Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

G7 sous tension : mais quand l’Europe comprendra-t-elle que l’Occident tel qu’on l’a connu depuis 1945, c’est fini ?

Les échanges au sein du G7 sont plus tendus que jamais, alors que Donald Trump a engagé un bras de fer avec ses alliés sur plusieurs sujets, notamment les échanges commerciaux.

Nouveau monde

Publié le

L'expression de "G6 + 1" choisie par Bruno Le Maire vous semble-t-elle bien choisie ? L'Italie de Giuseppe Conte, le Royaume-Uni ou le Japon sont-ils des alliés aussi solides que le prétendent les trois opposants principaux à Donald Trump, l'Allemagne, la France et le Canada ?

Il y a quelques années, on a exclu la Russie du G8. Aujourd’hui, on veut affirmer un G6 face aux Etats-Unis. La vieille Europe est en train de perdre le sens des réalités. Dans le cas précis de la France, comment peut-on ne pas voir que le débat sur le commerce lancé par Trump est un formidable levier pour rééquilibrer le rapport de force entre la France et l’Allemagne? Depuis la fin des années 1970, les dirigeants français ont choisi d’adopter, à la remorque de l’Allemagne, une politique de changes fixes dans un monde caractérisé, globalement, par les changes flottants.

Dans les années 1990, nous avons même choisi de rigidifier encore le système, en faisant la monnaie unique. Des millions de décrocheurs du système scolaire, de chômeurs et de sans-abri plus tard, nous nous apercevons quelle catastrophe cela a été, dans un pays qui, depuis la grande révolution individualiste de 1789, procure peu de protections naturelles aux personnes. La flexibilité monétaire aurait dû subsister, pour permettre au pays l’absorption de chocs que l’Allemagne absorbait elle grâce à la solidité de ses communautés naturelles (familles, associations, syndicats etc....). Perdant l’outil  de la dévaluation (ou de la réévaluation) compétitive - à la différence de la Grande-Bretagne, par exemple - nous avons permis à l’Allemagne de déployer sans contrepoids un système où elle accumule les excédents commerciaux quand ses partenaires, à commencer par la France, accumulent les déficits. Comment les dirigeants français ne voient-ils pas qu’au fond Etats-Unis, Grande-Bretagne et France ont - entre autres - un intérêt commun: rééquilibrer leur commerce avec l’Allemagne?  

L'Europe semble affaiblie par le Brexit, la tentation américaine des Polonais, le tournant populiste de l'Italie et s'appuie essentiellement sur le couple franco-allemand. Cette alchimie de contraires vient-elle nécessairement briser toute ambition d'une Europe forte face à ses partenaires ? Ou est-il possible d'imposer une Europe puissante avec les éléments en place ?

Les dirigeants français font de questions économiques un débat de principes. Alors que la défense des intérêts économiques d’un pays devrait relever du domaine de la raison. Et cela occulte complètement le fait que France, Grande-Bretagne et Etats-Unis partagent une histoire de la liberté politique qui est un bien éminemment précieux dans le monde actuel.  On peut bien dire qu’il y a des libéraux et des conservateurs - et des sociaux-démocrates en Europe et en Amérique du Nord. Mais ce qui les réunit, c’est leur adhésion à la liberté de l’individu, des associations et des nations. Nous avons là une communauté originelle de valeurs, que l’Allemagne n’a rejoint qu’en 1945, après la chute du nazisme; et la Russie en 1990, après la chute du communisme. Et que la Chine ne partage toujours pas. Il y a de quoi se révolter lorsque l’on voit certains de nos médias se féliciter de voir que l’Allemagne se met d’accord avec la Chine pour préserver le libre-échangisme. La Chine néo-maoïste et persécutrice des religions de Xi Jiping! Ce qui constitue l’Europe, d’abord, ce n’est pas la puissance: ce sont des valeurs. L’Europe et “sa fille l’Amérique”, comme disait de Gaulle. Mais nos dirigeants ont oublié les valeurs qui nous unissent profondément avec les Etats-Unis car ils sont embarqués dans une sorte de guerre sociale des privilégiés, dont l’euro et le libre-échange garantissent le pouvoir, aux dépens des classes myennes et populaires. C’est ce que David Goodhart appelle l’affrontement entre les “anywheres” et les “somewheres”, entre les “nomades” et les “sédentaires”. Alors que la Grande-Bretagne tâtonne pour établir un compromis entre les nomades et les sédentaires; alors que Trump, à coup de provocations tonitruantes et de ruse poilitique oblige le parti républicain américain à redécouvrir les classes moyennes et populaires, nos dirigeants s’accrochent à un modèle profondément inégalitaire et socialement déstructurant. L’Europe n’a pas à se préoccuper de puissance mais de justice. La puissance viendra naturellement de la reconstruction d’une Europe fondée sur des nations prospères et dotées d’une nouvelle cohésion sociale. Le retour à une régulation des relations commerciales  y contribuera. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guy bernard - 09/06/2018 - 10:24 - Signaler un abus il nous faut changer de stratégie.

