Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

French Tech : qui sont les Français qui réussissent dans la Silicon Valley et ce qu’ils peuvent nous apprendre

A l’occasion de sa visite officielle aux États-Unis, François Hollande rencontre aujourd'hui les entrepreneurs français installés dans la Silicon Valley. Une façon de découvrir la French Tech et ses acteurs.

François Hollande à San Francisco

Publié le
French Tech : qui sont les Français qui réussissent dans la Silicon Valley et ce qu’ils peuvent nous apprendre

Pierre Omidyar, fondateur de eBay. Crédit Reuters

Atlantico : François Hollande se rend aujourd'hui en Californie  à la rencontre des acteurs de la French Tech. 10 000 français sont partis s'installer aux Etats-Unis pour travailler dans la Silicon Valley. Quel est le grand projet porté par la French Tech en Californie ?

Juan Hernandez : Pour rappel, la mission French Tech a pour but de mobiliser toutes les forces vives du secteur français du numérique pour favoriser la croissance et le rayonnement des start-up françaises. De mon point de vue, et il n’engage que moi, le projet porté en Californie est triple : tout d’abord, établir des ponts entre la France et la Silicon Valley (où les ingénieurs français sont très prisés) pour soutenir et faciliter le développement des start-up françaises sur le marché américain, lequel est souvent un passage obligé pour des industries telles que celle du logiciel dès lors qu’on vise un développement mondial. Ensuite, il est pertinent pour Fleur Pellerin et la mission French Tech d’aller dans les grands lieux d’innovation et d’entrepreneuriat, tels que la Silicon Valley, comme elle l’a fait en se rendant en Israël fin 2013.

Il y a beaucoup à apprendre au contact des principaux acteurs de l’écosystème, que ce soit en matière de bonnes pratiques, de relations entre acteurs privés et publics, de rôle des maillons intermédiaires que sont les structures de financement ou d’accompagnement. Enfin, il me semble important de passer le message à tous les français sur place, et notamment aux entrepreneurs : « Vous français qui êtes loin de la France, vous êtes la French Tech vous aussi. Et la French Tech a besoin de vous ! »

Quels sont les secteurs dans lesquels on retrouve le plus de Français dans le Silicon Valley ? En quoi ces Français se démarquent-ils ?

On en retrouve beaucoup dans l’industrie logicielle, où les ingénieurs informatiques français jouissent d’une excellente réputation. Mais on les retrouve plus largement dans tous les secteurs industriels de la Valley, que ce soit dans l’électronique, l’aéronautique, le spatial, l’énergie, les "clean techs", notamment parce que l’informatique joue un rôle clé quel que soit ces secteurs de pointe. Outre leurs compétences techniques, les Français y sont appréciés pour leur capacité d’innovation, leur créativité et leur ouverture d’esprit, des qualités humaines qui sont sans doute le fruit d’une formation multidisciplinaire, héritage des Lumières.

Quel est le profil de ces entrepreneurs ? Quels sont les grands exemples de réussite ?

On retrouve beaucoup d’ingénieurs et de scientifiques. Parmi les grandes réussites, plusieurs noms me viennent spontanément à l’esprit : Philippe Kahn (Borland), Pierre Benhamou (il avait créé Bridge Communications, qui sera rachetée par 3Com et dont il deviendra le CEO) , Bernard Liautaud et Denis Payre (Business Object), le franco-iranien Pierre Omidyar (eBay), Jeff Clavier (SoftTech VC), Loïc Le Meur (conférences LeWeb) ou plus récemment Renaud Laplanche (Lending Club) et Jérôme Lecat (Scality).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jean-paul - 12/02/2014 - 08:53 - Signaler un abus ils veulent nous apprendre l'anglais

    .

