Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Grève des agents de la SNCF : ce statut en or massif qui explique la résistance à la réforme

Ce mercredi 11 juin, 28 % des agents de la SNCF sont en grève. En cause : le projet de réforme ferroviaire proposé par le gouvernement qui prévoit la réunion de la SNCF et du Réseau ferré de France, entreprise dont la création dysfonctionnelle inquiètent les cheminots en grève.

Avantages SNCF

Publié le - Mis à jour le 20 Juin 2014
Grève des agents de la SNCF : ce statut en or massif qui explique la résistance à la réforme

Atlantico : Ce mercredi 11 juin, 46 % des agents de la SNCF seront en grève. En cause, la réforme ferroviaire proposée par le gouvernement qui prévoit notamment la fusion de la SNCF et du Réseau ferré de France. Pourtant le statut particulier des agents de la SNCF demeure bien souvent envié par bon nombre de salariés. Quel est actuellement le statut de ces agents ?

Marnix Dressen : Vous avez raison de poser cette question. Les cheminots sont aussi inquiets à propos de la sauce à laquelle on voudrait les manger demain.

Pas plus qu’aucune autre profession la perspective de perdre les avantages qui sont les leurs en matière de garantie de l’emploi, de déroulement de carrière, de retraite (pourtant bien réduite, à la suite des "réformes" successives), ne les enthousiasme pas. Ils savent aussi que le "statut du cheminot" (qui date de 1950) ne leur a pas été accordé pour leurs beaux yeux mais comme une contrepartie aux sujétions qui sont les leurs et que le grand public ignore souvent. Pensons qu’une partie d’entre eux est ammenée à travailler les week-ends, la nuits, ou encore les jours fériés et qu’ils sont immédiatement mobilisables en cas d’accidents, d’intempéries graves, etc. Nous sommes tous bien contents de pouvoir compter sur eux à partir de 5h du matin et parfois jusqu’à minuit dans les grandes gares.

Qu'y a-t-il de différent avec les autres acteurs ferroviaires de France ?

Les cheminots de la SNCF savent bien aussi que les conditions de travail et d’emploi sont bien inférieures dans le ferroviaire privé. On l’ignore souvent mais sur Réseau ferré de France roulent une demi-douzaine d’entreprises privées de transport de marchandise. Un conducteur de train dans le ferroviaire privé n’a droit qu’à 102 repos simples (d’une journée) par an contre 52 repos doubles à la SNCF (mais ceux-ci ne seront que 12 fois par an le samedi et le dimanche). Et encore, le privé ne respecte pas toujours ses propres règles. En mars 2013, le premier concurrent de la SNCF dans le transport du fret a été condamné pour 162 infractions constatées par un seul inspecteur du travail en une semaine dans une seule unité opérationnelle. Il a relevé des dépassements de la durée maximale hebdomadaire absolue du travail, de l’amplitude journalière du travail et du non-respect des périodes de repos journalier. Les amendes infligées à l’entreprise d’une part et à son PDG d’autre part, qui ont fait appel, sont d’une particulière sévérité : 113 400 euros chacun. Imagine-t-on ce qui passera le jour où un conducteur de train après 18 h aux manettes s’endormira et percutera un train de voyageurs ? Ce genre de violation de la loi n’est pas pensable à la SNCF, du fait de la présence syndicale et évidemment les cheminots qui seront en grève demain n’ont pas envie de voir leurs conditions de travail se dégrader de cette façon.

Un rapport de la Cour des comptes datant de 2010 notait notamment que les agents de la SNCF avaient "un temps de travail inférieur à la durée légale". Combien de temps travaillent les cheminots en moyenne ? Comment expliquer cet avantage que d'autres fonctionnaires n'ont pas ?

Il se peut que des (et non les) cheminots aient une durée de travail effective inférieure à ce que prévoient les textes. Cela peut tenir par exemple à ce qu’un conducteur de train arrivé à destination a déjà épuisé une bonne période du temps de travail du jour ou de la nuit et ne peut donc ramener un train d’où il est parti en début de poste. Il se peut aussi que l’organisation du travail soit parfois déficiente et il faut bien mesurer que les restructurations permanentes bien souvent chaotiques créent souvent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent. Lorsqu’on parle de temps de travail, il faudrait aussi parler de ceux qui dans les bureaux ramènent du travail à la maison, ce travail gratuit se pratiquant dans certaines fonctions à la SNCF comme ailleurs. Précisons aussi que les cheminots français n’ont jamais été des fonctionnaires, à la différence de leurs homologues allemands, suisses, italiens, etc. avant les restructurations en cours qui touchent nombre de pays.

