Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le futurologue en chef de Google annonce la fin de la vie privée : faut-il s'y résoudre ?

Vinton Cerf, considéré comme l'un des pères fondateurs d'Internet et futurologue chez Google, a annoncé que conserver une vie privée sur Internet ne sera plus la norme, et que cela sera à l'avenir un objectif quasiment inatteignable. Les réseaux semblent bien avoir jeté l'idée de vie privée aux oubliettes.

Big brother

Publié le - Mis à jour le 25 Novembre 2013
Le futurologue en chef de Google annonce la fin de la vie privée : faut-il s'y résoudre ?

Le futurologue en chef de Google annonce la fin de la vie privée Crédit REUTERS/Chris Helgren

Vinton Cerf, l'un des précurseurs d'Internet et qui occupe le poste de Chief Internet Evangelist (sic) chez Google a récemment déclaré que sur le web "la vie privé sera anormale" et qu'il y aura "une difficulté croissante pour y parvenir". L'imbrication de plus en plus importante d'Internet dans notre existence a-t-elle détruit notre vie privée ?

Fabrice Epelboin : Oui, incontestablement. Et par "internet", il faut entendre "systèmes d'informations" en général, c'est-à-dire que votre téléphone portable - fut-il de première génération - ou votre carte bancaire, par exemple, sont tout autant coupables que votre connexion internet.
 
Nous essaimons en permanence des informations personnelles, et ce à un rythme sans cesse plus important, c'est l'un des éléments de la vie moderne qu'il faut saisir pour comprendre l'ampleur du phénomène et la situation 'numérique' de la vie privée.
 
Si je sors de chez moi pour aller faire des courses au supermarché, mon opérateur téléphonique retiendra dans ses infrastructures informatique mon déplacement, par l'intermédiaire des antennes 3G qui 'accrocheront' mon portable tout au long du trajet qui me mène à Monoprix. Puis, une fois mes courses effectuées, le GIE Carte Bleu ainsi que ma banque, retiendront cet élément de ma vie privée, Monoprix - dont je possède une carte de fidélité - aura de son coté un inventaire complet de mes emplettes, lui permettant de savoir une multitude de choses à mon sujet : suis-je en couple ? (un "Mr" qui achète régulièrement des tampax ? C'est vraisemblable), quel est mon alimentation (bio ? équilibrée ? Trop de sucres ?), la taille de mon foyer (des enfants ? combien ? Quels âges ?) ma consommation d'alcool, etc, etc. Ces informations, co-détenues par Monoprix et le groupement d'intérêt économique "S'Miles", sont ensuite partagées avec une multitude d'acteurs, une pratique courante avec les cookies sur internet, mais qui n'a pas attendu internet pour exister. Voilà comment en à peine vingt minutes - le temps de faire mes courses - je disperse à travers une multitude de systèmes d'informations dont le grand public n'a pas vraiment conscience un nombre effrayant de données concernant directement ma vie privée. Vous noterez qu'à ce stade, je n'ai pas encore utilisé internet.
 
Une fois connecté (en rentrant du supermarché, donc), l'historique complet de mes navigations est conservé dans les datacenters de mon opérateur internet, et un nombre important de mes documents situés dans 'le cloud', c'est à dire dans d'autres datacenters, sont visibles de tout un tas d'entreprises, et ceci n'est qu'un tout petit aperçu des données 'intimes' que je disperse en utilisant internet. Si vous êtes chez un opérateur internet "partenaire" de la DGSE - comme l'a révélé récemment le Guardian - alors c'est la totalité des informations non chiffrées qui transitent entre votre machine et internet qui est analysée et qui alimente un "super profil" contenant une quantité astronomique de données vous concernant, vous, ainsi que vos relations. Du coup, en vertu des accords "Lustre" signés par la France en 2010 - comme la révélé le mois dernier la presse allemande - sur la base de documents fournis par Edward Snowden - ce sont aussi bien les services secrets anglais que la NSA qui peuvent potentiellement avoir accès à tout cela. 
 
Il faut comprendre que votre vie privée interesse plusieurs type d'acteurs. Si on exclue la cybercriminalité, qui est assez insignifiante au final, ont peu les réduire à deux ordres : les entreprises, qui cherchent à affiner leur marketing à travers l'analyse de ces données personnelles, et les Etats, qui cherchent à anticiper et comprendre les changements au sein du social afin de maintenir une certaine forme de stabilité sociale et lutter contre tout ce qui peut y porter atteinte, ainsi qu'à faire de l'intelligence économique, et, accessoirement, à lutter contre le terrorisme, ce qui est en général la raison invoquée pour justifier cette surveillance. 
 
Demain, ces systèmes de surveillance pourraient tout aussi bien servir à anticiper des mouvement sociaux et les désamorcer avant qu'ils ne prennent trop d'importance, ou bien encore à lutter contre la fraude fiscale, ou réaliser des sondages d'opinion en temps réel infiniment plus précis que ceux que nous connaissons aujourd'hui. Le champs des possibles est très vaste et changera de façon radicale les gouvernances que nous verront apparaitre dans les années qui viennent. D'ici très peu de temps, l'Etat pourra ainsi accéder, en toute légalité, et sans autorisation préalable d'une autorité judiciaire, à la totalité des informations concernant les citoyens disponibles sous forme numérique, c'est-à-dire à tout sauf ce que vous n'avez consigné que par écrit. C'est ce que prévoit la loi de programmation militaire qui sera votée la semaine prochaine a l'Assemblée. En l'état, cette loi, qui affectera en profondeur l'avenir de la République française, aussi sûrement que le Patriot Act aux USA, devrait être largement adoptée par l'Assemblée nationale.
 
