Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Frappes sur la position stratégique de Lattaquié : l’attaque rebelle qui annonce un avenir plus sombre que prévu pour les Russes en Syrie

La ville de Lattaquié, en Syrie, a essuyé plusieurs frappes terroristes ce mardi 10 octobre. En fin d'après-midi, on comptait une vingtaine de morts et une soixantaine de blessés, mais le bilan s'est alourdi en soirée. La ville accueille la base aérienne de Mumayimim, occupée par les forces russes déployées par Vladimir Poutine pour épauler l'armée régulière syrienne.

Symbole

Publié le
Frappes sur la position stratégique de Lattaquié : l’attaque rebelle qui annonce un avenir plus sombre que prévu pour les Russes en Syrie

Atlantico : Une vingtaine de morts et une soixantaine de blessés sont à déplorer ce mardi 10 novembre, lors du pilonnage de Lattaquié en Syrie. La ville accueille une base militaire Russe, fraîchement engagée dans le conflit, notamment au travers de son aviation. Faut-il y voir des frappes de revanche ? Quelle est la place pour la symbolique, dans le cadre d’une attaque contre les Russes ?

Alain Rodier : Cette frappe ne visait pas la base aérienne de Mumayimim (située à une vingtaine de kilomètres au sud de la ville) où sont stationnées les forces aériennes russes depuis la fin septembre. Ce serait l'université de Tishreen située en plein centre ville qui aurait été atteinte par plusieurs obus faisant au moins 42 tués et plus de 100 blessés. Le nombre de victimes s'explique car les tirs ont eu lieu dans une zone densément peuplée. Plus que la base utilisée par les Russes, c'est le fief du régime qui est visé.

Il est important pour les rebelles de signifier au pouvoir qu'il est menacé partout, même dans son berceau côtier.

Par ricochet, les Russes sont bien sûr aussi ciblés plus sur le plan du moral surtout après l'attentat (non encore officiellement confirmé) survenu sur un de leurs avions de ligne au Sinaï. A noter que la base de Mumayimim est solidement défendue par des troupes au sol russes (dépendant de l'infanterie de Marine) qui peuvent délivrer des tirs de contre-batteries grâce aux pièces d'artillerie qui y ont été déployées sans parler de la riposte air-sol qui ne manquerait pas de se produire en cas d'incident.  

L’aviation russe soutient les troupes au sol de l’armée régulière dans la bataille pour Alep. Dans quelle mesure cet affrontement est-il déterminant pour comprendre les frappes qui ont eu lieu sur Lattaquié ce 10 novembre ?

Depuis le début des bombardements russes qui ont eu lieu à partir du 31 octobre, les forces loyalistes ont repris l'offensive sur plusieurs fronts. Le plus proche se trouve au nord-est de Lattaquié avec pour objectif final la localité de Jish Al-Shugour. Mais les forces rebelles sont bien retranchées sur les hauteurs et il sera très difficile de les déloger.

Un des plus importants fronts est la ville d'Alep située au nord-ouest de la Syrie. Les combats acharnés ont pris de l'ampleur à partir de la mi-octobre, les forces gouvernementales attaquant simultanément vers le nord-ouest, le sud-ouest et l'est de la ville. Le 10 novembre, elles ont effectué la jonction avec la garnison de la base aérienne de Kweires située à l'est de la ville. Forte d'environ 300 combattants, elle était assiégée depuis 2013. Globalement, la bataille d'Alep est très coûteuse en vies humaines puisqu'en trois semaines, les "conseillers iraniens" emmenés par le major général Qassem Suleimani, le chef de la force Al-Qods des pasdarans présent en personne sur place, ont perdu 42 hommes dont plusieurs officiers généraux. Rien que l'opération ayant permis de dégager Kweires aurait officiellement coûté la vie à 57 militaires et miliciens syriens sans compter une bonne centaine de blessés.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gordion - 11/11/2015 - 14:40 - Signaler un abus Forces russes au sol

    On peut douter que Poutine franchisse le pas. La réaction des US (aide accrue aux Kurdes, aux sunnites "modérés"), et de la coalition Turquie-Arabie-Qatar devrait l'en dissuader. Sans compter sur un renforcement des sanctions UE/US. Enfin, il ne peut prendre le risque de voir sa popularité interne se ternir si des centaines de soldats russes se font tuer.

  • Par von straffenberg - 11/11/2015 - 15:45 - Signaler un abus Il est trop tôt

    Je ne suis pas expert militaire mais l'engagement militaire russe est récent , et spéculer la dessus est prématuré . , Tout ceci ne vas pas se régler en quelques jours . J e pense qu'il faudra engager des hélicoptères de combat , et bénéficier d'un bon renseignement sur le terrain .

  • Par joke ka - 11/11/2015 - 16:38 - Signaler un abus "depuis l'arrivée des Russes,

    "depuis l'arrivée des Russes, les forces insurgées ont reçu de nombreux missiles anti-chars d'origine américaine -vraisemblablement fournis par l'Arabie saoudite" n'y a t il pas un danger que cette guerre dégénère en une déflagration mondiale, il suffirait d'une erreur ou d'une bavure !!!

  • Par Ganesha - 11/11/2015 - 17:31 - Signaler un abus Erreurs

    "les forces insurgées ont reçu de nombreux missiles anti-chars d'origine américaine''. Les américains sont vraiment des salopards et des crétins : toutes les erreurs qu'ils ont commises depuis 1945 ne leur ont vraiment rien appris ? En fait, je ne crois pas qu'ils ont vraiment livré directement ces missiles : ne les avaient-ils pas plutôt confiés à l'armée régulière irakienne chiite, qui s'est débandée sans combattre ? Ils ont ont simplement, comme d'habitude, ''misé sur les loosers''...

  • Par Liberte5 - 11/11/2015 - 22:25 - Signaler un abus Qui peut arrêter les islamistes?

    A lire cet article on a le moral à zéro, car A. Rodier constate les difficultés des Russes , la duplicité de B. Obama et l'inefficacité des Français. Tout cela est vrai, mais que propose-t-il pour arrêter cette peste verte qu'est l'islamisme? Rien. En attendant par millions, syriens, irakiens,migrants de toutes origines arrivent en Europe, et avec eux des islamistes. Le problème se règlera en Europe car les Européens ne vont pas se laisser envahir sans réagir. La guerre aura lieu en Europe. Que A. Rodier propose une stratégie pour gagner cette bataille que nous allons devoir livrer.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur en 2015 de "Grand angle sur les mafias" et de " Grand angle sur le terrorisme" aux éditions UPPR (uniquement en version électronique), en 2013 "le crime organisé du Canada à la Terre de feu", en 2012 "les triades, la menace occultée", ces deux ouvrages parus aux éditions du Rocher, en 2007 de "Iran : la prochaine guerre ?" et en 2006 de "Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme" aux éditions ellipse, Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier "la face cachée des révolutions arabes" est paru chez ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€