Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 17 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hausse des marges et dividendes records du CAC40 : à qui la faute ? Pas aux méchants capitalistes et voilà pourquoi

Alors que l'économie française est encore en état de convalescence, les entreprises du CAC 40 ont distribué des niveaux de dividendes records à leurs actionnaires. Pourtant, et malgré les critiques, ce phénomène ne fait que traduire l'incompréhension d'un gouvernement face à la rationalité des décisions prises par les entreprises.

Corne d'abondance

Publié le - Mis à jour le 17 Janvier 2017
Hausse des marges et dividendes records du CAC40 : à qui la faute ? Pas aux méchants capitalistes et voilà pourquoi

Atlantico : lors de l'année 2016, les entreprises du CAC 40 ont versé 55.7 milliards d'euros à leurs actionnaires, dans un contexte économique pourtant encore convalescent. Alors que François Hollande avait fait de l'investissement une de ses priorités, le Président ne semble pas avoir été écouté, puisque les très grandes entreprises semblent plus enclines à soigner leurs actionnaires. Comment expliquer une tel choix ?

Nicolas Goetzmann : l'essentiel est déjà d'arrêter de considérer les entreprises comme le bras armé d'un gouvernement en ce qui concerne la croissance, les investissements ou l'emploi.

Les entreprises ne sont pas là pour faire le travail du politique. Elles ne sont qu'un maillon de la chaîne. La croissance, l'emploi, l'investissement sont des objectifs qui peuvent être fixés par un gouvernement, mais il ne s'agit pas du rôle des entreprises.

L'objectif d'une entreprise est clair, il s'agit de faire du profit, il n'y a donc pas de surprise, pas de jugement moral à avoir, le but est avoué, et il n'y a pas de question à se poser. C'est justement en inscrivant ce fait "les entreprises ont pour objectif de faire du profit" come une constante, qu'un gouvernement peut envisager une politique économique. A l'inverse, lorsque le gouvernement indique que les entreprises doivent investir ou doivent embaucher, nous sommes dans l'incantation, et non dans la réalité. Une entreprise embauche ou investit uniquement si elle y trouve son intérêt, c’est-à-dire si elle estime que ces décisions sont susceptibles de lui permettre de faire plus de profits.

Dès lors, c'est en mettant en place un cadre économique favorable qu'un gouvernement va pouvoir compter sur l'instinct des entreprises. Si de nouveaux marchés s'ouvrent, si la croissance est attendue à la hausse, alors les entreprises vont réviser leurs anticipations et se mettre en ordre de bataille pour gagner le maximum. "Greedy, greedy, greedy" comme dirait Donald Trump. C'est à ce moment-là que les décisions d'investissements et d'embauches vont se mettre en place. Et cette "avidité", le politique peut compter dessus, et il doit s'en servir. Si les conditions de la croissance sont en place, le résultat ne sera pas décevant. C'est ce qu'a raté François Hollande.

Parce que si les entreprises du CAC 40 choisissent de distribuer des dividendes élevés, c'est avant tout parce que celles-ci font un choix rationnel. La croissance des prochaines années sera-t-elle fortement en hausse ? Les conditions à venir sont-elles une incitation à embaucher ? à Investir ? Non. Ce n'est pas parce que les entreprises ont les moyens d'investir ou d'embaucher qu'elles vont le faire, elles ne le feront que si cela peut leur être profitable. Encore une fois, il faut sortir de cette vision moralisatrice. Parce qu'un gouvernement un peu malin peut justement se servir de cet appétit des entreprises pour le profit pour permettre l'apparition de ce qu'il veut, entre emplois et investissements.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 11/01/2017 - 09:32 - Signaler un abus M. Goetzmann y va fort ! Sans

    M. Goetzmann y va fort ! Sans doute en est-il conscient, et il cherche à provoquer la réaction, la prise de conscience. Ce qu'il revendique ici, c'est le droit de s'enrichir sans limite ! Eh bien, non ! Dans l'éventail des modèles de société possibles, à l’extrême gauche, il y a le modèle communiste, dont la simple évocation plonge les lecteurs d'Atlantico dans un état cataleptique : l’être humain perd toute motivation à travailler mieux, puisque cela n'augmentera pas son revenu. Mais, à l'autre bout des possibilités, la liberté absolue de s'enrichir sans aucune limite, est tout aussi insoutenable : elle conduit au meurtre, à la révolution. Platon fixait le rapport optimum entre les plus riches et les plus pauvres à 1 à 4, Henry Ford (le fondateur des usines automobiles) était plus généreux : 1 à 20 !