Si on devait pointer du doigt deux entités qui symbolisent à merveille ces logiques, je serais tenté de désigner Google et Bull. Google, tout le monde les connait, et ils excellent à transformer des données personnelles en actions marketing extrêmement rentables. Bull/Amesys est moins connu. C'est un acteur historique de l'informatique, dont l'Etat Français est lourdement actionnaire, notamment à travers Orange et la Banque Publique d'Investissement mais également de façon directe. Bull, c'est le champion du monde de la surveillance dite "de masse", qui est derrière la surveillance globale de nombreuses nations telles que le Maroc, le Qatar, ou bien encore la France. C'est l'un des pionniers de l'informatique mondiale, et - cocorico - c'est un acteur français. Contrairement aux géants américains, il se montre très discret, mais c'est Bull qui fabrique les ordinateurs parmi les plus puissant de la planète, qui n'ont rien à envier à ceux fabriqués au Japon ou aux USA, et qui sont indispensable pour brasser de telles quantités de données personnelles. 
 
Bull a une longue tradition d'informatique au service de l'Etat, notamment en ce qui concerne le traitement des données personnelles. En 1941, l'administration de Vichy lui a ainsi confié l'informatisation du fichier Juif. Un projet qui fût heureusement saboté par un haut fonctionnaire, René Carmille, qui fût pour cela déporté à Dachau où il termina sa vie. Plus récemment, vous avez peut être entendu parler de Bull sous le nom d'une de ses marque, Amesys, dans l'Affaire Takiedinne : l'une des toutes premières ventes d'armes faites par l'intermédiaire de Ziad Takiedinne auprès du colonel Kadhafi consistait à fournir au régime Libyen un vaste système de surveillance de la population, fabriqué par Amesys/Bull. La marque Amesys a depuis été délocalisée aux Émirat arabe unis, mais Bull continue de fournir de tels systèmes à de nombreux pays, et pas uniquement des dictatures sanguinaires comme celle de Muhamar Kadhafi. 
 
Vous l'avez compris, la vie privée est aujourd'hui un privilège qui n'est accessible qu'aux seuls technophiles, et encore, à ceux qui maîtrisent et comprennent intimement la surveillance des réseaux. C'est peut être le premier symptôme visible de l'avènement d'une Netocratie, qui dispose de droits auxquels la population n'a pas accès. Ce qui est nouveau, c'est que la population commence tout doucement à réaliser cet état de fait. 
 

La perte de vie privée déjà constatée par l'importance croissance d'Internet est-elle irréversible ? Peut-on revenir sur ce qui a déjà été concédé ? 

Frédéric Jutant : La notion de vie privée est en cours de disparition sur Internet. Aujourd'hui,  vous devez communiquer sur vous sur Internet.

Quand on est à la recherche d'un emploi par exemple, la société exige de vous d'avoir au minimum un CV en ligne, ou un compte Viadéo / Linkedin. Si vous n'en possédez pas, vous vous fermez des portes, car beaucoup vont vous "googler" pour en savoir plus sur vous, vos expériences, votre personnalité, avant même de vous proposer un entretien.

Dans un cercle plus privé, vous devez avoir un compte Facebook (et/ou Twitter) car tout le monde est dessus et c'est la mode. Les réseaux sociaux sont un moyen de communication aujourd'hui aussi répandu que les sms et le téléphone, pour partager sa vie, ses humeurs, et discuter avec d'autres (proches ou non). Est-ce que c'est irréversible ? Non. Mais êtes-vous prêt à fermer votre compte Facebook ? A ne plus envoyer de mails et revenir au courrier papier ?

Fabrice Epelboin : Encore une fois il s'agit de faire attention à ne pas mettre cela sur le dos d'internet. Votre carte de crédit donne accès, en recoupant ces informations avec d'autres fichiers, à votre consommation, ce qui constitue une masse de données personnelles potentiellement sensibles. La police française dispose de son coté, souvent dans un flou juridique savamment entretenu, de centaines de fichiers regroupant jusqu'à plusieurs dizaines de millions d'individus, et détaillant une multitudes de données relevant de leur vie privée, et cela ne concerne pas, loin de là, les seules personnes ayant eu à faire un jour aux services de polices ou à la justice. Cela va bien au delà d'internet, le problème est lié à l'omniprésence des systèmes informatiques dans notre vie quotidienne, dans la gestion de la vie publique et dans le monde du commerce en général. Une présence souvent discrète, si discrète que la plupart d'entre nous n'en sommes pas conscients. Internet a considérablement accéléré ce phénomène, mais il l'a rendu plus visible, et a permis a beaucoup de monde d'en prendre conscience. Rendons lui cette grâce. Il convient également de saluer Edward Snowden, qui a su donner un nom à la surveillance globale et qui a rendu crédible, du jour au lendemain, des personnes telles que moi, même si des institutions comme Sciences Po avaient, bien avant Prism, reconnu le sérieux du travail d'investigation de l'équipe de Reflets.info dont je fais partie et m'avait permis d'enseigner la surveillance et ses impacts sur la gouvernance.

