Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 30 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le hasard n'existe pas : simplement, nous ne sommes pas assez intelligents pour comprendre tous les liens de causalité

Le hasard n’est qu’une illusion ; nous vivons dans un monde déterministe mais nous vivons aussi dans un monde infiniment complexe dans lequel, bien souvent, les liens de causalité nous échappent.

Roulette russe

Publié le
Le hasard n'existe pas : simplement, nous ne sommes pas assez intelligents pour comprendre tous les liens de causalité

Le loto. Crédit Reuters

À la fin de son cours, un professeur lance un défi à ses étudiants : ils doivent, pour la prochaine séance, concevoir une fonction capable de générer dix nombres aléatoires. En sortant de la salle de classe, la plupart des étudiants sont intimement persuadés de la trivialité de l’exercice ; en une demi-heure, se disent-ils, ce sera bouclé. Ils rentrent chez eux, s’installent devant leur ordinateur et c’est là qu’ils commencent à réfléchir.

La tâche qui consiste à concevoir un générateur de nombres aléatoires est aussi simple en apparence qu’elle est complexe en réalité. Comment créer le hasard ?

Comment concevoir un algorithme – c’est-à-dire un système forcément déterministe – qui génère un résultat qui échappe à toute explication déterministe ? Eh bien c’est impossible. Les esprits les plus brillants se sont frottés à ce problème et tous en ont conclu qu’il n’est tout simplement pas possible de créer un tel algorithme. Tous les générateurs de nombres aléatoires [1] sont en réalité des générateurs de nombres pseudo-aléatoires ; c’est-à-dire qu’ils simulent le hasard en créant des séquences de nombres dont il est plus ou moins difficile d’identifier les propriétés déterministes.

Une manière de s’approcher au plus près de l’aléa parfait consiste à s’appuyer sur des phénomènes physiques présumés imprévisibles [2] comme, par exemple, le lancer d’un dé. Comme nous sommes, a priori, incapables de déterminer à l’avance sur quelle face le dé va tomber, nous considérons que la séquence de nombres de 1 à 6 qui résultera de plusieurs lancers sera aléatoire. Mais cela signifie-t-il qu’elle l’est vraiment ? Certainement pas : elle est en réalité entièrement déterminée par les lois de la physique. Avec un équipement adéquat, nous pourrions prédire précisément le résultat de chaque lancer ou faire en sorte que le dé tombe à chaque fois sur la même face. Ce qui donne ici l’illusion de l’aléa, c’est le fait que la main de celui qui lance le dé n’est pas un instrument suffisamment précis pour influer sciemment sur le résultat. Du moins en principe.

Les générateurs présumés les plus performants, plutôt que des dés, utilisent aujourd’hui des phénomènes quantiques. Il y a deux manières de justifier cela : l’interprétation classique de la théorie quantique qui veut que ces phénomènes sont vraiment aléatoires (le chat de Schrödinger à la fois mort et vivant) et celle selon laquelle les variables quantiques suivent des lois déterministes que nous ne connaissons pas (le chat est dans un état déterminé mais nous ne savons pas lequel et nous ne savons pas pourquoi). Je suis, bien sûr, parfaitement incompétent en la matière mais mon intuition me pousse à suivre Einstein [3] : Dieu ne joue pas aux dés dans l’Univers, il y a là derrière quelque chose qui nous échappe encore ; Feyman lui-même ne disait-il pas que "personne ne comprend vraiment la physique quantique" ?

Quoiqu’il en soit, et dans l’état actuel de nos connaissances en dehors du domaine quantique, l’aléa n’existe pas. C’est un abus de langage, un concept pratique qui nous permet de désigner le produit de chaînes de causalité trop complexes pour que nous puissions en comprendre le caractère déterministe. Le hasard n’est qu’une illusion ; nous vivons dans un monde déterministe mais nous vivons aussi dans un monde infiniment complexe dans lequel, bien souvent, les liens de causalité nous échappent.