    cette analyse est aussi la mienne et nous sommes à la fin d'une stratégie trentenaire qui date de l’effondrement du compromis fordien au début des années 80 et qui a forcé à l'appel à la bourse et à la mondialisation. des cette époque, les entreprises américaines ont pu se développer au niveau mondial en franchise d'impot alors que les USA maintenaient leur consommation par la souscription à leurs déficits. nous sommes maintenant à une époque de retour au compromis fordien, et donc de la production US, ce qui veut dire que notre principal marché à l'export va se fermer et devenir rapidement un concurrent. il nous faut donc changer de stratégie.

  • Par kelenborn - 09/06/2018 - 11:29 - Signaler un abus On m'a offert un bouquin

    d'une certain Mickael Launay, docteur en mathématiques , intitulé le "grand roman des mathématiques" Moi qui me croyais nul en maths, j'ai eu l'impression d'être intelligent. Le même Launay, vous montre de manière très pédagogique sur Youtube comment se représenter la quatrième dimension. Quand je lis Husson et sa capacité à relier des éléments économiques,sociaux, politiques...j'ai cette impression d'avoir affaire à quelqu'un capable de raisonner dans un univers dimensionnel qui n'a rien à voir avec celui de Jacquet, Sylvestre ou Vangode...Pour prendre une autre comparaison, Besson , dans Lucy , imagine une gonzesse plutôt genre Cindy, capturée par une mafia chinoise et droguée. Mais la drogue lui permet de faire passer la capacité de perception de son cerveau de 10% à 20 puis 50 puis.... Les mathématiques qui nous apparaissent comme la science absolue deviennent dérisoires . Husson c'est un peu cela: quand Husson écrit, le reste d'Atlantico se transforme en taupinière. Merci encore Mr Husson ! .

  • Par Ganesha - 09/06/2018 - 11:33 - Signaler un abus Mauvais choix

    Article empreint de vérité et de bon sens ! Mais qui se limite au constat, sans réfléchir aux solutions. Il y a deux extrêmes incontestables : l'Euro, dans son fonctionnement actuel, se trouve dans une impasse intenable, à court terme ! Mais, d'autre part, un retour des pays européens à leur monnaie nationale, serait une catastrophe absolue. Malheureusement, en Juin 2018, le peuple français, assommé par la propagande répugnante de ses médias, a choisi le plus mauvais des deux négociateurs qui se présentaient à lui.

  • Par Ganesha - 09/06/2018 - 11:52 - Signaler un abus Post-scriptum

    Il y a dans ce même numéro d'Atlantico, un autre article (''Autre Vision'') qui propose deux autres ''jeunes dirigeants'' européens : ceux de l'Autriche, et le tout nouveau gouvernement italien.

  • Par vangog - 09/06/2018 - 12:00 - Signaler un abus Macron aurait beaucoup à apprendre de Donald...

    pour se moderniser et s'adapter à la nouvelle donne mondiale, mais saura-t-il se débarrasser de la vieille idéologie rétrograde énarchique française?....