Revenir en arrière est invraisemblable. On pourrait rêver d'une loi européenne qui pose des gardes fous sur la surveillance mise en place à des fins marketing par les entreprises, mais il y a peu d'espoir et les lobbies viendront vraisemblablement à bout de cette loi actuellement en cours de négociation à Bruxelles. Des négociations qui par ailleurs sont faites dans le plus grand secret, ce qui n'augure rien de bon.

Pour ce qui est de la surveillance des Etats, c'est clairement trop tard pour bon nombre d'entre eux, dont la France. Le Guardian révélait il y a déjà trois semaines que l'avance française, jugée considérable en matière de technologies de surveillance de masse, et qui fait visiblement l'admiration des services de renseignement Anglais, était due à la collaboration étroite entre la  DGSE et "un grand opérateur internet Français". Si le Guardian ne nomme pas cet opérateur, son identité fait peu de doute au sein des spécialistes du sujet. 

Ce qui étonne, en revanche, c'est qu'aucun média français n'ai repris cette information du Guardian, et qu'aucun politique n'ai abordé le sujet. De son coté, Jean-Jacques Urvoas, député socialiste à la tête de la commission de contrôle des activités de renseignements, n'a pas jugé bon de demander le moindre éclaircissement. 

En pratique, la mise sous surveillance de la totalité de la population française est entérinée par les grands partis politiques dit "de gouvernement", et du coté du Front de Gauche, qui a été alerté de cela a plusieurs reprises, on laisse les militants de base s'agiter en se gardant bien de réagir officiellement. Je n'ai par contre aucune idée de la réaction du Front national sur ce sujet, n'ayant pas la moindre entrée ni la moindre relation au sein de ce parti. Ils disposent d'un boulevard s'ils se saisissent de ce sujet, tant il résonne avec les thématiques de défiance vis-à-vis des grands partis politiques qu'ils instillent régulièrement dans leur communication.

Une société comme Google offre une multiplicité de services aujourd'hui (mail, système d'exploitation pour mobile...) Quelles sont - outre nos recherches web - les informations dont cette société peut disposer sur nous ? Quelles sont notamment celles dont nous n'avons pas conscience ? 

Frédéric Jutant : Beaucoup de personnes aujourd'hui n'ont pas conscience qu'Internet, et plus particulièrement, l'entreprise Google est absolument partout.

Concernant la recherche, Google est incontestablement leader en France, en Europe, aux USA, et dans beaucoup de pays. Microsoft a d'ailleurs récemment annoncé qu'il souhaitait stopper son moteur Bing (et Xbox). Hormis, le géant chinois Baidu, encore inconnu du grand public en Europe, il est aujourd'hui difficile d'imaginer un concurrent à Google pour rivaliser sur le secteur de la recherche. 

Mais si l'on regarde globalement, Google c'est aussi vos mails, votre GPS, votre navigateur internet, votre agenda, votre "cloud" votre système d'exploitation sur votre smartphone / tablette (où vous téléchargez/achetez des applications sur le "Google Play Store"), vos blogs, votre outil d'analyse de statistiques de blog, votre alternative au réseau social Facebook, et votre plateforme de streaming vidéo préférée YouTube ... et j'en passe ! Et ça sera bientôt également vos lunettes intelligentes, votre système de paiement NFC !

Il est très fort probable qu'aujourd'hui Google connaisse déjà votre prénom, nom de famille, date de naissance, adresse postale, vos habitudes, vos horaires, vos déplacements, votre lieu de travail, vos habitudes de consommation, et votre visage... 

Grâce à la fiche contact de Gmail, remplie par vous-même ou vos contacts de façon plus ou moins détaillée. Et votre smartphone Android équipé d'un GPS et de toutes les appli Google (Google Play Store, Gmail, Google Agenda, Google +, YouTube, Hangouts, Chrome, Maps ... et aussi toutes les fonctions natives Android).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 23/11/2013 - 09:40 - Signaler un abus @Rédaction atlantico

    Le lien associé à "qui a profité d'une faille javascript dans un navigateur" n'existe pas. Idem pour "certains intellectuels marocains vont jusqu'à écrire des lettres ouvertes" Et ce sont les deux seuls liens que j'ai testé... A voir pour les autres, donc. Le FBI/CIA/BULL ... a frappé. :-)

  • Par Equilibre - 23/11/2013 - 09:48 - Signaler un abus Article très intéressant, à LIRE

    Et qui fait froid dans le dos. La démocratie ne peut fonctionner longtemps sans un respect de la séparation entre vie publique et vie privée. Imaginer les moyens de pression que peut disposer un organisme ayant accès à votre vie privée, même si cela ne peut sembler très méchant, style 5 à 7 avec votre maîtresse/amant ou simplement avec une prostituée, maintenant que les z'ayraul't pseudo démocrates ont voté la loi de criminalisation des clients. Nos droits élémentaires reculent à vitesse grand V Espérons que, comme dans 1984 ou fahrenheit 451, ceci ne se transforme pas en beaucoup plus méchant. Cela dit, je n'y crois guère.

  • Par boblecler - 23/11/2013 - 10:04 - Signaler un abus N'importe quoi

    Il y a des cartes bancaires prépayées pour l'anonymat et la convergence n'est pas totale mais avec l'e procurement. Encore des amateurs.....Contre la violation de la vie privée JOSPIN avait promu GNU PGP avec un chiffrement avec une clé de 2056 caractères en RSA qui ne peut être violé. idem sur skype il est possible de chiffrer une conversation . On peut encore faire du mirroring sur tor pour l'anonymat.

