Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 28 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hausse de la rémunération des fonctionnaires : quand les nécessités du rachat de clientèle électorale font oublier ses principes à Manuel Valls

Sur le salaire des fonctionnaires, Manuel Valls a promis un "geste significatif". Les négociations avec la CGT, qui a d'ores et déjà déposé un préavis de grève pour les deux dernières semaine de mars, commenceront le 17 mars.

Double discours

Publié le

Monsieur le Premier ministre, vous venez d’annoncer un « geste significatif » pour la rémunération des fonctionnaires. Nous comprenons tous très bien les raisons de cette attention, mais vous ne pourrez nous empêcher d’y voir une différence de traitement qui relève d’un populisme électoraliste coupable.

Nous savons tous que vous chouchoutez les fonctionnaires parce que c’est parmi eux que se niche la plus grande partie de votre électorat. À peine arrivée au pouvoir, votre majorité s’est d’ailleurs empressée de les remercier en interrompant brutalement la réduction des effectifs entamée sous Nicolas Sarkozy. François Hollande a même annoncé, en 2012, la création de 60.000 emplois supplémentaires.

Dans un cadre budgétaire contraint par l’Europe dont vous voulez accélérer l’intégration économique, ces choix électoralistes condamnaient les fonctionnaires à subir un gel du point d’indice qui sert de base à leur rémunération. Ce gel n’est pas injuste, il est logique : la fonction publique, depuis 2012, a échappé aux gains de productivité, à l’ubérisation, à la révolution numérique, qui bouleverse le secteur privé. Elle a bénéficié d’une protection de ses emplois. La contrepartie naturelle, en ces temps de rigueur, de cette politique généreuse est simple à comprendre : la modération salariale s’impose. Et les fonctionnaires le savent : on ne peut gagner au tirage et au grattage.

Au demeurant, le gel du point ne signifie pas que les salaires des fonctionnaires n’ont pas augmenté. Conformément au statut de la fonction publique, les carrières continuent d’avancer automatiquement ou avec des promotions. Ce mécanisme garantit des progressions à tous, même quand le point est gelé. En outre, les mesures catégorielles et les astuces n’ont pas manqué pour contourner le gel officiel des salaires.

Le geste significatif que vous annoncez constitue un cadeau supplémentaire qui flatte votre électorat à l’approche d’une année critique, mais il est extrêmement choquant au regard de nos principes de cohésion sociale et d’intérêt général.

L’augmentation du nombre de fonctionnaires que votre majorité a décidée en 2012 a conduit à une augmentation considérable de la pression fiscale qui n’a pas baissé depuis. La part des dépenses publiques dans le PIB reste supérieure à 55%, un chiffre record qui se maintient malgré les mesures apparentes d’allègements de charges ou d’impôt que vous prenez. L’illusion du pacte de responsabilité n’y peut rien : le secteur privé continue à rogner ses marges et sa rémunération pour financer une fonction publique pantagruélique.

L’absence de croissance et le chômage de masse ne sont, au regard de ces chiffres, pas des surprises. Le financement des dépenses publiques obère l’activité productive du pays. Cela ne signifie pas que la dépense publique est mauvaise en elle-même. Dans le cas de la France, nous pouvons juste avoir l’honnêteté de dire tout haut ce que les Français subissent quotidiennement. Oui ! les pouvoirs publics ne mesurent même pas le temps de travail effectif de leurs fonctionnaires ! Oui, les fonctionnaires coûtent trop cher pour le piètre service qu’ils rendent et une augmentation de leur salaire ne peut se concevoir sans un gain massif de productivité.

Si vous n’imposez pas ces gains de productivité, vous respecterez sans doute les critères d’orthodoxie imposés par Bruxelles, mais vous maintiendrez sans raison cette épuisante transfusion de richesse qui consiste à appauvrir les salariés du secteur privé pour préserver le mode de vie hors sol de nos fonctionnaires. Vous retarderez d’autant le retour de la prospérité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 16/03/2016 - 10:46 - Signaler un abus Mais où donc

    prennent-ils tout cet argent avec des comptes en déficit ? Si on y rajoute le montant pour les jeunes, cela doit faire 2 milliards et demi au bas mot par an ! Et FO qui voudrait 8 % d'augmentation soit 10 milliards de plus !!!!!

  • Par Anguerrand - 16/03/2016 - 11:21 - Signaler un abus Personne ne peut croire qu'il y a une relation ...

    entre l'augmentation des fonctionnaires ( 2 milliards empruntés) et les elections de 2017. Ça ressemblerait trop à un achat de votes. Hollande distribue partout y compris dans les DOM TOM depuis qq semaines de l'argent que la France n'a pas. Ce pauvre type ( Flanby) ruinera la France si ça peut lui permettre d'être réélu. Et si il n'est pas réélu, il passera le bébé à son successeur, et s'en lavera les mains, pourra critiquer. Ce type est un traitre malfaisant.

  • Par langue de pivert - 16/03/2016 - 12:19 - Signaler un abus Syndicat coco : caca !

    Le dernier paragraphe à lui seul résume ce scandale. Si l'opposition ne prend pas l'engagement de "casser les reins" des syndicats politisées en leur supprimant toutes aides et subventions et en leur retirant la scandaleuse gestion des caisses de retraites (et les juteux avantages que cela leur procure) il vaut mieux qu'ils passent leur tour en 2017. Un syndicat doit vivre des cotisations de ses adhérents ou crever !