  • Par cagnotte - 09/06/2018 - 12:06 - Signaler un abus Macron ,un vieux jeune du système américaniste

    Macron a mariné lors de ses études et ses débuts dans l'administration à la fin du 20° siècle a mariné dans un le jus américaniste des "youngleaders" de l'ambassade américaine! puis par la Banque Rotchild a participé au groupe Bilderberg des ultrariches ultraliberaux globaliste! Sa vision du monde est complètement bloquée sur la pensée des années 90 de ces gens.Il condamne l'idée nationale. Derrière son vocabulaire angliciste qu'il croit moderne :"start up, bottom up,fakes etc, on perçoit une absence de vision et analyse sur l'évolution du monde, l'évolution des mentalités due aux progrès de l'information telle que décrit dans cette article! La meilleure preuve en est cette loi des "fakes news" qui vise à bloquer l'acces à cette information , comme l'inquisition ou les nazis faisaient bruler les livres!

  • Par Beredan - 09/06/2018 - 12:36 - Signaler un abus Pour la galerie ...

    Ils sont tous d’accord ! Donald a fait dans la provocation , le petit nouveau Giuseppe n’a rien compris au film et a dû se faire savonner les oreilles par Merkel et Macron ... il s’est couché vite fait .... l ‘Italie rentre dans les clous .

  • Par Beredan - 09/06/2018 - 12:51 - Signaler un abus Pour la galerie ...

    Ils sont tous d’accord ! Donald a fait dans la provocation , le petit nouveau Giuseppe n’a rien compris au film et a dû se faire savonner les oreilles par Merkel et Macron ... il s’est couché vite fait .... l ‘Italie rentre dans les clous .

  • Par Benvoyons - 09/06/2018 - 16:07 - Signaler un abus Prendre le Libéralisme comme une idéologique prouve que la

    personne n'a rien compris au monde actuel. Il y a des Libéraux Conservateur, Socialiste, etc.. car le Libéralisme n'est qu'un mode de fonctionnement qui permet en permanence à l'économie de s'adapter. Comme si vous utilisez SAP, Oracle dans une entreprise. D'ailleurs le Libéralisme fonctionne avec la Chine, le Vietnam. Mais le Libéralisme ne fonctionne pas si il y a une volonté de fermer de barricader le pays comme le faisait le Socialisme(les 2 de droite et de gauche) dont nous avons encore quelques Venezuela,Cuba. Pour peser dans l'avenir pour des petits de l'UE il n'y a que le regroupement comme l'on fait les USA & ce qui leur a permis de dominer le Monde avec leur Monnaie Commune aux 50 États & un marché de 400millions d'habitants. La puissance USA baissera si elle prend le chemin de fermer ses frontières. En effet d'autres puissances arrivent Chine, Inde, Afrique avec lesquelles nos pays devront s'entendre. Donc l'UE est notre seule solution mais avec une puissante entente Commerciale avec la Russie. Le Brexit UK va les les faire survivre dans l'ombre de l'UE car les Intérêts des pays Commonwealth ne sont plus avec UK mais avec d'autres plaques Géo-écomique-politique

  • Par Benvoyons - 09/06/2018 - 16:13 - Signaler un abus Si les USA reste dans le Libéralisme sa puissance ne

    diminuera pas mais par contre la puissance des autres plaques Géo-économique-Politique créeront de nouvelles concurrences avec lesquelles il faudra négocier. Les Réunions avec 180 à 200pays n'existeront plus dans 50ans. Il y aura une gouvernance pour chaque plaque qui auront chacune une monnaie pour permettre les équilibrages nécessaires au niveau mondiale.

  • Par Benvoyons - 09/06/2018 - 16:18 - Signaler un abus Il faut savoir que les cultures locales resteront actives car il

    en va comme dans la nature il faut une diversité pour pouvoir survivre. Cela sera d'autant plus facile que chacun pourra communiquer avec sa langue locale sans interprètes car la puissance informatique quantique permettra la traduction instantanée. Ainsi la mondialisation ne sera plus une peur car la vie locale est la seule supportable pour l'humain & pour sa diversité.