____________________

  1. (1) La fonction ALEA() sous Excel par exemple.
  2. (2) Ou à combiner un générateur de nombres pseudo-aléatoires à des phénomènes physiques.
  3. Et oui, je sais pour le paradoxe EPR.

*Cet article a précédemment été publié sur Contrepoints

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 16/08/2013 - 09:47 - Signaler un abus Le hasard n'existe pas

    Si ! Un gagnant au Loto Non! Un perdant au Loto

  • Par Doppelgan - 16/08/2013 - 10:15 - Signaler un abus Comme l'a dit Niels Bohr par

    Comme l'a dit Niels Bohr par rapport à la citation d'Einstein : "arrêter de dire à Dieu ce qu'il doit faire". D'autant que les théories actuelles tendent plutôt à confirmer l'aspect aléatoire de la physique quantique.

  • Par Monkeyman - 16/08/2013 - 11:29 - Signaler un abus Les homo sapiens osent tout, c’est à cela qu’on les reconnait !

    Quelques ajouts. La théorie mathématique du chaos démontre que si le nombre des paramètres composant une situation (ou « truc ») est trop important, l’analyse est impossible. Arrive-ton à comprendre la logique qui anime la mécanique quantique et qui repose sur un référentiel qui nous dépasse ? ! Lors de l’étude des espaces vectoriels, ne démontre-t-on pas qu’un élément évoluant dans un espace E de dimension « n » ne peut rien concevoir de l’aménagement structural d’un espace F incluant E et de dimension « n+1 » ? Additif L’exercice propose de disposer 6 allumettes (figurant 6 segments de même longueur) sur une table plate illustrant un plan de manière à configurer 4 triangles équilatéraux ayant pour côtés ces 6 segments. Si on est obligé d'abandonner la recherche de ce problème sans solution dans le plan (qui est de dimension 2 : en bref, longueur, largeur) ; l'idée consistant à décoller, à se mouvoir dans l'espace traditionnel (de dimension 3 : en bref, longueur, largeur, hauteur), aboutit de suite à la construction d'une pyramide triangulaire de type équilatérale formée des 4 triangles souhaités.

  • Par EOLE - 16/08/2013 - 11:31 - Signaler un abus Un peu court jeune homme!

    Le sujet mérite mieux. Le hasard n'existe pas: certes puisqu'à proprement parler ce mot ne fait que traduire notre incompétence à comprendre la cause efficiente. L'aléa (du latin traduisant le dé à six faces) n'est pas synonyme de hasard mais assez proche de l'incertitude (il y a un nombre fini et certain de solutions possibles: 1,2,...,6). La théorie quantique ne peut effectivement pas se vérifier du fait que le fil du scalpel utilisé par le scientifique sera toujours plus épais que l'objet à disséquer... Quant à la téléonomie ("Dieu ne joue pas aux dès"), il y aurait intérêt à faire connaître et lire en France la philosophie du process d'Alfred North Whitehead qui vous en apprendrait un peu plus sur les liens entre les causes finales et les causes efficientes ainsi que sur les interactions entre les indissociables qu'on peut nommer Dieu et le Monde (Procès et réalité, paru chez Nrf Gallimard). Autant dire que Jacques Monod, tout prix Nobel qu'il fut, ne restera pas au top avec son "hasard et nécessité", ce dernier mot traduisant notre incapacité à comprendre non plus la cause efficiente comme pour le hasard, mais la cause finale. Un postmodernisme qui retarde d'un demi-siècle !

  • Par gile - 16/08/2013 - 15:21 - Signaler un abus Hasard......vous avez dit hasard....

    Le hasard c'est cette chose que l'on ne peut prévoir avant qu'elle soit survenue, mais que l'on peut parfaitement expliquer après qu'elle soit survenue. Autrement dit, le hasard c'est le temps (passé, présent, futur). Or le temps est la chose la plus méconnue au monde. Déjà Einstein avait démontré la nature toute relative du temps. Le jour où l'on aura compris la véritable nature de cette chose que l'on appelle le temps, alors le hasard ne sera plus du hasard.

