Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hausse catastrophique du nombre de chômeurs : François Hollande, ce va-t-en-guerre qui néglige trop le rôle de l’intendance

Le Président s'est concentré sur la formation de la coalition internationale conte l'Etat islamique, quitte à en oublier la problématique du chômage en France. Et les chiffres catastrophiques du mois d'octobre viennent de lui rappeler la dure réalité.

Editorial

Publié le
Hausse catastrophique du nombre de chômeurs : François Hollande, ce va-t-en-guerre qui néglige trop le rôle de l’intendance

François Hollande en visite diplomatique avec Vladimir Poutine.  Crédit Reuters

Il y a du Dr Jekyll et Mr Hyde chez François Hollande. L’homme a un double visage. Il arbore aujourd’hui la tenue du chef de guerre, qui réussit le véritable tour de force de s’entretenir individuellement dans la même semaine avec les principaux responsables politiques de la planète avant d’organiser à Paris le plus grand rassemblement de dirigeants du monde au nom de la lutte contre le réchauffement climatique. Dans le conflit contre l'Etat islamique, il donne l’impression d’avoir brisé l’armure. Ses initiatives laissent aujourd’hui ses adversaires médusés, tandis que ses partisans s’associent à la manifestation patriotique en faveur des victimes des attentats récents en portant bien haut le drapeau tricolore que nombre d’entre eux vilipendaient pourtant il y a quelques mois encore.

Tant d’audace continue de surprendre, mais la brutale remontée du chômage vient mettre en lumière l’autre aspect du personnage, celui du Président qui a l‘habitude de briller par ses indécisions et son incapacité à prendre des décisions franches. A l’image d’un chef de guerre qui se tirerait une balle dans le pied, faute d’avoir pris les mesures suffisantes pour terrasser son adversaire. Emporté par le vertige de son offensive diplomatique et le soutien universel apporté à notre pays à la suite des attentats du 13 novembre, François Hollande en venait à oublier le lancinant problème du chômage, comme s’il avait décidé une fois pour toutes d’appliquer maladroitement le précepte gaullien selon lequel l’intendance suivrait.Il est cruellement rattrapé par les réalités.  

Avec 42 000 sans emplois supplémentaires, la France approche de la barre des quatre millions de chômeurs qui pourrait trouver une sanction sévère dans les élections régionales qui se dérouleront dans quelques jours. Car l’opinion ne pourra éternellement accepter les contradictions d’une politique où l’on témoigne d’un courage sur les fronts extérieurs, en envoyant les militaires en Afrique, le porte-avion Charles de Gaulle frapper les terroristes au cœur, tandis que parallèlement on se montre incapable de résoudre le problème qui touche le plus à cœur les Français.

La voie à suivre est pourtant bien connue : c’est un domaine où il n’est nullement besoin de se singulariser, de vouloir suivre une voie originale : il suffit - pour une fois - de s’inspirer de ce qui a été tenté et souvent réussi par nos partenaires, qui sont aussi, ne l’oublions pas, nos concurrents. Il conviendrait d’agir dans trois directions : la réforme du droit du travail, dont la rigidité est un frein à l’embauche, la simplification des règles administratives, alors qu’on continue de multiplier des lois qui se révèlent inapplicables en raison de leur complexité. Enfin, il faudrait revenir sur la taxation du capital, portée depuis deux ans à 62%, soit presque le double de la plupart des grands pays, ce qui empêche l’épargne de se tourner vers la bourse, pénalise l’investissement, condamnant les start-up qui réussissent à se tourner vers l’étranger pour se développer. Partout, il faudrait préconiser flexibilité et souplesse. Les difficultés rencontrées par le commerce depuis les attentats devraient amener à faciliter l’ouverture des magasins. Mais le carcan bureaucratique a  la vie dure. Il suffit de prendre l’exemple de la loi Macron : alors que celle-ci introduit seulement des réformettes, la quasi totalité des décrets d’application indispensables à son entrée en vigueur n’ont toujours pas vu le jour.

La France continue ainsi de prendre du retard alors que nos concurrents mettent les bouchées doubles, ce qui ne peut qu’affaiblir nos positions sur la scène internationale.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pandore - 27/11/2015 - 08:40 - Signaler un abus Moi Je

    Il y a bien longtemps qu'il ne s'intéresse plus à l'intendance. Tout accaparé par les affaires du monde, il plane dans les nuages avec ce fameux Sarko 1 qu'il dénonçait si bien avant d'être élu......Alors les poignées de main, les grandes virées, les grandes messes ( cop21 ), les rencontres du 3èm, 4èm, 5èm type.....bref c'est un président universel. Donc ne lui parlez plus de choses subalternes comme : le chômage, les impôts et taxes, la sécurité des Français, l'éducation, les sans dents....toutes ces choses mineures qu'un dirigeant international de sa carrure pourraient venir envenimer à la veille d'une réélection qu'il voit ( il est seul ) triomphale. Opportuniste et menteur, il devient mégalo en plus !