Toujours selon ce même rapport, les agents de la SNCF jouissent d'augmentations de salaires "trop rapides". Combien gagnent-ils en fonction de leur statut ? De quoi dépendent ces augmentations ? Pourquoi ont-ils cet avantage ?

Nous avons aussi étudié cette question et au contraire, il en ressort que les salaires des cheminots sont plutôt bas et même très bas en début de carrière. Ces traitements sont en outre quasiment bloqués et en tout cas, la valeur du point d’indice augmente moins vite que le taux d’inflation. Il est presque cocasse de les pointer du doigt sur ce plan, alors qu’on ne cesse pas de leur dire en interne que la faiblesse de leurs salaires est compensée par des avantages en nature comme un parc de logement social, un Comité d’entreprise qui dispose de moyens non négligeables (maison de vacances, etc.).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 11/06/2014 - 07:19 - Signaler un abus Texas

    Dans le procès des heures supplémentaires , l' avocat qui plaide la défense des cheminots est ......un professeur des Universités ! . Nous ne sommes pas arrivés ... ! P.S : Un petit mot sur les régimes spéciaux de Retraite et leur financement ? ..... accessoirement .

  • Par Gilly - 11/06/2014 - 07:34 - Signaler un abus Bref

    Pauvres cheminots... Pas vraiment objectif, ce monsieur. Syndiqué peut-être ?

  • Par Karg se - 11/06/2014 - 08:33 - Signaler un abus EPI(QUE)C

    2 EPIC ça ne marche pas, il faut en créer un troisième. Effectivement c'est épique.

  • Par tubixray - 11/06/2014 - 09:05 - Signaler un abus liberté d'expression

    Atlantico nous prouve que toutes les opinions sont les bienvenues dans ses colonnes mais ce fac similé de tract Sud / CGT confine au canulard. Le statut des cheminots est indécent et leur comportement relève de l'arrogance.

  • Par Geolion - 11/06/2014 - 09:58 - Signaler un abus Il est de gauche, pardi !!

    Ce "sociologue" universitaire est certainement de gauche (comme la majorité des universitaires ), compte tenu de ce qu'il a écrit ! Prenez, par exemple son paragraphe intitulé :"La quasi-gratuité des transports dont les agents de la SNCF ont droit est de notoriété publique. Comment se caractérise cet avantage précisément ?" Il ne répond pas à la question qu'il pose lui-même et préfère énumérer les avantages d'autres professions....Par ailleurs, dire que c'est de "notoriété publique" est une justification, pour lui, de la pérennité de tels avantages ! C'est tout simplement scandaleux !!

  • Par Geolion - 11/06/2014 - 10:06 - Signaler un abus Autant pour moi !

    Mille excuse : ce que j'ai cité entre guillemets dans mon commentaire précédent venait du journaliste d'Atlantico et non du sociologue. Pour autant, ce sociologue n'a pas répondu à la question du journaliste lui demandant de caractériser les avantages des cheminots. Il a préféré parler des avantages (bien plus modestes) dans d'autres professions...!

  • Par Geolion - 11/06/2014 - 10:08 - Signaler un abus Français...

    Evidemment : excuses avec un "s"....

  • Par Rolstone54 - 11/06/2014 - 10:18 - Signaler un abus Qui paye les 44 milliards d'euro de dette du chemin de fer ?

    C'est curieux, toutes les parties intéressées font comme si il y avait de l'argent.

  • Par artesan - 11/06/2014 - 11:06 - Signaler un abus Atlantico ou Libé?

    Atlantico nous a habitué, jusqu'à aujourd'hui à des articles plus courageux, libérés du carcan de la "bonne pensée". Quand on connaît l'état réel de l'entreprise SNCF (ses sur effectifs, ses gaspillages, sa gestion archaïque, le poids aberrant des syndicats, le règne de l'irresponsabilité à tous les étages), qui se traduit par une dette colossale en augmentation continue, il est assez surprenant de lire de tels propos. Permettre à M. Dressen de s'exprimer, pourquoi pas, mais autoriser qu' un contradicteur décortique sa langue de bois, voilà ce qui serait plus éclairant et plus proche de l'éthique d'Atlantico. Non?

  • Par vauban - 11/06/2014 - 13:06 - Signaler un abus 1er AVRIL?

    Ou Etat delirant?