  • Par Benvoyons - 09/06/2018 - 16:33 - Signaler un abus Faut ajouter que le traité de Maastrich indiquait parfaitement

    à chacun ce qu'il devait faire (il suffit de le relire attentivement ce que Mr Husson n'a pas du faire). Donc faire porter le Chapeau sur les Pays dont l'Allemagne qui ont fait le nécessaire est parfaitement risible. Qui prouve en fait que nous ne sommes que des petits Joueurs façon Maffia. Des suceurs de roues comme on dit chez les cyclistes! Des sans Couilles comme dirait le "Seigneur de Montmirail " Que nos ENA élu ne sache pas faire tourner la machine France n'est pas de la responsabilité des pays qui savent gérer.

  • Par Ganesha - 09/06/2018 - 16:56 - Signaler un abus Sigmaringen

    J'ai vu récemment sur TV5 MONDE l'excellent téléfilm de Serge Moati consacré à la Commission gouvernementale française qui a vécu dans le château de Sigmaringen, de Septembre 1944 à Avril 1945. Le maréchal Pétain n'y apparaît pas : il vivait reclus dans une complète solitude. Mais on assiste aux discussions hallucinantes des collabos vichystes qui, jusqu'au dernier jour, essaient de se convaincre que l'Allemagne peut encore remporter la victoire. Certains d'entre eux, comme Luchaire et Darnand seront ensuite fusillés. Cet épisode historique m'a fait penser aux commentaires d'Atlantico, où quelques ''vieux débris'' viennent nous exprimer leur ''profession de foi'' envers le Capitalisme Libéral éternel !

  • Par kelenborn - 09/06/2018 - 17:02 - Signaler un abus Chacun doit rester beat

    devant la maîtrise analytique développée par Benvoyons: cela me fait penser, en plus mal écrit aux âneries et aux escroqueries qu'Attali pouvait scribouiller en confiant d'ailleurs la rédaction de ses torche-cul à des nègres! Je pense qu'Husson n'a manifestement pas lu ce nouveau génie des Quatre pattes!!! Il se rebndrait alors compte que devant tant de splendeur, le seul boulot qui lui reste est de corriger les fautes de français! Germinal écrit par Caliméro disait Begbeider à propos de Bellegueule!!!! La c'est l'Almanach Vermot réécrit par Rentamplan!

  • Par kelenborn - 09/06/2018 - 17:06 - Signaler un abus juste celle la

    "Qui prouve en fait que nous ne sommes que des petits Joueurs façon Maffia" Ben dis donc, Al Capone, il aurait pas aimé ! Non plus que nos ENA élus qui ne savent pas.... braire!!!! Ah Ganesha t'avais raison quand les borgnes sont affranchis , il n'y a plus de limites à la blairvoyance!

  • Par kelenborn - 09/06/2018 - 17:09 - Signaler un abus ouais

    "Cet épisode historique m'a fait penser aux commentaires d'Atlantico, où quelques ''vieux débris'' viennent nous exprimer leur ''profession de foi'' envers le Capitalisme Libéral éternel !" Je ne sais pas mais va falloir trouver un verre pour mettre son dentier!

  • Par ajm - 09/06/2018 - 17:24 - Signaler un abus Limites de la politique monétaire.

