Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le grand renversement : la Russie s’allie avec le Pakistan, les États-Unis avec l'Inde

Les évolutions géopolitiques globales, et les nouvelles nécessités des puissances émergentes sur les fournitures en armements, font bouger les lignes dans le sous-continent indien.

Petites infidélités

Publié le
Le grand renversement : la Russie s’allie avec le Pakistan, les États-Unis avec l'Inde

Les États-Unis s'allient avec l'Inde. Crédit Reuters

Atlantico :  La Russie cherche à nouer des liens avec le Pakistan, pendant que les Etats-Unis commencent à vendre des armes à l'Inde. Cette double situation est assez inédite, ces dernières décennies voyant Islamabad être le meilleur allié de Washington, et l'Inde être plus proche du géant eurasiatique. Qu'indiquent ces rapprochements nouveaux ? 

Jean-Luc Racine : Restons réservés, et mettons ces rapprochements en perspective. Il y a incontestablement une évolution dans les relations russo-pakistanaies mais on part de très bas. Dans les années 50, le Pakistan a choisi, contrairement à l'Inde, de rejoindre les pays de l'Occident, avant de devenir un "Etat du front" lors de l'invasion de l'Afghanistan par les Soviétiques. A l'inverse, en 1971, l'Inde et l'URSS avait signé un accord d'amitié. Tout cela explique que les relations entre Moscou et Islamabad étaient au point mort.

Mais depuis un an ou deux les relations commencent à se réchauffer, et l'annonce d'un contrat de livraison d'hélicoptères de combat russes au Pakistan marque le début d'un tournant en matière de défense. Mais cela reste encore limité. Et la visite de Vladimir Poutine en Inde le 11 décembre rappelle que les relations bilatérales entre Moscou et New Delhi restent très fortes. Les relations russo-pakistanaises en sont encore loin. 

 

Ces nouveaux échanges peuvent-ils assombrir les relations diplomatiques traditionnelles Etats-Unis/Pakistan et Russie/Inde qui structurent encore largement la situation géopolitique de cette région ? 

ll y a certes des critiques, mais nous sommes dans un monde où tout le monde discute quasiment avec tout le monde. Les relations russo-indiennes viennent d'être réaffirmés, et ce projet de livraison d'armements au Pakistan est certes nouveau, mais il doit être mis en relation avec le projet indien de construire 400 hélicoptères de combat à partir de matériel russe. Le rapprochement russo-pakistanais s'inscrit plutôt dans le cadre du départ d'Afghanistan des soldats de l'OTAN d'une part, et d'autre part la réaffirmation des relations indo-américaines et l'impact de la crise ukrainienne qui redéfinit les relation entre la Russie et l'Asie.

 

La Russie traverse une situation économique très difficile. Sa volonté de se rapprocher avec de nouveaux acteurs est-elle la conséquence de la période trouble qu'elle traverse ? Moscou va-t-elle devenir plus volontariste et coopérative pour trouver de nouveaux appuis ?

Absolument. Sur la question de la vente d'hélicoptères de combat, les analystes font remarquer que les seules armes aériennes des forces afghanes, qui vont bientôt lutter seules contre les Talibans, viennent de Russie. Il y a donc déjà des ventes. Mais pour Moscou, face à la crise, les sanctions, la baisse rapide du rouble sont autant de raisons de chercher de nouveaux marchés. Et ils vont développer un discours vis-à-vis de l'Inde expiquant que les hélicoptères de combat livrés aux Pakistanais serviront à mener la lutte dans les zones tribales contre les Talibans. Je ne suis pas si sûr que les observateurs indiens accepteront ce point de vue...

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 15/12/2014 - 10:28 - Signaler un abus On n'est pas prêt de

    vendre nos avions Rafale. Plus tard, on les cédera au pays africains.

  • Par vangog - 15/12/2014 - 10:51 - Signaler un abus La Russie alliée avec le Pakistan islamique?

    ah ben alors! si on m'avait dit que Poutine allait s'allier avec les islamistes...

  • Par bjorn borg - 15/12/2014 - 14:54 - Signaler un abus RUSSIE

    Vladimir Poutine vient d'effectuer une visite en Inde. Il s'est félicité des bonnes relations commerciales avec le pays au sujet du pétrole et de l'armement. Je ne pense pas du tout que Poutine ai menti, ce n'est pas son genre!

  • Par Leucate - 16/12/2014 - 16:23 - Signaler un abus faut relativiser

    Ce que fait d'ailleurs l'auteur. Quand on travaille un tant soit peu avec les AE, c'est un truisme que de dire que lorsqu'on est ami avec l'Inde, les relation avec le Pakistan sont minimales et vice versa. C'était le cas de la France qui avait très peu de programmes avec l'Inde pour cause de relations suivies avec le Pakistan. Donc tous les pays dans le même cas que nous partent de très bas quand ils renouent avec l'autre Pays ennemi du sous-continent indien. La moinde amélioration est donc de ce fait une avancée notable quand on part de presque zéro.

  • Par Leucate - 16/12/2014 - 16:38 - Signaler un abus @vangog Chine et Pakistan - Russie et Inde

    en complément de mon post précédent, ce fut une constante, depuis les années 50 que la Chine entretenait d'excellentes relations avec le Pakistan qui devint son allié après les guerres contre l'Inde, alors que l'URSS était l'allié de l'Inde. Chacun a d'ailleurs contribué à équiper les armées de l'un ou l'autre pays. Depuis la fin de l'URSS et le montée en puissance de la Russie, on assiste, non pas à un renversement des alliances mais à une normalisation et il est normal que, dans le "Grand Jeu" qui oppose désormais la Russie et bientôt les BRICS à l'empire américain dont nous sommes devenus les vassaux, la Russie cherche à avoir les meilleures relations avec l'ensemble des pays asiatiques dont elle compte faire ses alliés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Luc Racine

Jean-Luc Racine est directeur de recherche CNRS, au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS) de l’EHESS, et vice-président d’Asia Centre. Il est aussi directeur scientifique de la fondation Maison des sciences de l’Homme, où il a dirigé pendant dix ans le programme de coopération bilatérale avec l’Inde.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€