  • Par cloette - 23/11/2013 - 10:05 - Signaler un abus mais oui, on y va on y court on y est

    ce ne sont pas les 5à7 de monsieur Dupont qui intéresseront, le but sera la surveillance des esprits de la masse, pour une manipulation plus efficace ,dans un but double de domination politique et économique planétaire. .

  • Par Volauvent - 23/11/2013 - 10:33 - Signaler un abus Drones

    Et rentrés chez nous, nos jardins bientôt surveillés en permanence par des drones policiers.

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 12:00 - Signaler un abus @equilibre

    pour le lien sur l'appel d'un intellectuel Marcocain : https://fr.lakome.com/index.php/maroc/597-abdelhak-serhane-soyez-vigileant-m-le-president Pour la faille javascript, le FBI, les pédophiles et le Darknet : http://www.france24.com/fr/20130805-tor-fbi-freedom-hosting-pedopornographie-fermeture-tor-marques-internet-anonymat-cybercriminalite-censure-dissident :-)

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 12:03 - Signaler un abus @boblecler

    Skype chope vos informations à la source, sur votre machine, avant même qu'elle ne soient cryptées. Franchement, vous faites confiance à Microsoft ? Allons, allons... Pour le RSA, vos échanges seront stocké le temps de les déchiffrer ou le temps que la puissance de calcul disponible permette de le faire facilement (cf Snowden et les révélations de Jacob Applebaum) Enfin, pour le commun des mortel, un bête spywar (genre Finfisher) permettra de tout intercepter pré et post-chiffrement sur la machine de l'utilisateur. Une autre question ?

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 12:08 - Signaler un abus @Equilibre (bis)

    "La démocratie ne peut fonctionner longtemps sans un respect de la séparation entre vie publique et vie privée." Oui, mais nous ne sommes pas du tout en démocratie, nous sommes dans une République. On profite de la confusion de la plupart des gens pour les pousser à penser que ces deux termes sont synonymes, mais ce n'est pas du tout le cas. Dans une République, nul besoin de vie privée. Si vous pensez être en démocratie, je vous invite à vous attarder sur deux détails : 1) le découpage électoral, qui est refait à intervalles régulier (2 à 4 ans) généralement avec un accord droite-gauche sans faille, et qui consiste, en fonction des résultats électoraux prévus, bureau par bureau, à redéfinir les zones dont dépendent un élu de façon à s'assurer à l'avance de la répartition globale des pouvoir politiques et à contrecarrer toute évolution du corp électoral. 2) le fait qu'à de très rares exceptions près, les élections internes des 'partis de gouvernements' sont tout sauf démocratiques (l'élection de Jean François Copé à la tête de l'UMP étant un modèle du genre). Comment Diable voulez vous qu'un truc soit démocratique s'il est, à la base, à ce point anti démocratique...

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 12:10 - Signaler un abus @Equilibre (bis 2)

    ...avec des partis "de gouvernement" dont les élections et les modes de nomination internes sont à ce point anti démocratique, il n'y a pas moyen de construire quelque chose de démocratique. Prenons une analogie simple : si vous achetez des produits issus de l'agro alimentaire industriels bourrés de pesticides et gavés d'OGM, vous n'arriverez jamais à cuisiner bio sous prétexte que votre huile d'olive est une première pression à froid. Ca ne suffira pas à rendre votre plat bio. ;-)

  • Par Equilibre - 23/11/2013 - 13:36 - Signaler un abus @Epelboin

    Merci pour les précisions, les liens, et le commentaire qui va avec...

  • Par ZOEDUBATO - 23/11/2013 - 15:41 - Signaler un abus Atteinte à la vie privée et assujettissement (1/2) ?

    Des atteintes à la vie privée les citoyens en subissent tous les jours : mariage pour tous, théorie de genre, éducation des enfants, bataille d'idéologie et non de réponse aux besoins des citoyens, etc. C'est déjà un problème en soi mais ce qui est plus grave c'est lorsque ces intrusions se complètent par un cadrage politique qui choisit ses angles d'attaque : -Fonctionnaires et services publiques politisés, juge et partie, justice politique et procès d'intention, politiquement correct, pensée unique, absence ou non respect des contre pouvoirs, prépondérance des Partis et des structures par rapport aux citoyens, etc., - Nationalisation des biens, produits et revenus, inquisition fiscale par une fiscalité supérieure à 50 -60 % des revenus; état tentaculaire avec mise en place du Public dans toutes les communes, etc. - Pouvoir de nuisance et d'influence de structure non élues et non représentatives : syndicats, association, quadrillage du pays, etc. - Lois, décrets, normes de formatage des esprits, pénalisation des politiquement différents, monopolisation culturel et médiatique etc. Et au bout le coup de grâce (voir 2/2)

  • Par ZOEDUBATO - 23/11/2013 - 15:43 - Signaler un abus Atteinte à la vie privée et assujettissement (2/2) ?