  • Par vangog - 11/06/2014 - 13:52 - Signaler un abus La contrepartie aux sujétions est déjà prévue par la loi...

    ce sont les compléments de salaire pour heures supplémentaires travaillées après 20 heures, après 22 heures, le week-end etc... Ceux-ci concernent tous les Français sans exceptions! Le statut concerne les professions qui ont pu s'arroger des privilèges grace au monopole et au pouvoir de nuisance que détiennent leurs syndicats...

  • Par Liberte5 - 11/06/2014 - 15:19 - Signaler un abus Défendre l'indéfendable...

    Ce sociologue se fout de nous. B. Thibaut aurait fait les mêmes commentaires.Oui les agents de la SNCF ont des avantages indécents comparés aux salariés du privé. La retraite à 50 ans pour les roulants, à 55 pour les autres personnels. La productivité est médiocre. Si l'on devait aligner le personnel SNCF sur celui du Japon il faudrait le réduire d’environ 1/3. Société toujours en déficit, service médiocre. Je comprends qu'ils craignent une ouverture à la concurrence, car ils ne sont pas bons. SI cela arrivait demain , beaucoup de voyageurs Français prendraient le train d'une compagnie étrangère...

  • Par Karg se - 11/06/2014 - 15:41 - Signaler un abus @liberte015

    Le problème c'est la qualité du travail par rapport à leurs avantages. Sans grèves, avec des trains toujours à l'heure (au moins sur les grandes lignes), une communication claire, ça passerai beaucoup mieux.

  • Par CORINESBH - 11/06/2014 - 17:11 - Signaler un abus C'est une blague !!!

    Ce sociologue compare les cheminots de la SNCF a nos soldats de l'armée Française, c'est une blague !!! Nos soldats devraient beneficier de tous les avantages et plus encore, pour la simple et bonne raison qu'ils risquent leur vie pour la France. Alors je ne vois vraiment pas ce qui est comparable avec un cheminot qui ne travaille meme pas 35 heures par semaine, et qui fait preuve d'incompétences dixit accident de Bretigny , le rapport est éloquent !!!

  • Par Hugues001001 - 11/06/2014 - 17:36 - Signaler un abus Mouaif

    J'ai cru lire un tract syndical, le tout finissant en beauté magistrale avec cette affirmation éternellement ressassée par toute personne refusant la moindre réforme: "un modèle social que bien des salariés d’autres pays nous envient". Bref, grotesque.

  • Par jmpbea - 11/06/2014 - 21:25 - Signaler un abus Enfin...les lecteurs se réveillent..

    Il leur faut une sacrée dose de mensonges pour réagir...tout n'est pas perdu.

  • Par 2bout - 11/06/2014 - 21:48 - Signaler un abus La noblesse de robe aux affaires chez Atlantico ?

    De Valicourt, De Saint-Just, De Saint-Affrique ... Moi de Rien-du-tout, voulait intervenir avec le respect lié à ma modeste lignée pour signifier à notre altesse suprême de saisir la chance offerte de ne pas céder face aux cheminots-régimes spéciaux de la CGT. Toutes les circonvolutions révérencieuses que j'esquisserai ne seront que la marque d'un respect encore plus grand. Pardonnez-moi, je ne vous baiserai pas la main, je n'ai pas appris à le faire.

  • Par cremone - 11/06/2014 - 23:47 - Signaler un abus ben voyons! (1)

    1) « Pensons qu’une partie d’entre eux est amenée à travailler les week-ends, la nuits, ou encore les jours fériés », ainsi que dans certaines entreprises du secteur privé (exemple : les sucreries-distilleries, où la plupart des salariés travaillent en 3 x 8) 2) « Dans les entreprises importantes, certains cadres ont des "voitures de service " ou mieux "de fonction", avec lesquelles ils peuvent partir en vacances » : dans le privé, l’utilisation d’une voiture de fonction est strictement réservée à un usage professionnel, au point que : - il faut aller à l’agence ( c’est un exemple) chercher la voiture par ses propres moyens, puis, à la fin de la journée de travail, la ramener à l’agence, et rentrer chez soi, toujours par ses propres moyens. Un de mes collègues, que ce temps perdu faisait enrager, utilisait sa propre voiture pour aller au travail, et il en était de sa poche. Je précise que ces contraintes ne sont pas du fait de l’employeur, ce sont des contraintes légales. Et je parle ici de déplacements domicile-travail de plusieurs dizaines de kilomètres. 3) « Est-on si sûr que les grèves à la SNCF soient nombreuses, plus nombreuses par exemple que celles qu’on constate dans une e

