Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hervé Novelli "La coexistence entre le libéralisme et la droite est difficile"

Hervé Novelli revient sur les travailleurs indépendants. Et en profite pour évoquer la campagne ratée de François Fillon et les perspectives de la droite. Son constat est globalement pessimiste.

Lendemains difficiles

Publié le
Hervé Novelli "La coexistence entre le libéralisme et la droite est difficile"

Les lendemains de campagne électorale, à droite, sont évidemment très durs. Après la large victoire de François Fillon sur Alain Juppé lors de la primaire des Républicains, beaucoup avaient imaginé que l'affaire était dans la poche et que la campagne serait une partie de plaisir.

Les révélations tombées dans la presse sur les pratiques de François Fillon en ont décidé autrement. Quoiqu'il soit arrivé, l'élan de confiance, l'enthousiasme dont Fillon avait bénéficié en novembre était rompu. 

Peut-on être libéral chez les Républicains?

Hervé Novelli prône une reconstruction idéologique complète à droite, au sein du parti, dans une réflexion commune.

Il se montre pessimiste sur les chances de voir cette nécessité se transformer en réalité. Au vu de la tournure actuelle des débats, on peut partager son point de vue. 

La question sous-jacente est évidemment de savoir quelle place une vision libérale peut encore occuper dans une droite obsédée par l'État et au fond très satisfaite de voir que 56% de la richesse nationale est "mutualisé" dans des dépenses publiques. Ni Laurent Wauquiez, Ni Valérie Pécresse, ni les "constructifs" ne semblent décidés à s'occuper de ce sujet qui n'est pas mineur. 

La liberté est devenue le cadet des soucis républicains

Sur ce point, il existe un hiatus fort entre la large majorité obtenue par François Fillon sur un projet d'essence libérale et la doctrine dominante des Républicains aujourd'hui. De toutes parts, il parait évident que le projet de la droite ne peut en aucun cas s'attaquer à l'obésité publique en France. 

Or, certains sujets sont essentiels à traiter pour retrouver la prospérité. L'excès de réglementation, et souvent l'hyper-réglementation dont la transposition des directives est le prétexte, brident l'activité économique. La fiscalité écrase les marges des entreprises. L'éducation est un naufrage producteur d'inégalités majeures. 

Sur toutes ces questions, la droite reste muette. Elle mise l'essentiel de son avenir sur les questions de sécurité et de protection. Ce choix paraît un peu court dans la mesure où il rencontrera en partie les préoccupations de la frange conservatrice de l'électorat. 

Mais, sans un choc économique majeur, la prospérité du pays ne reviendra pas. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ClauZ - 12/09/2017 - 10:24 - Signaler un abus Complètement...

    d'accord avec le fond de l'article !

  • Par moneo - 12/09/2017 - 15:22 - Signaler un abus Exact

    Nous sommes dans un pays animé par des politiques qui vendent l'idée qu'ils savent ce qu'il faut faire depuis le sommet de l 'Etat.Il faut avouer que la clientèle est particulièrement nombreuse. Aucun parti à ce jour ne met en avant MOINS d'Etat et PLUS de Libértés Individuelles;moins de carcans administratifs économiques ,ce qui ne veut pas dire sur les questions régalienne moins d'action.on pourrait ;avec ce que l'on voit aujourd'hui dans nos rues,moins de CRS mais plus d'ordres pour rétablir d l'ordre ,ce qui suppose de rénover légalement les conditions d'intervention et l'équipement des troupes avec des l armes spécifiques anti émeutes camera sur fusil à seringues ( adieu les casseurs professionnels) bref nous sommes toujours dans le mi chèvre mi chou avec des déceptions généralisées à l'arrivée ,chez des français persuadés que depuis 2008 ils ont fait des efforts énormes alors que c'est faux .ils n'ont qu' à regarder ce qu'ont fait les portugais

  • Par Clotilde DE BIEVRE - 12/09/2017 - 17:07 - Signaler un abus LIBERALISME ET DROITE

    OUI : MOINS d'Etat, PLUS de liberté, mais aussi PLUS DE RESPONSABILITE INDIVIDUELLE : difficile à vendre par les démagogues qui achètent les votes des citoyens consommateurs ...

  • Par Alain Proviste - 12/09/2017 - 18:25 - Signaler un abus Une drogue

    Les français sont drogués au secteur public et à l'argent public. Il apparaît de plus en plus que soit ils en crèveront soit ils passeront par une phase de sevrage douloureuse. C'est l’œuf et la poule, les électeurs votent pour des démagos qui leur racontent des ânerie pour se faire élire etc.

  • Par vangog - 15/09/2017 - 00:08 - Signaler un abus L'éducation nationale-socialiste est un naufrage...

    producteur d'inégalités majeures...Bon, alors, qu'est ce qu'on fait pour éviter le naufrage total?...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Hervé Novelli

Hervé Novelli est un homme politique.

Il a été Secrétaire d'État au Commerce, artisanat, entreprises, professions libérales, tourisme et services.

Il était également député européen jusqu'en 2002, et député d'Indre-et-Loire jusqu'en 2007.

Il est, depuis 2011, secrétaire adjoint de l'UMP.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€