    Avant de parler du coup de grâce prenons un exemple : Le dopage sportif Au départ la lutte contre le dopage avait été confiée aux fédérations sportives puis au Ministère des Sports sans succès car ces organistes étaient juge et parti et avaient besoin de victoires pour l'orgueil national, leur renom et leur budget Ce n'est que, lorsque l'on confia cette mission à un organisme supranational que le dopage diminua Il en est de même pour les libertés et les droits de l'homme : un organisme national placé sous la coupe d'une idéologie politisée n'agira pas contre le système qui le fait vivre Alors pour conserver le droit à une vie privée et ne pas être assujetti nous avons besoin d'un arbitre indépendant qui, dans le cadre d'une délégation de pouvoir strictement encadrée, pourra agir contre toutes les dérives C'est le rôle indispensable de protection des citoyens que doit jouer l' U.E dans une Europe face à la politisation des structures et/ou au recroquevillement dans les frontières et à la disparition des normes de bonne gestion due aux pensées uniques qui veulent "épurer" les politiquement différents

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 15:52 - Signaler un abus @ZOEDUBATO

    Oui mais non, là vous mettez dans le même sac une absence de dialogue social, des signes visibles de manque critique de démocratie, et la fin de la vie privée. Tout cela est condamnable, mais ce n'est pas la même chose ;-) Sinon, sur les Droits de l'Homme, c'est du marketing, et comme souvent, derrière le poulet nourrit au grain en plein air, on a un truc bourré d'hormone élevé dans une cave. Une gros mensonge, quoi... http://reflets.info/la-parti-socialiste-est-il-complice-de-crime-numerique-contre-lhumanite-ueps/

  • Par yt75 - 23/11/2013 - 16:27 - Signaler un abus Données personnelles, profils utilisateurs

    Le fait est que le dogme du « tout gratuit tout pub » se paye quand même très cher.... Et en ce qui concerne les données personnelles, si il n’y a pas de fatalité technique à la goinfrerie actuelle, associée aux règles plus ou moins directes du type « vrais » noms obligatoires etc, et grandes déclarations « vie privée c terminé ls cocos », il y a par contre un vrai pb de structure, besoin d’un nouveau rôle et séparation des rôles, et aucune loi uniquement "défensive sur l'existant" ne fonctionnera : http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/

  • Par Glop Glop - 23/11/2013 - 16:39 - Signaler un abus Relativisons les choses (1)

    Cette situation de l'hyper surveillance ne m'inquiète pas et de tous temps nous avons été surveillés, étiquetés, rangés, classés. Il y a beaucoup trop de données pour en faire véritablement quelque chose et le seul nerf de cette situation étant "l'argent à faire" (le chiffre d'affaires) à partir des uns et des autres bien plus que la sécurité des uns et des autres (le contraire se saurait), il ne faut pas fantasmer sur le fait que nous sommes désormais condamné au port d'une sorte de bracelet électronique virtuel. Recommandons seulement aux malfaisants de prendre leur mobile avec eux pour vivre leurs actes, qu'ils se munissent de liquidités et globalement le tour est joué, et surtout penser à se déplacer à pieds et à poil avec un sac poubelle sur la tête comme cela rien ne risque d'être marqué par un quelconque (et très improbable "mouchard"). Pour analyser la situation, je prendrai référence sur un film: Minority Report, où l'histoire est le principe de l'arrestation préventive d'un probable futur criminel. Sauf que dans une ville de la taille du film, il faudrait des milliers d'équipes d'arrestation pour prévenir des multitudes crimes qui s'y passent minute après minute.

  • Par Glop Glop - 23/11/2013 - 16:50 - Signaler un abus Relativisons les choses (2)

    C'est donc un fantasme... ou alors, entrons dans l'univers Cinquième Elément ou Judge Dredd, avec des lieux de résidence verrouillables individuellement ou collectivement à distance... on en est loin... et pourquoi pas même gazage des lieux. Toutes ces données collectées sont des sources d'information extrêmement relatives, que ce soit à propos des consommateurs (eux-mêmes très erratiques) et leurs masses ne peuvent que contrer l'efficacité du système. Prenons l'exemple du flicage d'individus qui auraient des paroles embarrassantes pour un pouvoir en place. Plus le nombre de paroles se libèrent et plus le système ne peut intervenir à l'encontre de quelques individus... et donc aussi pourquoi avoir fait état des seules dictatures de Kadhafi ou Bachar El Assad alors même que leurs opposants sont des dictateurs et criminels à l'égard des minorités eux-mêmes? Tentative d'insertion de discours politiques? Qu'a donc apporté de nouveau Edward Snowden? Qu'un état espionnait d'autres états, des particuliers? Heureusement que les ex-sous-mariniers de tous pays ne parlent pas, Snowden passerait pour un niais. Tout est observé, espionné, décortiqué...

  • Par Glop Glop - 23/11/2013 - 17:00 - Signaler un abus Relativisons les choses (3)

    A commencer par le voisinage retranché derrière ses rideaux à noter que vous rentrez aujourd'hui avec cinq minutes de retard sur d'habitude et en déduit que certainement une liaison est dans le tiroir. Citoyens, vivez normalement, faites vos emplettes, manger, buvez, lisez, visionnez ce que vous voulez, échangez vous en couple ou non avec ceux que vous voulez, lisez "Tintin au Congo" et même commandez-le sur internet sans craindre que l'on vienne vous cherchez pour apologie du racisme, dites ouvertement mais correctement ce que vous avez à dire sans craindre les foudres olympiennes du pouvoir composé de gens guère différents de vous-mêmes, votez pour qui vous voulez, parlez ouvertement de ce que vous pensez, tant que vous ne projetez pas d'assassiner le président en en faisant part à la planète, vous aurez toutes les chances d'arriver à l'âge de la retraite sous réserve toutefois d'avoir une retraite et donc des bulletins de salaire au préalable. De plus, la peine capitale n'existe plus et perpète n'est pas perpète, alors c'est tout bon pour les mauvaises âmes que vous n'êtes très majoritairement pas.

