Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crise grecque : les brigades internationales 2.0

Vous souhaitez combattre des méchants génériques et consensuels mais ne pas trop prendre de risques non plus ? Il y a des vols EasyJet pas chers pour Athènes.

Zone franche

Publié le

C’est un petit papier marrant de Rue89 qui attire mon attention ce matin. Enfin, moi je le trouve marrant, mais c’est parce que j’ai mauvais esprit. Si ça se trouve, il y a des gens pour lui découvrir d’autres qualités, comme celle d’un émouvant témoignage sur les nouvelles pratiques de la solidarité internationale à l’heure de la mondialisation néolibérale.

Il y a toujours des gens pour penser le contraire exact de ce que je pense, de toute manière.

Donc, c’est sur le site de mes anciens amis que j’apprends que les rues d’Athènes, lorsqu’elles flambent, y sont parfois aidées par des allumeurs de cocktails Molotov exogènes (pas d’affolement : ce n’est pas du Claude Guéant, c’est juste un mot grec).

Véritables globe-trotters de l’indignation, ils débarquent de France, d’Espagne, d’Allemagne, des États-Unis et sont venus prêter main forte aux locaux, lesquels hésitent parfois à aller fiche le feu à leur Parlement pendant les heures de bureau :

« Pour les Grecs qui ont encore un emploi, faire grève est difficile, bien que ce soit autorisé par la loi : dans le privé, on te vire le lendemain, et le dégraissage dans le public n'encourage pas à faire valoir tes droits ».

« Professionnels des émeutes », ils ont de trente à quarante ans, bossent ou trafiquent à l’occasion pour s’acheter des billets d’avion et squattent des appartements vides dans les quartiers à manifs des capitales qu’ils investissent. C’est de l’ « anarcho-tourisme », explique le site d’info. Hum, je me demande si les brigadistes qui allaient se faire trouer la peau en faisant le coup de feu contre les troupes franquistes seront un jour qualifiés de touristes et le POUM d’agent de voyage…

Mais à l’heure de l’indignation tous azimuts, une cause en vaut bien une autre et pourrir un G7, un sommet européen ou un plan d’austérité, c’est toujours un peu lutter contre ce mal protéiforme qu’est le capitalisme triomphant :

« Ce n'est ni une crise grecque, ni une crise européenne : ce qui se déroule actuellement ici est la résultante d'un système mondial qui dégénère. Mes convictions m'obligent à venir ici ».

C’est sûr, ils ne vont pas jusqu’à avoir une vague idée de ce qu’il faudrait faire concrètement pour sauver un pays en banqueroute terminale, mais c’est plus par excès de démocratie participative que par ignorance crasse des choses de l’économie et de la politique :

« Que rêver pour la Grèce ? Ça appartient aux Grecs. J'aide au combat, maintenant ».

Bon, comme on dit, pendant qu’ils balancent des pavés sur des flics dont le salaire vient d’être réduit de 20% et qui se demandent comment ils vont se débrouiller pour payer leur toubib au black, ils ne sont pas devant la télé. D’un autre côté, s’il y étaient, devant la télé, ils auraient peut-être entendu parler de Homs, où des civils tombent comme des mouches depuis des mois dans l’indifférence absolue des rebelles à carte Frequent Flyer.

Oh, loin de moi l’idée de leur suggérer d'improviser une « flottille de la paix » depuis Le Pirée, évidemment pas : un soldat syrien, même encore plus mal payé qu’un CRS grec, c’est tout de même un chouïa moins regardant sur les méthodes. Mais disons qu’une manif ou un bête appel à pétition à l’occasion, ça ne serait pas du luxe. Cherchons bien, il n'est pas un peu mondialo-ultralibéral, le Bachar ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par dawa - 15/02/2012 - 08:27 - Signaler un abus de quoi tu parle??

    si tu n'a rien à dire, ne dis rien!!!

  • Par iznogoud - 15/02/2012 - 08:57 - Signaler un abus Excellent !

    Très bon article : en effet les manifestants "ne vont pas jusqu’à avoir une vague idée de ce qu’il faudrait faire concrètement pour sauver un pays en banqueroute terminale", ni sur quoi que ce soit de réaliste d'ailleurs. Mais quand il s'agit de casser, piller, brûler, etc. sans prendre de réels risques ils sont toujours là. Pauvres "révolutionnaires" qui ont peur de prendre froid !

  • Par cesar 13 - 15/02/2012 - 10:28 - Signaler un abus @iznogoud

    Excellent , rien a jouter .

  • Par l'oeil lucide - 15/02/2012 - 11:04 - Signaler un abus entre l'anarcho touriste qui manifeste...

    ...et le nanard beauf qui critique sur alantico y en as un qui as le mérite d'agir et l'autre qui critique bien chaudement derrière son écran

  • Par Equilibre - 15/02/2012 - 11:13 - Signaler un abus La nature humaine

    L'indigence intellectuelle des indignés est assez grande, dirons-nous, ou est à l'image du livret, ce qui revient au même. Ils appliquent, peut-être, la logique de ceux qu'ils combattent: sois fort avec les faibles, faible avec les forts.

  • Par Indigène Indigné - 15/02/2012 - 13:12 - Signaler un abus Aucune légitimité ces anarchos bobos !

    Y en a marre de cette idéologie gauchiste pour qui la manifestation est un moyen d'expression. C'est juste une manière pour compter les moutons. Il est plus facile de casser que de créer, de détruire que de construire, de haïr que d'aimer. @l'oeil lucide, quand des groupuscules soit disant anarchistes s'organisent de la sorte, il y a dichotomie. De toute urgence il convient de consulter. Entre l'image reçue sur votre rétine et celle retenue par votre cerveau, il faut avoir l'esprit sacrément fermé pour venir faire le touriste sur atlantico.

  • Par flogo - 15/02/2012 - 14:08 - Signaler un abus Vous voyez quand vous voulez,

    vous pouvez faire presque l'unanimité. Presque...parce que ceux qui vont "révolutionner" dans les autres pays ne seront pas d'accord avec vous. D'ailleurs ils ne sont d'accord avec personne puisque ils sont pour le contre et donc contre tout et, à ce sujet, je me demande d'ailleurs s'ils se sont posé la question de savoir s'ils sont contre eux-mêmes... Leur pensée est-elle unique dans le genre : "Je casse donc je suis !"

  • Par elcondor - 15/02/2012 - 15:43 - Signaler un abus Que faire pour sauver un pays en banqueroute terminale?

    Alors, ici on critique les manifestants et anars tout en restant au chaud, le bide rempli? Mais qui sait ce qu'il faut faire ? Pas grand monde on dirait, et surtout pas vous (sinon on vous écoute) Mais laissons les politiciens et banquiers (FMI, BCE...), intelligents et propres sur eux, formé à bonne école mettre en place des plans qui foirent les uns après les autres, entrainant encore plus de misère et de problèmes insolubles. Vous diriez autre chose si demain un gouvernement se met en tête de vous imposer 2,3, 4 plans d'austérité pareils au nom de la dette que l’État a contracté. Vous HURLERIEZ, INSULTERIEZ, planquerez vos thunes...voir vous exprimeriez en manifestant :-)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€