Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 21 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La France face au spectre de la guerre civile : la résilience nationale est-elle en train de trouver ses limites ?

Après un troisième attentat d'ampleur, le 14 juillet dernier, la résilience tant soulignée et acclamée de la société française pourrait essuyer un choc considérable. Si la majorité de la population fait preuve de sang-froid, il suffit parfois d'une minorité agissante pour mettre le feu aux poudres.

Conflit armé

Publié le - Mis à jour le 1 Mars 2017

3 - Quel est le niveau de violence dans la société et comment a-t-il évolué depuis les attentats ?

Dans ses déclarations, Patrick Calvar évoquait le risque que des membres de groupuscules d’extrême-droite passent à l’acte. D’après Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg, spécialistes de l’extrême-droite, la capacité terroriste de groupes n’est pas évidente même si l’éclatement de la mouvance complique le travail des services de renseignement et même si à la suite de la dissolution de certaines organisations (comme Troisième Voie, les Jeunesses nationalistes et l’Oeuvre française, dissoutes en 2013 après le meurtre du militant antifa Clément Méric) des individus hors structures et non encadrés pourraient recourir à des actions violentes [20].

 Quelques personnes appartenant à cette mouvance, et également impliquées dans le trafic d’armes, ont d’ailleurs été arrêtées ces derniers mois, mais aucune attaque à dimension terroriste n’a été répertoriée à ce jour.

Si les groupuscules d’ultra-droite ne se sont donc pas signalés par la commission de faits spectaculaires qu’en est-il de la violence anti-musulmane que l’on pourrait qualifier de "plus basse intensité" ou du "quotidien" ? Les chiffres publiés par la DILCRA constituent un bon thermomètre pour appréhender ce phénomène même si tous les actes ou menaces commis sur le territoire ne sont pas recensés. Avec 429 actes et menaces répertoriés, les actes antimusulmans en 2015 ont augmenté de 200% par rapport à 2014 où l’on avait dénombré "seulement" 133 faits. Ce volume de 429 actes et menaces est le plus important relevé depuis la mise en place de ces statistiques en 2012. Signe d’une extrême sensibilité d’une partie de la population, une forte augmentation des actes et des menaces contre les musulmans a été observée aux mois de janvier et de novembre 2015, consécutivement aux attentats terroristes. Ces deux mois représentent 58% du nombre total des actes commis sur l’ensemble de l’année 2015.

Bien que 1000 des 2500 lieux de culte musulmans soient actuellement protégés par les forces de l’ordre, un certain nombre d’entre eux ont fait l’objet d’attaques ou de dégradations. Dans la nuit du 7 au 8 janvier 2015 par exemple, soit quelques heures seulement après l’attaque contre Charlie Hebdo, un homme tirait à la carabine et lançait des grenades d’exercice contre la mosquée des Sablons, quartier populaire du Mans (Sarthe). Le 23 août, deux jours après l’attentat raté contre le Thalys, la mosquée d’Auch dans le Gers était incendiée. A Créteil, le 14 novembre au matin, des croix peintes en rouge étaient découvertes sur les murs de la mosquée, le forfait ayant été commis quelques heures après les attentats. Le lendemain, c’est à Pontarlier dans le Doubs qu’on retrouvait une croix gammée tracée sur le mur de la mosquée et du jambon et du lard devant la porte d’entrée. Un tag "France réveille-toi" était inscrit le même jour sur la salle de prière musulmane d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques).

Mais, les lieux de culte n’ont pas été les seuls visés loin s’en faut. Le 15 novembre, dans la soirée, trois personnes tireront des coups de feu contre un kebab à Blaye (Gironde). Le 13 au soir, à Barentin (Seine-Maritime), un autre restaurant kebab verra sa vitrine attaquée à coups de pierres. Les agressions viseront parfois directement des personnes comme par exemple à Marseille où une jeune femme portant le hijab était attaquée dans le métro en raison de sa tenue vestimentaire le 15 novembre. Enfin, à Cambrai (Nord), le 14 novembre dans la soirée, un homme d’origine turque se trouvant devant la vitrine d’un kebab, était blessé par un tir de petit calibre effectué par des individus circulant en voiture.