  • Par cremone - 11/06/2014 - 23:48 - Signaler un abus ben voyons! (2)

    3) « Est-on si sûr que les grèves à la SNCF soient nombreuses, plus nombreuses par exemple que celles qu’on constate dans une entreprise de taille et de statut comparable, l’EDF ? » : dans mes souvenirs, la dernière grève à l’EDF date des années 1970. 4) « Il faut aussi constater que tous les dysfonctionnements dans les circulations sont facilement attribués par le public à des grèves » : c’est faux. pour avoir pris le train tous les jours pendant 8 ans, je peux vous garantir que les voyageurs ne font pas cette confusion, les grèves étant toujours signalées, soit par les medias, soit par l’affichage en gare. Les incidents sont signalés par haut-parleurs. 5) « Si la France a encore un modèle social que bien des salariés d’autres pays nous envient c’est bien qu’il y a eu des mobilisations collectives pour le construire. » et aussi parce que l’Etat, du fait de l’immense pouvoir de nuisance dont disposent les salariés de la SNCF, s’est endetté (et nous a donc endettés avec Lui) jusqu’à la gueule pour maintenir ce « modèle », qui ne profite d’ailleurs qu’aux salariés du public, sur le dos des impôts et taxes payés par ceux du privé.

  • Par zouk - 12/06/2014 - 09:47 - Signaler un abus CHEMINOTS

    Si je comprends bien, nous devons pleurer sur les misères des cheminots.

  • Par Papy Geon - 12/06/2014 - 10:54 - Signaler un abus Un avatar de sociologue.

    On est obligé de rire en lisant ce réquisitoire! Le difficile métier exercé par ce Monsieur (chercheur sur les conditions de travail des agents de transport) a déformé sa vision du monde du travail. La maladie professionnelle est patente. Il est enseignant ! Quelles inepties peut-il inculquer à des jeunes ? Probablement les mêmes que celles qu’il a ingurgitées dans sa jeunesse, dispensées par un proche de la lignée stalinienne d’un THOREZ peut-être? Pourrait-il nous expliquer qui était Maurice THOREZ, devenu Président du Conseil en janvier 1946, et qui est à l’origine de la création de tous les régimes spéciaux ? Pourrait-il nous éclairer sur le parcours, entre les années 1940 et 1945, de ce réorganisateur de notre société, autrefois républicaine ? Pourrait-il nous faire une analyse sociologique de la dispersion des virus introduits par ce personnage dans les rouages essentiels de notre société à partir de 1946, avec les conséquences sur l’état de la France en 2014 ? A propos des « petits avantages » : les soins médicaux gratuits à vie à la SNCF relèvent-ils d’un petit avantage admissible, lié aux activités de l’entreprise, ou de ce qui est devenu aujourd’hui un privilège ?

  • Par Mandataire - 12/06/2014 - 15:45 - Signaler un abus Encore un Thrombonnard® d’une des multiples…

    … Bureaucratures© qui vit depuis 40ans aux frais du Contribuable dans un des fromages du Pays de l’escargot lancé au galop contre le mur politique mais surtout économique…!? La République Bananière ne forme-elle pas 50 % des Étudiants en Sociologie de… l'ensemble de l'Europe? Cherchons l’erreur… Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche.—Michel AUDIARD in Un Taxi pour Tobrouk Ce Pays est foutu…! http://h16free.com/2013/06/26/23855-et-maintenant-un-peu-de-resistance-active

  • Par essentimo - 12/06/2014 - 17:02 - Signaler un abus sncf et syndicats

    tout ce beau monde oublie-t-il que l'argent de l'Etat est le nôtre ?

  • Par jmpbea - 12/06/2014 - 17:54 - Signaler un abus Imaginons que l'auteur de cet article ferme les yeux

    Au volant de son véhicule sur autoroute....que ma grand mère dispoe sciemment des peaux de bananes dans ses escaliers...ce Monsieur Dressen est d'une telle partialité que je m'étonne qu'un tel article ait pu être publié....il est sur que si un tel rapport est pris au pied de la lettre, il vaut mieux rendre le bus....

  • Par Fredja - 12/06/2014 - 17:55 - Signaler un abus Vive la liberté d'expression

    merci Atlantico, on a différents sons de cloche... Et ça réagit ! Pour ma part, je constate que le monsieur n'a strictement aucune idée des contraintes qui pèsent sur les travailleurs du privé. Travail le week-end courant, en 3x8, astreintes non payées, heures sup non payées, pas de respect du temps de repos entre 2 séances de travail, et j'en passe. Mais le point fondamental, si on ne veut pas opposer les Français entre eux, est de regarder ce qui se fait autour de nous : pour avoir voyagé un peu en Europe et dans le reste du Monde, et pour avoir pris les transports en commun parisiens pendant plus de 20 ans, je peux vous confirmer que nous avons les cheminots les mieux payés au monde, par rapport à la qualité du service rendu. Donc il y a des marges de progression énormes, comme le prouve la colossale dette accumulée par cette belle SNCF !