    Les commentaires de Mr Husson sont très stimulant mais, dans le détail, il y a des approximations. Les excédents commerciaux de l'Allemagne ne datent pas de l'euro ni même de la période du Serpent Monétaire Européen. Comme j'ai une excellente mémoire des chiffres, je me souviens que même dans les années 70 , au moment où la France émergeait de sa convalescence post mai 68 après deux ou trois dévaluations réparatrices et compétitives , l'Allemagne de l'Ouest de l'époque alignait ( contrairement à la France malgré ses dévaluations ) chaque mois des excédents commerciaux considérables tout en offrant des salaires à ses ouvriers, qui, à l'époque, attirait déjà les frontaliers Alsaciens et de Moselle . Même aujourd'hui, la Suisse , avec une monnaie très forte et des salaires hors norme ( salaire ouvrier ou employé moyen de l'ordre de 4000 ou 5000 euros par mois ) trouve le moyen d'afficher des excédents de balance commerciale, sans même parler de balance des paiements courants ( qui intègre les services financiers, le tourisme, le negoce etc..) avec des surplus d'environ 10% du PIB. En fait, le sujet en filigrane est compliqué, il ne se resume pas à des manipulations monétaires.

  • Par ajm - 09/06/2018 - 17:35 - Signaler un abus Références dangereuses.

    Ganesha aime bien faire des références à l'histoire récente à partir d'une scénographie historique télévisuelle très sommaire et totalement caricaturale ( gauchiste comme dirait Vangode), à l'usage du petit peuple passif et ignare, comme la justice de l'époque. On sent chez lui une espèce de jubilation devant ces violences et exécutions, comme s'il souhaitait , sans trop oser l'avouer, leur répétition. Le problème c'est que quand la bouteille de la guerre civile est ouverte, nul ne sait qui sera frappé et ceux qui ouvrent la bouteille finissent dans le panier d'osier à la fin.

  • Par Ganesha - 09/06/2018 - 17:42 - Signaler un abus Solution Miracle !

    Une ligne de commentaires de ce genre ne serait pas complète sans l'intervention d'un malade atteint du syndrome d'Asperger (variété d' Autisme) qui vienne nous présenter des statistiques anciennes, et surtout, sa ''solution miracle''. Effectivement, il suffirait que tous les pays européens soient tous, en permanence, en excédent commercial les uns avec les autres !

  • Par kelenborn - 09/06/2018 - 18:26 - Signaler un abus Oui AJM

    Mais comme tu as une excellente mémoire des chiffres tu dois te souvenir que dans les années qui ont suivi la réunification , l'Allemagne n'avait pas d'excédents

  • Par kelenborn - 09/06/2018 - 18:34 - Signaler un abus Ah !!!!

    Je sens bien qu'AJM n'aime pas Ganesha et...vice versa!!! Quel dommage qu l'Amere Michele ne soit plus la! elle servait de bouc émissaire! Même notre Benoit craquait! Si elle était encore la même Vangode ne dirait plus sus au gauchiste mais suce l'amére Michele!!! Qui est donc le père Lustucru par qui elle a disparu!!! Ah2Bouh l'aura emmené un jour sur le porte bagage de sa mobylette ? Ou alors...oh non ! pas Jacquet!!!

  • Par legall - 09/06/2018 - 18:42 - Signaler un abus Non AJM

    votre mémoire vous trahit. Cherchez vos statistiques dans "Perspective monde" à balance commerciale. De 1970 à 2000 l'Allemagne n'est jamais en excédent en dollars courants ou en % du PIB. Ensuite, en 2000 1Milliard de dollars et 253 en 2016. Pour la France, assez équilibré jusqu'en 1992 puis excédent jusqu'en 2004 et -42 Milliards en 2016. Très démonstratif !

  • Par Benvoyons - 09/06/2018 - 19:23 - Signaler un abus Ce qui est sûr le DM n'a jamais cessé de monter allègrement

    & les Allemands ont toujours exporté et cela de plus en plus! mars 1961 (+ 5 %) octobre 1969 (+ 9 %) etc.. http://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/18622/1/estat_1980_126_3.pdf Comme quoi cela n'est rédhibitoire qu'en France!:)::) Alors qu'au même moment nos ENA ne sont qu'arrivés à faire dévaluer le Franc ,qui en est devenu que symbolique ( c'est pour ça que le Rn ex FN le redemande avec comme argument pouvoir dévaluer c'est la fortune de la France assurée )& sans pouvoir augmenter nos exportations. Même l'Industrie Française a sombré corps & biens. Mais quand ont est Socialiste c'est pas cher c'est l’État qui paye. Pour 1€ France 6,559 57 & DM 1,955 83 Hollande 2,203 71

  • Par ajm - 09/06/2018 - 23:08 - Signaler un abus Excédent commercial.

