Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Contrefaçon des grands vins
français : jusqu'où iront les Chinois ?

Le marché des grands vins a bénéficié de la croissance économique en Chine. Mais l'Empire du Milieu n'a rien d'un Eldorado pour les Français : 80% du vin qui y est consommé est chinois, et 60% du vin "français" qui y est vendu n'est que de la contrefaçon.

Oenologie

Publié le

 

Menace 3 : la contrefaçon grossière. On évalue à 60% des vins présentés comme français des contrefaçons. Beaucoup de ces contrefaçons ne sont pas l’apanage de spécialistes de vins. Le gouvernement chinois a longtemps fermé les yeux sur ce fléau et les Français ont réagi mollement tant le marché paraissait énorme et qu’il touchait des milliers de producteurs pas très au fait du fléau.

Menace 4 : la contrefaçon haut de gamme. Elle est assez récente et sûrement la plus dangereuse. Fabriquer des étiquettes, des bouchons, des capsules, être informé et bien éduqué sur la technique sont des pratiques qui tendent à se développer.

Il est à noter que de nombreux scandales éclatent ailleurs qu’en Chine, un collectionneur indonésien, Rudy Kurniawan, mondialement célèbre résidant aux États-Unis s’est avéré un faussaire de grande envergure.

La Chine démarre dans ce trafic "haut de gamme" extrêmement dangereux pour l’ensemble de la filière. Il est intéressant de noter que c’est maintenant que le problème est pris au sérieux  alors qu’il touche principalement les vins spéculatifs.

Si la France veut maintenir son leadership il est urgent de changer de stratégie en avançant en Chine de façon coordonnée. De nombreux budgets sont dépensés en promotion parfois inutiles. En effet, il est affligeant de voir des régions subventionner des pseudo ambassadeurs du vin qui tirent de ce nouveau statut un bénéfice personnel sans relation avec la promotion de nos vins.

Régions ( Bordeaux, Bourgogne, Champagne….) unissez-vous et créez un bureau de vérification anti-fraude à Hong Kong et Shanghai seul outil efficace. Réside un frein à cette initiative de bon sens : les vins de France n’existent pas juridiquement et ce n’est pas le problème de l’État, cela doit être la volonté de l’ensemble de la filière viticole.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par letroll - 28/06/2012 - 09:36 - Signaler un abus les chinois ont raison !!

    c'est idiot d'aller acheter à l'étranger ce que l'on peut produire soi-même .. surtout moins cher

  • Par Rhytton - 28/06/2012 - 12:15 - Signaler un abus Oeil pour oeil...

    Pas de soucis, notre nouveau president va lancer notre pays dans la production de contrefacons de pousse-pousses et de bols de riz. On verra qui craquera le premier!

  • Par Kriss - 28/06/2012 - 12:38 - Signaler un abus Pour le moment les Chinois

    Pour le moment les Chinois n'y connaissent rien en vin, du moment qu'ils lisent "Bordeaux" sur la bouteille, ils sont satisfait. Et il faudra du temps pour les éduquer, ce qui est dommage vu le succès de actuel du vin Français. Comme dans l'automobile peut être faudra-il que les américains débarquent sur le marche Chinois pour faire réagir nos producteurs nationaux, en attendant les copieurs Chinois font fortune et achètent des vignobles et des Châteaux Français. Si les Français ne réagissent pas rapidement en s'organisant et faisant preuve de moins de naïveté, au final les Chinois auront de vrais vins "Made in France" mais produits par des Chinois. Et ce n'est pas fini, car c'est en fait toute l'industrie agroalimentaire Française qui intéresse les Chinois.

  • Par Kriss - 28/06/2012 - 12:41 - Signaler un abus Pour le moment les Chinois

    Pour le moment les Chinois n'y connaissent rien en vin, du moment qu'ils lisent "Bordeaux" sur la bouteille, ils sont satisfait. Et il faudra du temps pour les éduquer, ce qui est dommage vu le succès de actuel du vin Français. Comme dans l'automobile peut être faudra-il que les américains débarquent sur le marche Chinois pour faire réagir nos producteurs nationaux, en attendant les copieurs Chinois font fortune et achètent des vignobles et des Châteaux Français. Si les Français ne réagissent pas rapidement en s'organisant et faisant preuve de moins de naïveté, au final les Chinois auront de vrais vins "Made in France" mais produits par des Chinois. Et ce n'est pas fini, car c'est en fait toute l'industrie agroalimentaire Française qui intéresse les Chinois.

  • Par Rhytton - 28/06/2012 - 14:05 - Signaler un abus La France se gargarise avec ses grands vins

    J'ai goute deux vins, chilien et australien, je suis reste sur le cul. Quand les viticulteurs francais continuent a faire une dizaine d'hectolitres d'un vin qui ne plait qu'a eux, les autres produisent des centaines de metres cubes d'un vin au gout de leurs consommateurs. Maintenant, cherchez qui est le meilleur en business et qui va prendre le marche (et la notoriete) aux Francais. Il y avait deja la Napa Valley...

  • Par claudius - 28/06/2012 - 15:43 - Signaler un abus vous avez dit éducation...

    Bravo Olivier pour cette analyse. Pour ma part, je pense que l'éducation sera la clef du succès des vins de France et d'ailleurs en Chine. Je suis en Chine continentale depuis 2006 et j'y édite des ouvrages sur le vin à caractère pédagogique ( et aussi commercial!); Après avoir édité plusieurs guides (vins de France, vins de Bordeaux, Cognac, association mets chinois/ vins de France entre autres) je prépare actuellement le GRAND LAROUSSE DU VIN dans sa version mandarin. Jettez un oeil sur le projet : http://larousse-chine.blogspot.fr/

  • Par walküre - 28/06/2012 - 22:15 - Signaler un abus Qu'est-ce qu'un vin imité ?

    Une bouteille avec une fausse étiquette ? Ou un vin qui fait la nique aux nôtres ? Il y a des vins chinois très agréables. Et pour un prix défiant toute concurrence, le choix est vite fait. Les viticulteurs français - surtout ceux des grands domaines - vont devoir réviser leurs tarifs. Un passetoutgrain à 6 euros non merci. Un vin de Californie à 2 euros, c'est plié, j'achète, il vaut 10 fois le précédent. Et le reste...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Thiénot

Olivier Thiénot est diplômé du Wine and Spirit Education Trust de Londres (WSET).

Il dirige l'Ecole du Vin de France. Animateur de dégustations de vins, de conférences et de séminaires en France et à l'étranger, il cumule 15 années d'expérience dans le domaine du vin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€