  • Par Benvoyons - 12/02/2014 - 15:13 - Signaler un abus Ils seraient en France si notre dictature de la Fonction Public

    disparaissait. C'est pas aux USA que vous entendrez Mélanchon, Montebourg, et Caton Hollande critiquer les entrepreneurs et les riches. Alors en lisant Hernandez avec son: « Vous français qui êtes loin de la France, vous êtes la French Tech vous aussi. Et la French Tech a besoin de vous ! C'est sur cela est avec ça qu'ils vont revenir en France!! lol Il faut une révolution en France alors ce n'est pas le PS( marxiste)pourriture maximale ni le FN (Nationalisme = au marxisme)en fermant les frontières et en achetant que des produits Français car les autres produits seront taxés à 200% et avec son Franc, que la France va relever les défis mondiaux. Les jeunes Français partent et ils ont raison. ScooterManMarx veut les rencontrer et pense qu'il réussira avec ses blagues à deux balles, ses mensonges permanent et sa rhétorique de 1981 à les faire revenir en France. Ils vont lui dire va jouer avec tes Norev petit, tu n'es pas à la hauteur de la situation avec ton PS misérables et tes Fonctionnaires Marxistes.

  • Par LSD - 12/02/2014 - 15:34 - Signaler un abus lecon

    ca nous apprend que les usa sont un pays d innovation ,la France un pays de rentes

  • Par clubfootix - 12/02/2014 - 18:42 - Signaler un abus tout est relatif

    vous changez francais par indiens, chinnois ou allemands et vous avez exactement les memes articles qu'on nous ressort depuis quelques jours...... rien de factuels vient appuyer l'idee d'une spécificité francaise .... il n'y a pas moins de grandes reussites d'origines nationales diverses ..... enormements d'ingenieurs et de dirigants de toutes nationalite entre San Francisco et San Jose ....

  • Par LeditGaga - 12/02/2014 - 19:46 - Signaler un abus Un mien pote me demandait ce matin

    Un mien pote de la grande banlieue de Marseille, de l'autre côté de la Méditerranée, me demandait ce matin : "Si l'y con l'valet, comment y fait pour gagner sa croûte ?"... ah les obstacles de la langue !

  • Par jeanclap - 12/02/2014 - 21:15 - Signaler un abus Regardons la vraie valeur ajoutée et non le buzz

    La quasi totalité des startups qui ont réussi ou réussissent aux USA sont le fait d'ingénieurs (apple, Google, Facebook, Ebay, etc..). Criteo aussi .. Les startups françaises dont on parle en France sont le fait de gens de la comm ou du marketing ou du commerce qui ne comprennent rien à la technique et ne font qu'imiter des modèles américains. Exemple typique: Price Minister qu'apportent ces sociétés ? Rien.. Et prendre comme exemple de français qui "réussit" loic le meur est idiot .. vu qu'il est parti aux USA car plus personne ne voulait le financer en France, lui soi-disant si riche mais incapable de s'auto financer pour les copies qu'il fait ... Quand à porter aux nues les pratiques de la Silicon Valley, je vous invite à lire http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/feb/03/google-apple-silicon-valley-free-market-joke et ça http://pando.com/2014/01/23/the-techtopus-how-silicon-valleys-most-celebrated-ceos-conspired-to-drive-down-100000-tech-engineers-wages/ et cette excellente chronique de france culture: http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile-et-si-la-silicon-valley-rendait-hollande-de-gau

  • Par Qwantix - 13/02/2014 - 05:50 - Signaler un abus Spéciosité française

    Au dela du blabla de Juan Hernandez, la polarité française vers Silicon Valley est essentiellement due au nasisme (comme dans "nase") français, au ras le bol qu'ont les jeunes français de vivre dans un pays vétuste, bureaucratique, fiscalement abusif et qui refuse de changer, et dont les élites (Kim-il-Nul, Montebourg, Sapin, Moscovici, Valls, etc.) persuadées qu'elles détiennent la Vérité veulent les guider vers la lumière radieuse de lendemains qui chantent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Juan Hernandez

Actif dans l’Internet et les nouvelles technologies depuis 1994, Juan Hernandez participe à la création des activités Internet du groupe Lagardère (où sera lancée Club-Internet en 1995) avant de créer plusieurs sociétés dans les services informatiques aux TPE, l’édition en ligne et le conseil aux start-up. Il cofonde l’Accélérateur début 2012 avec Michel de Guilhermier et Jonathan Lascar, une structure unique en son genre, spécialisée dans l’accompagnement long terme de start-up avec un modèle économique de fonds d’investissement. Il est diplômé de Telecom Sud Paris.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€