    Legall : j'ai procédé à une verification de ma mémoire de retraité "aisé " ( en voie de paupérisation comme la plupart des autres retraités ) en consultant différents sites officiels et sérieux et je maintiens : la balance commerciale Allemande est excédentaire depuis le début des années 50 , avec quelques points bas en 1965 et juste après la réunification où l'excédent avait , temporairement, fondu. Ceci dit, depuis le debut des années 2000, avec la création de l'euro , cet excédent se pérennise à un très haut niveau.

  • Par ajm - 09/06/2018 - 23:12 - Signaler un abus Balance et Balance.

    Legall: je pense que vous avez utilisé des chiffres de balance de paiement courant ( intégrant les services dont le tourisme, les transports et fret etc..) qui, pour l'Allemagne, ont été ponctuellement ( et faiblement) déficitaires dans le passé.

  • Par Aleksander - 09/06/2018 - 23:47 - Signaler un abus G7 : Europe à blâmer?

    Et les USA, ça comprend ? D. Trump clever and smart?

  • Par ajm - 10/06/2018 - 00:17 - Signaler un abus Historique statistiques.

    On peut aller sur le site officiel Destatis de la RFA ( lisible en Anglais). On y trouve les chiffres import / export depuis 1950 de l'Allemagne ( hors Allemagne de l'est) . Deux déficits en 1950 et 1951. Depuis que des excédents, il est vrai parfois faibles certaines années.

  • Par guy bernard - 10/06/2018 - 08:15 - Signaler un abus et les modes de gestion ?

    cette histoire ne se fait pas sur la base d'indicateurs économiques mais sur la base des modes de gestion : jusqu'aux années 80 compromis fordien, mais ruiné par l'inflation et un partage de la VA trop favorable aux salaires, donc appel à la bourse et mondialisation avec un autre mode de gestion : la regulation. 2008, échec de la regulation par corruption des régulateurs et retour au compromis fordien, les entreprises US ayant refait leur trésorerie en franchise d'impot. les gagnant sont ceux qui avaient une qualité corporate en étant soutenus indéfiniment par leurs Etats et leurs banques (Japon, Allemagne), les perdants sont ceux qui ont fait confiance aux régulateurs. année clé : 1985 : chute du dollar, politique de Gorbatchev et decision de l'acte unique européen.

  • Par JonSnow - 10/06/2018 - 08:30 - Signaler un abus Excellente analyse!

    Marre du culte du libéralisme mondialisé, qui détruit notre industrie, ne bénéficie qu'aux plus-aisés, nous appauvrit et détruit les nations perdantes à petit feu!

  • Par kelenborn - 10/06/2018 - 08:53 - Signaler un abus oui AJM

    Mais l'excédent allemand est majoritairement du à la zone hors Europe ( reste du monde-vérifie) ! Juste après la réunification , je crois même que la balance est déficitaire avec la France car les Ossies achetaient des bagnoles françaises! La balance commerciale française avec le reste du monde doit être excédentaire, en tout cas certainement hors énergie!

  • Par kelenborn - 10/06/2018 - 08:55 - Signaler un abus !!!!

    et les modes de gestion ? cette histoire ne se fait pas sur la base d'indicateurs économiques mais sur la base des modes de gestion : jusqu'aux années 80 compromis fordien, mais ruiné par l'inflation et un partage de la VA trop favorable aux salaires, donc appel à la bourse et mondialisation avec un autre mode de gestion : la regulation. 2008, échec de la regulation par corruption des régulateurs et retour au compromis fordien, les entreprises US ayant refait leur trésorerie en franchise d'impot. les gagnant sont ceux qui avaient une qualité corporate en étant soutenus indéfiniment par leurs Etats et leurs banques (Japon, Allemagne), les perdants sont ceux qui ont fait confiance aux régulateurs. année clé : 1985 : chute du dollar, politique de Gorbatchev et decision de l'acte unique européen. S'il fallait démontrer les méfaits du Sénéclauze!

