Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

France-Allemagne au Stade de France : un match qui n’aura rien d’amical

La rencontre a beau être amicale, l'équipe de France disputera un grand test ce mercredi à 21 heures, dans l'optique des matches de qualification pour la Coupe du monde 2014 au Brésil.

Duel

Publié le
France-Allemagne au Stade de France : un match qui n’aura rien d’amical

L'équipe de France de football dispute un grand test ce mercredi contre l'Allemagne au Stade de France.  Crédit Flickr / Ludo29

France-Allemagne. L’affiche de ce soir au Stade de France est un des grands duels du football mondial. Pour les gens de plus de quarante ans, cette affiche représente deux blessures : celles des deux demi-finales perdues injustement par la génération Platini en 1982 en Espagne et en 1986 au Mexique. Inutile de dire que l’agression de Schumacher sur Battiston cumulée aux autres décisions d’arbitrage qui nous furent systématiquement défavorables dans ces deux confrontations ont laissé des traces de ce côté-ci du Rhin.

Et quand, en plus, l’histoire avec un grand « H » vient s’en mêler, on comprend mieux la rivalité qui existe entre les deux pays...

Inutile de dire que ce France-Allemagne n’aura, comme ses prédécesseurs, rien d’un match amical et que Didier Deschamps aura beaucoup de choses à en tirer avant ce qu’il faut bien appeler la finale du Groupe I qui opposera la France à l’Espagne le 26 mars prochain, toujours au Stade de France, dans l’optique de la qualification pour le Mundial brésilien en 2014.

Pour les Allemands aussi ce match est important puisqu’il représente une occasion de rendre la monnaie de leur pièce à des Tricolores qui les avaient battus à Brême (2-1) au mois de mars dernier et de se confronter à une équipe de haut niveau puisque la Mannschaft n’a que trois points d’avance sur la Suède dans son groupe, et encore, en ayant disputé un match en plus. Dans le groupe C, la finale se jouera en Suède le 15 octobre pour la revanche d’un match dingue qui avait vu une Allemagne menant 4-0 à l’heure de jeu se faire rejoindre sur le fil à l’Olympiastadion de Berlin (score final 4-4). Une telle remontée laisse des traces dans les esprits et il est légitime de penser que Joachim Löw va faire tout ce qu’il faut pour motiver ses troupes après la Zlatanisation qu’elles ont subi au mois d’octobre dernier.

On peut prévoir que la rencontre sera spectaculaire entre une Allemagne beaucoup plus technique qu’elle ne le fût par le passé et une France plus tactique que jamais, preuve que Didier Deschamps n’a pas passé autant d’années en Italie pour rien.

Dans l’optique du match contre l’Espagne, il y a fort à parier que les Bleus joueront avec cinq milieux de terrain et une seule pointe, cette option ayant parfaitement marché tant face à l’Espagne que face à l’Italie,  la composition pouvant d’ailleurs ressembler à LLoris ; Debuchy Koscielny Sakho Evra en défense ; Matuidi  Cabaye Valbuena Menez Ribery au milieu et Giroud devant.

Pour l’Allemagne, difficile de faire une composition tant les forfaits sont nombreux. Schweinsteiger, Reus, Götze, Klose et Bender sont en effet pratiquement certains de ne pas pouvoir jouer le match mais, Löw ayant des réserves, pas de souci à se faire pour lui. En tout état de cause, le sélectionneur allemand pourra compter sur le renfort d’Angela Merkel qui a confirmé sa présence dans les tribunes ce soir.

Après un nul qui ressemblait fort à une victoire en Espagne et une victoire en Italie, l’Allemagne ferait un superbe trophée sur le tableau de chasse des Tricolores version Deschamps. Ces trois équipes ne sont elles pas en effet ce qui se fait de mieux en Europe aujourd’hui ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Hugo from Caracas - 06/02/2013 - 11:54 - Signaler un abus @Philippe

    Ne pensez-vous pas que la défense allemande soit trop lourde ? J'ai beaucoup de mal avec Mertersacker que je trouve pataud et je n'arrive pas à m'enthousiasmer pour Hummels. En gros, je pense que c'est un adversaire bien adapté au jeu français car en plus c'est une équipe très joueuse. Je regrette juste l'absence de Reus qui illumine la Bundesliga chaque weekend. Sinon côté français, j'espère une belle rentrée de Romain Alessandrini qui m'étonne réellement pour sa première saison en L1.

  • Par Philippe David - 06/02/2013 - 19:29 - Signaler un abus @Hugo

    Comme disait un duo célèbre de commentateurs: "c'est pas la sécurité sociale" et c'est bien le cas pour la défense allemande dont j'avais décrit les déboires lors de la 1/2 finale de l'Euro face à l'Italie dans ce papier http://www.atlantico.fr/decryptage/euro-2012-comment-italie-est-passee-catennaccio-defensif-au-foot-champagne-victoire-face-allemagne-404509.html Pour Alessandrini qui met des buts "papinesques", ce serait une très bonne pour lui d'en mettre un au cas où il rentrerait en jeu ;-)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe David

Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.

Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux éditions de l'Ixcéa, qui retrace les deux premières années de présidence Sarkozy et  "De la rupture aux impostures", Editions du Banc d'Arguin (9 avril 2012). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€