Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Forte hausse des agressions gratuites : Comment la France est devenue ce chaudron de pulsions de violence non maîtrisées

Les désordres viennent du fait que nous avons à la fois un refus de l’autorité parentale et un régime politique de liberté.

Ensauvagement

Publié le
Forte hausse des agressions gratuites : Comment la France est devenue ce chaudron de pulsions de violence non maîtrisées

Selon une enquête publiée par le Figaro ce 13 février, 777 agressions de type "violence gratuite" (violences non crapuleuses c'est à dire non commises dans le but de voler)  auraient lieu en France chaque jour, soit 283.631  infractions déclarées (+3.4% sur un an) sur l'ensemble de l'année 2017, traduisant une "impulsivité et une agressivité grandissantes" dans le pays. Comment en sommes-nous arrivés à une telle banalisation de tels actes ? Quels sont les paramètres pouvant ici entrer en jeu, de l'éducation au rapport à l'autorité, ou de la gestion de la frustration ?

Vous savez, il faudrait d’abord abandonner la croyance rousseauiste, et admettre que l’homme n’est pas bon par nature ! Je veux dire que la tendance naturelle et instinctive d’un jeune (surtout d’un jeune garçon), c’est de taper quand il n’obtient pas ce qu’il veut. Seule l’éducation suscite la tolérance, la douceur, la politesse. L’éducation apprend à individu, entr’autres, à gouverner ses frustrations : elle lui met dans la tête qu’il ne peut pas tout avoir tout de suite, et qu’il doit s’en accommoder. L’individu ordinaire, l’humain de tous les temps depuis Cromagnon, a besoin d’une autorité pour apprendre à se gouverner, et cette autorité se compose d’un couple parental. Les études sociologiques se sont succédé depuis trente ans, aux Etats-Unis et ailleurs, montrant une corrélation (à l’ampleur discutée) entre la délinquance et la famille monoparentale. Dans les cultures où le père est absent (sociétés sans père, sociétés polygames), il y a une autocratie politique, parce que les individus n’ont pas été éduqués à la liberté. Je veux dire que si on veut supprimer les pères dans les maisons, il faut alors instaurer la police dans les lycées. Les désordres dont vous parlez viennent du fait que nous avons à la fois un refus de l’autorité parentale (et surtout du père), et un régime politique de liberté. Les deux sont inconciliables. Si nous voulons une société de citoyens, respectueux les uns des autres (et non une autocratie qui bastonne le moindre fauteur de troubles), il faut une éducation soignée dans les maisons, une éducation à la liberté. 

 

Quelle part de responsabilité peut-on attribuer à la crise politique que peut traverser le pays, entre absence de confiance dans l'avenir, la notion de bien commun ou du "vivre ensemble", la diversité, ou encore une forme de rejet vis à vis d'une société perçue par certains comme inégalitaire ? 

Il y a certainement en France une révolte, compréhensible, devant cette rupture entre le discours et la réalité. Evidemment tout le monde a droit à tout – oui seulement tout se dégrade ! Par exemple, tous ont droit à l’université, mais finalement les diplômes ne valent plus grand chose, et ceux qui trouvent du travail sont les jeunes éduqués – ce qui dépend uniquement de la famille. Il est insupportable d’entendre ce discours de l’égalité, au moment où les inégalités se creusent de plus en plus. A des individus dont beaucoup n’ont pas appris à gérer leurs frustrations, pour couronner le tout les gouvernements viennent dire : « vous avez droit à tout, quoique vous fassiez », et comme c’est un discours idéologique et irréalisable, cela ne produit que la révolte. Il vaudrait mieux être exigeant, dire que tout se mérite.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 15/02/2018 - 08:29 - Signaler un abus Scène ordinaire dans un bus parisien

    Des "jeunes" issus de la diversité encapuchonnés, prisonniers volontaires d'un look de banlieue perçu à tort ou à raison comme agressif, qui se hurlent dessus. Malgré leur complicité on sent que la violence affleure, prête à exploser à la moindre frustration, surtout chez les filles, surexcitées en permanence, s'insultant à qui mieux mieux. Leur chance d'être embauchés: 0, ou alors par un patron suicidaire.

  • Par tubixray - 15/02/2018 - 08:59 - Signaler un abus Merci mai 68, merci mai 1981

    En supprimant la présidence de G. Pompidou et N. Sarkozy on parvient à 50 années de gauchisme, d'immigration massive et de laisser aller "sociétal" .... Les fossoyeurs de la France sont au nombre de 4 et l'avenir nous dira si l'homme de gauche,qui fait semblant de ne plus l'être, à la tête de l'état sera le cinquième !