  • Par Glop Glop - 23/11/2013 - 17:13 - Signaler un abus Relativisons les choses (4)

    Quant à savoir si un compte facebook ou twitter est nécessaire ou utile, à chacun de savoir et de faire en sorte de ne livrer que ce qui est nécessaire: un prénom ou un pseudo, le reste est sans importance et parfaitement à ne pas renseigner ou tromper. Un compte pour chaque chose... compartimenter, voilà le secret, c'est aussi simple que d'éviter de donner rendez-vous à toutes ses relations au même endroit en même temps. A propos des CV et des employeurs, ce n'est pas parce que vous aurez renseigner un compte apec, likelnd ou tout autre chose que vous bloquerez une rare procédure de recherche googolisé à votre égard, tout le monde veut tout savoir sur tout le monde. La société qui nous entoure a potentiellement trop besoins de tous les profils que nous pouvons ou pourrions être pour exister et continuer à vendre pour mettre trop de limites à tout. Les étasuniens et le X? Ils sont les premiers pourvoyeurs internationaux et même des cérémonies de "remises d'oscars" récompensant le milieu... Ils sont aussi les gendarmes de paix au complexe militaro-industriel le plus développé. Mouah!Ah!Ah! Bel article mais...

  • Par Benjamin_Linus - 23/11/2013 - 17:27 - Signaler un abus Elle est bien bonne (la soupe)

    C'est pas bien de cracher dedans... Voici un petit compte-rendu de se qui se trouve derrière CETTE page, mais que l'on ne voit pas (Trakers, tracking-cookies, Javascrips etc.). Obtenu avec "Adblock+" et "Ghostery". Certains d'entre-eux sont considérés comme étant des SPYWARES (codes espions qui parasite l'ordinateur). J'ai abrègé... AddThis: Widgets Adyoulike: Advertising Ezakus: Advertising Facebook Connect: Widgets Facebook Social Plugins: Widgets Google +1: Widgets Google Analytics: Analytics Ligatus: Advertising Outbrain: Widgets Po.st: Widgets Prisma Media Digital: Advertising VideoStep: Advertising

  • Par Benjamin_Linus - 23/11/2013 - 17:30 - Signaler un abus Alors...

    On cogne sur BIG BROTHER mais, c'est bien utile des fois (il faut bien bouffer. Ce que j'en pense perso, je préfère le garder pour moi.

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 18:13 - Signaler un abus @Glop Glop

    " Il y a beaucoup trop de données pour en faire véritablement quelque chose" Détrompez vous, et interessez vous à la big data https://vimeo.com/groups/surveillance/videos/52220956 "nous sommes désormais condamné au port d'une sorte de bracelet électronique virtuel" On peut se passer de téléphone portable, en effet. Car c'est bien (aussi) de cela qu'il s'agit. "je prendrai référence sur un film: Minority Report" Là où Minority Report a tout faux c'est sur l'idée que l'on peut prédire un crime, l'idée actuelle est de prédire des mouvement de masse (cf film vimeo plus haut) "Prenons l'exemple du flicage d'individus qui auraient des paroles embarrassantes pour un pouvoir en place. Plus le nombre de paroles se libèrent et plus le système ne peut intervenir à l'encontre de quelques individus..." Oui, tout à fait. C'est précisément ce qu'il s'est passé lors de la révolution Tunisienne. D'où le turbo mis sur la détection prédictive des mouvement de masse. Mais ce n'est pas gagné, on en est pas là en effet.

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 18:13 - Signaler un abus @Glop Glop (bis)

    "pourquoi avoir fait état des seules dictatures de Kadhafi ou Bachar El Assad alors même que leurs opposants sont des dictateurs et criminels à l'égard des minorités eux-mêmes?" Ben j'ai fait aussi allusion à la France, vous avez remarqué ? "Qu'a donc apporté de nouveau Edward Snowden? " Un débat public. "Citoyens, vivez normalement, [...] sans craindre que l'on vienne vous cherchez pour apologie du racisme, dites ouvertement mais correctement ce que vous avez à dire sans craindre les foudres olympiennes du pouvoir..." Pas evident. Relisez Foucault http://fr.wikipedia.org/wiki/Surveiller_et_punir "ne livrer que ce qui est nécessaire: un prénom ou un pseudo" Ben , sur Twitter, oui, sur Facebook, c'est contraire aux conditions d'utilisation (qu'on n'est pas obligé de respecter, c'est clair)

  • Par Epelboin - 23/11/2013 - 20:09 - Signaler un abus @Glop Glop (bis 2)

    Ha, sinon, pour ce qui est de Minority Report, jetez un œil à cela: http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/01/04/le-logiciel-qui-predit-les-delits_1812195_3222.html

  • Par sheldon - 23/11/2013 - 21:27 - Signaler un abus Google est une super entreprise innovante (s'en inspirer)

    J'ai été parmi les premiers à utiliser Google en version bêta comme moteur de recherche : j'ai tout de suite vue que l'on avait changé de monde par rapport au Yahoo de cette époque. Google s'applique à faire des smartphones et tablettes très performants à des prix très compétitifs. Ils développent aussi le concept de voitures pilotés et même des avancées dans la médecine, etc, etc Mais en Europe, et particulièrement en France, on est plus dans la promotion des marinières et des raffineries que dans les industries de pointe (on a tout de même Dassault, etc). Beaucoup de réactions sont bien dans la logique des souverainistes et franchouillards nostalgiques de la France profonde des XIX/XXème siècles !