  • Par guy bernard - 10/06/2018 - 09:18 - Signaler un abus @ kelenborn

    merci d’être clair.

  • Par guy bernard - 10/06/2018 - 09:31 - Signaler un abus @ kelenborn

    il y a une contrepartie aux excédents allemands et japonais, c'est leur soutien infini à l'activité qui se retrouve dans les déficits de leurs banques et l'etat de leurs services publics. le japon a eu une indigestion de dettes pourries et il en est de même pour l'allemagne qui, en plus de ne pas entretenir le pays, va manquer de capital-risque et de compétences. voyez les chiffres du Danemark : tout va bien, à l'exception de l'endettement des ménages (230%) qu'il faut soutenir à bout de bras pour éviter leur défaut, donc celui des banques et de l'etat. un indicateur économique ne suffit pas.

  • Par Benvoyons - 10/06/2018 - 09:43 - Signaler un abus Les Français cachent leurs conneries économiques derrière

    un Gloubi-boulga économique écrit dans un galimatias permettant de perdre du temps & ainsi éviter de comprendre leur Gestion catastrophique. Il en va de la Grandeur de la France car cacher & ne pas voir leur permet de se sentir encore Grands parmi les autres qui eux ont réussi mais qui les auraient empêché d'être intelligent. Mais comme c'est toujours la faute des autres ou d'une minuscule virgule ou encore une non lecture du traité de Maastricht ils peuvent encore se pavaner dans les instances internationales. Cela ne va pas durer car l'Inde, la Chine, & les plaques Géoéconomiques qui se mettent en place actuellement va reléguer la France en seconde zone car avec 67 millions elle n'est rien & encore moins car elle ne veut pas voire & faire ce qu'il faut pour ELLE.

  • Par legall - 10/06/2018 - 11:20 - Signaler un abus @ajm

    Je parle bien de balance commerciale depuis 1970. Cherchez sur internet à : "perspective monde balance commerciale allemagne". Vous y trouverez pour tous pays la plupart des stats économiques depuis 1970.

  • Par assougoudrel - 10/06/2018 - 11:48 - Signaler un abus @kelenborn

    Concernant la chute du dollar (1985); la dégringolade avait commencé deux ans avant. J'étais en séjours en Guadeloupe et j'étais allé passer quelque jours en Guyane (début 1984), pensant acheter de l'or. Le dollar était à plus de 10 francs et je n'ai pas pu acheter grand chose à cause du prix exorbitant de l'or et ça a continué à grimper après). Pour les voitures françaises achetées par les allemands, je me souviens que le citoyen moyen se faisait plaisir en achetant les grosses berlines française à des prix très avantageux, alors que pour les français, il fallait se contenter d'une R5. En Ex-Yougoslavie, fin des années 90, début 2000, tous les ex-militaires allemands de l'est se sont vus rétrograder d'un cran par rapport à ceux de l'ouest et on sentait la frustration chez eux, se sentant déconsidérés. Ils étaient d'une simplicité et d'une gentillesse rare et toujours prêt à donner un coup de main même à un soldat et les premiers à allumer le feu pour le BBQ du dimanche. Une fois, à table, un Général s'est levé pour chercher à boire et il m'a ramené un verre de vin. J'ai de très bons souvenirs d'eux.

  • Par legall - 10/06/2018 - 13:26 - Signaler un abus @ajm

    J'ai regardé les chiffres de DESTATIS. Bizarrement exprimés en Euros alors que celui-ci n'est effectif que depuis 1999. Quelles corrections sont appliquées avant cette date pour obtenir des Euros ? Pas de précision. Ceci dit, les chiffres montrent bien l'avantage que l'Allemagne a tiré de l'Euro avec sa politique mercantiliste et les errements de la gauche francaise qui a chargé la barque sociale (35h, hausse du Smic, nbre de fonctionnaires et tutti quanti). La droite n'est pas exempt de reproche sur toutes ces mesures bien sûr.