  • Par zouk - 16/03/2016 - 17:18 - Signaler un abus Encore 14 mois d'ici mai 2017

    Le bal des mesures électoralistes ne fait que commencer!

  • Par vangog - 16/03/2016 - 18:39 - Signaler un abus 190 milliards de dettes pour la SS...

    et 2175 milliards d'euros de dette de la France, plus les autres dettes hors-bilan des collectivités... Demandons-nous à qui profite le crime de cette dette transmise par les gauchistes (au sens large) aux générations futures?...l'habilité étant de donner un peu d'argent aux jeunes, maintenant, tout en sachant qu'ils rembourseront plus tard. Enfin...ceux qui auront du boulot!

  • Par fanfoué - 16/03/2016 - 19:02 - Signaler un abus Un amalgame compréhensif

    Après 20 ans passé dans le privé, j'ai intégré la fonction publique territoriale, sur les sollicitations d'un maire qui me connaissait et ne voulait que des "bosseurs" dans ses services. Il fut battu 2 ans plus tard par une coalition rose et verte qui nous expliqua que nous étions en déficit d'encadrement, que nous devions créer une section syndicale ... etc. Ils créèrent aussi de nouveaux services : communication, culture ... au détriment de la voirie par exemple Notre ville de 10000 habitants qui était géré comme une entreprise et ou j'étais heureux d'aller travailler est devenu une usine à gaz ingérable et coûteuse. Si ce n'était mon âge avancé (58 ans) je foutrais le camp de ce "merdier" tant le dégoût de ce qui s'y passe est important. Je me dis que si c'est la même chose partout, je comprends mieux l'amalgame fait par certains : fonctionnaire = planqués, nantis... Et pourtant, si les politiques faisaient leur travail de manager et cessaient d'embaucher des collaborateurs destinés à flatter leur égo, il existe encore des gens désireux de rendre service à leurs concitoyens et qui le font, avec parfois des moyens d'un autre âge et sans se plaindre à tout bout de champ.

  • Par Linux - 16/03/2016 - 20:17 - Signaler un abus On parle de 0,7 % d'augmentation ...

    ... voire 1% dans le meilleur des cas ... au terme de cinq années consécutives de gel du point d'indice dans la fonction publique. L'augmentation ne s'appliquant qu'au salaire et pas aux primes , je table donc dans le meilleur des cas sur un bonus ROYAL de 22,53 € qui ne suffira pas à compenser la hausse mensuelle de 45 € des prélèvements survenue à partir de janvier sur mon mirifique salaire de professeur des écoles ayant commencé sa carrière en 1981. Ce qui me fait dire que les casseurs de fonctionnaires devraient la mettre un peu en veilleuse, quand je constate que mes jeunes collègues diplômés à bac+5 commencent leur carrière aux alentours de 1700 € net et finiront quoi qu'il arrive en queue de peloton de tous les enseignants des pays de l'OCDE , hors Grèce et Albanie. Quant à Manuel et François , s'ils s'imaginent que 22 € mensuels pourront me faire voter pour eux ... je ris ! ( jaune )

  • Par kaprate - 16/03/2016 - 22:05 - Signaler un abus @Linux

    Courageux de venir expliquer votre situation. Moi même ayant été fonctionnaire durant plus de 10 ans (J'en suis partie écoeurée par le système), je connais les limites de ce statut, le manque de reconnaissance, l'absence de notion de mérite alors que certains servent très honorablement le public, et je ne critique pas sans savoir (y compris pour le Bac+5) . Je travaille depuis 10 ans dans le privé où j'ai été salariée mais aussi chef d'entreprise et je crois que vous ne réalisez pas que 1700 euros nets (hors primes que vous avez certainement) est un TRES BON salaire pour un débutant, surtout si vous y ajoutez la sécurité, le temps de travail, les congés, l'absence de jour de carence en cas de maladie, les loisirs et vacances moins chèrs, les jours enfant malade, la mutuelle... Vous n'avez pas conscience et c'est normal, de ce que vivent les salariés du privé. Tous les Bac + 5 sont loin de commencer à 1700 et quand ils trouvent un boulot! Et c'est souvent stages, CDD, stages, CDD... Aucune sécurité, de la précarité, aucun congés la première année (le temps de capitaliser...), 5 semaines après, une retraite de misère... Les inégalités entre public et privé sont intenables...

  • Par vangog - 16/03/2016 - 22:34 - Signaler un abus Fanfoué et Linux ont parfaitement résumé la situation...

    Les fonctionnaires sont mal payés, car ils sont mal managés, et que les gauchistes ( au sens large) ont multiplié les fonctions inutiles et coûteuses. Nous, les patriotes, supprimerons les strates inutiles du mille-feuille créés par les UMPS (soit quasiment la moitié), les agences sans risques, observatoires de l'inutile et autres conseils pour copains et coquins, ainsi que les "fonctions" inutiles. Communication, culture, coordinateurs environmentaux...soit une gabegie incessante qui permet de nourrir une Nomenklatura gauchiste sans âme, et de sous payer les vrais fonctionnaires qui bossent...à la jaille!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€