  • Par Glop Glop - 24/11/2013 - 02:58 - Signaler un abus @ Epelboin - 23/11/2013 - 20:09

    L'exemple que jai pris de "Minority Report" n'est pas la prédiction des faits mais le fait qu'une surveillance ne peut être efficace et avérée que si les moyens humains suivent (effectifs). Dans l'histoire, il n'y a qu'un fait qui sort à un instant T alors que dans la réalité, il en sortirait des milliers à la minute. Lorsque je parle de "bracelet électronique virtuel" que nous porterions tous, ce n'est pas à propos de téléphone mobile ou autre accessoire de vie moderne mais de ne pas fantasmer en s'imaginant être en prison permanente à propos de tous nos faits et gestes. Votre article est bien écrit, mais se veut plus alarmiste que la réalité nous le permet. Le nombre d'alarme pose sur les voitures n'a jamais fait reculer les vols de celles-ci, il y a simplement le fait que le nombre de voitures par personne ayant explosé on s'en rend moins compte mais le nombre en valeur absolue est le même et même plus important. Seul le ratio ne bouge pas dans le même sens et c'est ce ratio que l'on présente et non la valeur absolue.

  • Par Glop Glop - 24/11/2013 - 03:11 - Signaler un abus @ Epelboin - 23/11/2013 - 18:13

    A ma question: "Qu'a donc apporté de nouveau Edward Snowden? " Vous répondez: "Un débat public." - Le débat public n'a jamais commencé véritablement et ne commencera jamais véritablement car tous les états espionnent, c'est notamment le rôle de leurs services de sécurité, qu'ils soient militaires ou policiers. Edward Snowden est l'écran de fumée utile du moment pour permettre le camouflage de tout le reste des choses qui interpellent la plus grande majorité des citoyens de toutes les nations à qui l'on veut faire croire que nous détenons là l'affaire du siècle. La mayonnaise ne prend semble t'elle pas et cela reste de la discussion d'hémicycles. Après tout, c'est plutôt une surveillance inter-politiciens et dirigeants qu'autre chose dont il est question. Je vous garantis que vous pouvez dès maintenant dire tout ce que vous voulez de Barack Obama à partir de votre mobile ou de votre messagerie internet que vous entrerez aux Etats-Unis comme une fleur. Idem pour n'importe quel lieu au monde. Quant aux "big data", ils s'engorgent et s'étouffent plus vite qu'ils ne se répandent et s'étendent pour collecter toujours plus de choses dont on ne sait quoi faire. Tel Piscou et ses coffres.

  • Par Lennart - 24/11/2013 - 07:30 - Signaler un abus Sans compter ceux qui avancent à visage caché

    "Beaucoup de personnes aujourd'hui n'ont pas conscience qu'Internet, et plus particulièrement, l'entreprise Google est absolument partout." On ne se fait guère d'illusion sur les motivations de Google, mais les plus dangereux sont probablement ceux qui avancent à visage couvert ou planqué derrière un masque de "bon démocrate" mais qui mettent en place discrètement tout pour rendre captifs tous les consommateurs de la planète dans leur éco système. Et tant qu'on tape sur Google, on s'intéresse moins à ce que font les Microsoft ou un Apple qui fait tout pour passer une blanche colombe alors que c'est peut être la pire, pour qu'une agence comme la NSA se permette de surnommer Steve Jobs "big brother" a de quoi nous interpeller. :)

  • Par danielichbiah - 24/11/2013 - 11:32 - Signaler un abus Les nouvelles superpuissances

    Je vous recommande la lecture de ce livre... ;-)) http://ichbiah.online.fr/superpuissances.htm Plusieurs chapitres sont concernés à cette énorme préoccupation... Daniel Ichbiah

  • Par amusée - 24/11/2013 - 15:44 - Signaler un abus Je ne sais pas

    qui annonce quoi, mais j'amorce une vraie régression ! rire ! et je ne suis pas la seule ... Après install, je viens de" couiquer" mon imprimante de toutes ses vélléités de se connecter au net ! mdr ! c'est pas simple, la bête est résistante. Plus rien "d'intelligent" à ma place chez moi ! même les cartes de fidélité sont bannies quand elles exigent une adresse mail. Je viens même d'éclater de rire au nez de mon FAI qui veut me "protéger" avec un pack sécurité !!!!!!!!!!??????????? Hop ! retour au tél mobile sans 2,3,4 ou 5G, sans sms ni mms ou autres polluants, retour au courrier LR+AR papier, aucun prlèvement (j'aime décider de ce que je paye et le tip est bien suffisant), aucun réseau, aucun achat internet vu que paypal échange nos données, et si on me gave encore je lâche ma carte bancaire et je fais chauffer le distributeur de billets.

  • Par Thot7 - 24/11/2013 - 15:45 - Signaler un abus Prétentieux !

    George Orwell l'avait déjà prédit en 1949. Espérons que Métropolis ne soit pas l'avenir qui nous attend !

  • Par Le gorille - 25/11/2013 - 09:52 - Signaler un abus Tenons-nous à carreau !

    @ amusée... Y a des limites ! Et c'est fort contraignant au final. Seriez-vous une ermite ? Qui ne vous déplacez pas ? Qui habitez sur un continent ? Votre voiture vous permet d'acheter ce qui vous passe par la tête à mille lieues à la ronde ... Pas moi. Et puis, on me coupe le courant si j'oublie de payer... sous quelques jours. Dur de m'absenter alors ! Bon, il faut faire la part des choses : et accepter que le modernisme mange un peu notre vie privée.... en se disant "tenons-nous à carreau" !

