Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

François Hollande reprend en main la nomination du président de France Télévisions

EXCLUSIF - A moins de trois ans des prochaines élections présidentielles, l’Élysée refait irruption dans le processus de désignation du patron des chaînes publiques en ignorant le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et en dessinant sa propre feuille de route pour France Télévisions.

Info Atlantico

Publié le
Info Atlantico
François Hollande reprend en main la nomination du président de France Télévisions

François Hollande reprend en main la nomination du président de France Télévisions. Crédit Reuters

Il y a un mois, un petite phrase de François Hollande dans son discours de clôture d’un séminaire de travail du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel était passée plutôt inaperçue. Dans une longue allocution consacrée aux enjeux économiques de l’audiovisuel, le chef de l’Etat évoquait les conditions dans lesquelles le nouveau patron de France Télévisions sera nommé par le CSA au premier semestre de l’année prochaine. "Avant, l’Etat aura à exprimer sa vision stratégique, ses objectifs fondamentaux" annonçait François Hollande.

Dans la foulée, une décision de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin (qui à défaut d’avoir lu Patrick Modiano semble ne pas avoir tout oublié de Nicolas Machiavel) enfonce le clou : celle de faire tracer une feuille de route pour France Télévisions pour la période 2015-2020. C’est à un énarque passé par la cour des comptes, Marc Schwarz, ancien directeur financier du groupe audiovisuel public à l’époque de la présidence de Marc Tessier, qu’a été confiée la tâche de cogiter sur l’avenir de France Télévisions. Ce rapport doit être rendu au gouvernement au début de l’année 2015, exactement au moment où le CSA lancera la procédure de nomination du nouveau président de France Télévisions et prend donc l’allure de future lettre de mission pour celui ou celle qui prendra la tête de l’audiovisuel public.

A quelques semaines du coup d’envoi de la course à cette présidence, la liste des candidats potentiels se précise. L’actuel tenant du poste, Thierry Pflimlin, se verrait bien refaire un nouveau mandat. Sans grande surprise non plus, le sempiternel candidat putatif Emmanuel Hoog, patron de l’AFP, semble également se préparer à prendre le départ, tout comme la présidente de France Médias Monde (l’ex Audiovisuel Extérieur de la France) Marie-Christine Saragosse. Moins évoqués, les noms du jeune patron de la FNAC, Alexandre Bompart, passé par Canal + et surtout Europe 1, ou de Christopher Baldelli, président de RTL et ancien de M6, circulent également comme ceux de possibles prétendants.

Pour l’instant, ce n’est pas encore tel ou tel nom qui fait jaser dans le Landernau audiovisuel, mais surtout l’intrusion dans le processus de désignation de François Hollande qui étudie de son côté sa propre liste de candidats, selon plusieurs de ses conseillers. Parmi les plus farouches opposants à cette tentative de mainmise de l’Elysée, le président du CSA, Olivier Schrameck est lui décrit par ses collaborateurs comme tout particulièrement agacé.

Pourtant, François Hollande ne s’était pas privé lorsqu’il était dans l’opposition de critiquer la décision de Nicolas Sarkozy de confier directement au président de la République le soin de nommer le patron de France Télévisions. Mais les raisons de tourner casaque ne manquent pas au chef de l’Etat. L’inimité de François Hollande pour le patron du CSA date de l’époque où, premier secrétaire du PS, il se heurtait régulièrement à Olivier Schrameck, alors directeur de cabinet de Lionel Jospin à Matignon. Le calcul, simple mais souvent oublié, que les membres du CSA restent aujourd’hui majoritairement étiquetés "à droite" (six des neuf membres du collège ont été nommés par Gérard Larcher ou par Bernard Accoyer au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy) n’est peut-être pas étranger non plus à la stratégie de l’Elysée. Enfin et surtout, il n’échappe à personne que le patron de France Télévisions désigné en avril prochain sera celui qui tiendra les rênes des chaines publiques en 2017, lors de la prochaine campagne présidentielle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Yves3531 - 04/11/2014 - 13:33 - Signaler un abus Au moins ce sera clair ...

    France Télévision étant un repère de gauchos camouflés derrière le paravent de la notion de service public utile à justifier tous les excès des corporatismes qui plombent mortellement notre pays, une nomination d'un copain coquin du petit méchant mou dévoilera un peu plus les grosses ficelles de la manipulation de ces pseudos journalistes propagandistes manipulateurs zélés d'un système qu'ils contribuent à pourrir...