  • Par zouk - 11/01/2017 - 09:47 - Signaler un abus DIVIDENDES

    Oui Goetzman a raison, il nous faut des entreprises prospères, capables d'attirer des investisseurs pour croître, donc créer de nouvelles activités càd de nouveaux emplois et non pas procurer des enrichissements illimités à leurs actionnaires. C'est particulièrement vrai dans la période de mutation vers le numérique, à laquelle, faute de moyens, beaucoup d'entreprises ont tant de mal à s'adapter, cela exige des investissements que seuls les profits et des actionnaires satisfaits peuvent financer. IIlusion persistante: le rapport idéal entre le salaire des dirigeants et celui de salariés de base.

  • Par Deneziere - 11/01/2017 - 10:15 - Signaler un abus Pitié, pas ça...

    NG nous dit : "Une autre recette qui fonctionne, c'est une reprise de l'investissement public". Sauf que l'état français ne sait pas faire la différence entre un investissement et une dépense. Et entre une dépense et un gaspillage non plus.

  • Par Brasidas - 11/01/2017 - 10:50 - Signaler un abus @Ganesha

    le modele communiste...cette horreur absolue avec ses comités de quartiers et ses babouchkas a chaque étage d'immeuble notant vos allées et venues. Eh bien je pense qu'il n'y a pas que les lecteurs d'Atlantico qui n'en veuille absolument pas. oui la conséquence était que les gens en faisaient le moins possible et que donc économiquement c'était impossible à tenir. Maintenant est il juste que tous les arrière-arrière petits enfants de Mick Jagger n'auront jamais à travailler un seul jour de leur vie ? Il y a certainement une limite à fixer avec l'impôt sur la transmission de patrimoine. Culturellement aux USA la transmission a toujours été plus taxée que le revenu du travail. Ce n'est pas le cas en France et on ne parlera pas des niches.

  • Par lasenorita - 11/01/2017 - 11:10 - Signaler un abus La dette et le déficit public ont augmenté sous ce gouvernement

    de ''gauche''..ainsi que les sans-dents.. les gauchistes aiment les pauvres ''ils en fabriquent!...Les candidats de ''gauche'' à l'Elysée n'ont pas l'intention de diminuer les ''dépenses publiques''... ni l'immigration! voir http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/le-deficit-public-grand-oublie-de-la-campagne-presidentielle-1078389.html#xtor=AL-68 et http://bfmtv.com/mediaplayer/video/immigration-mon-approche-se-fonde-sur-lasile-et-lhospitalit-benoit-hamon-899771.html et http://actu.orange.fr/politique/peillon-detaille-ses-16-5-milliards-de-depenses-supplementaires-CNT000000AU8NL.html nos ''représentants'' politiques ne savent pas compter, ils dépensent allègrement nos sous.. et ils donnent les sous des contribuables français aux terroristes qui nous envahissent: ils devraient être traduits en justice pour avoir mis le peuple de France en danger...et ils veulent CONTINUER!..

  • Par Citoyen Ordinaire - 11/01/2017 - 11:30 - Signaler un abus Qui a dit que le gouvernement ne réussit pas ?

    Les politiques et l'UE font du bon travail pour les intérêts de ceux qui les font manger... Mission réussie. Pendant que nos impôts flambent....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/01/2017 - 11:56 - Signaler un abus Le seul problème est l'investissement ....

    Si une entreprise peut investir et distribuer des dividendes, tout va bien... Le problème se pose quand l'entreprise n'investit plus, car là on sait qu'elle va mourir...Maintenant, s'il y a des philosophes de café du commerce capables de déterminer quel et le bon rapport entre les hauts revenus et les bas revenus....qu'ils précisent sur quoi ils fondent leurs certitudes..!!

  • Par Ganesha - 11/01/2017 - 12:00 - Signaler un abus Brasidas

    Brasidas, il y a une statistique essentielle, qui a été confirmée par d’innombrables études, et qu'il faut rappeler sans relâche : désormais, partout dans le monde, il y a une oligarchie de moins de 1 % de la population, qui possède plus de 50 % des richesses. C'est évidemment insupportable, cela démontre que l'économie mondiale a dérivé depuis au moins trente ans dans une mauvaise direction, et qu'un retour à la raison est indispensable et urgent. Comme d'habitude, il y a ici des intervenants qui ''font semblant de ne pas comprendre''… Ils ne font certainement pas partie de ces 1 % , mais ils sont tout de même très attachés à leurs ''modestes dividendes'', et ils espèrent que leur intervention sera récompensée !

