Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

François Kalfon : "Emmanuel Macron prétendait augmenter le champ des possibles pour les Français : élu, il les précarise tout en confortant ses amis milliardaires"

Pour François Kalfon, membre de la direction collégiale du Parti socialiste, l'habilité d'Emmanuel Macron a été de faire quoi au "ni droite, ni gauche", bien qu'il incarne "profondément une politique de droite" inspirée des cénacles qui ont pris le pouvoir en France depuis de longues années : les promotions de l'ENA et les conseils d'administration du CAC40.

Grand entretien

Publié le
François Kalfon : "Emmanuel Macron prétendait augmenter le champ des possibles pour les Français : élu, il les précarise tout en confortant ses amis milliardaires"

Atlantico : Vous qualifiez le quinquennat d’Emmanuel Macron de quinquennat de l’injustice mais comment expliquez-vous qu’aucune force d’opposition -ni politique ni syndicale- ne parvienne vraiment à capitaliser sur la thématique du président des riches que l’on constate pourtant clairement dans les sondages ? Et si les Français avaient en fait envie d’assumer une part de relative injustice sociale car après avoir enregistré l’échec des quinquennats précédents, ils se résignaient à attendre de voir si l’action de ce gouvernement ne sera pas finalement utile à terme ?

D’autant que ni le CICE d’inspiration social-libérale ni la taxe à 75% d’inspiration égalitaire n’ont vraiment fait la preuve d’une très grande efficacité après 5 ans de François Hollande ?

François Kalfon : C'est beaucoup trop tôt, si peu de temps s’est passé après le Big Bang qu'a connu notre système politique, pour qu’il y ait une cristallisation conduisant à une alternative à Emmanuel Macron. En effet, notre champ politique est explosé. La droite ne s'en remet pas d'avoir perdu le candidat Fillon. Elle s'en remet encore moins de la véritable OPA qu'Emmanuel Macron a effectué sur son camp. L'extrême-droite n'en finit pas de payer ses contradictions entre deux lignes, l'une nationale-gaulliste incarnée par Florian Philippot et l'autre catholique traditionaliste et libérale incarnée par Marion Maréchal-Le Pen ; Sans compter les répliques interminables du "séisme" du débat raté de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron sur fond de position intenable sur l’euro. Quant à la gauche socialiste, elle est en convalescence, en mal à la fois de ligne – le bilan du quinquennat Hollande n'ayant pas été établi – et d'incarnation car les nouvelles têtes tardent à émerger tandis que les Français ont disqualifié les anciennes équipes.

Emmanuel Macron, avec l'habilité qu'il faut bien lui reconnaître, installe son magistère dans un duopole avec Jean-Luc Mélenchon dont les médias sont friands, mais qui n'est pas efficace en termes de recomposition politique et de perspectives offertes aux français. En outre, les effets dévastateurs de la politique d'Emmanuel Macron marqués du sceau de l'injustice ne sont pas encore suffisamment connus du grand public. Ainsi, Emmanuel Macron a pu se qualifier au second tour de la présidentielle grâce au soutien massif des cadres qui constituent son principal socle électoral. Or ils n'ont pas encore pris conscience de faire partie des principaux perdants de ses choix fiscaux. À ce niveau là, c’est une tromperie caractérisée ! Sait-on bien qu’en réalité M. Macron n'est pas le président Jupiter mais bien le président des milliardaires ? Les seuls véritables bénéficiaires de sa politique fiscale sont les super-riches. C’est trois milliards et demi qui seront redistribués essentiellement aux dix milles contribuables les plus riches et ceci en faisant les poches des bénéficiaires des APL ou des français modestes qui roulent au diesel pour aller travailler sans pouvoir changer de voiture. C’est-à-dire bien plus que le bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy qui avait coûté 800 millions d'euros aux Français. Sait-on en outre qu'avec la Flat Tax, si chaque retraité sera imposé à pot plein au-delà de 1251 euros, les super-riches, toujours eux, ne payeront pas cette augmentation de CSG ? C'est donc un bouclier fiscal XXL pour les plus grandes fortunes françaises qu'a créé le Président. Les grands patrons peuvent dire : Merci Macron !

Enfin, en ce qui concerne les retraités, on prétend du côté du pouvoir que l'augmentation de la CSG sera entièrement compensée par la baisse de la taxe d'habitation mais en réalité, le gouvernement s'est contenté de renvoyer la patate chaude aux collectivités locales, qui devront sensiblement augmenter les autres impôts et notamment la taxe foncière qu'une majorité de retraités payeront plein pot car c'est dans cette catégorie-là qu'on trouve le plus de propriétaires. Si vous ajoutez les effets dévastateurs de la baisse des APL, des attaques en règle contre les HLM, de la suppression des contrats aidés, de la désorganisation de notre droit du travail qui va rendre plus précaire les salariés de ce pays et les conséquences d’une politique fiscale qui ne profite en réalité qu'aux super-riches, vous avez là un cocktail explosif qui ne manquera pas de susciter des réactions de rejet à la fois sur le fond de cette politique qui tourne le dos au principe de justice et sur la forme avec un style d'un Président qui a décidément un problème avec le monde populaire : Il n'en finit pas d'insulter les Français, en particulier à l'extérieur du territoire national, ce qui est du jamais vu sous la Ve République.

