Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 29 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Google un outil qui définitivement
ne vous veut pas (que) du bien !

Google passe à la vitesse supérieure : depuis le mois de mars dernier, la firme s'accorde le droit de consolider toutes les données prospectées sur les utilisateurs, couvrant sous l'argument de l'adaptation plus pointue à leurs besoins, une opération d'espionnage. Mieux : Google fait fi de tous les avertissements de la communauté internationale pour "abus de position dominante".

Big Brother

Publié le
Google un outil qui définitivement 
ne vous veut pas (que) du bien !

Google fait fi de tous les avertissements de la communauté internationale pour "abus de position dominante". Crédit DR

Depuis quelques années, nombreux sont les observateurs indépendants à avoir alerté l’opinion sur l’inquiétante montée en puissance de Google. Cette entreprise dont le nom propre est presque devenu un nom commun jouit d’un quasi-monopole de fait sur la recherche d’informations sur Internet. Elle étend une emprise grandissante sur nos vies et sur l’économie. En initiant contre elle une enquête approfondie pour « abus de position dominante », la Commission européenne a, dès 2010, mis le doigt sur le volet commercial de cette domination.

D’autres commentateurs ont abondamment souligné le danger pour le pluralisme que représente l’extrême hégémonie d’un seul opérateur sur l’information, ce que Google trahit d’ailleurs en se donnant expressément pour mission « d'organiser l'information à l'échelle mondiale ». La Firme aux jumelles vient de franchir un nouveau cap en matière de contrôle de notre vie privée en annonçant la réforme radicale de sa politique de confidentialité : depuis le 1er mars, Google s’adjuge le droit de consolider l’ensemble des informations recueillies sur les individus. Concrètement, cela signifie qu’elle peut faire le rapprochement de toutes les données engrangées sur chaque utilisateur à travers différents outils. On imagine la puissance de connaissance qu’une telle consolidation représente, et le ciblage marketing juteux que cela permet.

L’association nationale des procureurs généraux des Etats-Unis s’est émue dès le mois de février de cette mesure annoncée par Google, et la CNIL a initié une investigation au nom de ses 27 homologues européens au regard des règles de protection des données personnelles. Il faut dire que cette mesure fait naître des inquiétudes majeures.

La première concerne le respect de la vie privée. En croisant vos échanges via gmail et l’historique de vos recherches sur Internet par exemple, Google en saura probablement plus sur vous que votre meilleur ami et sans doute plus que la CIA et les Etats pourtant si avides de fichiers croisés. Le cloisonnement entre vos différentes activités disparaît et vous devenez totalement transparent aux yeux de la Firme américaine. Bien sûr, l’argument de Google est que cette transparence absolue est réalisée dans votre intérêt : il deviendra possible d’adapter de plus en plus finement à vos goûts et à vos besoins les produits proposés, les réponses aux requêtes et de façon générale tout le service fourni. Pourquoi s’en plaindre ?

L’efficacité y gagnera ce que la protection citoyenne y perdra. Notre conception de la liberté repose en effet sur l’idée que nous partageons ce que nous voulons avec qui nous voulons, mais sans contrainte. Aucun avantage du ciblage des offres ne compensera jamais la perte de cette liberté fondamentale ; aucun service sur mesure ne doit faire oublier le risque que représente une vision panoptique d’un opérateur sur une population.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par charleslud - 11/05/2012 - 10:17 - Signaler un abus Comme dit dans votre article

    Comme dit dans votre article suffit de se passer de grosse gueule, mais avant fallait lire les conditions, chose que j'ai faite donc grosse gueule n'est jamais venu sur ma machine, même vire de firefox via about:config. On se passe de grosse gueule, faut juste le vouloir. Mais comment changer les moutons (pas ceux dans les champs) Bon courage pour faire bouger :)

  • Par carioca - 11/05/2012 - 11:26 - Signaler un abus respectez le français!

    vous écrivez " En initiant contre elle une enquête" puis "la CNIL a initié une investigation"!!! On se croirait dans du Dan Brown, roi de l'ésotérisme, ou chez les francs maçons où on initie les nouveaux adeptes... il s'agit ici d'initialiser!!!

  • Par Bara - 11/05/2012 - 22:18 - Signaler un abus Google, une multinationale toxique

    Cette multinationale est méprisante des droits des particuliers: son président a dit "si vous ne voulez pas que ça se sache, ne le faites pas !", oubliant sciemment qu'il prêtait quotidiennement sa puissance incroyable aux diffamateurs de tous poils. Elle bénéficie souvent de la complaisance de vieux juges, aussi incompétents en nouvelles technologies que sensibles aux charmes des avocates que peut se payer Google. Le juge Emmanuel Binoche, par exemple, est connu pour avoir quasiment systématiquement pris le parti de la multinationale américaine contre des particuliers qui réclamaient le droit à l'oubli, ou simplement à n'être pas diffamés. Je ne comprends pas la cote dont elle jouit, alors qu'elle étend depuis des dizaines d'années sa toile étouffante sur le monde,.

  • Par DEL - 11/05/2012 - 22:46 - Signaler un abus Ah!je ris

    On entend s'indigner quand Google récolte des renseignements, je suis d'accord. On entend pas s'indigner quand le gouvernement veut ficher tout le monde, y compris les "gens honnêtes"! Singulière façon de s'indigner à sens unique.

  • Par Sandeman - 12/05/2012 - 19:02 - Signaler un abus Pour remplacer google (duck

    Pour remplacer google (duck duck go + startpage) Pour remplacer facebook (vk dot com = facebook russe) Tor pour surf anonyme

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Perri

Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne vous veut pas que du bien" chez Anne Carrière.

En 2014, Pascal Perri a rendu un rapport sur l’impact social du numérique en France au ministre de l’économie.

Il est membre du talk "les grandes gueules de RMC" et consultant économique de l’agence RMC sport. Il commente régulièrement l’actualité économique dans les décodeurs de l’éco sur BFM Business.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€