  • Par Anguerrand - 11/01/2017 - 13:16 - Signaler un abus À Ganesha

    " il y a de nombreuses études qui disent" , ah bon les quels, vous reprenez les arguments du PS et du PCF, normal quand on est fN tendance Philippot. Vous racontez n'importe quoi, vos chiffres sont loin de la réalité . Parlez nous de la richesse des Le Pen, et surtout comment ont ils pu en ne faisant QUE de la politique et un héritage extemement contesté ? Vous avez certainement des " nombreuses études " sur ce sujet,, d'autant qu'en ligne indirect l'impôt est supérieur à 60%. Vous êtes mediocre, allez sur le site de l'Humanité pour écrire vos inespties.

  • Par lasenorita - 11/01/2017 - 14:25 - Signaler un abus Les charges,etc.

    Une de mes amies est propriétaire d'un restaurant sur la Côte d'Azur. Elle m' a avoué que le gouvernement actuel l'accablait d'impôts, elle a donc acheté un hôtel-restaurant à l'étranger où elle fait travailler une dizaine de personnes...qu'elle aurait pu faire travailler, en France, si les charges étaient moins importantes dans notre pays.. beaucoup de ''têtes bien faites'' quittent leur pays natal parce qu'elles sont mieux considérées à l'étranger...mais Hollande n'aime pas les ''banques'' il n'aime que les ''pauvres'' et il en fabrique.. en accablant les ''Français moyens'' d'impôts et de charges...

  • Par Benvoyons - 11/01/2017 - 15:07 - Signaler un abus Si les riches Français deviennent plus riches, cela veut dire

    qu'ils sont encore là:)::)) Mais, il faut comprendre, qu'un riche Français devient plus riche plus vite, car il investi aussi à l'étranger. Donc l'augmentation de sa richesse n'est pas du aux performances Françaises qui sont dérisoires, mais de ses investissements, ceux qu'il a à l'étranger. En fait il paye plus d'impôt grâce aux autres pays ou il paye des impôts plus plus d'impôts en France. Bilan pour certains Français malheureusement dont l'idée est majoritaire et bien c'est homme est indigne d'être Français c'est un salop un truand. Finalement vaut mieux qu'il parte et continuer à investir dans les pays qui l'accepte sans se poser des questions à la Con!

  • Par Totor Furibard - 11/01/2017 - 15:18 - Signaler un abus Qui a parlé de méchants capitalistes ?

    Les entreprises ne sont (pour la plupart) ni méchantes ni gentilles: C'est tout à fait vrai: la plupart sont concentrées uniquement sur la recherche de profits, à n'importe quel coût pour les autres partie prenantes: si elles étaient personnalisées en être humain, on les appellerait des monstres auto-centrés et égoïstes, ou plus simplement des psychopathes. Clairement le raisonnement est juste: le CIC n'avait aucune chance de fonctionner. Il faut donc et c'est évident privilégier la demande qui est bien trop faible au regards des facteurs de production disponibles (notamment de la main d’œuvre). Il est vrai que la mini-relance est certainement due non pas à ces crédits, mais à la politique accommodante de la BCE, mais aussi à la baisse du coût du pétrole et des matières premières. Mais cette politique trouve des limites et nous sommes probablement au bout. Reste une vaste relance d'investissement publiques, mais à cause de l'Europe et l'Euro, le faire en France seulement ne servira que l’intérêt des pays que ne le font pas (les free riders, Allemagne en tête). Je ne vois pas d'issues dans cette Europe là.

  • Par theodorum - 11/01/2017 - 15:34 - Signaler un abus Une autre explication

    Quand le bâtiment va, tout va, dit le proverbe. Cela a été favorisé par la baisse des intérêts, dont est responsable la BCE, et des prix du pétrole. Le gouvernement a fini par comprendre, aussi, que cela ne pouvait plus durer, et a favorisé la construction. Concernant les dividendes les entreprises utilisent un crédit bon marché pour placer leur trésorerie et rachètent leurs propres actions pour se protéger des OPA. Mais la croissance est partie en Asie du fait de concurrences déloyales et donc d'une demande en baisse globalement, l'essentiel des bénéfices étant accaparé par une minorité d'intermédiaires repus et spéculant, les masses asiatiques ne pouvant remplacer le pouvoir d'achat de dizaines de millions de travailleurs des pays riches réduits à l'assistance, ce qui explique les detes monstrueuses européennes et américaines. La société de consommation inégalitaire est au bout du rouleau de la dette. Il serait temps de comprendre que le système capitaliste est trop productif, contrairement au système communiste, et qu'il faut trouver un juste milieu, en développant la solidarité et en diminuant la concurrence. La TVA à la place des cotisations s'impose !