Ces attaques et agressions enregistrées au mois de novembre dénotent un climat préoccupant mais ces deux graphiques montrent cependant que les attentats de novembre, qui ont pourtant fait beaucoup plus de victimes que ceux de janvier, ont entraîné en réaction moins d’actes anti-musulmans qu’en janvier, comme si le fondement religieux des attentats de novembre et le lien avec l’islam apparaissaient un peu moins évidents qu’au moment de Charlie. 178 menaces ou actes anti-musulmans ont ainsi été enregistrés en janvier 2015 contre "seulement" 74 en novembre 2015 [21]. Cette tendance a été confirmée par la suite puisque les 4 premiers mois de l’année 2016 ont été marqués par une décrue spectaculaires par rapport au début de l’année 2015.

Ces derniers mois, les courbes des actes et des menaces recensés par la DILCRA allaient ainsi retrouver des niveaux beaucoup plus faibles et conformes aux tendances observées hors période de tension comme en 2012, 2013 et 2014.

Autre indicateur d’une moindre exacerbation des tensions communautaires qu’en janvier 2015,  les rassemblements organisés après le 13 novembre dans différentes communes de banlieues comptèrent beaucoup plus de participants qu’en janvier. A cette réaction des citoyens de base a répondu une mobilisation inédite du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) qui adopta à l’unanimité le principe d’un prêche unitaire et national pour condamner l’idéologie djihadiste et rappeler l’attachement indéfectible des musulmans à la République. Ce texte fut lu le vendredi 20 novembre dans les 2500 mosquées et salles de prières de France. Et le 30 novembre, les plus hauts responsables de l’islam de France, habituellement divisés, se retrouvèrent à l’Institut du Monde Arabe. Cette séance exceptionnelle intitulée "Rassemblement citoyen des musulmans de France. Tous ensemble contre le terrorisme" rassembla plusieurs centaines de personnes. Dans le même ordre d’idées, les 8 et 9 janvier 2016, le CFCM organisa une opération porte-ouverte dans toutes les mosquées de France dans lesquelles un "thé de la fraternité" fut servi. Cette opération fut un succès, Anouar Kbibech, le Président du CFCM évoquant les chiffres de 2000 visiteurs à Strasbourg, 3000 à Nantes et environ 10000 à la grande mosquée de Paris au cours du week-end.

Plus récemment, le 19 juin dernier, entre 3000 et 4000 personnes se sont rassemblées à l’appel du collectif des mosquées du Mantois pour une marche à la mémoire du couple de policiers assassinés à quelques kilomètres de là par Larossi Abballa. Certains observateurs, comme Florence Aubenas par exemple [22], ont vu dans la tenue de pas moins de cinq hommages différents (celui des collègues policiers, celui des habitants de Magnanville, celui des musulmans à Mantes-la-Jolie etc…) la fin de l’esprit Charlie comme si l’heure n’était plus à l’union [23]. Mais on peut aussi voir dans le nombre important de participants à cette marche et dans son mot d’ordre "Mobilisons-nous contre la barbarie" et la volonté de rendre hommage "à deux compatriotes qui rendaient service à la nation" [24], le fort attachement des musulmans français à la République et leur rejet de l’idéologie djihadiste ou pour reprendre les mots de Pierre Manent une rupture avec leur posture de "passivité et de réserve" et leur volonté "de se donner franchement et comme tels au corps politique que nous formons." [25]

Conclusion :

D’autres chiffres, symboliquement très marquants, démontrent également cet attachement que portent de très nombreux jeunes Français issus de l’immigration au modèle républicain et plus encore à l’idéal patriotique. 7 de nos 77 soldats tombés en Afghanistan [26] entre 2001 et 2015 étaient issus de l’immigration, soit une proportion de près de 10% des pertes françaises. Les trois soldats tués par Mohamed Merah : Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad étaient également tous trois d’origine maghrébine tout comme Ahmed Merabet, le policier abattu devant les locaux de Charlie Hebdo par les frères Kouachi.

La réalité est donc complexe et présente un double visage car parallèlement à cela, le gouvernement communique régulièrement sur l’ampleur du phénomène djihadiste dans la société française. En mai 2016, le Premier ministre indiquait ainsi que 635 ressortissants français étaient présents dans la zone irako-syrienne, que 244 en étaient revenus et que près de 10000 individus faisaient l’objet d’un fiche "s" pour radicalisation islamiste dont 2000 particulièrement dangereux, en relation avec les filières irako-syriennes. Signe d’une implication non démentie des Français dans les rangs de Daesh, le nombre de djihadistes français morts au combat en Syrie et en Irak ne cesse de s’élever depuis 2 ans d’après les chiffres communiqués par le Ministère de l’Intérieur.

