Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Google, Facebook, Amazon, Apple : l’Allemagne lâche la France, désormais seule pour défendre la taxation des Gafa. Donc impuissante

De Washington à Bruxelles, on semble caler. Samedi, à Vienne, les européens se sont une nouvelle fois affrontés, sans issue décisive. Les seuls alliés possibles pourraient être les américains eux-mêmes. Paradoxal mais intéressant à suivre.

Atlantico Business

Publié le
Google, Facebook, Amazon, Apple : l’Allemagne lâche la France, désormais seule pour défendre la taxation des Gafa. Donc impuissante

Une fois de plus Bruno Le Maire, le ministre français de l’économie, s’est retrouvé bien seul face aux européens pour essayer d’aboutir à une régulation et une fiscalité des grandes entreprises du digital. Les GAFA, c’est à dire les Google, Amazon, Facebook, Apple, Uber et bien d’autres de moindre puissance s’arrangent pour ne pas payer les impôts qui devraient normalement correspondre à leur activité sur les marchés européens. 

Ils paient bien une partie de la TVA, une petite partie des charges de production et différentes taxes sociales sur leur masse salariale des emplois tenus par les français mais ça reste très marginal par rapport au chiffre d’affaires réalisé sur les grands marchés. Ceux qui vendent des produits comme Apple ont du mal à échapper à l'impôt, mais ceux qui vendent du service ont toutes les facilités pour. Il leur suffit de faire remonter les flux concernant le e-commerce, le téléchargement, etc… bref tout ce qui est immatériel vers des pays à fiscalité douce dans lesquelles ils ont positionné leur application et le tour est joué.

Ne parlons pas des droits d’auteur, c’est à peine si Google ou Facebook savent que ça existe.

C’est Emmanuel Macron qui a le premier poussé une proposition de taxation des spécialistes du digital, « si la France veut devenir une startup-nation, elle ne sera pas pour autant un paradis fiscal pour ceux qui s’y installent ». Cela dit la France s’est retrouvée très vite confrontée à la résistance des autres européens. 

Les ministres de l’Economie et des Finances de la zone euro qui se sont encore réunis à Vienne ce samedi n’ont guère bougé. Bruno Le Maire y est pourtant allé plus décidé que jamais à convaincre ses homologues de la nécessité d’instaurer une taxe sur les entreprises du digital. L’objectif : récupérer de la matière fiscale et compenser le fait que, par optimisation, les recettes fiscales de ces entreprises restent plus faibles que la moyenne.

La proposition française, à laquelle s’était ralliée l’Espagne, porte sur les entreprises du digital et consiste à taxer les entreprises sur leur chiffre d’affaires, là où elles produisent de la valeur ajoutée plutôt que là où elles ont installé leur siège. Une taxe de 3% du chiffre d’affaires qui pourrait concerner 200 entreprises et rapporter près de 5 milliards d’euros.

Et bien malgré la prudence du projet, la France a reçu un faible écho. Or pour que le dossier fiscal soit ouvert, il faut que l’ensemble des pays membres de l’Europe soit d’accord. Or, on est loin du compte. 

 

1er point, le projet ne sera pas porté comme prévu par le couple franco-allemand. L’Allemagne a lâché la France. 

Angela Merkel n’est plus partante à l’idée de la taxe GAFA et son ministre des Finances Olaf Scholz a même qualifié dans une note écrite et signée communiquée aux Gafa que cette taxe était une sorte « diabolisation non productive ». 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 10/09/2018 - 07:38 - Signaler un abus Les délires fiscaux des socialo-étatistes Français...

    ... ne s’exportent pas, et c’est tant mieux.

  • Par Loupdessteppes - 10/09/2018 - 09:15 - Signaler un abus Prévisible

    La France était aussi la seule à vouloir imposer au monde le Minitel alors que le Web se développait. En contre-partie la France défend très mal les simples droits d'auteur au niveau national ! De fait les économistes (sic) collectivistes sont mal placés pour défendre la fiscalité de l'état...

  • Par assougoudrel - 10/09/2018 - 09:39 - Signaler un abus Macron le reconnait

    La France est un paradis fiscal pour ces monstrueuses "boutiques", mais nous savons qu'elle est pour le citoyen un enfer (fiscal), ce qui est très frustrant; un peu comme le citoyen portugais qui croule sous les impôts et qui voit les étrangers arriver par vagues, achetant ses terrains et ses logements et pour ne payer des impôts que dix ans plus tard. Lui-même, dépouillé, est dans l'incapacité de se le payer. Frustration que connaissent nos chefs d'entreprise.

  • Par vangog - 10/09/2018 - 13:21 - Signaler un abus L’enfer fiscal socialaud-macroniste...

    malgré toutes les mises-en-garde de pays plus respectueux des citoyens que lui, Macrouille continue ses délires taxatoires et impositeurs . Le dernier des Mohicans socialistes (honteux) persévère dans l’erreur!

  • Par Lazydoc - 10/09/2018 - 14:29 - Signaler un abus Pour Macron (et JMS)

    Régulation = Taxe. Pas étonnant qu’aucun autre pays ne les écoute. Ah oui, à part l’Espagne, nouveau paradis socialiste.

  • Par ajm - 10/09/2018 - 15:36 - Signaler un abus Épouvantail fiscal.

    Le Maire, épouvantail typiquement Français. La où Le Maire prospère , la croissance désespère .

  • Par ciara - 10/09/2018 - 19:33 - Signaler un abus Encore un exemple de l'inéfficacité de l'Europe

    Inefficace , A quoi tu sers Europe? Quand je vois les européistes béats invoquer le Dieu Europe pour contrer les USA et la Russie je rie à gorge déployée. L'Europe est un machin totalement inefficace, nuisible, néfaste, qui ne sert qu'à mesurer la taille des rondeurs de saucisson Une fois de plus l'Allemagne nous lâche en rase campagne. Une fois de plus on voit bien que la soi disant solidarité de l4europe n'est qu'un mythe destructeur. J'invite les européistes béats à nous prouver le contraire.

  • Par Alain Proviste - 11/09/2018 - 19:16 - Signaler un abus DEFENDRE SES INTERETS

    C'est ce que fait l'Allemagne et tous les autres pays, sauf sauf un qui résiste encore et toujours au bon sens. Cela dit le petit jeu des multinationales va un peu loin.

  • Par Cervières - 11/09/2018 - 21:19 - Signaler un abus Qu'apprend-t-on à l'ENA?

    On a nettement l'impression qu'ils ont reçu une formation de mafieux et de racketteurs, non?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€