  • Par ZeArno - 11/01/2017 - 16:38 - Signaler un abus L'évidence

    Au moment de la mise en place du CICE, les pragmatiques rappelaient que c'est le carnet de commandes et uniquement ce dernier qui conditionne l’emploi et l'investissement des entreprise. Comme il a été dit ici, le CICE n'a fait que diminuer un peu le coût du travail, coût par ailleurs très élevé en France. Dès lors, il n'est pas étonnant que les entreprises l'utilisent pour améliorer leurs marges. La politique de l'offre menée par la gauche est un échec pur et simple, et il n'y a bien que la gauche et ses gauchistes qui se voilent la face en l’annonçant comme un succès !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/01/2017 - 17:52 - Signaler un abus @lasenorita

    ....très bon exemple de la réalité Française. Les charges sont tellement élevées du fait de l'assistanat et de la redistribution aux fonctionnaires que les entreprises sont en train de mourir ou s'expatrient pour ne pas crever.. la suite logique est que bientôt il n'y aura plus rien à redistribuer..... que des dettes!!

  • Par Semper Fi - 11/01/2017 - 18:47 - Signaler un abus @Ganesha

    ... que nous connaissons bien, et apprécions même quand il "marche un peu à côté de ses pompes"... Le dividende versé à l'actionnaire rémunère le risque pris par celui-ci qui investit SON argent dans une entreprise (à l'instar du taux d'intérêt qui rémunère le risque pris en prêtant). Plus le risque augmente, puis la rémunération de ce risque augmente. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c'est en période d'incertitude sur l'avenir que les dividendes sont les plus élevés (et oui, il faut motiver les investisseurs à risquer leur argent), et en période de confiance dans l'avenir, que ceux-ci sont les plus faibles (pas besoin d'incitation supplémentaire les investisseurs suivent). Le corollaire : une augmentation très significatives des dividendes est souvent le signe d'une certaine nervosité quant à l'avenir, et donc un signal faible d'une crise à venir. A méditer. NB : ce raisonnement ne s'applique pas aux entreprises dont la structure du capital n'est pas simplement dictée par des impératifs financiers mais aussi par des liens plus "physiques et/ou affectifs" comme par exemple les entreprises familiales (petites ou très grandes).

  • Par Totor Furibard - 11/01/2017 - 19:27 - Signaler un abus @Semper: Les dividendes versés rémunèrent le risque, oui mais..

    Voilà une phrase tout droit sortie du manuel "Réponses toute faite pour neo-libéral, ou comment justifier la rente" On parle ici les entreprises du CAC 40: Quel risque exactement ? Elles sont énormes et si jamais elles allaient un peu mal elles seraient virées du CAC 40 ! Les rentes sont très élevées car c'est imposé à la direction par les actionnaires, qui rappelons le, sont principalement des étrangers et fonds de pensions qui se foutent éperdument de l'avenir à long/moyen terme des entreprises Françaises, et donc des investissements: c'est aussi simple que ça ! Pour un investisseur Chinois, Katari ou Américain une entreprise Française est avant tout une Cash machine à exploiter au maximum, et tout de suite ...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/01/2017 - 19:39 - Signaler un abus @totor

    Et bien il n 'y a qu'à supprimer les actionnaires.... C'est vrai que nous n'en aurons bientôt plus besoin quand les entreprises auront toutes disparu.

  • Par Solaros - 16/01/2017 - 05:14 - Signaler un abus Et si les entreprises

    Et si les entreprises prenaient aussi un peu le relais des états et décidaient eux aussi de favoriser la relance de la consommation? Si on baisse mes charges, en plus d'enrichir mes actionnaires, je peux aussi monter un peu les salaires de mes employés tout en restant concurrentiel. Mais ça, bien sûr, ça n'entre plus dans la logique de la grande entreprise du CAC 40, et elle l'assume cyniquement. Plus facile d'accuser l'Etat.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€