Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Guerre des étoiles, le retour : les Etats-Unis réfléchissent sérieusement à la création d’un corps d’armée pour les conflits de l’espace

Les intérêts des Etats-Unis sont partout, y compris dans l'espace. Pour s'assurer que ses satellites ne soient pas menacés, le congrès américain a failli créer un corps d'armée. Un air de guerre froide ou de la science-fiction ?

Stormtroopers

Publié le

Quelles menaces pourraient planer sur les satellites américains ? Concrètement que se passerait-il du point de vue opérationnel si les satellites américains étaient victimes d'une attaque quelconque ?

Pour les forces américaines, comme pour toutes les grandes armées du monde, les satellites sont devenus indispensables. Ils fournissent une navigation précise (GPS ou équivalents), cartographie, météorologie, renseignement dans tout le spectre, communications, détection de départs de missiles, désignation de cibles mobiles etc.. On a donc rapidement pensé à construire des armes anti satellites, malgré toutes les déclarations sur l’interdiction de la militarisation de l’espace. Les Etats Unis et l’U.R.S.S.

ont procédé à quelques expérimentations plus ou moins réussies dans les années 60 et suivantes, avant d’abandonner officiellement cette option. Le débat a été brutalement relancé en 2007, quand la Chine a détruit un de ses propres satellites et annoncé qu’elle envisageait de porter une éventuelle guerre dans l’espace.  

Les satellites ont plusieurs types de vulnérabilité. Ils peuvent être simplement détruits. Il y a cinquante ans, la précision des armes envisageables avait conduit à penser qu’il serait nécessaire d’utiliser des charges nucléaires pour une interception. On sait aujourd’hui détruire un satellite simplement en le heurtant par un coup direct. Mais on peut penser à d’autres modes d’action. Les satellites de communication peuvent être brouillés. Ceux chargés de la détection peuvent être « aveuglés » par des faisceaux laser. Ce mode d’action semble d’ailleurs avoir déjà été utilisé par Pékin contre des satellites US en 2006 et 2007. Aveuglés, brouillés ou détruits, des satellites n’apporteraient plus l’aide habituelle à des forces qui comptent sur eux pour la plupart de leurs missions. Très peu d’entre elles seraient capables de garder le même niveau d’efficacité en revenant à des moyens qu’elles ont perdus l’habitude d’utiliser. Mais il faut aussi comprendre que les pays capables de s’attaquer aux satellites d’un adversaire sont, eux aussi, presque totalement dépendants de leur propre segment.

 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Vincent Brisset

Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.

Il est l'auteur de Manuel de l'outil militaire, aux éditions Armand Colin (avril 2012)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€