 

 

La dualité de la situation et son caractère ambivalent ressortent tout autant quand on considère la population française dans son ensemble. Comme on l’a vu, les sondages n’ont pas mesuré de poussée d’islamophobie au cours de l’année 2015 (l’image de l’islam demeurant aussi négative qu’avant) et les actes contre les musulmans ont été bien moins nombreux à la suite des très meurtriers attentats de novembre, qu’en janvier 2015. Les chiffres de la DILCRA traduisent de surcroît une décrue spectaculaire de ce phénomène très préoccupant sur les premiers mois de l’année 2016. Mais en même temps, si la situation apparaît sous contrôle et si le centre de gravité de la société n’a pas été déstabilisé par ces attaques, une partie de la population, certes minoritaire mais néanmoins suffisamment nombreuse, est chauffée à blanc. A d’autres périodes tendues de notre histoire, le diagnostic d’une marche vers la guerre civile a déjà été formulé, on pense par exemple au livre d’Alain Geismar, Serge July et Erlyne Morane "Vers la guerre civile" publié en 1969, sans que le pays ne sombre pour autant dans un tel scénario. La capacité de résilience de la société française est grande mais le feu couve cependant sous la cendre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 21/07/2016 - 11:53 - Signaler un abus Oui les français sont en colere

    Encore un ou 2 attentâts comme à Nice et les français vont vraiment se fâcher, et une guerre civile larvée n'est pas à exclure contre les musulmans d'autant qu'une fois de plus, pas la moindre réaction de la communauté musulmane après Nice pour condamner cet attentat. " qui ne dit rien consent ". Pendant ça, Valls s'offusque d'être sifflé !

  • Par Ganesha - 21/07/2016 - 12:03 - Signaler un abus Capacités cognitives

    Un long article, avec de jolis graphiques et de nombreuses anecdotes… qui se termine par : ''On ne sait pas, on ne pas prévoir'' ! Ce qui est certain, c'est que les nombreux abonnés d'Atlantico qui viennent soulager leur angoisse en écrivant : ''Il faut déporter tous les fichiers S et les enfermer dans un camp en Guyane'', font fausse route. La France ne peut se permettre d'emprisonner pour ''Délit d'Opinion'' ! Peut-elle emprisonner pour ''Délit de voyage en Syrie'' ? A condition d'avoir un tampon de la douane syrienne sur son passeport ? On peut se demander si les probables attentats anti-musulmans seront des actes de fous isolés ou si une nouvelle OAS va se créer. Est-ce important ? Mais quand j'explique que la seule façon de combattre l'Immigration et de provoquer le départ des étrangers, en plus de l'exclusion des aides sociales, ce sera une chasse féroce aux français qui procureront du travail aux étrangers… là, les lecteurs d'Atlantico, perdent le fil de leurs idées... Et si je vous répète : ''Tout français, quelque soit son origine, qui souhaite travailler doit recevoir immédiatement une offre d'emploi'' ! Voila qui dépasse complètement vos capacités cognitives !

  • Par Alain Proviste - 21/07/2016 - 12:10 - Signaler un abus D'ailleurs depuis lundi...

    ... on ne voit pas moins de voilées par chez moi. Je me suis même demandé s'il n'y en avait pas plus mais c'est peut-être le fait d'une sensibilité exacerbée de ma part. Je suis passé avant-hier au centre commercial Belle-Epine (94), dont on peut craindre que ce soit un bon baromètre de l'évolution de la société française, et on n'est vraiment pas sorti de l'auberge. Donc la fameuse "résilience" c'est pour nous de continuer à nous faire zigouiller avec pour seules réactions des marches blanches et des bougies tandis que pour les musulmans c'est de continuer à bien montrer son esprit de conquête. C'est bien ça ?

  • Par Innocent - 21/07/2016 - 13:23 - Signaler un abus Nos "journalistes" de tous bords

    s'emploient très activement, comme vous pouvez le constater même ici, à amoindrir la "résilience" nationale. (résilience: nouveau concept de la novlangue qu'on vous enfoncera dans le crâne comme les autres, que vous le vouliez ou non). Ce qu'ils ignorent encore, c'est que quand il n'y aura plus de résilience, c'est d'eux que l'on s'occupera prioritairement, et avant nos politiques de métier dont ils sont indissociables.

