Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les héritiers de Louis Renault n’ont pas abandonné l’ambition de récupérer l’héritage de leur grand-père

La propriété de Renault,l’un des plus grands constructeurs d’automobiles du monde, est toujours convoitée par les petits enfants et héritiers du fondateur, Louis Renault. Ils ne font pas partie des plus riches de France et ne se battent pas tellement pour les millions, mais plus pour l’histoire de leur nom.

Atlantico Business

Publié le
Les héritiers de Louis Renault n’ont pas abandonné l’ambition de récupérer l’héritage de leur grand-père

Depuis la mort de Louis Renault, peu après la Libération, et la nationalisation des usines Renault, par le gouvernement provisoire du Général de Gaulle pour faits de collaboration, les héritiers du fondateur considèrent que leur grand-père et ses descendants ont été victimes d’une double injustice, historique et juridique.

Louis Renault et sa femme Christiane n’ont eu qu’un fils, Jean-Louis, et les descendants aujourd’hui ne sont que huit petits-fils et arrière petits-fils. Les héritiers Renault ne sont donc que huit, c’est très peu, à coté des 300 membres de la famille Peugeot, dont on a relaté l histoire hier ici même.

Cette affaire a fait l’objet de moult procès, de rappel et de recours. L’entêtement des héritiers s’appuie sur des arguments purement juridiques.

Personne ne remet en cause les nationalisations du Général de Gaulle à la Libération après la guerre. Ce que les plaignants soutiennent est très simple.

Etant donné que la nationalisation de cet empire industriel a étéprononcéaprès la mort de Louis Renault, can‘est pas Louis Renault qui a été spolié, puisqu’il était mort, mais son fils héritier qui n’est en rien responsable des faits de collaboration reprochés a son père.

Du coup, les héritiers successifs aidés par quelques avocats essaient de démontrer qu’il y a eu atteinte àdes principes inscrits dans la Constitution, tel que le droit de propriété par exemple.

Cette affaire n’est sans doute pas terminée,puisqu’après avoir épuisé tous les recours judiciaires, ils empruntent désormais les moyens administratifs et le droit européen.

 

Cette affaire n’aurait aucune importance, ni même d’épaisseur, si elle ne touchait pas à une entreprise emblématique.

 

L’histoire de Renault est incroyable. C’est la plus passionnante de toutes les histoires d’entreprises françaises. C’est une vielle dame, Renault, elle est plus que centenaire. Imaginez une vieille dame, qui aurait réussi à occuper le devant de la scène, politique, sociale, industrielle de ce pays pendant plus d’un siècle. Alors qu’elle a failli mourir 10 fois ! 20 fois ! Elle est aujourd'hui bien plus en forme qu’avant la crise financière qui vient de balayer la planète. A priori, rien ne peut désormais l’arrêter.Rien.

Renault s'est donné l’ambition et les moyens de devenir le premier constructeur mondial de voitures électriques. Plus audacieux encore, l'entreprise fait le pari d’être dans 20 ans, le numéro un mondial de la voiture autonome et connectée, celle qui se conduirait toute seule... celle dont rêvent en secret les dirigeants de Google.

En attendant, Carlos Ghosn a fait rentrer ce groupe dans le club très fermé des constructeurs à plus de 10 millions de voitures par an.

Qu’on ne se méprenne pas, le pari de Carlos Ghosn est gigantesque. Il ne s’agit plus seulement de jouer dans la cour des constructeurs automobiles, il s’agit bien dans les années qui viennent d’affronter les vainqueurs de la révolution digitale. L’alliance Renault-Nissan, est aujourd’hui l’un des 4  plus gros constructeurs automobiles mondiaux. Avec cinq marques principales : Renault, Dacia, Nissan, Samsung Motors et Mitsubishi, il atteint les 10  millions de véhicules vendus, l'alliance s’assure une présence dans plus 200 pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ClauZ - 15/08/2017 - 12:38 - Signaler un abus Etat Français

    Le fait d'avoir nationalisé après la mort du propriétaire et sans avoir indemnisé les héritiers légitimes me parait être effectivement une spoliation. Ce n'est pas la première fois que cela arrive. Attendons de voir ce que va dire la justice européenne !

  • Par Anguerrand - 16/08/2017 - 16:19 - Signaler un abus Bravo Mr Sylvestre pour cet historique de l'industrie

    Française de l'automobile française. On doit à peu prêt tout à Ghosn qui a été un vrai génie qui a permis à Renault de redevenir un champion nationalrs avec PSA. Quand on reproche ensuite à ce dernier d'être outrageusement payé quand certain footballeur en gagnent le double ! Une fois de plus le privé a fait la démonstration qu'avec un bon boss l'entreprise a de biens meilleurs resultats et paie des impots, recruté, et n'a plus besoin de subventions de l'état. Quand aux héritiers, ils sont gonflés de demander d' hériter d'une entreprise actuellement florissante, ce qui. n',etait pas le cas apres guerre, et ont ils l'intention de rembourser les milliards injectés par l'état français durant des années pour finir les fins de mois ? Renault fait actuellement des voitures plus fiables que les allemandes et s'insère donc avec des voitures jolies et agréables dans le marché mondial. Idem pour PSA. Dommage que les constructeurs " haut de gamme aient disparu ( De Dion bouton, Delahaye, Facel Vega, etc ) qui auraient redoré notre image industrielle

  • Par jurgio - 17/08/2017 - 14:11 - Signaler un abus Que serait devenu Renault sans le contribuable ?

    Ce n'est pas que l'industriel eût échoué mais l'entreprise n'eût pas résisté aux coups de boutoir (et je suis gentil...) des syndicats bolcheviques. Sans trop souvent oublier les usines Berliet qui en 1968 (l'année dite de libéralisation des mœurs !) qui n'ont rien produit pendant deux mois complets, passant brusquement de 74 % de marché national à 26 (l'Allemagne ne nous a même pas dit merci), pour être à peine 8 ans plus tard être finalement « nationalisées » selon le souhait de longue date des bandits cégétistes, et disparaître à jamais.

  • Par VV1792 - 17/08/2017 - 20:19 - Signaler un abus Il faut qd meme etre

    Il faut qd meme etre conscient du retrecissement industriel de la France auquel les dirigeants de Renault ont participe en eliminant un tas de concurrents par l' aneantisssment de ce qui faisaient leur richesse. L' histoire de Berliet est a cet egard un scandale total, car l' adn de cette marque mondiale a ete effacee pour en final arriver a faire du Renault Trucks passe sous pavillon etranger.. La liste est tres longue, on peut remonter aux avions Caudron, a la motorisation navale, aux autobus sovam, etc..Renault essaie de ressusciter Alpine apres l' avoir acquis pour la faire disparaitre comme Berliet.. C' est bien mais un peu tard. Et pour durer, comme les Allemands, il faudra etre tenace et ne pas faire du cheap..Et arreter de faire de la voiture a vivre mais plutot faire de la voiture pour tous les gouts, y compris les moteurs, ou on s'est plante pendant 30 ans..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€