Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 30 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gâchis alimentaire : pour qu'un aliment soit considéré comme "bon", doit-il nécessairement être beau ?

Une campagne de sensibilisation contre le gâchis a été lancée pour sensibiliser au gaspillage alimentaire. Un curry géant a d'ailleurs été organisé à Paris composé de légumes qui n'étaient pas commercialisables faute d'esthétisme.

Miam

Publié le

Atlantico :  Notre alimentation est-elle essentiellement régie par l'esthétisme?

Jean-Pierre Corbeau : Je ne pense pas qu'aujourd'hui notre alimentation soit gérée essentiellement par l'esthétisme.  A moins que l'on considère le packaging de produits transformés comme forme d'esthétisme et que l'on affirme qu'il est déterminant dans l'acte d'achat (ce qui ne se vérifie pas dans les enquêtes menées à ce sujet). Dans votre exemple vous faites référence à des produits basiques végétaux. Le consommateur ou la consommatrice vont donc se les approprier (surtout les légumes, à travers un acte culinaire : l'épluchage et la cuisson). L'imperfection d'un légume disparaîtra à la cuisson, par contre l'épluchage risque d'être plus long et des consommateurs ont tendances à choisir le légume  qui leur paraît le plus rapide à préparer (sans tache, sans grosses différences de niveau pour l'éplucheur, etc.)  Ceci étant, à contrario, des personnes qui désirent des produits sains, voire bio, (dans la cadre d'une forme de distribution particulière, le marché, le magasin spécialisé bio, les AMAP, etc.

et non dans la grande distribution perçue, même à travers des produits bio, comme imbriquée dans la mondialisation et la standardisation) interprètent les « défauts » du légume ou du fruit comme un signe de qualité.

On arrive alors à une sorte de paradoxe, les légumes ou les fruits les moins chers (ceux dont on a du mal à connaître l'histoire - provenance, type de production, type de conservation, etc.) qui ne possèdent pas de signe de qualité particulier sont ceux qui doivent- esthétiquement être irréprochables. Ceci est particulièrement  vrai pour les fruits (qui ne subissent qu'accessoirement un acte culinaire de cuisson -compote, tarte, clafoutis, etc.) et dont le visuel est le seul critère de construction de la confiance du consommateur (particulièrement si celui-ci n'est pas dans une logique d'action culinaire ou de suspicion au moment de leur incorporation et du risque en terme de santé pour un avenir plus ou moins lointain (phyto, OGM, etc.).

Selon des trajectoires différentes de consommateurs on saisit que le prix, la santé, la praticité, le plaisir gustatif espéré, constituent les éléments d'un système où l'esthétisme est présent avec un  rôle variable le plaçant entre la première place pour des achats quasi pulsionnels ou en dernière si la confiance existe et que le produit perçu sain est totalement identifiable.

Faut-il réhabituer les personnes à manger bon et non beau ? Ou au contraire les deux sont intimement liés (l'importance du visuel dans le goût) ?

Je pense qu'il faut habituer les gens à manger bon et à être acteurs de cette alimentation en participant à la réalisation de celle-ci. Le beau devient alors le problème de la présentation et de la dimension ludique qui risque de l'accompagner. Une compote avec des épices particulières ou des fruits différents se métissent dans une vérine peut être très belle même si les bananes, les pommes, les poires, les mangues, les abricots, les prunes qui la composent étaient des fruits parfois éclatés ou abimés pour partie.

N'est-ce pas hypocrite de vouloir lutter contre ce gaspillage alors que tout le monde recherche toujours le fruit ou le légume le plus visuellement appétissant ?

Je pense avoir montré que tout le monde ne cherche pas le visuel. Concernant le gaspillage il est très important dans les restaurations collectives sociales où, là, un effort, particulièrement dans la restauration hospitalière et celle des personnes âgées devrait être fait pour rendre le met attrayant  (la restauration scolaire, même si cela est inégal, a fait de gros progrès.)

Plus largement, qu'est-ce que cette obsession de l'esthétisme alimentaire révèle sur notre société ? Pourquoi, par exemple, prenons nous de plus en plus en photo nos aliments ?

