Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Garde à vue de Nicolas Sarkozy : mais où en est vraiment l'ancien président avec la justice ?

Un ancien chef de l’État placé en garde à vue. Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République. C’est le sort qui a été fait à Nicolas Sarkozy sur décision de deux juges d’instruction parisiens.

Casseroles

Publié le
Garde à vue de Nicolas Sarkozy : mais où en est vraiment l'ancien président avec la justice ?

Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue. Crédit Reuters

On le pressentait avec la mise en garde à vue hier Me Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy et des deux avocats généraux à la Cour de Cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust dans cette affaire d’écoutes téléphoniques. On le pressentait… sans trop y croire. Et pourtant, c’est arrivé ce matin : Nicolas Sarkozy, qui ne bénéficie plus de l’immunité présidentielle depuis mai 2012, a été placé en garde à vue dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption qui dépend de la direction centrale de la Police judiciaire à Nanterre.

Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République : un ancien chef de l’Etat privé de plusieurs heures de liberté. Oui, l’ancien ministre de l’Intérieur contraint de s’expliquer dans les locaux de son ancienne Maison. François Mitterrand avait vu son nom cité dans  la célèbre affaire des écoutes téléphoniques qui mettait en cause la cellule élyséenne, Jacques Chirac avait été condamné dans le dossier des emplois fictifs de la mairie de Paris… Jamais l’humiliation n’avait été aussi terrible que celle infligé  à l’ancien président de la République. A l’issue de sa garde à vue, sera-t-il mis en examen pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction par les juges Patricia Simon et Claire Thépaut qui instruisent ce très sensible dossier depuis le 26 février 2014 ? Il est encore trop tôt pour le dire, même si les investigations laisseraient apparaître que, à l’occasion d’écoutes téléphoniques - parfaitement légales, même si elles ont été anormalement longues de 4 mois - l’avocat Thierry Herzog s’enquerrait auprès de l’avocat général Gilbert Azibert de l’état de la procédure sur l’affaire Bettencourt avant d’en informer Nicolas Sarkozy… Même si, en échange de ce supposé service, on semblait entendre le haut magistrat s’enquérir à son tour de son éventuelle promotion à Monaco.

Révélées au début de l’année 2014, ces écoutes avaient suscité la colère de l’ancien chef de l’Etat qui avait publié dans Le Figaro un article au vitriol, quelques jours avant les Européennes. Sarkozy y estimait que les principes sacrés de la République étaient "foulés aux pieds", tout en n’hésitant pas à comparer ces écoutes à "la Stasi, la police politique de l’ex-Allemagne de l'Est." Si d’aventure, hypothèse qui ne peut être  exclue, Nicolas Sarkozy était mis en examen, il se retrouverait dans une position difficile pour reprendre le combat politique, avec comme objectif l’élection présidentielle de 2017. Position d’autant plus difficile qu’au sein de l’UMP, deux autres ténors pointent leur nez pour 2017. A savoir Alain Juppé et François Fillon. Encore que l’on puisse en ajouter un troisième en la personne de Bruno Lemaire… et même un quatrième avec Xavier Bertrand. Pourtant, l’ancien chef de l'Etat aura une autre cartouche à jouer : celle de la victimisation. Ou plutôt celle de l’acharnement. Cette stratégie a été payante puisqu’elle lui a permis de se débarrasser du guêpier de l’affaire Bettencourt où il est était soupçonné d’avoir abusé de la faiblesse de Liliane Bettencourt, l’actionnaire principale de l’Oréal. Témoin, le non-lieu qu’avait dû lui décerner le juge bordelais Jean-Michel Gentil. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par perceval - 01/07/2014 - 11:32 - Signaler un abus une affaire qui en dit long...

    Sur le fonctionnement de la justice. En effet à quoi rime ce prétendu secret, quelle est la protection de la personne si elle ne peut être informée de l'avancement d'une instruction la concernant. Ce serait la moindre des choses qu'elle sache au fur et à mesure ce qu'il en est des prétendues découvertes de l'instruction, surtout qu'il est interdit en France à un avocat d'enquêter pour le compte de son client. Notre justice est une véritable aberration, plus particulièrement lorsque l'on sait le manque d'objectivité des juges d'instruction, pour ne pas parler de leur manque d'éthique et surtout lorsque l'on voit à longueur d'année comment ces mêmes juges passent leur temps à trahir ce même secret de l'instruction avec leurs petits copains journalistes.

  • Par henir33 - 01/07/2014 - 12:17 - Signaler un abus hallucinant

    alors que le secret de l'instruction est bafoué en permanence par les juges là il est invoqué pour une garde à vue deux poids deux mesures

  • Par adroitetoutemaintenant - 01/07/2014 - 13:07 - Signaler un abus République bananière

    La république bananière n'a jamais été aussi bien incarnée. Vivement que l'on élise les juges pour pouvoir s'en débarrasser et qu'on les sorte de leur impunité malfaisante

  • Par Texas - 01/07/2014 - 13:20 - Signaler un abus LMFAO

    Lorsque Normal 1° télephone à Mr Obama pour invoquer un peu de clémence pour la BNP , il apprend réellement ce qu' est l' indépendance de la Justice .!...Si a ce niveau de l' Etat on ignore ce qu' est " l 'indépendance de la justice " c' est qu' il ne s' agit que d' un petit mobile qu' on agite , pour mettre le suppositoire aux enfants que nous sommes supposés êtres .

