Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"En France le seul bon philanthrope est le philanthrope mort"

Bill Gates vient d'annoncer qu'il ferait un don de 1,6 milliards à l'occasion du sommet de l'Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation (GAVI) à Londres, ce lundi. Le philanthrope américain consacre désormais sa vie à sa fondation, Bill et Melinda Gates. Qu'en est-il des plus grandes fortunes de France, sont-elles généreuses ?

Générosité

Publié le - Mis à jour le 28 Avril 2016

Atlantico : Quand un philanthrope français  s’affiche, qu’il  fait acte de générosité, l’opinion publique au lieu de louer cet acte, pose, in petto, la question : comment s’est-il enrichi ; pourquoi cette suspicion ?

Antoine Vaccaro : Cette suspicion est liée au climat de défiance qui règne entre les Français  et plus particulièrement envers leurs « élites ».[1] Ce qui me fait dire qu’en France le seul bon philanthrope est le philanthrope mort. Celui-là a fait son legs ; a désigné les causes qu’il souhaite soutenir et dès lors, on l’honore.

La deuxième raison est juridique.

Si les donations anglo-saxonnes sont extravagantes, c’est que les héritiers n’ont aucun droit à revendiquer une quelconque quotité réservataire. Aux USA ou en GB on peut déshériter ses héritiers et tout donner à une cause,  ce qui n’est pas le cas dans les pays latins.

La troisième raison est liée au système fiscal en amont du don. Si la fiscalité du don en France est parmi les plus avantageuse au monde, les prélèvements fiscaux et sociaux sont perçus, par les  plus les grandes fortunes, comme confiscatoires. Aussi il est de bon aloi de renvoyer les questions de prise en charge de l’intérêt général à l’Etat Providence.

La quatrième raison est économique. Plus vous avez de milliardaires dans un pays et plus  vous avez de philanthropes. Néanmoins se pose la question du partage de la richesse, ce qui est un autre problème. 

En France, nous avons aussi de grands philanthropes, pour ne citer que nos deux plus grands capitaines d’industrie, François Pinault et Bernard Arnault, mais leur philanthropie est tournée vers l’art et la culture. Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas intéressés par le  social et l’humanitaire, mais ils en parlent moins. Ils préfèrent mettre en avant le côté prestigieux de leur fondation, de leur musée, de leur collection, plutôt que le volet caritatif, pour ne pas se voir reprocher d’être, au mieux, paternalistes au pire opportunistes.

Que faire pour encourager la philanthropie en France ?

Sur le plan fiscal on peut difficilement demander plus. La seule chose qui reste à changer : la capacité de testateur de déshériter ses héritiers. Ce serait très populaire ! C’est une vraie mesure d’égalité. La gauche pourrait le proposer au-delà d’un certain montant de fortune.

[1] La société de défiance : Comment le modèle social français s'autodétruit ?

Yann Algan, Pierre Cahuc

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Vabadus - 16/06/2011 - 15:13 - Signaler un abus Problème de fiscalité

    La raison principale en est la gourmandise de l'État-nounou et la croyance qu'il faut tout attendre de celui-ci, d'où une déresponsabilisation de chacun et une baisse naturelle de la solidarité (la vraie)

  • Par TROTTA Olivier - 16/06/2011 - 22:04 - Signaler un abus Pinault, Arnault et l'art...

    ... de spéculer et placer aussi à bons comptes... l'art est un placement financier comme un autre et permet surtout bien des arrangements avec l'ISF. On dit bien le marché de l'art... tout est dit. Il n'y a donc rien de philanthropique là dedans... le reste, c'est la participation active à la collectivité par la création de richesses qui est une autre forme de philanthropie concrète et réelle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Vaccaro

Antoine Vaccaro est docteur en Science des organisations, président du Cerphi et enseignant à Sciences Po Paris.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€