  • Par Ganesha - 27/11/2015 - 09:08 - Signaler un abus Bush 3

    Il parait qu'au Moyen-Orient, on l'appelle désormais ''Bush 3'' !

  • Par sna-hyper - 27/11/2015 - 09:52 - Signaler un abus Hollande

    = echec sur tous les fronts

  • Par Borgowrio - 27/11/2015 - 09:55 - Signaler un abus Le socialisme c'est magique

    Un mauvais président de droite vaudra toujours mieux qu'un bon de gauche .... La, nous avons la double peine : Un mauvais de gauche ... Les gouvernements de gauche s'en sont sortis par le passé en faisant une politique de droite . Les frondeurs et autres charlots freinent la mutation urgente de notre économie

  • Par pandore - 27/11/2015 - 10:04 - Signaler un abus Et pas que....

    @ Borgowrio Et les gouvernements de gauche nous ont aussi amenés la guerre 39/45 les socialos ont même votés les pleins pouvoirs à Pétain et rebelotte sous la 4 ème République avec la guerre d'Algérie....

  • Par Gordion - 27/11/2015 - 11:26 - Signaler un abus Et baisser les dépenses publiques...

    Voir l'augmentation continue des dépenses publiques de ce système tentaculaire. Le service de la dette excepté, le traitement social du chômage, les allocations diverses, l'exemption de l'impôt sur le revenu pour plus de 50% des foyers fiscaux, les retraites des fonctionnaires, les embauches de fonctionnaires continuelles, le multicouches administratif et européen, etc... Comment financer? Pardi, par l'impôt sur les classes moyennes. Expliquer aux citoyens que la richesse doit être créée avant d'être redistribuée, et que l'égalité devant l'impôt est un droit constitutionnel.... Rêvons!

  • Par vangog - 27/11/2015 - 11:57 - Signaler un abus Et toujours pas de démission de ce gouvernement

    d'étrangers à la Nation française!...pour qu'ils comprennent enfin qu'ils sont nuls et qu'ils doivent partir, fichons-leur une très, très grosse claque électorale, en Décembre! cela ne suffira peut-être pas à les faire prendre conscience de leur nullité, mais cela nous soulagera...un peu!

  • Par Septentrionale - 27/11/2015 - 12:32 - Signaler un abus Evidence

    Baudruche 1er n'a jamais rien maitrisé et n'a d'objectif que son patapoufon. Sa nullitude clique emboîte son triste pas sans classe. Notre Sapin de Noël en cerise n'a-t-il pas annoncé l'autre jour chez Bourdin qu'il fallait se réjouir car tout s'améliorait. Et son tour de taille de grossir avec nos impôts. Il faudra virer la socialie, mafieuse, qui surfe sur la mort et le sang et la pauvreté avec une fiscalité délirante. Le pire c'est que cette engeance maléfique pourrait après 2017 prétexter la guerre pour nous racketter. Français virez-les sans ménagement.

  • Par langue de pivert - 27/11/2015 - 12:57 - Signaler un abus Rien à ajouter ! :-(

    Bon j'suis grillé ! ☺ j'vais voir ailleurs !

  • Par Pourquoi-pas31 - 27/11/2015 - 13:16 - Signaler un abus Plus fort que fort !

    Avant, le PS nous entrainait dans la guerre à l'intérieur de nos colonies, aujourd'hui, il nous entraine dans la guerre alors que nous n'avons plus de colonie. Un exploit en quelque sorte !

  • Par superliberal - 27/11/2015 - 13:52 - Signaler un abus Le gouvernement n'en a rien à foutre...

    des chômeurs, sinon ça se saurait. Ils ne sont pas payés pour améliorer le sort des Français mais être réélus pour continuer à se gaver sur la bête. Gauche et droite même combat. Les Français aiment la politique, non pas pour obtenir des résultats mais pour faire de la politique...la culture du résultat n'est pas dans notre ADN et ceux qui ont vraiment des ambitions pour ce pays ne font pas partis de l'oligarchie subventionnée par nos taxes et impôts. Si le chômage était réellement une priorité nous aurions le plein emploi comme les Allemands, Anglais, Suisses ou Américains. Le chômage est un choix !

  • Par jurgio - 27/11/2015 - 15:26 - Signaler un abus Pourquoi s'inquiéter des chômeurs...

    quand on fait travailler des soldats ?