  • Par Epelboin - 25/11/2013 - 10:56 - Signaler un abus @Glop Glop

    "une surveillance ne peut être efficace et avérée que si les moyens humains suivent (effectifs)" Voici un exemple, à moyen humain constant, d'augmentation de l'efficacité de la police grâce à l'aide de technologies prédictives. Il y en a des dizaines d'autres, et ces technos sont en cours d'implémentation en Europe (Indect) http://www.huffingtonpost.com/2012/07/01/predictive-policing-technology-los-angeles_n_1641276.html "Votre article est bien écrit, mais se veut plus alarmiste que la réalité nous le permet. Le nombre d'alarme pose sur les voitures n'a jamais fait reculer les vols" Il ne s'agit là en aucun cas de surveillance. Vous mélangez des choses qui n'ont pas grand chose à voir. "Le débat public n'a jamais commencé véritablement et ne commencera jamais véritablement" Jettez un œil à l'Allemagen ou le Brésil et posez vous la question : pourquoi en effet n'y a-t-il pas de débat public en France ? Pourquoi est-il aussi vif dans ces autres pays ?

  • Par Epelboin - 25/11/2013 - 10:59 - Signaler un abus @Glop Glop

    " Après tout, c'est plutôt une surveillance inter-politiciens et dirigeants qu'autre chose dont il est question." Pas du tout. Mais alors vraiment pas. Soit vous êtes totalement passé à coté des révélations de Snowden, soit vous tentez de noyer le poisson. Il s'agit de surveillance de masse de la totalité des population, d'où l'incroyable informatique mise au service de tout cela, qui serait bien inutile s'il ne s'agissait que de surveiller les grands dirigeants. On se demande bien l'intêret de regarder tout Gmail, Yahoo, Skype, Verizon ou Orange pour surveiller Angela Merkel :D Cette assiertion est ridicule. "Quant aux "big data", ils s'engorgent et s'étouffent plus vite qu'ils ne se répandent et s'étendent pour collecter toujours plus de choses dont on ne sait quoi faire" One word: Palantir. Mais j'ai de plus en plus l'impression que vous connaissez tout cela, en fait...

  • Par Mani - 25/11/2013 - 13:26 - Signaler un abus Bof...

    Il s'agit de vie privée sur Internet, et plus particulièrement sur le world-wide web, en ce qui concerne les réseaux sociaux... On peut ne pas être sur les réseaux sociaux, mais il existe également des réseaux mondiaux qui montent ; ils sont pour l'instant semi-clandestins, mais ils se multiplieront au grand jour et rendront bientôt caduque la volonté de mainmise mondiale de google, facebook et consorts. Pas de quoi fouetter un chat, par conséquent.

  • Par eheime - 25/11/2013 - 14:46 - Signaler un abus C'est vrai que c'est un risque

    .. mais c'est facile de déjouer une telle surveillance. On reprend : J'échange ce matin mon téléphone avec celui d'un bon ami. Je suis un célibataire et j'utilise volontairement ma carte plutot que du liquide et j'achete 10 tampax, tout comme la semaine dernière. J'allume Google et bien que je sois communiste, j'ouvre le site de Minute, Atlantico et le Figaro.. Puis pour m'informer à ma convenance, je vais directement sur mes sites favoris en me déconnectant de Google au préalable (ou en utilisant un autre browser configuré à cet effet), le tout de façon chiffrée en passant par un proxi, comme je le fais habituellement, sauf quand je veux etre tracé délibéremment pour tromper mon monde... et rendre inutile tous ces traçages. S'il y a trop d'abus, vous verrez la reaction populaire sera violente et rapide. Si Google prend tant de soins à bien vous informer sur les infos qu'il vous prend, c'est pour éviter ce type de reaction dans le futur, je pense. Et dans le fond si mon gouvernement me comprend mieux et réagit avant que je ne m'énerve vraiment, en épiant mes comportements, je ne vais pas m'en plaindre. S'il ne fait rien et m'impose ses choix, comme aujourd'hui, statu quo

  • Par eheime - 25/11/2013 - 15:05 - Signaler un abus Mais il est vrai que certains éléments sont devenus

    publics à jamais. Votre visage (on a tous une photo de soi qu'un ami a mis sur facebook ..) , votre numéro de telephone et adresse (Google n'a pas lire les carnets d'adresses de vos amis), et vos centres d'intérêts principaux. Clairement en cas de dictature, cela pourrait être utilisé afin de nous discriminer ... Imaginez qu'un certain Adolf ait eu ce type d'informations dans les mains : Toc, toc, toc. Monsieur Truc ? Oui, c'est bien vous , nous connaissons votre visage. Vu vos amis et vos centres d'interêts sur internet, nous avons déterminé que vous etes de telle religion. Non, non, nous avons déjà toutes les informations nécessaires, n'essayez pas de nous faire perdre du temps. Suivez nous, c'est un ordre !

  • Par esurlo - 25/11/2013 - 15:59 - Signaler un abus RISQUE..?

    .... Trop tard , c'est déjà fait ..... .....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Fabrice Epelboin et Frédéric Jutant

Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et entrepreneur. 
Frédéric Jutant est un spécialiste du référencement sur le moteurs de recherche pour le compte de l'agence web Kelcible. 

 

 



Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€