Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

France insoumise : une anthologie de l'hostilité aveugle contre les entreprises et les entrepreneurs

Les débats sur les ordonnances à l'Assemblée Nationale ont donné lieu à l'expression, par la France Insoumise, d'une haine impressionnante contre les entreprises et les entrepreneurs. En voici une anthologie...

Anthologie

Publié le
France insoumise : une anthologie de l'hostilité aveugle contre les entreprises et les entrepreneurs

 

Jean-Hugues Ratenon, 10 juillet

Autre point : l’extension des contrats de chantier : elle n’est rien d’autre que le prélude à la fin des contrats à durée indéterminée. En bref, l’esclavage moderne est en marche.

Alexis Corbière, 10 juillet

Ce que j’entends depuis le début de nos débats procède d’ailleurs d’une idéologie que je connais par cœur. Ne voyez là aucune modernité, chers collègues de La République en marche. Elle vient du XIXe siècle, cette idéologie qui vise à faire croire qu’il y aurait au sein de l’entreprise des intérêts communs entre le patron et les salariés plutôt que de trouver un accord entre classes sociales communes ; que les salariés devraient se déterminer au sein de l’entreprise dans le cadre d’accords communs avec leur employeur.

Jean-Luc Mélenchon, 11 juillet

Je ne parle pas de répression syndicale par plaisir ou pour vous en accuser, mais parce que c’est un fait, parce que des milliers des miens, tous les ans, se voient infliger des condamnations qui restent inscrites sur leur casier judiciaire, quand ils ne perdent pas leur travail.

Muriel Ressiguier, 11 juillet

Poursuivant le même objectif, la loi El Khomri a inventé le référendum qui permet, lorsqu’un accord est refusé par les syndicats majoritaires, de le faire adopter quand même, directement, par les salariés. On imagine aisément la pression exercée sur l’ensemble du personnel – diviser pour mieux régner, une bonne vieille méthode qui a fait ses preuves.

Jean-Luc Mélenchon, 11 juillet

On se rappelle la formule de Jean Jaurès : « La grande Révolution a rendu les Français rois dans la cité et les a laissés serfs dans l’entreprise. » C’est à ce servage que nous voici revenus.

François Ruffin, 11 juillet

Ce sont juste des mots : « fusion », « simplification ». Mais il faut bien voir que ces mots que vous allez changer vont se traduire par une moindre protection des salariés et éventuellement, à l’arrivée, par des décès.

Bénédicte Taurine, 11 juillet

J’ai entendu dire, tout à l’heure, que les entreprises étaient créatrices d’emplois. En attendant, ce sont les ouvriers qui travaillent, et dans des conditions de plus en plus difficiles. Il est inacceptable de vouloir réduire leurs droits. On entend dire aussi que les instances représentatives des salariés freineraient le développement des entreprises ; de tels propos sont honteux.

 

Jean-Luc Mélenchon, 11 juillet

 

Le patron de la mine de Courrières était-il un esclavagiste grossier et violent ? Peut-être, mais le plus vraisemblable est qu’il croyait à sa propre devise d’efficacité, de productivité et de flexibilité en vertu de laquelle il faisait bosser les mômes et ainsi de suite. La raison systémique l’a donc dépassé, et c’est contre cela que nous luttons, monsieur le rapporteur. (...) J’en terminerai en rappelant que nous sommes garants de l’intérêt général du pays, au-delà de nos sentiments personnels. Or celui-ci commande qu’on ne meure plus au travail, qu’on ne s’y rende plus malade et que la raison systémique recule devant la raison humaine. Point final.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fredja - 17/07/2017 - 13:25 - Signaler un abus Très révélateur...

    de la France Insoumise et d'une partie des électeurs de ce parti : ce sont des gens qui n'ont jamais eu à diriger quoi que ce soit, ni jamais entrepris quoi que ce soit. C'est sûr que quand on est le cul dans un fauteuil à critiquer les autres, c'est beaucoup plus confortable que de prendre le manche (et les risques) pour faire avancer la machine. Pour ma part, je suis totalement dépité par l'état d'esprit d'une bonne partie de nos concitoyens.... Et malheureusement c'est de ça que notre pays crève !

  • Par Stargate53 - 17/07/2017 - 15:25 - Signaler un abus Esclaves de leur idéologie !

    Il est inutile de s'attendre à autre chose de leur part tout conditionnés qu'ils sont par leur parcours intellectuel. Il suffit de les écouter pour sentir pointer leur forte envie de causer des troubles. Ce qui importe c'est d'accuser sans proposer ou faire du sophisme de proposition. Leur leader est un beau parleur, ivre de certitudes et autocentré sur sa petite personne. Le plus grâce ce sont ceux qui suivent de tels illusionnistes cyniques et manipulateurs. Ils ne se sont mêmes pas aperçus que tout pays qui s'est inspiré de leur idéologie de gauche radicale et mortifère est tombé dans la pauvreté et la dictature. Mais il est démontré que les croyances rendent aveugles et sourds à la réalité ! Alors, cela promet quelques envolées lyriques ..... inutiles et pathétiques !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 17/07/2017 - 15:29 - Signaler un abus Mélanchouille est un parasite

    Mélanchouille est un parasite qui revendique la défense des "travailleurs" sans avoir lui-même jamais travaillé....Et c'est parce-qu' il ne le connait pas (le travail) qu'il s'en fait une montagne.,,,,,,,,,,, En attendant et depuis des années, ill vit grassement du travail des patrons qu'il passe son temps à insulter... ...c'est mesquin, mais finalement c'est comme lui, le révolutionnaire en charentaise qui se prend pour "LE CHE".

  • Par Paul Emiste - 17/07/2017 - 15:43 - Signaler un abus France insoumise ?!

    Trotski: L'usage de la Terreur comme système de gouvernement, après le coup d'état des bolchéviques, est légitimé par Trotski, la violence étant nécessaire pour « terrifier l'adversaire». Trotski est probablement le bolchévique allant le plus loin dans la théorisation et la justification de la violence politique et de la Terreur. Il expose notamment ses vues dans son livre Terrorisme et communisme

  • Par vangog - 17/07/2017 - 19:46 - Signaler un abus Des faschistes rouges....

    les derniers de la planète (avec le Vénezuala et la Corée du nord)...et on les a en France gauchiste... quel bonheur!

  • Par KOUTOUBIA56 - 17/07/2017 - 19:53 - Signaler un abus effectivement cuba le

    effectivement cuba le venezuela et la coree du nord ont les mêmes zigotos que les notres : meluche corbieres et toute la clique que l'on entend tous les jours. j'ose espérer qu'ils vont finir par lasser les gens

  • Par Piwai - 19/07/2017 - 05:48 - Signaler un abus de la honte d'etre Francais

    Et de vivre dans un pays avec autant de gens aussi incultes, jaloux et mediocres. Il est vraiment grand temps de fuir, de partir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€