  • Par hibernato - 21/07/2016 - 13:57 - Signaler un abus Principe de précaution ?

    Ce principe n'est il dans la constitution que pour nous prévenir des méfaits du maïs transgéniques ? J'ignore combien de paliers de nouveaux attentats F. Hollande s'est donné pour autoriser les mesures fortes mais il a intérêt à ne pas être en retard sur la colère légitime des français (10% c'est plus que de besoin pour le renvoyer à Tulle)

  • Par emem - 21/07/2016 - 14:28 - Signaler un abus Ouvrez les yeux

    Aujourd'hui la France est face au spectre de la guerre civile mais bientôt tous les pays occidentaux, l’ensemble du dar al-harb – le territoire de guerre - des musulmans temporairement aux mains des koufars, sera bientôt dans la même situation. Cette guerre, “civile” puisque ces Musulmans sont Français, a commencé et la conquête du dar el-harb est en bonne voie en France. Les territoires perdus de la République font déjà parti du dar al-islam, le territoire “pacifique” des musulmans, et ils ne cessent de s’étendre. Il faut y ajouter les mosquées. Aujourd’hui, il y a plus de 2400 mosquées et salles de prière sur le territoire. Près de 400 autres mosquées vont être construites dans les prochaines années. Les mosquées sont plus des centres communautaires que des lieux de culte et chaque mosquée fait partie intégrante du dar-al islam. La construction d’une mosquée arrache en quelque sorte à la France une partie de son territoire. De nombreuses mosquées sont également devenues les plateformes d'imams extrémistes. Qui va gagner cette guerre ? Difficile d’y répondre. Mais, c’est sûr. ce n’est pas avec des "Je suis", des bougies, des fleurs et des marches blanches qu’on y arrivera.

  • Par emem - 21/07/2016 - 14:28 - Signaler un abus Ouvrez les yeux

    Aujourd'hui la France est face au spectre de la guerre civile mais bientôt tous les pays occidentaux, l’ensemble du dar al-harb – le territoire de guerre - des musulmans temporairement aux mains des koufars, sera bientôt dans la même situation. Cette guerre, “civile” puisque ces Musulmans sont Français, a commencé et la conquête du dar el-harb est en bonne voie en France. Les territoires perdus de la République font déjà parti du dar al-islam, le territoire “pacifique” des musulmans, et ils ne cessent de s’étendre. Il faut y ajouter les mosquées. Aujourd’hui, il y a plus de 2400 mosquées et salles de prière sur le territoire. Près de 400 autres mosquées vont être construites dans les prochaines années. Les mosquées sont plus des centres communautaires que des lieux de culte et chaque mosquée fait partie intégrante du dar-al islam. La construction d’une mosquée arrache en quelque sorte à la France une partie de son territoire. De nombreuses mosquées sont également devenues les plateformes d'imams extrémistes. Qui va gagner cette guerre ? Difficile d’y répondre. Mais, c’est sûr. ce n’est pas avec des "Je suis", des bougies, des fleurs et des marches blanches qu’on y arrivera.

  • Par lafronde - 21/07/2016 - 14:48 - Signaler un abus Démythifier notre République.

    La République française est féconde en mythes universels. République libératrice lors de la Révolution, IIIe République universelle grâce à son Empire colonial, ses Lettres et ses Arts, Ve République social-démocrate, porte-drapeau du camp du Bien. Si le rang de la France régresse parmi les nations, les prétentions morales de notre République prennent le chemin inverse. L'Unité nationale a connu des fractures durable : Guerre de Cent ans, Réforme, Révolution, République, Communisme, et aujourd'hui la société multi-ethnique et multi-culturelle. La grande différence est que les divisions antérieures ne remettait pas en cause l'héritage charnel et identitaire de la Patrie, ni son héritage moral, à l'exception du Communisme, dont le multi-culturalisme est une forme dérivée. Entre les identitaires patriotes et les multi-culti républicains, nous sommes bien en présence de projets et d'avenirs radicalement différents. La moindre des chose en Démocratie est que le peuple français, voir les peuples de des provinces françaises soient consultés par voie référendaire par la République, avant que celle-ci se permette de brader l'héritage identitaire de la Patrie. L'Islam attend son heure.