  • Par FIGAROCB - 12/06/2014 - 19:18 - Signaler un abus SNCF !

    Cette "entreprise" publique ne vit que grâce aux subventions étatiques et les cheminots se payent le culot de faire grève alors, comme ils le reconnaissent eux-mêmes, ils font partie des salariés les mieux traités de toute l'Europe et peut être du monde !!! Assez, cela suffit, il faut y mettre un terme le plus vite possible : privatiser cette entreprise laquelle fonctionnera beaucoup mieux, sans subventions (autres que celles nécessitant l'intérêt du service public sur certaines lignes) avec moins de personnel donc avec une meilleure rentabilité permettant d'envisager des investissements non financés par les contribuables et qui seront certainement mieux choisis ; voir l'exemple des nouvelles rames trop larges !!!!

  • Par gwirioné - 13/06/2014 - 01:39 - Signaler un abus Je me suis abonné à l'Huma!

    J'ai souscrit l'abonnement à Atlantico, mais je constate que j'ai été redirigé vers un article de l'Huma. Remboursez!!!

  • Par lexxis - 13/06/2014 - 08:52 - Signaler un abus INTOX

    A nous lecteurs, qu'on vient de solliciter pour acquitter un abonnement payant, on devrait nous rembourser une partie de cet abonnement, car si nous choisissons Atlantico, ce n'est pas pour y trouver des articles que le Monde même hésiterait à publier, tant ils sont écartés de la réalité des choses au profit d'une vision que même un syndicaliste hésiterait à rendre si idyllique. Dans la rubrique "intox", cet article surprenant mérite une place de choix! Et très probablement notre auteur n'est pas de ceux que les contraintes horaires obligent à emprunter les RER parisiens aux heures de pointe.

  • Par 2bout - 13/06/2014 - 08:54 - Signaler un abus Une suggestion à Atlantico

    Depuis que les commentateurs doivent s'abonner, plus aucun troll ne vient pigmenter par son analyse ce forum. On perçoit bien que vous tentez de pallier à cette nécessité en proposant aux lecteurs des tribunes rédigées par ces mêmes trolls. Alors dans cet élan, je vous suggérerai de convier Bernard Maris à rédiger et à publier un papier suffisamment cohérent (sans doute cela sera-t-il difficile pour lui) où il développera sa pensée sur l'austérité et la nécessité d'augmenter les impôts pour résoudre nos problèmes économiques. Merci d'avance.

  • Par rouv07 - 13/06/2014 - 18:39 - Signaler un abus Pourquoi pas un tel article par un tel contributeur ?

    Cet article n'est pas hilarant, il est triste. Mais Atlantico a raison de donner la parole à des intervenants de tonalité différente. Ainsi on peut se rendre compte du sectarisme des bien pensant(s). Pour info une de mes petites cousines a fait un stage école à la SNCF, ce qui donnait droit à ses parents à un voyage gratuit. Les dit parents, modestes artisans du fin fond des Cévennes n'ont pas encore compris, ni profité du voyage bien sûr.

  • Par vangog - 13/06/2014 - 20:53 - Signaler un abus Ouf!....31 commentaires...

    il fallait, à minima, un sociologue du passé comme ce Karl Marx Dressen pour réveiller (un peu) Atlantico...

  • Par Adi Perdu - 16/06/2014 - 13:29 - Signaler un abus La dictature du prolétariat existe bien... à la SNCF

    Pour ceux qui n'ont jamais vécu dans un pays socialiste ou communiste, ça permet de se faire une idée du fonctionnement de ces pays-là : Corée du nord, Cuba, SNCF...

  • Par Adi Perdu - 16/06/2014 - 13:30 - Signaler un abus La puissance des syndicats et de leurs chèvres

    Quand on donne du pouvoir à des imbéciles, on en fait des animaux. (extrait de l'histoire du syndicalisme)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marnix Dressen

Marnix Dressen est sociologue et Professeur des Universités. Ses recherches portent principalement sur les conditions de travail des agents de transport ferroviaire, et plus largement sur le transport ferroviaire.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€