  • Par kelenborn - 10/06/2018 - 14:00 - Signaler un abus Guy Bernard

    Où vous êtes un génie de l'économie ou alors vous employez un nègre nommé Nostradamus! Si quelqu'un comprend ce que vous racontez qu'il se dénonce!

  • Par kelenborn - 10/06/2018 - 14:18 - Signaler un abus LEGALL+AJM

    Un point partout: C'est bien la balance courante (et non la balance commerciale) qui figure dans le doc mentionné par Legall. En revanche , il est clair qu'il y a un décrochage ou plutôt un décollage à partir de 2000 (je me base sur les stats d'Eurostat qui remontent à 2000 (avant faut bien chercher) . Je ne sais pas quel pouvait être le montant du déficit touristique ( les allemands avaient la réputation d'aller se faire dorer les fesses), en revanche le lien avec la chute du mur me parait assez clair avec 10 ans de décalage ( ce qu'il a fallu à l'allemagne pour installer son Lebensraum) . Avec l'Euro, moins évident car l'Allemagne a profité , pour des raisons structurelles de la force de l'Euro mais elle en est à la source à cause de ses excédents. En revanche, je crois que l'on peut être d'accord sur le fait que l'Allemagne a utilisé lOst europa un peu comme certains utilisent le "Sentier" pour produire à prix imbattables mais.... de manière moins mafieuse!

  • Par kelenborn - 10/06/2018 - 14:24 - Signaler un abus Assou

    marrant ce que tu dis à propos des allemands de l'est: ils avaient une sale réputation en Tchécoslovaquie et même les autres allemands les tenaient pour des "prussiens". Et, après la réunification, comme l'Ouest les "entretenait" , ils allaient en Tchéquie fréquenter les bordels à la frontière. Bon Hitler, il était pas prussien et le gros Goering non plus et puis le nazisme aimait bien Nuremberg

  • Par legall - 10/06/2018 - 18:24 - Signaler un abus @kelenborg

    Ce sont les "biens et services", donc la balance commerciale, qui sont figurés sur les courbes comme explicité après celles-ci dans le doc.

  • Par assougoudrel - 10/06/2018 - 19:14 - Signaler un abus @kelenborn

    Pour la débauche, on va toujours où c'est moins cher. Nos ONG sont en Afrique, en Asie du Sud-est, ainsi qu'en Amérique du sud. Là-bas, ils sont les Rois. Tout coule à flot, sperme comme whisky et les ventres ont des fissures.

  • Par Haddock36 - 11/06/2018 - 21:15 - Signaler un abus Israêl et les Etats-Unis

    Combien de temps tournera t-on autour du pot. Dans la grande presse d’opinion, seul Valeurs Actuelles a osé aborder le problème, dans son numéro consacré au financier George Soros. Qui sont, sinon la communauté juive internationale, les grands vainqueurs de la seconde guerre mondiale. La Shoah, cette inattaquable parade, leur a permis depuis 1945 de faire taire toute opinion ou décision qui leur était hostile et d’installer leur pouvoir. Voilà le nouveau paradigme, à savoir : un pouvoir colossal que nous pouvons constater tous les jours. La politique américaine vis-à-vis de l’Iran avec la bénédiction de Benyamin Netanyahou, en est le plus récent exemple. L’Europe s’étendant de l’Atlantique à l’Oural qu’avait rêvée de Gaulle est la grande peur de nos ‘alliés’ américains et ils feront tout pour qu’elle ne se fasse pas car elle desservirait les intérêts des grandes banques américaines et la position très hostile de Soros à l’égard de Poutine en est l’illustration. Les européens finiront- ils par comprendre que nos intérêts se trouvent désormais à l’est. Si nous ne nous décidons pas à trancher ce nœud gordien, nous ne serons jamais que les sujets des Etats-Unis.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€