  • Par Liberte5 - 21/07/2016 - 14:54 - Signaler un abus A la croisée des chemins.

    Les Français ont accepté sans broncher cette immigration massive de musulmans sur notre sol. Ils ont abandonné des quartiers entiers, des villes et bientôt des départements. Ils ont subi des attentats meurtriers sans se rebeller. Ils ont écouté les politiques leur dire qu'il fallait être solidaires, ne pas faire d'amalgame et tout cela sans broncher. Mais voilà qu'une très forte minorité pense que cela suffit et que peut-être il faut réagir. Toute la question est là: subir encore ou se rebeller? Réponse dans les prochains mois, voire avant si nouvel attentat. Le destin de cette France bafouée et humiliée va se jouer dans un sens : combattre ou alors se soumettre.

  • Par lafronde - 21/07/2016 - 16:54 - Signaler un abus Les français abusé par la Démocratie sociale.

    @Liberté5 L'arnaque de la social-démocratie s'est déroulée sur plusieurs décennies. Toute l'Union Européenne est touchée. Après Guerre, l'électeur médian a d'abord souhaité une République sociale, redistributive. Nos politiciens ont étatisé beaucoup de services (le grand mouvement de la Mutualité française est devenu la Sécu, dont le rendement est très dégradé). Ces politiciens sont intervenus toujours davantage dans la vie économique, dans le but de s'assurer des clientèles électorales. Une fois au pouvoir ces addicts de la dépense publique et du mandat électoral ont réalisé que les immigrés pauvres étaient leur meilleure justification pour leur politique "sociale" et peut être leurs électeurs les plus obligés. Selon leur intérêt carriériste ils en ont fait venir de plus en plus. Tout le cinéma sur l'anti-racisme et l'anti-discrimination sont des construction pseudo-morale pour sidérer toute opposition. Or notre Démocratie est truquée : 1 par l'intervention étatique dans la Presse, qui y bloque la destruction créatrice, et son renouveau. 2 par le déficit budgétaire qui est un achat de voix à crédit. 3 par un cartel, le front républicain qui restreint l'accès au Parlement.

  • Par cloette - 21/07/2016 - 17:40 - Signaler un abus Le vrai problème

    n'est évidemment pas la guerre civile et l'ultra droite, personne ne croit cela , en revanche, si on veut saisir ce qui se passe, il faut autre chose que des chiffres il faut plonger dans la réalité . Et la réalité montre un danger ailleurs que dans la guerre civile entre communautés, car les Français me paraissent bien plus agneaux que loups .Le gouvernement que l'on a m'angoisse aussi Les réactions de Valls sont incroyablement anxiogènes, il est temps de changer et de passer à autre chose, que ce soit Le Maire Sarkozy ou Marine tout sauf celui qui est aux manettes actuellement .

  • Par Michèle Mossan - 22/07/2016 - 00:58 - Signaler un abus Soumission

    Je suggère à ce journaliste politiquement correct de refaire un article en ajoutant les réactions des Niçois et des Français après le massacre du 14 juillet et surtout en n'omettant pas de parler aussi de tous les actes de christianophobie : tous les jours en France, une église ,une chapelle ,une croix , une statue sont vandalisées sans compter les débuts d'incendies et AUCUN MEDIA NATIONAL n'a le courage de les dénoncer . STOP à la soumission .

  • Par ISABLEUE - 22/07/2016 - 15:41 - Signaler un abus Oui cloette

    et en plus les décérébrés violeurs d'enfants de daech (ou d'ici) n'attendent que cela, une guerre civile. Ne leur faisons pas ce plaisir. Mais si la police pouvait en flinguer discrètement quelques uns pour nous en débarrasser ben moi, je vote et j'applaudis !!

  • Par Deudeuche - 22/07/2016 - 15:52 - Signaler un abus @Michèle Mossan

    Oui on en parle dans la presse régionale. A Paris ou la presse nationale voit la France à travers l'Ile de France, ils s'en foutent ! Par contre si ils se prennent la tête sur le périph, là on nous explique que c'est insupportable (Au Mans, à Souillac, à Romorantin et à Molsheim nous on s'en fout aussi!). La soumission est autant en vers la dictature jacobine et culturo-parisienne que en vers l'Islam. Il y a une connivence entre les deux.

