Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le grand bond en avant vers une Europe à l'Allemande serait-il en Marche ?

Le soudain retrait d'Angela Merkel a pu être analysé par la presse allemande comme un moyen de couper l'herbe sous le pied de ses opposants internes à la CDU, incarnés par la candidature de Frierdrich Merz, soutenu notamment par l'emblématique Wolfgang Schäuble.

Avenir européen

Publié le - Mis à jour le 7 Novembre 2018
Le grand bond en avant vers une Europe à l'Allemande serait-il en Marche ?

 Crédit Bernd von Jutrczenka / dpa / AFP

Atlantico : Voici quelques jours, Merz signait -entre autres dont Juergen Habermas- une tribune soulignant l'importance d'une Europe unie. Faut-il s'attendre au retour politique du fédéralisme européen - qui avait disparu ces derniers mois- ? 

 
Edouard Husson : En ce qui concerne votre première question, Angela Merkel ne maîtrise plus rien. En fait, son déclin a commencé avec l’attentat de Berlin à Noël 2016. Rappelons-nous cette image frappante : la Chancelière ne trouvait pas ses mots, devant les caméras, pour réagir à un attentat qui signait la naïveté de sa décision de laisser accueillir sans aucun filtre, à l’automne 2015, pendant une bonne dizaine de semaines, toute personne qui se présentait à la frontière comme réfugié. Depuis lors, Angela Merkel n’en finit pas de perdre le pouvoir.
C’est ce dont Emmanuel Macron ne s’est pas rendu compte, persuadé qu’il était de la solidité de la Chancelière. Entre mai 2017 et juin 2018, Angela Merkel l’a fait poireauter – mais il faut bien comprendre qu’elle ne pouvait pas faire autrement. Une des erreurs de Macron a été de ne pas en profiter pour (faire) développer systématiquement des réseaux au Bundestag et dans l’ensemble des Länder. Le réémergence de Friedrich Merz montre bien qu’il existait des alliés potentiels. Parmi les principaux signataires de la tribune dont vous parlez, il y a des personnalités comme l’ancien Ministre-président de Hesse, Roland Koch ou l’ancien ministre des Finances de Gerhard Schröder, Hans Eichel.
 

Quelle est la nature de ce fédéralisme, qui avait pu être porté dans le passé par Wolfgang Schäuble- et qui avait pu être critiqué comme étant une vision d'une Europe non allemande mais "à l'allemande" ? 

 
Tout cela est très ambigu. Je laisse de côté la rhétorique du style « L’Europe c’est la paix » (alors que c’est l’esprit de paix de 1945 qui a permis la construction européenne et non le contraire). Oublions aussi la naïveté des déclarations sur un marché européen pur et parfait (les systèmes éducatifs sont-ils à ce point efficaces que n’importe quel écolier ou étudiant européen puisse sérieusement envisager d’aller travailler ou de créer son entreprise là où il en a envie ?). Laissons de côté l’éternelle référence à Emmanuel Kant et son traité de la paix perpétuelle : on oublie toujours que le titre « Zum ewigen Frieden » avait été inspiré à Kant par le nom d’une auberge située en face d’un cimetière – la paix du cimetière ! Et ne rions pas quand un texte plein de componction pacifique en appelle à une armée européenne (pour faire la guerre à qui ?)
 
Concentrons-nous sur le passage du texte consacré à l’euro. Les signataires ont bien conscience, sans arriver à le formuler clairement, que l’euro n’est pas une vraie monnaie comme l’était le deutsche mark. Une vraie monnaie implique, en zone monétaire non optimale, la possibilité de transferts financiers pour compenser des disparités régionales, l’émission d’obligations monétaires européennes etc…. Le texte appelle à esquisser le début d’une amorce de commencement de quelque chose qui se rapprocherait d’une monnaie au sens plein du terme pour la zone euro. Comment comprendre alors que Friedrich Merz puisse avoir le soutien de l’inflexible Wolfgang Schäuble tout en se ralliant à l’idée d’un (petit) budget européen ? En fait, il faut se rappeler que Schäuble n’est pas contre, pourvu que cela implique un accroissement du contrôle des budgets nationaux.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 06/11/2018 - 10:12 - Signaler un abus Querelle d'Allemands !

