Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Frères musulmans : qui est vraiment Hassan el-Banna, leur fondateur ?

L'organisation panislamiste les Frères musulmans fait la une des médias depuis plusieurs mois. Mais peu de gens évoquent Hassan el-Banna, le fondateur de l'organisation. Malek Chebel revient sur cette figure historique. Extrait de "Changer l'Islam, Dictionnaire des réformateurs musulmans des origines à nos jours" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Les Frères musulmans : qui est vraiment Hassan el-Banna, leur fondateur ?

Hassan el-Banna est le fondateur de l'organisation panislamiste les Frères musulmans. Crédit wikipédia

Al-Banna Hassan ibn Ahmad ibn ‘Abd al-Rahman (1906- 1949)

Né en 1906, à Mahmudiyya, non loin d’Alexandrie et ayant étudié à l’école primaire de Dar al- ‘ulum, Hassan al- Banna, devenu instituteur à la petite ville d’Ismaïliyya, est l’un des prédicateurs les plus influents de son pays, en particulier à la fin du règne du roi Farouk. En 1928, il fonde et anime une association qui deviendra célèbre, celle des Frères musulmans, dont le but est de réveiller le sentiment religieux largement estompé depuis des lustres, et se battre contre les superstitions, les croyances populaires et toutes sortes de pratiques perçues comme déviantes.

Muté au Caire, il fait déménager le bureau de l’association qui commence d’ailleurs à avoir de nombreux représentants dans tous les gouvernorats du pays. Parmi les lignes directrices du mouvement, il faut signaler celui de la nonséparation du politique et du religieux, ainsi que la constante sociale du mouvement (khayriyya), son volontarisme en direction des jeunes et des couches les plus démunies. Plus tard, le mouvement s’intéressera de près à toute la colonne éducative du pays : écoles de garçons et de filles, instituts, universités, mais aussi hôpitaux et mosquées. Le même principe sera généralisé dans tous les pays où les Frères musulmans auront des adeptes et des relais selon une tactique d’occupation douce et de rayonnement concentrique, même en Europe, où ils échoueront cependant face à la pugnacité des autres prédicateurs. Son slogan se résume dans cette formule : « Dieu est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre Constitution, le Jihad notre voie, la mort pour Dieu notre désir le plus cher. » Ainsi que l’énonce le cinquième principe du credo de l’association, « Je crois que le musulman a le devoir de faire revivre l’islam par la renaissance de ses différents peuples, par le retour de sa législation propre, et que la bannière de l’islam doit couvrir le genre humain et que chaque musulman a pour mission d’éduquer le monde selon les principes de l’islam. Et je promets de combattre pour accomplir cette mission tant que je vivrai et de sacrifier pour cela tout ce que je possède » (in O. Carré et G. Michaud, Les Frères musulmans, p. 26).

Le succès de l’association des Frères musulmans est tel qu’elle peut se permettre d’envoyer une légion de volontaires lors de la guerre israélo- arabe de 1948 : cette démonstration de force militaire est perçue comme une menace pour le pouvoir du roi Farouk, qui la fait interdire le 8 décembre 1948 avant de faire assassiner Hassan al- Banna dans un guet- apens le 2 février 1949. Nasser s’appuie sur eux pour pousser Farouk vers la sortie en 1952 ; mais très vite, notamment pour s’allier les services de la grande mosquée Al- Azhar, il décide de combattre les Frères musulmans, dispersant une partie de leurs membres, en exilant d’autres et emprisonnant les éléments restants. L’association se radicalise alors, notamment sous la direction de Sayyid Qutb*, sans doute le plus infl uent théoricien du jihadisme mondial ; alors qu’elle renonce progressivement à la lutte armée à partir des années 1970, elle donne naissance à des mouvements plus extrémistes qu’elle, comme la Jama’a al-islamiyya, à qui l’on attribuera l’assassinat du président Sadate en 1981 (quoiqu’on ait également accusé les services du roi déchu, voire Moubarak, d’avoir été à la manœuvre).

Enfin, depuis les élections qui ont suivi le Printemps arabe en Tunisie et en Egypte, les Frères musulmans ou des organisations proches, comme le parti Ennahda, parviennent au pouvoir dans ces pays.

Le premier souci de Hassan al- Banna n’est pas de transformer l’islam en vue d’affronter les problèmes qui se dressent devant lui mais, dans la ligne de Rashid Rida*, de chercher dans l’islam des premiers califes des réponses théologiques à la crise existentielle que traverse alors tout le monde musulman.

Les Frères musulmans préconisent une fusion totale entre politique et religion : l’islam est pour eux tout à la fois une adoration, un commandement, un Coran et une épée, et nul ne saurait les démêler. Ils n’hésitent pas, le cas échéant, à jeter l’anathème sur des associations rivales, laïques ou étrangères, toujours suspectes à leurs yeux d’impiété et de collusion avec « les ennemis du véritable islam » qu’ils entendent seuls représenter.