  • Par jmpbea - 04/11/2014 - 13:52 - Signaler un abus Encore un mensonge de plus

    Moi président.....pauvre citrouille!

  • Par gerint - 04/11/2014 - 14:14 - Signaler un abus Encore un reniement hollandais

    ce type est une pourriture totale

  • Par boulegan - 04/11/2014 - 15:00 - Signaler un abus Moi président de la République,...

    ..... je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes MENTEUR !

  • Par boulegan - 04/11/2014 - 15:04 - Signaler un abus France Télévision..

    la seule entreprise privée subventionnée à 100% par l'impôt public ...même la Corée du nord n'aurait pas osé !

  • Par Anguerrand - 04/11/2014 - 15:43 - Signaler un abus À Bilou3531

    Tout à fait ok avec vous, Eric Brunet travaillait à F3 et cachait sa préférence de droite, et il raconte que quand ses collègues l'ont appris se fut le cataclysme pour lui, plus personne ne lui adressait la parole et les représentants syndicaux, CGT en premier en sont venus à des menaces et représailles. Il dût quitter F3. 100% des futurs journalistes de l'école de journalisme de Lille reconnaît sans vergogne être de gauche. Ils finirons à France télévisions ou l'obs, ou Libé..., l'info actuelle est totalement biaisée et le malheur c'est que la majorité des citoyens se font une idée sur la base des infos du 20 heures. Pour Éric Brunet, il fait maintenant une belle carrière à RMC et Valeurs Actuelles et est d'une intelligence rare. France TV est un repaire de gauchos, qui ne foutent rien, 2 fois plus de personnel qu'à laBBC pour une TV médiocre, mais savent sabler régulièrement le champagne a notre santé et à nos frais. Des économies en voilà Mr Hollande!

  • Par Texas - 04/11/2014 - 17:50 - Signaler un abus L' avantage de...

    ...FoxNews aus Etats-Unis , c' est que la chaîne a pris ouvertement le parti de plaider la cause des Républicains face aux Mainstream Media ( ABC , NBC , CNN et consorts ) qui sont plutôt Démocrates . Nous voici donc quasiment verrouillés tous azimuts entre les Pulvar , Neumann , Elkrief , Barbier ..etc , et les chaines publiques dont chacun aura pu mesurer l' objectivité . Il revient donc à la Droite la plus stupide du monde de remédier à ce vide qu' elle n' a jamais su remplir .

  • Par langue de pivert - 04/11/2014 - 19:14 - Signaler un abus Moi président j'eeuuu...VOUS AI BIEN EU ! ☺

    Il enfonce une porte ouverte : ce service public est déjà maqué par la gauche ! Pas besoin de leur tordre le bras (idem pour les les juges rose), ces journalistes ripoux font ça pour le plaisir ! Si Hollande veut en plus une direction vraiment à sa botte c'est qu'il doit avoir des projets d'enfumage à grande échelle ! Le salopard de l’Élysée est, une fois de plus pris en flag de mensonge !

  • Par Vincennes - 05/11/2014 - 00:11 - Signaler un abus QUEL MAGOUILLEUR....... Michel ONFRAY dit même "machiavélique"

    Pendant qu'il y est, pourquoi ne se nomme t'il pas Président de France TV ? car, ça changerait pas grand chose d'entendre tous les Journalistes + les amuseurs comme Ruquier/Sébastien tous, en effet, "maquées" à gauche mais contents d'être payés royalement, grâce à la redevance de TOUS les français........qui ne bronchent pas!!! alors, pourquoi se gêner ??

  • Par Vincennes - 05/11/2014 - 00:17 - Signaler un abus Même avec 0% dans les sondages.....il s'en fout....il restera

    scotché sur son trône!!! Quand je l'ai vu se dandiner au concert, j'ai eu honte pour lui. Il n'a aucune dignité car tout va mal et lui se trémousse à un concert. Il se fout de nous, comme d'une guigne....il voulait la place et, aidé des médias, il l'a eut. Merci à ceux qui ont voté pour cet homme qui ne mérite aucun respect

  • Par vangog - 05/11/2014 - 00:28 - Signaler un abus Le FN, premier parti de France, rassemblerait 30% des suffrages

    des Français (à mi-mandat de Flamby, seulement...) selon le sondage de l'IFOP...il serait naturel que 3 ou 4 des neuf membres du CSA soient des patriotes...si nous vivions dans une vraie démocratie moderne, non? Et nous aurions la chance d'avoir, enfin, un service public de qualité et non communautariste...on peut rêver, dorénavant!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Guyot

Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€