    Comme le remarque très bien mr. Husson dans la seconde moitié de son article, l'expression qui vient immédiatement à l'esprit a été créée en 1671 par la marquise de Sévigné, dans une de ses lettres : ''Querelle d'Allemand(s)'' Le Wiktionnaire propose comme synonyme : ''enculage de mouche''. Personnellement, je dirais plutôt : querelle interminable et totalement incompréhensible aux non-allemands ! L'urgence pour nous, français, est donc de rester prudemment à l'écart. Nous ferons un bilan en Mai 2019, avant de voter aux élections européennes. Mais, je doute fortement que celui-ci soit positif !

  • Par Atlante13 - 06/11/2018 - 11:12 - Signaler un abus En fait, la seule Europe qui soit possible

    est une zone de libre échange économique et de circulation des biens et personnes. Le reste n'est que de la rhétorique, ou du paluche intellectuel car toutes les nations européennes ont une longue histoire et un passé qu'on ne peut gommer d'un trait. L'Union Européenne n'est qu'une invention de politiciens et haut-fonctionnaires collectivistes qui voyaient leur modèle dans l'URSS.

  • Par Patrice LUCAS - 06/11/2018 - 11:47 - Signaler un abus Bien vu

    Les 2 seules nations fédérales .......sont ou ont été ,l'URSS et les USA , mais a quel prix , pour l'URSS Joseph a fait couler le sang par torrent à la mode orientale caucasienne , nous pourrions y revenir....pour les USA cela leur a coûte une guerre civile épouvantable et parfaitement méconnue des européens ..... nous avons déjà subi depuis napoleon plusieurs boucheries européennes sans leçons tirées , essayons de rester à un espace de libre échange ........

  • Par vangog - 06/11/2018 - 13:11 - Signaler un abus D’avantage de contrôle des budgets des états européens????

    Ah mais alors...la France gauchiste et ses éternels 3% de déficit budgétaires, et ses éternels 100% de dette, où va-t-elle trouver le fric qui manque pour financer son clientélisme irréformable, et les intérêts de la dette? Et ben!...en augmentant les taxes et, de nouveau, la dette (miam-miam Rothschild et Goldmann-Sachs), comme d’habitude!....et tout ça pour « Grossdeutschland fur alles » comm en quarante: alliance des radsocs macronistes avec les socialistes hitleriens...on y retourne!

  • Par Liberte5 - 06/11/2018 - 14:19 - Signaler un abus D'accord avec @ Atlante 13

    Revenir à l'Europe initiale et laisser les nations garder leur identité, leur histoire, leurs valeurs. Conclure sur des sujets précis des partenariats entre des Etats pour des projets communs. Mais il faut arrêter avec une Europe qui détruit les nations et leur civilisations.

  • Par Benvoyons - 07/11/2018 - 11:07 - Signaler un abus Faire Croire que le problème interne de la France est du à l'UE

    est une immense escroquerie pour éviter encore une fois de plus de voire comprendre & corriger les Problèmes France. En effet chaque pays à ses propres fonctionnaires. Agriculture France: effectif du ministère de l’agriculture n’a suivi ni la décroissance sensible du nombre des agriculteurs (la population active agricole est passée de 1,9 million en 1980 à 0,9 million en 2005), ni la diminution de la part du secteur agro-alimentaire dans l’économie (2 % du PIB en 2005 contre 4,2 % en 1980). Il s’est au contraire accru de 6,5 % si on prend en compte les emplois budgétaires du seul ministère et il a doublé si on intègre dans le calcul les agents des opérateurs du secteur agricole (18.480 en 1980 et 35.646 en 2006 selon les éléments sur les effectifs gérés communiqués par le ministère......(Source Terre Net ) Ministère de l'Agriculture Allemande 1280 personnes: Bilan les Agriculteurs Allemand ont une meilleure redistribution des aides de l'UE. L'Agriculture Allemande est passé devant celle de la France même en Bio 5% des terres pour 2% pour la France. Donc la meilleure Gestion Allemande n'a rien avoir avec l'UE & le résultat décevant de la France non plus.

  • Par cloette - 08/11/2018 - 07:41 - Signaler un abus @benvoyons

    Quel est votre ressenti ? Viviez vous mieux avant "l'Euro" ou après ? Réponse argumentée et détaillée SVP !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€