Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après Google, Facebook et Amazon aussi dans le collimateur du fisc français

Selon des sources à Bercy, le redressement record que le fisc devrait imposer à Google ne serait pas de 1 mais de plus de 3 milliards d’euros. Et l’investigation ne se limite pas au plus célèbre des moteurs de recherche.

L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Publié le
Après Google, Facebook et Amazon aussi dans le collimateur du fisc français

Google serait visé par un redressement fiscal de l'administration française.  Crédit Reuters

Le fisc français enquête désormais sur la plupart des grandes multinationales du e-commerce et des nouvelles technologies, soit Facebook, Amazon, Apple, Microsoft, eBooking (le roi mondial de la réservation d’hôtel et de voyages), Groupon, Airbnb (site international de location d’appartements de particuliers à particuliers). L’enquête porte aussi au-delà du e-commerce  et touche des sociétés comme  MC Donald. L’ensemble de ces sociétés ont payé l’an dernier moins de 1 milliard d’impôts, alors que leur chiffre d’affaires représente plus de 300 milliards d’euros.

Ce n’est pas 1 milliard d’impôts qu'elles devraient payer mais au minimum dix fois plus. 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

Google, qui capte une grande part de la publicité digitale  et qui commence à avoir des recettes de redevances commerciales, a officiellement réalisé l’an dernier 193 millions de chiffre d’affaires et aurait payé à la France un impôt de  6,5 millions d’euros pour un résultat  déclaré de  8,3 millions d’euros. Certes, les chiffres sont cohérents entre eux, mais ils sont singulièrement minorés au regard de la performance de Google sur le marché français. Les évaluations faites débouchent sur un chiffre d’affaires probablement proche de 2 milliards  d’euros (plus de 50% du marché de la pub digitale).

Après enquête, le fisc réclamerait un redressement de 3 milliards d’euros. La procédure de rattrapage porte sur 2011, 2012, et 2013. Mais des procédures d’enquête touchent également beaucoup d’autres multinationales qui sont aussi dans le collimateur d’autres pays.

Les membres du G20 ont toujours demandé un durcissement des règlementations contre les paradis fiscaux et les possibilités d’optimisation fiscale. Cependant, ils ne sont jamais parvenus à s’entendre sur une procédure de contrôle au niveau international. L’idée de créer une taxe  sur l’activité mondiale du e-commerce a fait long feu.

Pourtant, toutes ces entreprises utilisent les mêmes méthodes pour faire de l’optimisation fiscale. Le principe est très simple. Chaque filiale nationale fait remonter dans une société, basée au Luxembourg,  en Irlande ou aux Pays-Bas, l’essentiel de ses flux financiers (dépenses et recettes) qui sont alors centralisés. Cette société reçoit de la société mère des factures importantes pour services commerciaux, conseil en marketing, et frais de recherche, qui vont éponger et sortir un paquet d’argent. Cet argent est alors stocké dans un paradis fiscal, les Îles Vierges, les Bahamas ou même tout simplement dans l’État américain du Delaware.

Cette technique qu'on appelle la technique du sandwich hollandais (lié à l’importance des Pays-Bas comme courroie de transmission) a deux intérêts.

D’une part, elle vide l’assiette fiscale qui devrait reposer sur l’activité réelle de ces entreprises.

D’autre part,  elle permet à ces groupes de se constituer des cagnottes financières considérables qui leur permettent d’agir en toute liberté sur n’importe quel marché.

En l’absence de réglementations internationales, ces procédures sont à peu près légales, sauf à prouver la réalité des évasions ou des remontées de flux. Ce qui demande des années d’enquête.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par eb - 06/02/2014 - 09:25 - Signaler un abus Ça s'appelle de la concurrence fiscale

    Mettez le taux d'imposition sur les sociétés à 10% (avec garantie de stabilité dans le temps) et vous verrez. Les capitaux afflueront. Et les impôts avec.

  • Par Anemone - 06/02/2014 - 16:08 - Signaler un abus Brussel

    "La Commission européenne a choisi de ne pas sanctionner la firme américaine. Bruxelles a préféré croire aux engagements du géant d'Internet de modifier son comportement." . Mais la France -l'état français- continue! Que voulez vous les parasites de Matignon et de l’Élysée ont besoin de sang frais -pardon d'euros frais- pour continuer à se nourrir au Laurent (et se faire apporter des croissants par leurs gardes du corps) tout en subventionnant leurs électeurs.

  • Par ignace - 06/02/2014 - 16:57 - Signaler un abus Anemone...apparemment vous aimez bien

    vous faire dépouiller.....hollande l' a bien compris

  • Par Angath - 06/02/2014 - 17:48 - Signaler un abus Je rigole

    J'attends avec impatience le gros "fuck" de google à l'etat français. On sera le seule pays au monde à faire nos recherche sur Lycos (à mince il existe plus)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaine BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€