Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Graves dérapages militaires en vue ? Pourquoi les sombres présages qui s’accumulent sur l’accord sur le nucléaire iranien sont profondément inquiétants

La rencontre entre Donald Trump et Emmanuel Macron à Washington ce 24 avril s'inscrit dans une temporalité particulière pour l'Iran.

Alarmant

Publié le - Mis à jour le 27 Avril 2018
Graves dérapages militaires en vue ? Pourquoi les sombres présages qui s’accumulent sur l’accord sur le nucléaire iranien sont profondément inquiétants

Le 12 mai prochain, le président américain doit en effet annoncer s'il impose de nouvelles sanctions économiques à l'Iran ou s'il les lève pour une nouvelle période de quatre mois. Nul ne semble savoir, pas même lui, ce qu'il décidera effectivement le 12 mai. Ce que Donald Trump sait en revanche, et qu'il n'a cessé de clamer depuis sa campagne présidentielle, c'est que l'accord de Vienne, considéré comme l'une des victoires internationales de son prédécesseur Barack Obama, est pour lui « le pire accord jamais négocié » par son pays.

Trump promet donc depuis plus d'un an de « déchirer » l'accord... à moins qu'il ne soit renégocié.

Tantôt évasif, tantôt jouant les Pythie, arguant qu'à son avis, les Etats-Unis allaient se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien, Emmanuel Macron a semblé prendre le parti de Trump, qualifiant, au départ de Washington, l'actuel accord d'insuffisant et appelant à la négociation d'un accord « plus large ». Or, ce qui en son temps a fait que l’accord pouvait se régulariser était justement le fait qu’Obama avait fait le pari de dissocier la question de la prolifération nucléaire des autres enjeux régionaux. L’idée sous-jacente était à l’époque que le principal facteur de crise relevait de la quête du nucléaire militaire par l’Iran. D’où l’espoir que les avantages économiques que l’Iran en retirerait en échange de l’abandon du nucléaire allait encrer l’Iran dans la communauté des Etats responsables.

La position du président français est d'ailleurs ambiguë : s'agit-il dans son esprit de rendre caduc  l'accord de 2015, ou de le conserver et de l'assortir d'un accord « plus large » ?

Non seulement pour les Iraniens, mais aussi pour l’ensemble des autres membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne ainsi que Federica Mogherini, cheffe de la diplomatie de l'Union européenne, qui l'a rappelé mercredi 25 avril, « l'accord existe, fonctionne et doit être préservé ». L'accord de Vienne établit très précisément les conditions d'encadrement de la filière nucléaire civile, le calendrier de levée progressive des sanctions internationales et la limitation des stocks d'uranium enrichi, et ce jusqu'en 2025.

En 2016, les premières sanctions internationales liées au nucléaire ont été levées. Cependant les sanctions américaines qui frappaient l’Iran pour des considérations de non-respect des droits de l’homme et le soutien allégué au terrorisme ont continué à produire leurs effets rendant quasi impossible les flux financiers internationaux vers l’Iran ainsi que les financements de projets. McKinsey, grand cabinet de conseil international, le lendemain de la signature de l’accord nucléaire, le 14 juillet 2015, avait sorti un rapport où il prédisait 1000 milliards de dollars d’investissements en Iran sur 20 ans. Or deux ans et demi après l‘accord, l’Iran n’a même pas reçu dix milliards sur les 200 milliards espérés.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 26/04/2018 - 17:19 - Signaler un abus Qui a écrit

    Cet article défendant les ayatollahs et surtout cet accord de 2015 qui ne règle pas grand chose ?

  • Par vangog - 27/04/2018 - 10:48 - Signaler un abus Cela se nomme une « négociation »!

    Et c’est ce que ne comprennent pas les europeistes, la bécasse Moguerrini, ni les journaleux à la botte, qui veulent tout savoir avant tout le monde....Donald est un joueur de poker, qui cache ses cartes jusqu’au dernier moment, et est prêt à dégainer son arme sur les tricheurs! Pour l’instant, cette stratégie a plutôt bien réussi avec la Corée du Nord socialiste...alors, prenez patience, et n’essayez pas de deviner les cartes d’un joueur de poker. Sur ce plan, il a réussi à convaincre Macrouille, qui s’y connaît en négociation...son seul et unique atout!

  • Par cloette - 27/04/2018 - 16:03 - Signaler un abus @marie-E

    c'est l'avocat de Laeticia ( Halliday)

  • Par Marie-E - 28/04/2018 - 05:29 - Signaler un abus Merci Cloette

    Je n'avais pas vu le nom de l'auteur. Maintenant que je sais que c'est Aravan Amir Aslani je comprends mieux car je ne suis jamais d'accord avec ses analyses sur l'Iran. Ce qui me rassure c'est que maintenant Merkel est sur la même longueur d'onde que Macron et est enfin consciente de la dangerosité des a ayatollahs. Reste à la France et à l'Allemagne se convaincre la groupie des mollahs Mogherini la fameuse cheffe de la diplomatie européenne, cette gauchiste qui ferait regretter à ce poste la baronne Ashton qui n'était pourtant pas très douée.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€