  • Par gerint - 01/07/2014 - 14:17 - Signaler un abus Le retour de Sarkozy

    ne me paraît pas personnellement souhaitable actuellement mais le nombre d'affaires graves dans lesquelles il a été soupçonné et qui ont fini par une une relaxe m'interpelle et me font penser effectivement au rôle d'une cellule cherchant par tous les moyens à se débarrasser de lui. L'obsession anti-Sarkozy de Hollande, au demeurant ridicule et pitoyable à mes yeux, ajoute à ce doute. Je remarque sinon que dans l'ensemble du PS, engoncé dans des affaires multiples, on reste assez discret sur Sarkozy, mais cela peut résulter de consignes et de l'assurance que le travail de sape est assuré en sous-main. Sans être un obsédé de la théorie du complot, et sans dire que Sarkozy est un sain- loin de là- le traitement qu'on lui fait pour le moment me parait bien singulier, bien disproportionné, surtout compte-tenu de traitement des frasques des autres...

  • Par sheldon - 01/07/2014 - 15:14 - Signaler un abus Je serais accusé comme Sarkozy : que ferais je ?

    En tout premier, je porterais plainte contre diffamation, si je me savais innocent ! Etant avocat je saurais les règles de drois et de procédures. Je n'aurais qu'un seul objectif : prouver mon innocence ! Et ensuite je poserais ma candidature qui serait une candidature irréprochable ! Mais est ce le monde tel qu'il n'est pas ?

  • Par Gilly - 01/07/2014 - 16:09 - Signaler un abus Journaliste objectif, Gilles Gaetner ?

    Ce serait la stratégie de la victimisation qui aurait conduit à un non lieu dans l'affaire Bettencourt ? Ne serait-ce pas plutôt parce que Gentil s'est fourvoyé dans une procédure qui n'avait pas lieu d'être ? Quid de la partialité de 2 juges d'instruction dans l'affaire Tapie et de Mme Thépaud dans celle des écoutes, ces 3 juges encartés au SM, à l'origine du Mur des Cons ?

  • Par scrat75 - 01/07/2014 - 16:24 - Signaler un abus je l'aime bien SArkozy.

    Il a été ministre de l'intérieur .....puis président.... Il était fan de 24 h chrono....et on voudrait me faire croire qu'il aurait parlé dans un téléphone de choses compromettantes sur lui ? Ces juges sont bien des cassegraints verts .......ils ne voient pas qu'il mène la danse depuis le début .

  • Par von straffenberg - 01/07/2014 - 19:32 - Signaler un abus Triste république et tristes sires ....

    Tout ceci ne fait que salir nos institutions. Quelque soit l'opinion que l'on a Mr Sarkosy (personnellement malgré ses gros défauts j'aimerais bien que Mr Hollande ait un peu un tout petit peu de ses qualités ) Mais ce n'est que mépris et dédain .Je ne souhaite pas que notre ancien président postule à nouveau , foutez lui la paix et regardez vous dans une glace. Pendant ce temps là çà ronronne rue Saint Honoré et les vrais problèmes subsistent .....

  • Par langue de pivert - 01/07/2014 - 20:02 - Signaler un abus Personne n'est dupe !

    Le salopard de l’Élysée est derrière tout delà bien sûr ! Il fait dans son froc à l'idée de recroiser le fer avec son prédécesseur ! ☺ Françoise Martre , la connasse du "mur des cons" (j'espère qu'Atlantico est tolérant avec l'esprit potache ? ☺) impliquée dans une affaire - toujours par jugée à ma connaissance - où N. Sarkozy (une de ses victimes) pouvait en toute liberté cracher son venin ce matin sur France-info ! (radio de propagande socialo-communiste avec l'argent de la redevance) C'est juste ça ?

  • Par Pourquoi-pas31 - 01/07/2014 - 20:05 - Signaler un abus Cela va devenir compliqué

    chaque mis en gardé à vue vient avec son avocat, il y a donc maintenant deux magistrats, leurs deux avocats, l'avocat de NS et son avocat, NS et enfin l'avocat de NS que nous appèleront avocatbis. Cela fait du monde à écouter. Ils vont s'emmêler les pinceaux au service des écoutes. Sans compter que les personnes qui prennent connaissance de ces bons morceaux vont y passer un temps fou. J'espère que tous ces avocats ne seront pas mis en garde a vu, les locaux de la police n'y suffirait pas. J'espère aussi que le ministère de la justice à prévu un bon budget ASPIRINE.

  • Par essentimo - 02/07/2014 - 07:06 - Signaler un abus ttrafic din fluence

    Hollande devrait être mis en examen pour avoir promis des postes à tous les enarques de sa promotion et monts et merveilles au peuple français pour obtenir la place de président.

  • Par Anguerrand - 02/07/2014 - 07:16 - Signaler un abus Des juges du mur des cons

    Ce sont bien des juges du syndicat de la magistrature qui ont mis en garde à vue Sarkozy. Ces juges " apolitiques " ont soutenu Hollande et se sont félicités de son élection. Des écoutes téléphoniques qui durent durant près d'une année, c'est sans précédent ( peut être est il encore sous écoutes) , il faut pour cela 4 policiers qui se relaient en permanence, plus transcriptions et enfin que le tout soit analysé par les chefs de cabinet du président. C'est extrêmement coûteux et certains juges se plaignent que pour de grand criminels ils n'arrivent pas à obtenir 2 semaines d'écoute pour des questions budgétaire. Tous ces policiers seraient plus utiles à écouter de grands criminels , mais c'est bien la haine qui guide Hollande- Taubira, et cette magistrature que Sarkozy critiquait pour laxisme de la justice.

  • Par ISABLEUE - 02/07/2014 - 11:47 - Signaler un abus Hé oui

    on devrait écraser ces petits pois sur le Mur des Cons...

  • Par ISABLEUE - 02/07/2014 - 11:53 - Signaler un abus De toute manière,

    ces écoutes SONT ILLEGALES;

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée - La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut),  La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014) et Les journalistes ne devraient pas dire ça (L'Artileur, 2017).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€