  • Par zelectron - 16/08/2013 - 19:50 - Signaler un abus Ce qui sous-tendrait :

    - soit que la définition du hasard serait fausse ... - soit qu'effectivement nous n'avons pas assez de mémoire et de neurones pour traiter certaines relations de causes à effets (les machines désormais y pourvoient de plus en plus ) - soit encore que l'énoncé du problème mettrait en cause celui qui l'a élucubré

  • Par Duffy - 16/08/2013 - 22:21 - Signaler un abus un article

    Qui a agité quelques neurones Pas mal.

  • Par Le Lampiste - 16/08/2013 - 23:59 - Signaler un abus L'avenir des Zocialos est-il prévisible ou hasardeux ?

    Avec l'illusion d'avoir volé la toute-puissance aux dieux, quand on a enfin domestiqué la Machine à Vapeur, le Marteau-Pilon du Creusot et pour finir la Fée Electricité, le Matérialisme Dialectique a cru fonder définitivement le Scientisme. C'est à dire une "théorie-théologie" qui prétend que la connaissance du présent permet de tracer un axe étendu vers l'avenir (forcément radieux pour les Prolétaires de tous les pays, etc...). Bref, la Science soumise à la "Raison Zociale"; comme disait un certain Louis-Ferdinand, qu'il est toujours bon de citer pour emm...er les zocialos. L'ennui, c'est qu'on sait que déjà, 3 corps soumis à l'attraction de gravitation auront un comportement incalculable et imprévisible, par NATURE. Et non pas par les perturbations de quelques imperfections matérielles, poussières ou autres. SI le hasard n'est pas autre chose que l'impossibilité de prévisions, ce à quoi semble le réduire l'auteur, c'est donc bien qu'il existe. Mais si on considère l'infinitude de complexité de la Vie, son rôle semble destructeur ou nul, face à l'impératif des régulations et de la thermodynamique biochimique ou pas. On ne remplace pas "le Grand Architecte" si facilement, ni Dieu.

  • Par Bernard Mitjavile - 17/08/2013 - 08:15 - Signaler un abus hasard et nécessité

    Les deux concepts de hasard et nécessité par lesquels Jacques Monod prétendait dans un livre expliquer la vie et l'univers, livre qui a fait beaucoup couler d'encre en son temps, n'expliquent pas grand chose. En effet que veut dire nécessité, est-il nécessaire que l'univers, la vie, la beauté, l'amour existent et nécessaire pour qui? Ce mot utilisé par un homme qui se voulait athée me paraît bien dangereux pour son athéisme. Quant au hasard, il y aurait encore plus à en dire.

  • Par Le gorille - 17/08/2013 - 09:36 - Signaler un abus Uniquement du B-A-BA

    Dommage... J'ai appris cela en classe. Pas de changement donc, sauf l'ordinateur, qui n'existait pas alors... J'eusse préféré que l'on abordât plutôt l'aspect métaphysique. L'angle mathématique ou physique, même teinté de philosophie, n'a guère d'intérêt : il n'est que pragmatique et accessible à l'intelligence. (Hum ! Pas pour la physique des quantas : pas fou tout de même !) Je rejoins donc le commentaire de claude-michel, plutôt caustique, tout en le contredisant : non, nous ne sommes pas issus du hasard. Là est le vrai débat. Bon, d'accord, à "vrai", préférons l'adjectif "intéressant" ! Et puis... pour faire bon poids, ajoutons-y un zeste de téléologie...

  • Par Beaumanoir - 17/08/2013 - 17:38 - Signaler un abus Parce qu' un algorithme ne peut pas creer une serie aleatoire

    ca veut dire que la serie aleatoire n' existe pas? L' auteur pense que s' il n' est pas capable de resoudre un probleme, ca veut dire qu' il n' y a pas de solution? L' auteur ne sait pas qu' il y a des tas de problemes qui ne peuvent etre resolus par des algoritmes et ordinateurs? Article plein de co... fonde sur une pseudo philosophie Lamarkienne du 19 eme siècle. Si j' avais lu un article disant que l' atome est indivisible j' aurais ete aussi surpris. La theorie du chaos et la notion de problemes indecidables en informatique sont apparemment ignorees par l' auteur qui d' ailleurs se declare incompetent en la matiere!

