Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Syrie : les Russes et les Chinois maintiennent leur veto à toute intervention occidentale

L'engrenage de la violence s'accentue en Syrie à la suite du massacre de Houla. Ce mardi, le président français François Hollande a ouvert la porte à une possible intervention militaire en Syrie. Mais la morale politique paraît bien insuffisante pour résoudre cette crise internationale.

parole parole et encore des paroles

Publié le

Pour François Hollande, « une intervention militaire en Syrie n’est pas exclue à condition qu’elle se fasse dans le respect du droit international ». S’agit-il d’une réponse de Normand ou de la poursuite du mimétisme miterrandien ? François Mitterrand avait contribué à libérer le Koweït de Saddam Hussein en 1991, le nouveau président François voudrait-il lui aussi entrer dans l’Histoire en débarrassant la Syrie de Bashar el Assad ? Un dictateur qui a eu l’audace de lui adresser une mise en garde, dès le lendemain de son investiture, lors d’un entretien à la chaîne russe Rossia 24 : « l’intérêt de la France ne réside pas dans de nouvelles incitations au chaos et à la crise au Proche-Orient et dans le monde arabe»

Il ne faut pas se leurrer, derrière l’humanitaire et la promotion de la démocratie se cache une politique de puissance traditionnelle, dans la droite ligne des interventions en Afghanistan et en Irak, avec les brillants résultats que nous connaissons.

Outre que le coût exorbitant en termes humains et financiers de l’intervention en Irak, la chute de Saddam Hussein a abouti au basculement de l’Irak dans le camp iranien. Quant à l’Afghanistan, l’Alliance Atlantique se prépare à la rendre aux Taliban après les avoir combattu pendant plus d’une décennie. Ces deux exemples devraient nous rappeler que la démocratie ne s’installe pas naturellement au Moyen-Orient, après le départ d’un tyran, qui plus est lorsqu’elle est imposée par des libérateurs armés venus de l’étranger.

Plus prosaïquement, il semble que notre nouveau président de la République soit obligé de reprendre à son compte la politique d’Alain Juppé à l’égard de la Syrie, en exerçant une certaine surenchère verbale, pour ne pas être accusé de mollesse sur le plan international. L’expulsion de l’ambassadrice de Syrie, en concertation avec les autres dirigeants européens, apparaît comme un signal fort aux yeux de l’opinion publique, et le discours va-en-guerre est salué par les ténors socialistes, mais en même temps, François Hollande énumère dans son discours les raisons de la non intervention militaire en Syrie : le respect du droit international, une armée syrienne puissante et une opposition divisée. Au final, il propose comme mesure concrète une réunion des « Amis de la Syrie » début juillet à Paris. Il est certain que cette annonce fracassante fait trembler Bachar el Assad et que Vladimir Poutine sera dans ses petits souliers vendredi prochain lors de sa rencontre avec François Hollande.

La Russie n’a aucune intention de changer de position sur le dossier syrien. Elle veut retrouver son rang de puissance mondiale, or le Moyen-Orient est la région où toute grande puissance se doit d’être présente, pour disputer aux Etats-Unis leur hégémonie sur les principales ressources pétrolières de la planète, dont la France bénéficie quelque peu grâce à l’Alliance Atlantique. La Chine, forte de sa puissance économique, est bien décidée, désormais, à contester la puissance américaine dans le Golfe arabo-persique et sur d’autres terrains stratégiques dans le monde. La convergence de vue, entre la Chine et la Russie sur la Syrie, constitue un parfait exemple de la nouvelle alliance sino-russe face aux Etats-Unis et plus globalement l’Alliance Atlantique. La France et l’Union européenne endettée ont-elles les moyens de s’opposer fermement à deux des plus grands excédents commerciaux de la planète ? Vladimir Poutine risque de le rappeler à François Hollande qui a fait de la croissance la priorité de son quinquennat.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par walküre - 31/05/2012 - 18:00 - Signaler un abus Imaginez

    Les troupes de l'Onu défilant sur les champs Elysées... La Syrie se débrouillera sans nous. D'ailleurs l'argent ne va pas tarder à manquer aux dépensiers de Matignon.

  • Par Diego - 31/05/2012 - 18:26 - Signaler un abus Article intéressant

    Article intéressant qui reconnait loin de la pensée unique et de la propagande politico journalistique, l'implication des islamistes dans le chaos syrien. Dans l'émission Kiosque, sur TV 5 Monde, une journaliste turque parlait de djihadistes libyens entrant combattre en Syrie par la Turquie. Je ne supporte plus cette bienpensance , dégoulinante de nos journaleux et de nos politiques.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Fabrice Balanche

Fabrice Balanche est maître de conférences à l’Université Lyon 2 et directeur du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient  à la Maison de l’Orient.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€