  • Par von straffenberg - 22/07/2016 - 18:26 - Signaler un abus Changer de politique

    J'ai lu cet article en zig zag et je rejoins Cloette ,Isableue et les autres. Arrêtons de parler d 'affrontements , le risque existe personne ne le conteste .Le problème de fond est qu'il faut changer RADICALEMENT de politique de stratégie , et de politiciens .Tant que le pays ne sera pas remis sur les rails qu'il n'aurait jamais du quitter .tant que les médias ne nous intoxiquerons plus avec les mots populisme FN extrême droite le pays commencera a aller mieux Je compte les mois .

  • Par von straffenberg - 22/07/2016 - 18:58 - Signaler un abus Changer de politique

    J'ai lu cet article en zig zag et je rejoins Cloette ,Isableue et les autres. Arrêtons de parler d 'affrontements , le risque existe personne ne le conteste .Le problème de fond est qu'il faut changer RADICALEMENT de politique de stratégie , et de politiciens .Tant que le pays ne sera pas remis sur les rails qu'il n'aurait jamais du quitter .tant que les médias ne nous intoxiquerons plus avec les mots populisme FN extrême droite le pays commencera a aller mieux Je compte les mois .

  • Par Atlantica75000 - 22/07/2016 - 22:02 - Signaler un abus Résilience ou seuil de tolérance ?

    J'entends ce soir sur BFM TV ("replat" Pierre Henry qui s'est trouvé un bon job avec France Terre d'Asile. Il ose dire à propos des "migrants" évacués à Paris ce matin qu'il suffit que chaque grande capitale régionale ouvre un camp de 500 à ... 1000 places". Honte à lui et aux politicards lâches de tous bords qiui vont lui obéir. Tous ces hommes qui arrivent directement de Sicile à Paris puis réinjectés dans les provinces qui avant étaient peu ou prou préservées. Il faut lire la PQR pour savoir précisément que des tas de petites villes/villages sont désormais occupés par ceux qui sont envoyés par le gouvernement via les préfets. Que la droite qui a voté à Strasbourg pour les "relocalisations" en été 2015 et qui se dépêche de ne rien dire ose croire qu'elle puisse passer entre les gouttes lors de ses primaires, c'est encore de leur part faire preuve d'une grande naïveté ! Et quid de cette pseudo résilience ? Cela ne ressemble pas à la colère que j'entends dans différents milieux qui est littéralement censurée par tous les media. A propos de Nice, on a droit au portrait des victilmes ... maghrébines ! Une bonne occasion d'apprendre que Nice compte 21 d'immigrés !

  • Par Atlantica75000 - 22/07/2016 - 22:07 - Signaler un abus Au passage, j'apprends qu

    Au passage, j'apprends qu'Orléans compte la 2!ème plus forte contingent d'Africains en France après l'Ile de France ! Et on ose mettre sur le même plan les islamistes pauvres types et "l'ultra droite" selon un sous-fifre des renseignements ! Qui a entendu parlé des subventions mirifiques à la construction d'un Institut de l'islam (le recteur a fait du chantage : "ou vous payez ou c'est l'Arabie saoudite". Tous ont voté pour et le FN s'est "courageusement" abstenu ! Quelques jeunes Français "de souche" sont allés manifester et sur ordre de Colomb ont droit aux visites de la police. On croit rêver ! Non, le cauchemar continue.

  • Par Atlantica75000 - 22/07/2016 - 22:09 - Signaler un abus Complément d'info

    construction à Lyon du vaste institut de la culture islamique à côté de la mosquée ... (1 milion par an + les années suivantes pour le fonctionnement)

  • Par Atlantica75000 - 22/07/2016 - 22:15 - Signaler un abus Complément d'info bis (repetita)

    Nice : 21% d'immigrés !!!

  • Par Semper Fi - 22/07/2016 - 23:14 - Signaler un abus @Anguerrand

    Etes-vous déjà allé en Guyane ? A Cayenne et sur les îles du Salut ? A vous lire, j'en doute, sinon vous ne raconteriez pas de telles âneries. Pourquoi souhaitez-vous absolument envoyer ces "chances pour la France" outre-mer et non les interner par exemple sur l'île de Sein, Houat, Hoëdic, Belle-ile, Port-Cros ? Bon allez, je vous laisse, j'ai des migrantes à surveiller : les baleines à bosse qui remontent de l'Antarctique et qui commencent à arriver... un peu fiu de lire certains commentaires !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€