Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 01 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fusion à froid : la révolution énergétique que tout le monde pensait impossible… jusqu'à ce que milliardaires et fonds d'investissement commencent à y croire (mais seront-ils plus forts que les autres ?)

Andrea Rossi, un ingénieur italien, pense avoir la solution. Fausse route ou vrai espoir ?

Pas pour demain

Publié le
Fusion à froid : la révolution énergétique que tout le monde pensait impossible… jusqu'à ce que milliardaires et fonds d'investissement commencent à y croire (mais seront-ils plus forts que les autres ?)

La fusion à froid, c'est la source d'énergie ultime : propre, sûre, infinment abondante, pas chère. Le seul problème est que personne n'est jamais arrivée à la mettre en place. 

Le principe de la fusion à froid est relativement simple à expliquer. Tous les atomes contiennent énormément d'énergie concentrée. Il y a plusieurs moyens de dégager cette énergie. Il y a la radioactivité--certains matériaux ont des atomes tellement lourds qu'ils éjectent des rayons et des particules, qui peuvent être utilisées comme source d'énergie ; c'est le principe qui fait fonctionner les centrales nucléaires. Il y a la fission--lorsque des atomes sont brisés, ils dégagent de l'énergie ; c'est le principe des bombes nucléaires.

Et il y a la fusion : lorsque des atomes sont fusionnés pour faire des gros atomes, ils dégagent de l'énergie, beaucoup plus d'énergie par unité de masse que par les autres moyens ; c'est la fusion qui nous donne la lumière du soleil, et de toutes les étoiles de l'Univers. On sait relativement bien faire de la fusion à chaud--lorsqu'on chauffe très fort des atomes, il est relativement aisé de les faire fusionner. Le problème, c'est que la fusion dégage tellement d'énergie qu'il est impossible de la maîtriser. L'idéal serait d'avoir une fusion contrôlée, "à froid", qui dégage assez d'énergie pour faire tourner une centrale électrique, mais pas assez pour faire exploser ladite centrale. 

En 1989, deux chercheurs, Stanley Pons et Martin Fleischmann, avaient prétendu avoir créé un réacteur de fusion à froid parfaitement fonctionnel qui tenait sur leur table de cuisine. L'expérience s'est révélée être un faux--et depuis, toute la communauté scientifique considère la fusion à froid comme quelque chose d'impossible, comme la machine à mouvement perpétuel. Mais la machine à mouvement perpétuel n'est pas une hypothèse crédible car elle va à l'encontre des lois de la thermodynamique. Par contre, même si personne n'a réussi à la faire fonctionner en pratique, en principe, la fusion à froid est complètement conforme aux lois de la physique.

Et, comme le signale Brian Dumaine du magazine Fortune, de plus en plus de startups et d'investisseurs s'intéressent à ce projet. Peter Thiel, co-fondateur de PayPal et premier investisseur de Facebook, finance Helion Energy ; Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, soutient Tri­Alpha Energy, qui aurait levé plus de 140 millions de dollars auprès d'investisseurs privés ; Jeff Bezos finance General Fusion. Une autre startup, en Caroline du Nord, Industrial Heat, se base sur les travaux d'Andrea Rossi, un ingénieur italien.

Peut être est-ce justement la réputation de mythe de la fusion à froid qui fait qu'on devrait s'y intéresser. Tout le concept est considéré comme pestiféré par la communauté scientifique à cause d'une fraude qui a eu lieu il y a plus de 25 ans. D'après Huw Price, épistémologiste, écrivant dans le magazine Aeon, "la question reste ouverte", les travaux de Rossi semblent porter fruit. Des équipes de scientifiques suédois et italiens réputés, qui ont eu accès aux travaux de Rossi, ont rapporté dans deux rapports, en 2013 et 2014, des niveaux de chaleur dépassant ce qui est explicable chimiquement. D'autres rapports reproduisant les résultats de Rossi ont eu lieu en Russi et en Chine. Rossi a reçu un brevet pour un de ses appareils, alors que jusqu'à présent celui-ci lui avait été refusé parce qu'il n'apportait pas assez de preuves que sa technique fonctionnait. Selon certaines sources, il y a un réacteur d'1 mégawatt en Caroline du Nord qui produit plusieurs fois l'énergie qu'il consomme. Deux physicistes suédois réputés, Rickard Lundin et Hans Lindgren, ont proposé un méchanisme qui explique les résultats de Rossi, et qui disent que "les résultats expérimentaux de Rossi et de ses collègues et de leur réacteur E-Cat fournissent la meilleure vérification expérimentale" de leur mécanisme. Un des investisseurs de la startup de Rossi a déclaré qu'il a conduit un "processus rigoureux d'enquête avant investissement qui a pris deux ans et demi."

Comme l'explique bien Price, rien de tout ça n'est parfaitement concluant. Il pourrait y avoir fraude, ou tout simplement erreur. Mais depuis quelques années, il y a quand même--pour la première fois en plus de 20 ans--assez de mouvement autour de la fusion à froid pour se dire que quelque chose de commercialement et pratiquement viable pourrait émerger, ce qui serait une véritable révolution. Sujet à suivre...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bidibul - 25/12/2015 - 15:10 - Signaler un abus Correcteur

    Pitié... payez-vous les services d'un correcteur (humain). Cela a certes un coût mais les coquilles et fautes sont pénibles. Concernant l'article, la fusion est bien le graal qui permettrait d'avoir accès à une énergie propre et très bon marché, ce qui remettrait complètement en cause le business des Etats producteurs de pétrole et d'uranium. La géopolitique en serait transformée et c'est peut-être pour cela que les Etats ne semblent pas financer ces recherches.

  • Par Le gorille - 25/12/2015 - 21:03 - Signaler un abus Un petit effort Atlantico

    Relevé: Texte 1er alinéa, 1e ligne, corriger pour lire : "infiniment" 5e alinéa, 5e ligne : "porter du fruit" 5e alinea, 8e ligne : "Russie" 5e alinéa, 12e ligne : "physiciens" ("physiciste" relève de la philosophie) 5e alinéa, 13e ligne : "mécanisme"

  • Par vangog - 25/12/2015 - 21:30 - Signaler un abus Passionnant! Mais rien en France...

    englués dans le gauchisme archaïque, dommage que les scientifiques français ne se mettent pas sur la rampe de lancement...quand nous arriverons, nous, les patriotes, on dérouillera la création francaise sclérosée par ses Immobilismes!

  • Par Ex abrupto - 26/12/2015 - 19:41 - Signaler un abus L'auteur de l'article

    a fait HEC (comme not'bonprésident) ce qui le qualifie pour un tel sujet. Bien sur, si ceux qui ont de l'argent (et qui veulent surtout en gagner plus, ce qui est encourageant) commencent à s'y intéresser, c'est un signe précurseur que la chose devient vraisemblable. J'aurais aimé en avoir un peu plus sur les dernières avancées dans ce domaine, car les expériences passées ont été des fiascos. En attendant on peu travailler sur la filière de fission au thorium (moins dangereuse, moins polluante), mais je n'ai pas entendu parler de travaux en France sur ce sujet.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€