  • Par Mandataire - 27/11/2015 - 16:48 - Signaler un abus N'auriez-vous pas oublié un petit détail…

    … la réduction des dépenses concomitamment au recentrage de l'État sur les trois fonctions régaliennes? Certes, au bas mot, 3.000.000 de Ponctionnaires à transférer au Privé: a-t-on besoin d'un/e Jardinier/e ou Infirmier/e Ponctionnaire? Avec comme corollaire, un certain nombre qui iront directement pointer à Pô d'Emploi faute de productivité. Et 1.500.000 de Ponctionnaires à… lourder! Nombres à ajuster: les Ponctions Publique & Territoriale ignore vraisemblablement le nombre de leurs Collaborateurs. Essayez un peu de faire ça dans le Privé…

  • Par zouk - 27/11/2015 - 17:13 - Signaler un abus Drapeau tricolore

    Garibal aurait pu se rappeler Jean Zay porté en triomphe au Panthéon en dépit de ses qualificatifs sur notre symbole national. Et maintenant le même Président qui a porté Jean Zay à un honneur immérité nous appelle au patriotisme! En oubliant l'état de délabrement dans lequel il a plongé la France, ses Armées pour commencer, va-t-en guerre avec des mots, des mots....toujours des mots.

  • Par zouk - 27/11/2015 - 17:14 - Signaler un abus Drapeau tricolore

    Garibal aurait pu se rappeler Jean Zay porté en triomphe au Panthéon en dépit de ses qualificatifs sur notre symbole national. Et maintenant le même Président qui a porté Jean Zay à un honneur immérité nous appelle au patriotisme! En oubliant l'état de délabrement dans lequel il a plongé la France, ses Armées pour commencer, va-t-en guerre avec des mots, des mots....toujours des mots.

  • Par zouk - 27/11/2015 - 17:18 - Signaler un abus La gloriole du va-t-en guerre

    Le courage est exigé de nos Armées, sans moyens adéquats, mais où est le courage politique pour procéder aux réformes indispensables? Il est trop important d'être réélu pour perdre son temps à de telles trivialités, c'est pourtant ce que le pays attend dans le désespoir où il est à force de déceptions.

  • Par bjorn borg - 27/11/2015 - 18:31 - Signaler un abus Vladimir Poutine

    ne doit pas être dupe avec qui il a une poignée de mains. C'est juste pour la TV et les photographes. En privé, il doit mettre les points sur les i à ce politique sans consistance.

  • Par J'accuse - 27/11/2015 - 18:41 - Signaler un abus Il n'oublie pas le chômage : il voudrait qu'on l'oublie. Raté !

    Un tour de force de rencontrer les autres dirigeants ? Il lui a juste suffi de demander, avec la mine défaite et qui inspire la pitié qu'il arbore depuis le 13 novembre. De l'audace ? Il ne fait que surfer sur des attentats qu'il n'a rien fait pour éviter, en reprenant les thématiques de l'opposition et en tournant sa stratégie à 180°. Il se dit que, puisque rien qui vient de la gauche ne marche, il va essayer les politiques de droite, pour la sécurité et la fibre patriotique, comme il tente de le faire -très mal- pour l'économie. Sa seule préoccupation reste la même : 2017; il change juste son fusil d'épaule en fonction des événements. Visiblement, certains adorent se faire enfumer, et c'est le seul domaine dans lequel il excelle.

  • Par Orchidee31 - 27/11/2015 - 19:08 - Signaler un abus Mauvaise foi contre mauvaise foi

    En fait, l'hommage aux invalides d'aujourd'hui les arrange bien - comme ça aucun journaliste, aucune chaîne ne parle du chômage catastrophique mais ça il s'en fiche bien - par ailleurs, j'ai aperçu une photo où il est seul sur l'estrade assis sur sa chaise, il se prend pour le roi, j'ai trouvé qu'il avait vraiment l'air "c--" c'était d'un ridicule affligeant - Il ne s'en rend même pas compte et ses communicants non plus apparemment -

  • Par vangog - 27/11/2015 - 23:15 - Signaler un abus Si, si, ils s'en rendent compte...

    mais pour maintenir une technostructure pléthorique, rien de mieux qu'un pantin manipulable...vous allez voir qu'avant 2017, il va faire siennes nombre de propositions du front National, en matière de sécurité, d'immigration, de souveraineté...déjà, il ne respecte pas la CEDH, pour cause d'état d'urgence. Quant à Schengen, ce n'est plus qu'un paillasson sur lequel s'essuyant les Nations européennes. Les objectifs de réduction des déficits publics n'ont jamais été respectés, et le seront encore moins...Flamby se sert abusivement de la psychose europeiste anti-Front National pour faire une politique sécuritaire qui s'en rapproche...le patriotisme canada-dry!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€