Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

GAFAM : quand les entreprises du Nouveau Monde singent les Etats

Le monde économique contemporain se structure autour des entreprises qui sont des agrégateurs de capitaux, d’hommes, de femmes et de compétences.

Duplicata

Publié le
GAFAM : quand les entreprises du Nouveau Monde singent les Etats

 Crédit Pixabay

Le 6 février 2018, la société Space X d’Elon Musk, le fondateur de l’entreprise de voitures électriques a réussi à satelliser un de ses cabriolets grâce à son lanceur Falcon Heavy, l’un des plus puissants jamais construits. L’objectif d’Elon Musk est la conquête de la planète Mars d’ici 2030. Issu du nouveau monde des entreprises, de ces start-ups dont les dirigeants deviennent milliardaires en quelques années, Space X réussit, dans le secteur ultrasophistiqué de l’aérospatiale, à voler la vedette aux structures étatiques que sont la NASA ou Arianespace.

Le succès de Falcon Heavy traduit-il l’hégémonie croissante des entreprises et des plus technologiques d’entre-elles et le déclin des vieilles structures publiques ? Par ailleurs, n’existe-il pas deux modes de développement, l’un axé sur des entreprises à tendance monopolistique et l’autre avec des entreprises contrôlées plus ou moins fortement par l’État ? 

Le monde économique contemporain se structure autour des entreprises qui sont des agrégateurs de capitaux, d’hommes, de femmes et de compétences. Elles ont été les moteurs de la croissance de ces trois cents dernières années. Les multinationales qui exercent leurs activités dans plusieurs pays, sur plusieurs continents sont devenues les symboles de l’économie mondialisée. Leur développement est ancien. Les Phéniciens sous l’Antiquité ont créé des entreprises commerciales présentes dans de nombreux ports méditerranéens. Plus tard, au XIVe siècle, l’entreprise Peruzzi effectuait du commerce dans toute l’Europe, important du tissu des Flandres et fabriquant des vêtements à Florence pour les exporter dans toute l’Europe. Entre le XVIe et le XVIIIe, les grandes compagnies commerciales s’appuyant sur les empires coloniaux ont été créées pour commercer mais aussi pour produire. En France, ont été notamment constituées en 1614 la Compagnie de Rouen (Nouvelle-France) par Samuel de Champlain et en1664, la Compagnie française des Indes orientales et la Compagnie française des Indes occidentales par Jean-Baptiste Colbert.

Avec la première révolution industrielle, à partir du XIXe siècle, les entreprises multinationales jouent un rôle croissant qui prendra tout son relief durant la seconde moitié du XXe siècle. La première grande vague de mondialisation est intervenue entre 1850 et 1880. Elle a donné lieu à la création de grandes entreprises commerciales et de transports. Au début du vingtième siècle, les firmes pétrolières s’internationalisent rapidement. Après la Seconde Guerre Mondiale, les multinationales sont avant tout américaines et critiquées en tant que telles. Ce n’est qu’à partir des années 70, qu’un nombre croissant d’entreprises européennes puis japonaises intègrent le club. Au début du XXIe siècle, des entreprises chinoises et coréennes deviennent également des multinationales. Selon le classement des 500 premières entreprises mondiales de Forbes, les pays émergents en comptent plus de 50 en 2016 contre 19 en 1990.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 13/02/2018 - 17:25 - Signaler un abus Ils ne "singent" pas les Etats: ils veulent les remplacer

    Que les États se prétendent démocratiques ou non, qu'ils soient reconnus comme tels ou non, ce sont les mêmes élites qui les dirigent: la tartuferie des élections ne change pas grand chose aux résultats. Des élites des mêmes castes dirigent aussi les multinationales, et ils sont tous en concurrence pour dominer le monde. Mars ne sera pas colonisée en 2030, mais l'ambition de Musk est de s'approprier la planète: qui ira lui contester les droits qu'il s'y donnera ? On prête à Zuckerberg l'ambition d'être président des États-Unis: évidemment pas au service du peuple américain, mais pour conquérir plus de pouvoir, d'argent, et avoir sa place dans l'Histoire. Qui gagnera ? Une chose est sûre: pas les peuples, transformés en robots consommateurs, en esclaves, et contents de l'être.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€