Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Génération égoïste ? Les femmes regardent de plus en plus de porno et deviennent des hommes addicts au plaisir solitaire comme les autres

Le site pornographique "Pornhub" a publié son étude statistique annuelle pour 2017. Parmi les nombreux enseignements de cette dernière, on peut relever que la consommation de contenus pornographiques par les femmes en France a bondi de 25% par rapport à 2016.

L'égalité dans le porno

Publié le
Génération égoïste ? Les femmes regardent de plus en plus de porno et deviennent des hommes addicts au plaisir solitaire comme les autres

Atlantico : Les statistiques du site internet pornographique Pornhub pour l'année 2017 sont sorties et l'on note une nette progression de la consommation de films pornographiques par les femmes en France (+25% par rapport à l'année dernière).  Désormais une visite sur 4 dans le monde sur le site internet Pornhub est faite par une femme (26%). Comment expliquer cette hausse manifeste de la consommation de pornographie par les femmes en France ? 

Michelle Boiron : Les chiffres sont peut-être à prendre avec précaution puisque l’étude statistique vient du site Pornhub. Si cela se confirmait on peut penser que  les femmes par un mouvement de société soient enclines à modifier les comportements sexuels qu’on leur connaissait jusqu’alors. Ces chiffres nous montrent que la femme va juste devenir un homme comme un autre ! En plaise aux féministes ! Si la sexualité féminine passe de contextuelle à visuelle alors oui les femmes peuvent trouver leur excitation comme les hommes en regardant des films pornos. 

Le changement de paradigme de la sexualité humaine tend vers une recherche d’autonomie, de plaisir solitaire qu’offre le virtuel.

Le plaisir solitaire tant décrié tend à devenir la norme dans la sexualité jusqu’à prendre pour certains toute la place. Là où la masturbation se pratiquait en créant des fantasmes, qui avaient au moins le mérite de produire une activité cérébrale, la masturbation devant le porno s’inscrit dans un scénario imposé par le porno, il est cru et absorbé sans filtres. Parfois effractant et toujours pour créer une excitation qui ne va plus de soi.  

Cela engendre une passivité. Le mouvement même du corps se limite à la main. 

Les hommes y ayant de plus en plus recours au détriment de la relation sexuelle on peut entendre que la curiosité des femmes a été aussi éveillée. D’abord par une demande, voire une incitation des hommes à partager certains films et ensuite si elles ont pu ressentir et admettre qu’elles ressentaient de l’excitation, certaines ont ensuite pris seule l’initiative. 

Sans faire de schémas réducteurs les femmes avaient plus tendance à utiliser les sextoys que de regarder des images pornos. On peut aussi rappeler qu’avant le canard de Sonia Rykiel c’était le plus souvent les hommes qui leur en achetaient. Ce qui validerait le fait que les hommes ont initié les femmes à leur forme de sexualité sans imaginer qu’elles allaient faire comme eux voire les dépasser ! Ce qui excitait les hommes étaient de forcer la femme à utiliser des sextoys ou regarder du porno pour leur plaisir personnel ! Ce qui se modifie c’est qu’aujourd’hui l’élève (la femme) dépasse le maître (l’homme). Elles se sont emparées de leurs outils. Elles sont devenues phalliques et autonomes ! 

Ces changements dans la sexualité féminine  traduiraient une tendance si cela devait se vérifier à une modification physiologique de la logique de l’excitation des femmes.  Puisque c’est bien de l’excitation dont on parle et pas de désir ni de libido. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 12/01/2018 - 12:15 - Signaler un abus Sextoy

    Excellent article ! Combien d'entre vous ont déjà offert un ''sextoy'', comme cadeau de Noël ou d'anniversaire à une copine ?

  • Par LOTHARINGIEN 31 - 13/01/2018 - 09:53 - Signaler un abus que de fautes de français

    que de fautes de français dans cet article ! un correcteur serait bienvenu ...

  • Par kelenborn - 13/01/2018 - 15:34 - Signaler un abus je ne sais si madame Boiron a autant

    de libido qu'elle a d'humour mais la phrase "La phrase de Frédérique Dard : « il n’y a rien de plus léger au monde qu’un pénis : une simple pensée le soulève » nous montre comment une pensée toute simple pouvait agir sur l’excitation masculine. On avait l’équivalent au féminin : le regard d’un homme sur une femme pouvait lui créer du désir et de l’excitation ".... Oui ...quand on s'appelle Frédéric "Dard ", on s'y connait forcément en pénis (poilu ou non !!" Ce que nous dit madame Boiron est plutôt une bonne nouvelle mais... je regardais sur Netflix "Mindhunter" série US sur les premiers profilers : le personnage central interroge un serial killer particulièrement infame ( il a tué sa mère, l'a décapitée avent de lui mettre son organe dans la bouche pour se soulager. Ce qui est bien dans ce film c'est que l'on finit par se demander de quel côté est la Raison: Le dit criminel, un certain Kemper lui dit (en substance)ce qui suit: "les gonzesses ont un trou et déploient tous les stratagèmes pour coincer les mâles!!!! Vous trouvez cela si idiot? Si les femmes changent alors, on ne peut que s'en réjouir mais ...j'ai des doutes!

  • Par vangog - 14/01/2018 - 15:52 - Signaler un abus Les femmes regardent le porno pour comprendre...

    ce que les hommes recherchent en elles...plus de poils-moins de poils...plus de silicone-moins de silicone...plus de blondeur carita-moins de blondeur carita...plus de vieilles-moins de vieilles...plus de naturel-moins de naturel...ensuite, elles s’abonnent au nouveau site de rencontre à la mode...

  • Par jurgio - 16/01/2018 - 13:55 - Signaler un abus On aime à compliquer ce qui est simple

    Tout le monde veut faire de la psychanalyse et cela rend la sexualité un parcours ésotérique. Je me remémore ce que disait un « ancien » : « c'est aussi simple que papa dans maman »

  • Par Mingus - 16/01/2018 - 20:00 - Signaler un abus Quelle niaiserie....

    Article totalement inintéressant... décidément Atlantico s'appauvrit.... Les sujets sont bien choisis, mais la pauvreté des idées développées dans certains articles déçoit.... on publie n'importe quoi !!!

  • Par Mellorine - 17/01/2018 - 05:43 - Signaler un abus Très niais

    @mingus c’est exactement le qualificatif que j’utiliserai pour cet article: niais. Et on se retrouve encore avec femmes, éternelles enfants, sorties tout droit de la côte d’Adam.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michelle Boiron

Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles notamment sur le vaginisme, le rapport entre gourmandise et  sexualité, le XXIème sexe, l’addiction sexuelle, la fragilité masculine, etc. Michelle Boiron est aussi rédactrice invitée du magazine Sexualités Humaines

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€