On peut suivre la pensée d’Hassan al- Banna dans sa correspondance, mais aussi dans les nombreux travaux récapitulatifs qui lui ont été consacrés depuis sa mort. Son cheminement vers le radicalisme est bien décrit dans les écrits de son frère, Gamal al- Banna (né en 1920), lequel, tout en étant aux antipodes au plan doctrinal, parle régulièrement de son grand frère, dont il était très fier.

La Lettre des enseignements, éd. Chama, 2004 ; Textes originaux, éd. Tawhid, 2010.

CARRE et MICHAUD, 1983 ; LAMCHICHI, 1989 ; MITCHELL, 1956 ; RAMADAN, 1998 & 2008.

_______________________________________________________

 

Extrait de Changer l'Islam, Dictionnaire des réformateurs musulmans des origines à nos jours, aux éditions Albin Michel

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bara - 24/02/2013 - 13:39 - Signaler un abus Islamisme contre nationalisme arabe

    Au milieu du XXe siècle, les pays arabes sortaient de plusieurs siècles de domination ottomane. Parmi les intellectuels qui voulaient restaurer la "fierté arabe" certains se tournèrent vers le nationalisme laïque. Or, l'ancien dominateur ottoman reniait justement l'islam sous la conduite de Mustafa Kemal "Atatürk". Pour d'autres, l'islamisme constituait donc un autre moyen de créer une pensée arabe indépendante: ils s'opposèrent au nationalisme en fondant un autre suprémacisme, basé sur le fondamentalisme musulman. Hassan al-Banna, comme ses descendants Tarik et Hani Ramadan, sont de ces suprémacistes.

  • Par nikaye - 24/02/2013 - 18:12 - Signaler un abus Tintin au califat

    Al-Banna Hassan et Sayyid Qutb, tout deux nés la même année et le même mois, avaient une vision de l'occident complétement fausse, mélant les eternelles clichés de décadence, appat du gain, de manque de spiritualité ect..... les mêmes slogans que reprennent en coeur aujourd'hui, les hordes de barbus ignares au cours de leur soit disant révolutions. Sayyid Qutb, c'est un peu le J.P. sartre des islamistes; comme Sartre, il c'est trompé sur presque tout. Lui qui voyait la fin des U.S.A. et qui prédisait la monté en puissance de l'URSS, le futur ennemi à abattre. La dure réalité économique des pays arabes, leur feront vite oublier leur chimére d'ordre mondial islamique. Promet leur le paradis et ils en feront un enfer. Voilà leur futur.

  • Par Bestfriend - 24/02/2013 - 22:40 - Signaler un abus Tant pis pour les points Goodwin; mais c'est du BHL

    "Pire, on ne rappellera jamais assez que l’organisation dont un pâle apparatchik est donc en train d’accéder à la tête de la plus grande nation arabe est née, à la fin des années 20, comme une secte totalitaire, d’inspiration nazie et dont le fondateur, Hassan Al-Banna, ne perdait aucune occasion d’inscrire Adolf Hitler, à la suite de Saladin, d’Abou Bakr ou d’Abdelaziz Al-Saoud, dans la lignée des « réformateurs » dont « la patience, la fermeté, la sagesse et l’obstination » ont su guider l’humanité. Et loin, enfin, que ce « péché de jeunesse » ait été lavé avec le temps, il n’a cessé d’être réitéré, confirmé, théorisé – Youssef Al-Qaradawi, guide actuel des Frères et maître, au passage, d’un certain Tariq Ramadan, n’a-t-il pas, en janvier 2009, dans une intervention sur Al-Jazira repérée et diffusée par l’excellent Middle East Media Research Institute (MEMRI), présenté Adolf Hitler comme le dernier-né de ces « représentants d’Allah » venus régulièrement « punir » les « juifs » pour leur éminente « corruption » ? Bernard Henri Levy. Pourquoi Malek Chebel ne fait-il aucune allusion aux relations étroites entre le nazisme et les frères musulmans?

  • Par Bestfriend - 24/02/2013 - 22:45 - Signaler un abus Par rapport à mon dernier message.

    Je tiens à préciser que les islamistes ont été flattés par les nazis mais sont loin d'être les seuls. Tous les nationalistes ont été approchés, les independantistes bretons, irlandais, bosniaques, dont pas mal ont fini sur le front de l'Est, mais certains comme Bourghiba ou Mohamad V ont su les éconduire (respect pour ces grands hommes, musulmans mais aux valeurs bien plus proches des miennes que bien des politiciens français de l'époque).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Malek Chebel

Malek Chebel est anthropologue des religions et philosophe. Penseur d'un islam modéré et intégré dans la République, il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages sur la civilisation islamique, il a publié très récemment l'ouvrage Vivre Ensemble avec Christian Godin, qui renouvelle le genre du dialogue philosophique, édité chez les Editions First. Il est l'auteur de Changer l'islam : dictionnaire des réformateurs musulmans des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€