Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Grèves dans l'industrie :
le modèle allemand vacille-t-il ?

Le dernier week-end d'avril, les salariés du secteur métallurgique se sont mis en Grève à l’appel du syndicat IG Metall afin d’obtenir une augmentation de salaire de 6,5%. Les travailleurs allemands se sont serrés la ceinture depuis le début de l’ère Schröder. Ils veulent maintenant en retirer des bénéfices. Le modèle allemand peut-il y survivre ?

Change ? Ya, we can !

Publié le
Grèves dans l'industrie : 
le modèle allemand vacille-t-il ?

Le modèle économique allemand est axé sur une compression et une faible augmentation des salaires afin de maintenir un certain niveau de compétitivité.  Crédit Reuters

Atlantico : Les week-end dernier, les salariés du secteur métallurgique se sont mis en Grève à l’appel du syndicat IG Metall afin d’obtenir une augmentation de salaire de 6,5 %. Ces mouvements de protestations sont-ils nouveaux en Allemagne ? Comment se règle ce genre de situation outre-Rhin (syndicats, entreprises...) ?

Marc Ivaldi : Non ce n’est pas nouveau. Les relations sociales s’appuient sur deux piliers : la négociation collective et la cogestion qui sont des systèmes très codifiés et complexes. Et généralement la grève n’intervient que comme arme ultime. On se rappelle les grèves dures d’IG Mettal en 1984 pour demander – sans succès – les 35 heures dans l’industrie métallurgique. Finalement cette revendication a été mise en place par la négociation en 1995. Mais le système de résolution des conflits peut se gripper. Ainsi récemment le gestionnaire de l'aéroport et Lufthansa ont porté devant les tribunaux leur conflit avec les contrôleurs au sol pour empêcher qu’il s’étende.

Ce regain de tension sociale en Allemagne s’explique par l’amélioration de la situation économique depuis deux ans. Et malgré un recul global de l’activité prévu pour 2012, l’heure n’est pas à la désespérance. Même si les investissements doivent baisser, 60 000 emplois industriels devraient être créés l’an prochain. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de voir s’exprimer des revendications salariales fortes. Les travailleurs allemands se sont serrés la ceinture et se sont résolus aux réformes sociales de l’ère Schröder. Ils veulent maintenant en retirer des bénéfices. C’est légitime et normal. Et il est probable qu’ils ne sont pas prêts à partager - sans contrepartie - ces bénéfices avec les autres travailleurs européens.

Le modèle économique allemand est axé sur une compression et une faible augmentation des salaires afin de maintenir un certain niveau de compétitivité. N’est-il pas en train de démontrer ses limites ? Est-il compatible avec les revendications des travailleurs ?

Le modèle allemand est dual : d’un côté des secteurs où les relations sociales ont une forte tradition et où le travailleur est hautement respecté et où le salaire est relativement élevé ; d’un autre côté des secteurs où les salaires sont très faibles.  Un exemple souvent cité est celui des abattoirs allemands, qui recourent à une main d’œuvre issue des pays de l’Est, rémunérée aux environs de 7,5 euros de l’heure en raison de l’absence de salaire minimum. Cette situation n’est pas politiquement tenable et la Chancelière Angela Merkel – enlevant ainsi au SPD une de leurs mesures phares - est maintenant favorable à l’instauration d’un système de salaire minimum généralisé, sachant que certaines industries ou régions ont déjà un tel dispositif. Il s’agirait d’avoir un seuil minimal pour toute l’Allemagne, certains disent de l’ordre de 8,5 euros de l’heure. De fait il y a donc un consensus politique autour de cette question de la revalorisation des très faibles salaires. Et c’est pourquoi ce ne sera pas le gouvernement lui-même qui décidera du système de salaire minimum et de son niveau, mais une commission indépendante comprenant des experts qui ont pour mission d’évaluer le coût économique de l’instauration de ce salaire minimum. La phobie des allemands, c’est l’inflation et ils sont prêts à beaucoup de compromis pour éviter les pressions inflationnistes. Cela se traduit par un coût de la vie moins élevé en Allemagne qu’en France. Autrement dit, même si les revendications salariales sont fortes en ce moment pour les raisons que je viens d’indiquer, les allemands s’accommodent de salaires plus modérés car ils savent que leur pouvoir d’achat est plus élevé en raison de prix plus faibles.