Selon la plupart des économistes, rien ne prouve que l’argent des riches libéré par la suppression de l’ISF sur le patrimoine financier ou mobilier sera effectivement réinjecté à 100% dans l’économie française mais pris dans l’autre sens, il a souvent été établi qu’une fiscalité trop lourde, trop complexe et peut-être pire encore très instable avait un impact négatif incontesté sur la croissance. Ne serait-il pas temps de faire un Big Bang sur la fiscalité française ? Si le double choc de matraquage fiscal des quinquennats Sarkozy et Hollande n’a pas permis à la France de retrouver le chemin d’une croissance forte, ne peut on pas se poser la question de l’efficacité d’une dépense publique aussi lourde ?

Il est évident que notre impôt est à la fois instable et beaucoup trop mité. Personne n'y comprend plus rien. Or le principe de base d'un bon impôt est qu'il soit une contribution acceptée et comprise par tous, participant du sentiment que celle-ci est équitable. Or Emmanuel Macron n’a cessé d'aggraver l'inégalité fiscale notamment dans cette loi Finance.

Ce qu'il conviendrait de faire, c'est sans doute de recouvrer une contribution à la fois bien plus universelle, plus lisible et plus juste ; c'est l'idée d'une CSG progressive que nous appelons de nos vœux. Cette nouvelle contribution, issue de la fusion avec l’impôt sur le revenu avec l’actuelle CSG constituerait le socle de notre imposition. Elle permettrait que chacun contribue à proportion de ses capacités financières. Plus simple, elle serait mieux acceptée ; plus universelle, elle pourrait rapporter davantage.

Le deuxième axe pour d’une fiscalité socialement soutenable, est celui consistant à recouvrer le juste équilibre, déconstruit depuis trop longtemps, entre la fiscalité des ménages et celle des entreprises. Ce n'est quand même pas aux salariés de payer ad vitam aeternam les gains de compétitivité par des allégements sociaux et fiscaux des entreprises et ceci sans aucune compensation !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 22/10/2017 - 11:18 - Signaler un abus Vous feriez mieux de laisser s'exprimer les FN...

    plutôt que ces éléphants du gauchisme archaïque, proches du cimetière où les pousse cet article, irrémédiablement...malgré tous vos efforts pour faire revivre des cadavres melenchoniens ou socialistes, c'est le Front National qui incarne la modernité politique de la France...évoluez!

  • Par Deneziere - 22/10/2017 - 15:15 - Signaler un abus Kalfon contemple le champ de ruines de SA politique

    Le contrat social n’existe plus et c’est le PS qui l’a achevé. Faire croire qu’on peut aider les pauvres en tapant sur les riches... qu’on peut aider les salariés en tapant sur les entreprises... Parler de justice en concentrant l’IR sur une minorité de contribuables... Dresser les minorités sociétales contre la majorité par des positions victimaires électoralistes... Diaboliser le FN et mépriser ses électeurs... et dresser au final les Arabo-musulmans contre les Français de souche. Beau boulot les socialos. Et on va dire que le libéralisme c’est la guerre de tous contre tous....

  • Par Stargate53 - 22/10/2017 - 15:54 - Signaler un abus vous n'êtes plus crédibles les PS !

    Du moins ce qu'il en reste et ce n'est pas brillant au niveau intellectuel tellement vous être conditionnés par une vision du passé ! Cela a provoqué votre échec et vous persévérez bravo pour votre aveuglement. Les français ne sont pas dupes et vous aurez du mal à redresser votre score car vous avez perdu toute crédibilité en vous embourgeoisant pendant de nombreuses années. Les petites gens vous ont quitté pour le FN, les classes moyennes pour E Macron et ceux de droite sont en attente de renaissance de leur parti (centre ou droite gouvernementale) Vous pouvez toujours critiquer mais vos propos tombent à plat car vous ne les avez pas mis en oeuvre quand vous aviez le pouvoir alors pourquoi vous croire aujourd'hui. Quand à E Macron, son bilan déterminera la suite de son parcours. Trop tôt pour se prononcer mais cela fait grincer les dents sur les premières mesures car elles ne paraissent pas équilibrées au niveau équité pour le plus grand nombre.

  • Par Yves3531 - 22/10/2017 - 16:12 - Signaler un abus Très inquiétant ...

    de voir ces sornettes mortifères continuer à circuler chez des politiques. Comment voulez vous que la confiance dans l’avenir de ce pays revienne quand on sait que des zozos avec des idées qui ont déjà fait la preuve de leurs nuisances peuvent revenir aux manettes ... ça donne froid dans le dos - nos jeunes qui sont partis construire leur avenir ailleurs, ne sont pas prêts de revenir ...!!!

  • Par ISABLEUE - 23/10/2017 - 13:51 - Signaler un abus les français (peu) ont élu le pur produit marketing fabriqué

    qu'est Macron. On attend maintenant 2022 pour voter autre chose. Mais le PS c'est fini, mort et enterré. Le PS aux manettes, on a vu le résultat !!!! c'est terminé, il ne fait pas rêver Mr Kalfon !!! Parce qu'à part faire peu aux français avec le FN vous avez fait quoi ?????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Kalfon

Francois KALFON est conseiller régional d'Ile-de-France et membre de la direction collégiale du PS

Il a publié avec Laurent Baumel un Plaidoyer pour une gauche populaire : La gauche face à ses électeurs, Editions Le Bord de l'eau (novembre 2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€