Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 28 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gilles Boyer, l’homme de l’ombre qui a réussi l’exploit de renouer les liens entre Alain Juppé et la presse

De Bygmalion au scandale Buisson en passant par les "incartades" de DSK et le compte en Suisse de Jérôme Cahuzac, défendus par Havas, la disgrâce s’est abattue sur les sorciers qui murmurent à l’oreille des princes. Malgré tout, les agences restent influentes au cœur du pouvoir. Qui sont ces manitous à l’œuvre en coulisses, ces communicants qui mettent en scène la dédiabolisation du FN ? Extrait de "Les gourous de la com' dérapent" d'Aurore Gorius et Michaël Moreau, Fayard 1/2

Bonnes feuilles

Publié le
Gilles Boyer, l’homme de l’ombre qui a réussi l’exploit de renouer les liens entre Alain Juppé et la presse

Gilles Boyer, la main gauche de Juppé

À droite, la concurrence pour la présidentielle n’a pas autant fait rage depuis les années 1990, lorsque Jacques Chirac et Édouard Balladur se déclarent la guerre. À l’époque, il n’y avait ni chaîne d’info en continu, ni réseau social… Pour 2017, le plus prompt à se dévoiler est un ancien Premier ministre impatient : Alain Juppé. Il annonce officiellement sa candidature à la primaire le 20 août 2014, sur son blog, prenant par surprise son fidèle directeur de campagne et de la communication, Gilles Boyer.

« Elle n’était pas du tout prévue, je n’étais pas au courant, confie ce dernier. Nous en avions beaucoup parlé avant l’été, je savais qu’il allait y réfléchir, mais pas que cela allait aboutir. » Gilles Boyer est aux États-Unis quand Alain Juppé publie sa tribune. Il fait nuit de l’autre côté de l’Atlantique. « À mon réveil, je vois vingt-deux messages vocaux, dix-huit SMS… Le premier était de sa part : “Vous verrez, j’ai fait un petit blog.” Ça m’a fait marrer. J’ai trouvé ça très à sa manière. »

Gilles Boyer est beaucoup plus qu’un conseiller en communication pour Alain Juppé. Né en 1971, il est son vrai bras droit, celui qui dirige sa campagne et ses équipes. (...)

Quand Alain Juppé est nommé ministre de la Défense, puis des Affaires étrangères, sous Nicolas Sarkozy, Gilles Boyer est encore de la partie et commence réellement à chapeauter la com’ de son patron. Il cherche à positionner le ministre comme un homme d’État qui compte sur le plan national. Il fait embaucher un conseiller expérimenté, Charles Hufnagel, futur directeur de la communication d’Areva. « Nous étions dans le même bureau, nous travaillions toujours ensemble. C’est à ce moment-là que Charles m’a dit : “Il faut que tu fasses du off avec les journalistes sur les sujets de politique intérieure, sinon personne ne le fera.” L’actualité était chaude avec l’approche de la présidentielle de 2012, il y avait un besoin de pédagogie qu’Alain Juppé ne voulait pas faire lui-même en raison de ses fonctions. »

Au Quai d’Orsay, Gilles Boyer reçoit tous les journalistes politiques qui comptent sur la place de Paris et se constitue un carnet d’adresses. En 2012, lorsque la droite est chassée du pouvoir, c’est lui qui maintient le contact entre le maire de Bordeaux et la presse. Il parle de temps en temps avec Claude Chirac, toutefois discrète et peu intrusive. Le franc-tireur est aussi romancier à ses heures perdues. Et se fait remarquer sur Twitter pour ses traits d’esprit grinçants et humoristiques contre les concurrents d’Alain Juppé. Quand Nicolas Sarkozy est l’invité du JT de France 2 en septembre 2014, il se moque de l’entretien : « Je croyais que @France2tv avait supprimé la pub après 20 heures. » Et provoque : « T rès intéressant le JT de TF1 ce soir. » Nicolas Sarkozy, dont les proches s’amusent à dépeindre Boyer en « M orano de Juppé », s’en est plaint directement : « Il n’arrête pas de dire du mal de moi. » Lui assure : « Je ne comprends pas très bien ce qu’on me reproche. Je n’ai pas moins le droit de parler que n’importe qui d’autre. Ce que j’écris m’engage, mais je n’oblige personne à me suivre. Twitter est un outil d’impulsion, à manier avec précaution. Mais c’est un outil très utile. » (...)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 05/03/2016 - 12:44 - Signaler un abus La com

    met en orbite Juppé , dédiabolise MLP pour qu'elle se trouve en face de lui au deuxième tour , mais aux US Trump indépendant des lobbies fait un tabac, la Com n'est plus ce qu'elle est et les médias n'ont pas intégré les nouveaux paramètres du logiciel .

  • Par mymi - 05/03/2016 - 18:42 - Signaler un abus Juppé jamais (comme c'est mon

    Juppé jamais (comme c'est mon slogan favori que je vous rabâche régulièrement, je vous fait grâce du pourquoi !)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michaël Moreau

En 2000, Michaël Moreau commence sa carrière de journaliste au quotidien France Soir, puis devient rédacteur en chef adjoint de l’émission On ne peut pas plaire à tout le monde. De 2006 à 2008, il est rédacteur en chef de l’émission T’empêches tout le monde de dormir, puis de 2008 à 2009 de Médias le magazine.  Depuis 2011, il est rédacteur en chef chez iTélé et BlackDynamite Production. Il co-écrit avec Aurore Gorius Les Gourous de la com’, 30 ans de manipulations économiques et politiques en 2011.

Voir la bio en entier

Aurore Gorius

Aurore Gorius est journaliste. Elle a publié avec Michaël Moreau, La CFDT, ou la volonté de signer (Hachette,littérature, 2006). Elle signe également les ouvrages suivants, aux éditions La Découverte : Les Gourous de la com' (2011) et Fils et Filles de... (2015)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€