Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hausse du prix de l'essence :
Total, profiteur ou bouc émissaire ?

Un article publié sur le site du Monde dénonce la caricature qui est faite des profits obtenus par l'entreprise de Christophe de Margerie. Et si la caricature avait du vrai ?

Le bouc émissaire

Publié le

Dans un article publié dans le monde, Stéphane Lauer prend la défense de Total en avançant qu’il est « tentant de hurler avec les loups », et en montrant que « Total ne gagne pas sa vie sur le dos des Français ». L’opération de communication du PDG de Total, Christophe de Margerie, semble déjà fonctionner. Mais, pour que le débat soit plus juste, je me permets d’apporter quelques précisions à l’article de M. Lauer.

M. Lauer, dans votre article, vous dites : « Total ne gagne pas sa vie sur le dos des Français, mais essentiellement grâce à son métier d’exploration-production. » et vous ajoutez la décomposition du prix moyen payé en station et concluez « A l’arrivée, la marge moyenne pour le distributeur se limite à… 1 centime ».

Vous avez raison sur un point, la plus grosse partie des profits de Total provient de l’amont, c'est-à-dire de l’exploration et de la production. En 2011, sur les 12 milliards de bénéfice, 10 milliards proviennent de l’amont contre 2 milliards pour l’aval (raffinage, distribution et trading).

Mais cela ne remet pas en cause le fait que « Total gagne de l’argent sur le dos des Français ». Cette année, trois rapports ont accusé les pétroliers de ne pas répercuter équitablement à la pompe les variations des prix du pétrole, montrant que lorsque le prix du pétrole baissait les pétroliers faisaient des marges supplémentaires. La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), qui a fait une étude sur 13 jours en mai 2011, a montré que la baisse du prix du pétrole avait engendré une hausse des marges de 2,6 ct/litre pour le gazole et 3,9 ct/litre pour l'essence, soit une marge supplémentaire pour les pétroliers de 4,1 millions d’euros par jour. Ce qui revient sur la période d’étude qui n’a duré que 13 jours à une marge de 53 millions d’euros !

Certes Total n’est pas l’ensemble des pétroliers mais le rapport distingue les majors, dont Total est quasi le seul représentant sur le territoire, avec des marges proches de 2,7ct/litre sur le gazole et 3,5ct/litre sur le SP95-E10. Ces marges ont engendré pour Total des centaines de milliers d’euros en plus par jour et sur le dos de qui… Des consommateurs français.

Vous dites également « En France, c’est la grande distribution, qui détient 60 % de parts de marché de la vente de carburants, qui fixe le tempo ». C’est d’ailleurs un chiffre et un argument souvent avancé par M. De Margerie. Mais ces chiffres semblent un peu volontairement grossi par Total (et par vous) car l’UFIP annonce une part des GMS plutôt à 40% en 2010 (4902 stations détenus par les GMS sur les 12051). Passons les problèmes statistiques propres à l’industrie pétrolière et creusons l’analyse. Pour comprendre la part de Total dans les stations-services, il ne faut pas faire un découpage entre majors, GMS et indépendant mais par marque. En France, le marché de la distribution de carburant n'est pas aussi concurrentiel que vous nous le présentez, il suffit de regarder la répartition par opérateur.

Aujourd'hui, Total possède 40% des stations-services (sous les marques Total, Elf, Elan et AS24). Le deuxième opérateur est carrefour avec seulement 10,3% des stations. En prenant en compte juste les compagnies pétrolières (producteur de l’amont à l’aval), Total est quasiment en monopole. La deuxième compagnie en part de marché est Esso avec 5,8 % des stations, vient ensuite BP avec 3,3%. Au final, la répartition des parts de marché montre que Total occupe une place de leader. On se retrouve donc dans un système de « leader » et de « suiveur » sur les prix. Les autres distributeurs de carburant positionnent donc leur prix en fonction de Total. C’est donc Total qui mène le tempo et le marché est en réalité loin d’être « hyper-concurrentiel ».

