Mercredi 23 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Guerre des valeurs : ou comment François Hollande tente désespérément de rattraper le terrain perdu

Dans sa tribune publiée dans Libération, François Hollande a davantage insisté sur les valeurs qu’il défend que sur ses propositions politiques. Objectif : imposer ses thèmes de campagne...

Le changement, c’est…

Publié le 4 janvier 2012
 

Dans les années 1980-90, la gauche avait réussi à mener les débats en imposant ses valeurs, telles que la tolérance. La droite était dominée idéologiquement, y compris sous Jacques Chirac. Ce que l’on peut reconnaître à Nicolas Sarkozy – et ce pourquoi il restera dans l’histoire des droites quel que soit le résultat de 2012 – c’est qu’il a permis aux droites de l’emporter idéologiquement à partir de 2003-2004. Désormais le débat public tourne autour de la réduction de la dette, de la sécurité, de la fiscalité, etc. La gauche s’aligne sur ces thèmes.

Pour en revenir à la tribune de François Hollande, il est certain que le lecteur lambda n’en retiendra pas grand chose. Ce discours évoque irrésistiblement ceux d'hommes de gauche comme Édouard Herriot dans les années 1920-30 : par son lyrisme, ses qualités d'écriture et son absence de propositions précises.     

François Hollande avait-il de toute façon un autre choix que d’en rester à un manifeste sur ses valeurs plutôt que de développer des propositions politiques concrètes, sachant que Nicolas Sarkozy n’est pas encore entré en campagne ? 

Le problème de François Hollande est que l'anti-sarkozysme cesse peu a peu d'être un levier avec la crise, et le "recentrage" de l'image présidentielle. Mais François Hollande dispose, en ce mois de janvier, d’une fenêtre de tir avant la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy. Il cherche à en profiter pour imposer ses thèmes de campagne dans le débat public, afin que la campagne présidentielle se fasse ensuite autour d'eux, et que Nicolas Sarkozy soit contraint de discuter les propositions socialistes.      

Mais les valeurs mises en avant par François Hollande sont trop générales et trop nombreuses - quatre, là où il ne faudrait en marteler que deux au maximum - pour lui permettre de réussir ce pari. C'est du moins mon analyse.

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Takezo - 05/01/2012 - 09:16 - Signaler un abus @fms

    Mais quelle campagne ?!!!!! A t-il seulement annoncé sa candidature ? Des faits, nous voulons des faits. Pas besoin de moutons comme vous, bêlant les mêmes inepties au hasard des articles.

  • Par Equilibre - 04/01/2012 - 23:52 - Signaler un abus Une bonne description, oui mais

    c'est facile de dénoncer. Proposer, c'est plus dur et rassembler autour des propositions, n'en parlons pas. Quand à ce qu'elles fonctionnent, là, pour les miracles, prévoir un délai.
    Au fait, la notice de son programme weight watcher, il nous la pond quand ?

  • Par bacal - 04/01/2012 - 23:40 - Signaler un abus Looser/winer

    Le pb de FH, c'est qu'il n'a pas le tempérament d'un chef qui tire seul toute son équipe, laquelle diverge à chaque intervention; alors quand il s'agit de tirer le PS tt entier et plus encore, 50,01 % des électeurs, y'a de l'écart. Ce n'est pas un gagnant, tout au mieux un conservateur de positions héritées. Outre son manque de programme et de charisme, en 1 mot comme en 100, c'est un looser.

  • Par Rhadamante - 04/01/2012 - 22:01 - Signaler un abus Bof ...

    En tout cas, on se gène pas aussi bien dans l'article ( plutôt intéressant tout de même) que dans les commentaires pour étiqueter les gens, la gauche, la droite, les politiciens, etc. C'est plus pratique mais pas forcément plus utile ...

  • Par fms - 04/01/2012 - 19:09 - Signaler un abus belle analyse de ce texte de hollande

    qui a ses qualités et ses défauts.
    Je retiendrai que pour marquer son territoire et de son empreinte la campagne, il faudra quand même en faire plus avant l'entrée en campagne "déclarée" de Sarkozy.

  • Par letroll - 04/01/2012 - 16:00 - Signaler un abus nos vraies valeurs ?

    l'or, l'euro et le dollar .... restons simples et factuels

  • Par titine - 04/01/2012 - 14:12 - Signaler un abus Pauvre mec !

    On a bien vu où ces valeurs dont la gauche s'est appropriée depuis plus de 60 ans ont conduit les peuples... Et apparemment, ce n'est pas encore suffisant !! Il est vrai que les virus ont généralement longue vie.

  • Par François78 - 04/01/2012 - 12:32 - Signaler un abus Merci Terra-Nova

    Ce qui va perdre Hollande, ce sont les élucubrations mortifères de Terra-Nova. Sur destructuration de la famille, de l'identité nationale etc ... Pour un vivreensemble et une bienpensance fantasmés.
    J'ai rarement vu un catalogue aussi pernicieux. Merci donc.

  • Par Takezo - 04/01/2012 - 11:16 - Signaler un abus @Mani

    Tout à fait d'accord avec vous !

  • Par Mani - 04/01/2012 - 10:53 - Signaler un abus @Takezo

    C'est une analyse de gauche. Ne savez-vous pas que la gauche, représentante du Bien, a raison par définition ? Et n'est-il pas dès lors logique que toutes les "valeurs" considérées comme positives (la justice, la vérité, la générosité, etc) soient par définition des valeurs de gauche ? Tant que cette gauche continuera à mépriser les gens de la sorte, elle continuera à perdre à l'échelon national.

  • Par flogo - 04/01/2012 - 10:53 - Signaler un abus Voila

    Un texte typiquement d'un "intellectuel" de gauche qui ne sait pas que les valeurs dont il parle furent celles des philosophes grecs ...et donc celles dont notre civilisation s'est nourries.
    Pauvre gobeur de mouches !

  • Par Takezo - 04/01/2012 - 08:43 - Signaler un abus MAIS AU NOM DE QUOI ???

    la justice est une valeur de gauche ? Elle n'est ni de droite ni de gauche ! Et la vérité elle par contre n'est pas l'apanage des politiques.
    Quelle analyse partisane et médiocre.

David Valence

David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. 
Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. 
Témoin engagé de la vie politique de notre pays, il travaille régulièrement avec la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol) et a notamment créé, en 2011, le blog Trop Libre, avec l'historien Christophe de Voogd.

Voir la bio en entier

Fermer