Si les salaires augmentent, quelles seront les conséquences sur la compétitivité allemande ? Le pays pourra t-il maintenir ses parts de marché en Europe ? Pourra t-il maintenir un taux de chômage plus faible et une croissance plus forte que dans les autres pays européens ?

La réponse à cette question est complexe. Certes des salaires plus élevés peuvent compromettre la compétitivité des entreprises allemandes. Cela signifie aussi des revenus plus élevés des ménages qui vont acheter des produits importés d’Italie et d’Espagne, ce qui pourrait améliorer la situation économique dans ces pays qui en ont bien besoin. Si ces pays se portent mieux, ils importeront des produits allemands. Or l’Allemagne vit de ses exportations. Et même si certaines branches particulièrement exportatrices restent d’ailleurs optimistes, qu’il s’agisse de la machine-outil ou de l’automobile et espèrent même faire de meilleures affaires en 2012 qu’en 2011, l’économie allemande va souffrir du recul de la croissance. L’Allemagne a besoin de l’Europe et, en favorisant l’augmentation des salaires de ses travailleurs donc en pratiquant quelque peu un politique de la demande, elle soutient l’activité dans la zone euro notamment. Elle a probablement quelques marges de manœuvre de compétitivité pour aller dans cette direction, notamment parce qu’elle a fait les réformes Schröder qui ont justement restauré et favorisé cette compétitivité, qui lui ont permis d’investir dans les techniques nouvelles comme la robotisation et l’automatisation, ce qui a encore renforcé sa compétitivité par la baisse des coûts de production que permettent ces technologies.

Propos recueillis par Olivier Harmant

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Madalo - 09/05/2012 - 09:32 - Signaler un abus Vaciller: pas de risque!

    Les syndicats allemands sont beaucoup plus intelligents que les notres. Ils ne mettent jamais leurs entreprises en situation de faillite comme le fait la CGT SNCM à Marseille, un exemple parmi tant d'autres.

  • Par walküre - 09/05/2012 - 22:23 - Signaler un abus Quand l'Allemagne vacillera...

    ... la France sera déjà au fond du trou.

  • Par ciceron - 09/05/2012 - 22:49 - Signaler un abus Ben voyons

    On nous prédit le vacillement de l'Allemagne Cà fait 1 siècle qu'on nous prédit l'écroulement des USA et du capitalisme, les mêmes qui n'ont pas vu venir la disparition des cocos et l'abject dictature des staliniens de tous bords. J'espère que l'éclatante réussite du modèle coco-capitaliste chinois vous fait triper ! Hautes études sociales ? Pouf Pouf Pouf Toujours la même rancoeur française sur les autres pays qui sont devant nous

  • Par Bergamo - 10/05/2012 - 04:40 - Signaler un abus Ceinture

    Se serrer la ceinture trop longtemps peut être considéré rapidement comme un acquis social et on sait à quel point il est diffigile de revenir sur les acquis sociaux. Devant la bonne santé de la branche métallo (malgré les 35 heures aménagées), une augmentation de 6,5% sur 2 ans ne devrait pas faire vaciller l'industrie allemande.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marc Ivaldi

Marc IVALDI est Directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et enseigne à Toulouse School of Economics (TSE) et Président du Comité Permanent sur la Recherche de l’European Economic Association.

Sa spécialité académique est l’économie industrielle qui analyse les stratégies des acteurs sur les marchés et les industries, notamment les industries de réseaux.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€