Enfin, vous précisez que « la France représente moins de 15% de ces profits », c’est vrai. D’ailleurs, les profits de Total, comme l’ensemble des compagnies pétrolières, dépendent largement de la hausse des prix du pétrole. Rappelons-le, le bénéfice de Total en 2011 a augmenté de 16% avec une production qui a diminué de 1%. Mais ces effets-prix ne doivent pas masquer certaines pratiques qui permettent à Total de grignoter plusieurs centaines de millions d’euros sur le dos des pays producteurs mais également des consommateurs. Ces pratiques, quelles représentent 5, 10 ou 15% du bénéfice, doivent être dénoncées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Le Nain - 16/02/2012 - 09:58 - Signaler un abus Et les taxes ?

    Combien de taxes ? Plus le prix monte et plus l'Etat engrange.

  • Par brennec - 16/02/2012 - 10:00 - Signaler un abus Principal profiteur: l'état.

    Pas la peine de chercher longtemps qui est le principal profiteur de la hausse des prix de l'essence: c'est l'état. C'est tout de même bizarre que personne ne note cette évidence qui saute aux yeux.

  • Par Tom Wimloc - 16/02/2012 - 10:13 - Signaler un abus Mon dieu quel marge!

    Des marges proches de 2,7ct/litre sur le gazole et 3,5ct/litre sur le SP95-E10. Si le problème du prix de l´essence se résumait à 3,5ct/litre, ça serait beau!

  • Par SoDa - 16/02/2012 - 14:16 - Signaler un abus Part de marché GMS

    M. Porcher, Détenir 40% des stations services (en unités) n'exclut pas de détenir 60% de part de marché en valeur (Chiffres d'affaires) ... Pouvez-vous nous éclairer sur ce point? Merci,

  • Par anticip - 16/02/2012 - 14:31 - Signaler un abus pour nous a la pompe

    ce n'est pas de l'essence que l'on mets dans le reservoir mais en priorité ,majoritairement des taxes .il ne sert a rien de toujours vouloir taper sur une entreprise francaise ,si ce n'est pas total qui nous fourni en produit petroliers ,ce sera une etrangere ,et pour nous ,rien de changé sauf nos taxe qui serons toujours la

  • Par Aristote - 16/02/2012 - 14:53 - Signaler un abus Docteur en économie ?

    On voudrait le début d'une approche de démonstration que la marge moyenne par litre, sur longue période, est trop importante eu égard aux frais encourus et aux capitaux investis. Peut-être que oui, peut-être que non, mais la façon de traiter le problème de cette article en dit long sur la piètre qualité des docteurs en économie de notre beau pays. La marge augmente quand le cours du brut baisse, elle diminue quand il monte, s'ajuste avec plus ou moins de retard, ce qui compte, c'est la marge sur longue période.

  • Par michael - 16/02/2012 - 16:14 - Signaler un abus taxes un jour, taxes toujours

    Quand on sait que dans le prix des carburants c'est 74% sur l'essence, et 67% sur le gazole, Total a bon dos !!

  • Par JP34 - 16/02/2012 - 16:23 - Signaler un abus Et bien si total gagne de

    Et bien si total gagne de l'argent, beaucoup d'argent tant mieux, pour l'entreprise, donc, pour les salariés, et aussi cocorico pour la FRANCE; il faut savoir ce que l'on veut,: soit les entreprises perdent de l'argent et se délocalisent ou disparaissent et on crie au scandale, soit elles gagnent de l'argent et on crie a

  • Par JP34 - 16/02/2012 - 16:28 - Signaler un abus SUITE

    au scandale; en fait les Français souffrent d'une maladie qui leur est incurable: la schizophrénie: Nous n'avons pas besoin d'un président , mais d'un bon toubib....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits matins, octobre 2016) co-écrit avec Frédéric Farah. 

Il est également l'auteur de TAFTA : l'accord du plus fort (Max Milo Editions, octobre 2014) ; Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€