Il est sûr (au-delà de ma démonstration initiale) que l'esthétisation de la nourriture est une dynamique forte dans notre société. Ce qui est intéressant, c'est qu'au-delà de la consommation assez passive d'images (de livres de recettes, de pubs, etc.) beaucoup de cuisiniers amateurs photographient leurs réalisations (cela peut aller jusqu'au blog) ce qui est un moyen -inconscient le plus souvent- d'exister socialement, de trouver une reconnaissance chez l'autre qui n'a pas pu partager l'aliment mais se contente de son signe. Cela est vrai aussi des personnes qui, copiant un  peu les asiatiques, photographient le plat qu'on leur apporte au restaurant ou chez des amis pour que cette "Madeleine" espérée trouve un support visuel -quasi éternel- lorsqu'on l'évoquera ultérieurement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Glabre et Ingambe - 20/10/2012 - 11:42 - Signaler un abus Corruption des coulisses, les apparences sont sauves.

    L'obsession de l'esthétisme, pas seulement alimentaire, est la phase Un de l'acte de commercialisation de produits et de services : "C'est bien, ça présente bien, ça me paraît ok, j'achète !" Une fois le service ou le produit consommé on réalise, trop tard, le décalage entre ce qu'on croyait acheter et ce qu'on a acheté. Idem avec les français-de-papier, que la gauche et les zumanistes compulsifs nous vendent comme des français alors qu'ils ne le sont pas et ne le seront jamais. Dans un cas une pomme est belle mais pas bonne, impropre, alors qu'on refuse de promouvoir la déclassée qui pourrait être bonne, dans l'autre cas les dégâts de l'esthétisme politique sont potentiellement si considérables qu'on pourrait presque songer qu'on nous fait croquer la pomme de l'eden, un geste de rupture pourtant "vendu" comme anodin par celui, celle ou ceux qui en profitent. Le procédé est celui de la promesse jamais tenue mais jamais punie pour avoir été telle. Symptôme d'un règne de l'irresponsabilité, qui repose sur un monopole de la justice par des réseaux de "copains" qui les met à l'abri de toutes représailles judiciaires. Donc c'est aussi le règne de la corruption étendue aux revers.

  • Par sandhom - 20/10/2012 - 17:31 - Signaler un abus " A moins que l'on considère

    " A moins que l'on considère le packaging de produits transformés comme forme d'esthétisme et que l'on affirme qu'il est déterminant dans l'acte d'achat" Ce monsieur est sociologue, pas publicitaire et ça se voit: Bien sûr qu'on est influencé par la "beauté du produit" et déçu fatalement par le produit à l’intérieur du paquet cadeau. Il faudrait l'application de la loi pour "tromperie sur la marchandise" et publicité mensongère. Après seulement, les acheteurs pourrait se réhabituer à un produit tel qu'il est et l'acheter.

  • Par walküre - 20/10/2012 - 20:08 - Signaler un abus Le consommateur

    est responsable. S'il n'achète que du beau - ce qui ne signifie nullement que ce soit bon - il démontre par là-même qu'il est ignare, inculte, et sous tutelle des canons publicitaires de la consommation. De là à voter comme on lui suggère, le pas est vite franchi.

  • Par Jean-Francois Morf - 20/10/2012 - 22:03 - Signaler un abus Grossistes obligés de jeter les fruit pas absolument conformes!

    Migros Suisse exige 6 pommes parfaites par barquette de 1 Kg. -4 pommes par barquette sont soit disant invendables: jetées! -toute tomate avec une petite bite rouge doit être jetée! -toute carotte avec un gland sexy doit être jetée! -des abricots mur à point? la Migros les renvoient au grossiste, car elle veut éduquer les clients Suisses à ne manger que des abricots verts! -des poires vertes pas dures comme pierre? renvoyées au grossiste! -des tomates coeur de boeuf pas vertes? renvoyées au grossiste! Vous comprenez pourquoi je n'achète plus à la Migros...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Corbeau

Jean-Pierre Corbeau est Professeur de Sociologie de la consommation et de l’alimentation à l’Université de Tours où il est responsable de la licence professionnelle de « Commercialisation des vins ».

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€