Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

François Hollande veut faciliter l’accès à la propriété : les nombreux pièges d’un serpent de mer politique

Le 29 octobre, lors de son déplacement à Nancy, François Hollande a proposé d'élargir les conditions d'accès au prêt à taux 0, pour les candidats à l'achat d'un bien immobilier. Une mesure cosmétique au regard du nombre de bénéficiaires, alors que 3.5 millions de personnes souffrent du mal logement en France.

Fausse bonne idée

Publié le - Mis à jour le 6 Novembre 2015
François Hollande veut faciliter l’accès à la propriété : les nombreux pièges d’un serpent de mer politique

Atlantico : Un élargissement des conditions d'accès au prêt à taux zéro est-il adapté à la problématique du logement en France ?

Jean-Yves Archer : D'évidence, le logement est un élément vital de la vie en société. Il correspond à un besoin "primaire" comme disent les économistes en le situant quasiment au même rang que l'alimentation. Or que constate-t-on ? En France, en 2015, il y a près de 3,5 millions de personnes qui souffrent du mal-logement. Selon les estimations, le déficit de logements concerne plus de deux millions d'unités ce qui est considérable pour un pays qui construit, bon an mal an, un peu plus de 400.000 logements.

Il faut savoir que 65 000 Prêts à Taux Zéro (PTZ) "formule actuelle" ont été signés en 2015 ce qui n'est pas rien mais ce qui demeure de faible impact en comparaison avec les plus de 2 millions de logements qui manquent au marché. Nous sommes en face d'une mesure sociale respectable quoique coûteuse et très ponctuelle pour ne pas dire limitée.

Face à l'ampleur de ce flux qui matérialise la course entre l'offre et les frustrations de la demande, le Président Hollande a effectivement annoncé une refonte du prêt à taux zéro qui a été instauré par Pierre-André Périssol en 1995.

Sous réserve de confirmations juridiques à venir, le dispositif subirait donc plusieurs modifications.

Dans sa configuration initiale, le prêt à taux zéro est octroyé par les banques et se trouve réservé aux primo-accédants dans le but de l'acquisition de la résidence principale. Dépourvu d'intérêt (d'où son nom), les remboursements du capital s'effectuent selon des durées diverses, liées aux tranches de revenus des emprunteurs. En cas de revenus modestes, le prêt peut avoir pour période une durée de 21 ans.

Pour François Hollande, quatre changements d'envergure doivent être engagés. Tout d'abord, le nouveau prêt à taux zéro (NPTZ) pourra désormais concerner l'acquisition d'un logement ancien sous réserve d'y faire effectuer des travaux de rénovation à hauteur de 25% du prix d'achat. Cette annonce n'est pas une véritable nouveauté puisque cette innovation remonte à Septembre 2014 : elle était alors limitée à 6 000 puis à 30 000 communes rurales. Dans l'avenir, le NPTZ serait étendu à la quasi-totalité du pays.

Puis, le NPTZ verra l'ensemble de ses attributaires bénéficier du différé de remboursement de 5 ans alors que celui-ci ne visait jusqu'à présent que les emprunteurs dotés des revenus les plus modestes.

Troisièmement, le seuil des montants prêtés est remonté et devrait aller jusqu'à 40% du prix d'achat contre un peu plus de 20% actuellement. Ce changement non négligeable va induire une dépense publique additionnelle dont il est intéressant de noter qu'elle n'impactera que les comptes publics en 2017 dans la mesure où l'Etat s'est toujours engagé à compenser le manque à gagner des établissements bancaires avec un an de décalage. Habileté, vous avez dit habileté ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jurgio - 01/11/2015 - 12:05 - Signaler un abus Hollande rebâtit le château de sable qu'il avait écroulé

    Finalement, Sarkozy aura pour ainsi dire fait deux quinquennats ! Crétineries hollandesques exceptées.

  • Par vangog - 01/11/2015 - 13:57 - Signaler un abus Ça ne fonctionne pas, alors on double les aides!

    C'est marrant, comme ce politicien du passé s'enferre avec délectation morbide dans ses erreurs! plutot que se demander ce qui, dans sa politique a plombé le secteur de la construction et empêche les banquiers de prêter aux classes moyennes, cet obscur politicard double ce qui ne fonctionne pas, pensant, peut-être, que deux fois zéro feront dix ou douze, dans le nouveau paradis socialiste...

  • Par essentimo - 02/11/2015 - 07:05 - Signaler un abus Ainsi

    les jeune seront un peu plus endettés ('dans une période de chômage) et encore moins mobiles !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€