ouvert aux positions allemandes qu’il ne l’était pendant la campagne électorale.

Toute campagne a sa logique propre, François Hollande a dû tenir compte des différentes positions au sein de la gauche, au-delà même du Parti socialiste. Maintenant qu’il est président, il a sa propre majorité, et, comme nous l’avons vu lors de la rencontre du 10 juillet dernier, il existe de la part de Paris et de Berlin une volonté de poursuivre la relation franco-allemande. Même si cela est difficile du point de vue politique, puisque les deux gouvernements n’ont pas la même idéologie ; et si les situations économiques divergent de part et d’autre. Ces divergences sont bien connues et ne devraient pas empêcher une tentative d’œuvrer pour le compromis.

La France joue le rôle d’intermédiaire entre les pays du Sud et l’Allemagne, qui doit tenir compte de la position des autres pays du Nord de l’Union Européenne. Mais dans l’ensemble, on s’achemine bel et bien vers davantage de convergence.

Rudolf Balmer : Cette relation a peut-être débuté par un malentendu, qui était prévisible, au sujet de la promesse qu’avait fait François Hollande aux Français de renégocier le pacte de stabilité et notamment la règle d’or. Ce malentendu peut être imputé à un manque de précision des deux côtés, qui a ouvert la voie de part et d’autre.

Du côté allemand, on a volontairement exagéré en disant que François Hollande voulait remettre en cause la totalité du compromis trouvé à 25. Du côté français, on avait volontairement laissé ouverte la question de savoir s’il s’agissait d’un protocole annexe ou effectivement de l’adoption d’un nouveau pacte.

Je pense que le compromis qui a finalement été trouvé montre que les deux côtés n’étaient pas si éloignés l’un de l’autre, contrairement à ce qu’on a pu faire croire pendant la campagne électorale.

Après l’élection, nous sommes sortis de ce contexte de campagne et Angela Merkel a trouvé un partenaire qui s’est avéré tout à fait acceptable.En ce moment-même, il n’y a pas de vrais « couacs ». La façon qu’a François Hollande d’aller vers la chancelière avec beaucoup plus de distance et de discrétion, ou, de manière plus exacte, avec plus de retenue, montre qu’il a tiré des leçons du passé et de Nicolas Sarkozy, qui avait quelque peu froissé la timidité d’Angela Merkel.

Quelles sont les grandes dates qui marquent cette évolution dans la relation Merkel / Hollande ?

Rudolf Balmer : Je distinguerais deux dates : la première rencontre officielle, où l’on a vu un François Hollande qui était encore un peu maladroit, qui cherchait ses marques ; et la rencontre à Reims, dans la cathédrale, qui a montré que les deux chefs d’Etat appartiennent à cette grande histoire de l’amitié franco-allemande initiée par Adenauer et De Gaulle. Je pense que cet événement a démontré que ces derniers s’inscrivent dans la continuation de cette coopération franco-allemande, sans vouloir la rupture.

En ce moment, le grand débat est celui de l’aide à la Grèce. Il nous apprend que la divergence ne se situe pas sur le terrain des principes, mais des procédés. On diverge sur la façon de faire. La France voudrait être un peu plus souple, afin de ne pas empêcher l’Europe de renouer avec la croissance ; tandis que pour l’Allemagne, la priorité est de diminuer la dette maintenant et tout de suite. 

La rencontre ne sera pas suivie d’une conférence de presse, comme l’aurait apparemment souhaité l’Elysée. François Hollande tient-il plus à faire la promotion du « couple » franco-allemand qu'Angela Merkel ?

Hans Stark : Je pense que la réaction d’Angela Merkel s’explique car la réunion de jeudi est véritablement une réunion de travail qui ne va pas déboucher sur des propositions concrètes et tangibles. Nous sommes dans une phase de négociation, M. Samaras se rendra également à Berlin cette semaine, on reprend en charge le sujet de la crise de l’euro. La décision de la Cour Constitutionnelle allemande est attendue pour le 12 septembre, et la question reste assez sensible outre-Rhin. Aussi, Mme Merkel ne voulait pas alourdir le climat avec des déclarations hautes en couleur qui, de toute façon, n’ont aucune chance de déboucher sur des engagements concrets.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 23/08/2012 - 09:52 - Signaler un abus Da da da...

    C'est de l'allemand avec l'accent de l'est ? :o)

  • Par ZOEDUBATO - 23/08/2012 - 10:07 - Signaler un abus Le bronzé convoqué pour être tançé

    L'avis du petit chef de clan ne sera reçu que sur cet ordre du jour : Quand mettrez-vous en place le plan budgétaire élaboré avec Le Président SARKOZY et avalisé par 25 Pays ainsi que ses corollaires d'économies structurelles et de croissance ? Et comme d'habitude le petit chef de clan ,qui n'a pas réusssi à changer une seul ligne de la position de l'U.E , s'aplatira et demandera pardon en disant "c'est pas ma faute si je n'y arrive pas , c'est le Président SARKOZYqui a mis la barre trop haute"

  • Par l'enclume - 23/08/2012 - 11:03 - Signaler un abus Rencontre Hollande / Merkel :

    Le premier qui dégaine est mort!!!!!

  • Par HdT - 23/08/2012 - 13:27 - Signaler un abus Conférence et transparence

    Une conférence de presse par soucis de transparence, allons bon, rien ne nous assure qu'une conférence de presse où seul un même courant idéologique est autorisé à être présent et poser d'eventuelles questions tout aussi autorisées, sera effectivement transparente. Il est de plus en plus difficile de croire, voire devenu impossible de croire, que la transparence nous est donné, la démocratie est tellement bafouée, les décisions tellement à l'encontre des peuples, les dirigeants tellement non élus et non représentatifs, bref, il est cohérent qu'une conférence de presse n'apporterait rien, à part des dépenses pour les petits fours, séance qui ne sert qu'à échanger des cartes de visites et autres invitations à passer un séjour tous frais payés (par le contribuable). Quant à "da da da", germanophile depuis presque toujours, je n'ai jamais entendus de Germains s'obliger à parler comme au-delà de la Pologne en s'adressant à l'ouest.

  • Par Ravidelacreche - 23/08/2012 - 15:22 - Signaler un abus Photo

    Ça fait rien François tu n'a qu'a dire que c'est moi qui ait pété!

  • Par Septentrionale - 23/08/2012 - 15:49 - Signaler un abus la photo parle

    quand l'Edredon prend son air de " moi président, je" le perlimpinpin fait sourire Angela

  • Par CN13 - 24/08/2012 - 04:00 - Signaler un abus Arrêtez de publier sa photo

    de plus en plus, Hollande, sa mocheté et ses sourires de dédain nous sortent par les yeux. Jusqu'ici, et après trois mois de congés payés, il n'a pas encore montré ce qu'il savait faire, c'est-à-dire RIEN.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rudolf Balmer et Hans Stark

Rudolf Balmer est correspondant pour le Tageszeitung, un quotidien allemand.

Hans Stark est secrétaire général du Comité d'études des relations franco-allemandes et chercheur à l'Ifri. Il enseigne également à l'IEP de Paris.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€