  • Par vangog - 15/02/2018 - 09:14 - Signaler un abus C’est quoi une « agression gratuite »?...

    C’est une agression non payée de justice...Bon Ben! Démission de la Ministre de la justice socialiste! Ça semble évident, non?...

  • Par MIMINE 95 - 15/02/2018 - 09:51 - Signaler un abus L'autorité du père ......

    très bien , encore faut il que ces derniers acceptent de exercer, car j'en connais beaucoup autour de moi qui préfère laisser le "rôle répressif" à la mère et conserver pour eux ... "des instants sympas avec les mômes". L'autorité doit être exercé par les DEUX parents qui ont à la fois le devoir de se soutenir dans ce rôle délicat mais aussi la responsabilité de savoir écouter l'autre quand leur "l'autorité" dérape vers l'autoritarisme idiot . Difficile aussi, d'exercer son rôle de parent quand les enfants se retrouvent livré à eux mêmes en raison de l'absence de leur(s) parent(s) parti a

  • Par MIMINE 95 - 15/02/2018 - 09:52 - Signaler un abus SUITE

    parti au travail.

  • Par MIMINE 95 - 15/02/2018 - 09:59 - Signaler un abus A Djib

    assez d'accord avec vous. Un certain nombre de jeunes "issus de la

  • Par MIMINE 95 - 15/02/2018 - 10:16 - Signaler un abus A Djib

    assez d'accord avec vous. Un certain nombre de jeunes "issus de la diversité" comme ils disent !! ont une appétence particumière pour monte dans les aïgus à la moindre contrariété, la faute à qui : la faute aux pyromanes de la politique qui ne cessent de leur répéter que la France est raciste, qu'ils sont des victimes et donc que leur agressivité est légitime. La faute au prêcheurs de haine, nombreux dans les quartiers "sensibles", qui excite le sentiment de rejet de ses populations déjà largement perméable aux thèses victimaires grâce aux pyromanes cités plus haut et dont l e seul but et d'obtenirdes gains électoraux. Quant aux filles, cette agressivité est certainement aussi un moyen pour elle de décompresser de l'autocratie machiste qu'elles subissent dans leur famille et dans leurs quartiers.

  • Par Alain Proviste - 15/02/2018 - 10:36 - Signaler un abus PROBLEME D'DUCATION FAMILIALE

    On pourrait aussi parler de ces familles qui élèvent leurs garçons comme des petits coqs qu'il ne faut jamais contrarier et aux caprices desquels il faut toujours céder. Ça donne des adultes incontrôlables qui s'énervent à la première contrariété. Mais c'est là s'engager sur un terrain glissant.

  • Par assougoudrel - 15/02/2018 - 10:44 - Signaler un abus @MIMINE 95

    Entièrement d'accord avec vous concernant l'autorité paternelle. Ma fille aînée est le "shérif" à la maison. Elle a trois ados (le troisième étant son mari) si bien que si la mère demande aux enfants "qui a fait ça"?, ils répondent en cœur :"c'est papa"! (qui a fait la connerie). Et il y en a à foison dans le pays.

  • Par A M A - 15/02/2018 - 11:08 - Signaler un abus Le "pouvoir" cultive et

    Le "pouvoir" cultive et protège la délinquance au détriment des braves gens qui constituent la plus grande partie de la société française. La canaille règne. Elle ne tient qu'en cultivant les antagonismes et les opposition ( parents et enfants, patrons et travailleurs, police et citoyens...). C'est la Cour des Miracles avec son Roi. Comment s'étonner de ce que la pression monte?. Jusqu'à quand pourra t'on contenir l'explosion?

  • Par zelectron - 15/02/2018 - 16:15 - Signaler un abus gomorra, pour avoir de "bons" repères

    la permissivité des lapins crétins qui sont censés nous gouverner et leurs séides obéissants sont peut-être la cause de ce que vous voyez ... adapt. loup & chien La Fontaine.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Chantal Delsol

Chantal Delsol, philosophe, membre de l'Institut, poursuit une oeuvre majeure à la croisée de la métaphysique et du politique. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages aux éditions du Cerf dont "Le Nouvel âge des pères" (2015), "Les pierres d'angles" (2014) et "L'âge de renoncement" (2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€