  • Par Le Lampiste - 17/08/2013 - 17:45 - Signaler un abus @gorille : Désolé, c'est bien la Physique qui est la clé.

    Tout étudiant en physique ou tout ingénieur digne de ce titre sait qu'une mesure n'a de sens que si on connait son incertitude. Tout scientifique sait aussi que les prévisions sont bornées par un "horizon prédictif" qui résulte des scénarios maximalisant ces incertitudes combinées. Au delà de cet horizon, règne le "hasard"; c'est à dire ce qui ne peut être prévu. C'est bien pour cela que le programme générateur de nombres aléatoires ne peut être construit sur une logique binaire, avec en plus des algorithmes de correction d'erreur, l'erreur étant inacceptable dans cette logique binaire. C'est bien parce qu'il n'y a pas de déterminisme que le modèle de Monte-Carlo permet justement d'en tirer parti, reposant sur un hasard pur, tel que décrit plus haut. Le reste relève de la vieille balançoire scientiste, qui faisait illusion au siècle des "Lumières", mais qui n'est plus poussée que par des attardés, réfractaires à toute pensée non grossièrement déterministe, et ceci pour des raisons d'idéologie, se prétendant maitres de leur destin comme de leurs origines, qu'ils veulent à tout prix tirer du néant cosmologique sans comprendre que la science dévoile in fine un ordre 1er transcendant.

  • Par Le gorille - 17/08/2013 - 20:14 - Signaler un abus Pour la pensée de l'homme : hasard

    @ lampiste. Je vous suis tout à fait si l'on se limite à la pensée de l'homme, qui elle-même, même si elle progresse en capacité, reste et restera toujours limitée. Sinon il serait Dieu lui-même.

  • Par Le gorille - 17/08/2013 - 21:33 - Signaler un abus Une approche

    @ Le Lampiste Ceci dit, je n'ai pas votre niveau mathématique. Quand je dis, "je vous suis", disons que j'accepte tout à fait votre raisonnement, et que des formules physiques rendent comptent de la réalité en modélisant l'incertitude. Dire que l'Univers obéit intégralement au déterminisme, je ne franchis pas le pas, car là, ça devient fort compliqué : j'ai sous les yeux l'homme à qui a été accordée la liberté. Si l'homme est libre, pourquoi Dieu n'aurait-il pas créée une loi où l'incertitude pourrait régir un certain agencement physique ? Doit-on pour autant assimiler incertitude à hasard ? J'ai du mal...

  • Par dark m'adore - 18/08/2013 - 05:47 - Signaler un abus le hasard depend de notre conception du temps

    einstein pose comme axiome(dogme scientifique)que la vitesse de la lumiere est un absolu indepassable..ceci semble maintenant faux(effet non epr,non explication des forces gravitationnelles,existence de paires de particules interagissant dans l'espace temps).Le hasard pose comme condition que le temps est neutre dans la survenue d'un evenement,d'ou l'impossibilite de trouver de solution

  • Par Satan - 18/08/2013 - 16:43 - Signaler un abus Donc Sarkozy et Hollande ce n'est pas un hasard ???

    Vive la NSA , Vive La France!

  • Par bea33 - 19/08/2013 - 11:05 - Signaler un abus Etrange

    Donc nous ne sommes pas assez intelligent pour comprendre un concept que nous avons créé, c'est très intéressant. N'y a t il pas confusion avec incertitude.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Nicoulaud

Guillaume Nicoulaud, qui écrivait également sous le pseudonyme Georges Kaplan, est économiste de formation. Il travaille pour un fonds d’investissement tout en menant des activités de recherche (principalement la théorie de valorisation, l’hypothèse d’efficience des marchés et la théorie dite autrichienne du cycle) et en écrivant des articles pour diverses publications.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€