Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La forme de l’eau" : Incroyable, époustouflant, un chef d'oeuvre

Voilà un film d'une originalité folle et dont la réussite est à la mesure de son ambition. Chapeau !

Atlanti-culture

Publié le
"La forme de l’eau" : Incroyable, époustouflant, un chef d'oeuvre

CINEMA
« La forme de l’eau »
de Guillermo del Toro
 avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins, etc…

RECOMMANDATION : EN PRIORITE

THEME

En1962, en pleine guerre froide, des scientifiques américains déposent  en grand secret dans un  laboratoire gouvernemental, une  étrange et inquiétante créature aquatique (Doug Jones). Pour mieux  l’étudier, ils la rivent, au moyen de courtes  chaînes, dans une étroite piscine et chargent un geôlier sadique ( Michaël Shannon) de la surveiller.

Cette créature en apparence  aussi  monstrueuse qu’agressive et qui ne peut s’exprimer que par grognements, va pourtant émouvoir  quelqu’un, en l’occurrence, quelqu’une,  Elisa,  une  jeune femme de ménage ( Sally Hawkins). Devenue muette à la suite d’un accident, très seule, cette employée va reconnaître en ce monstre amphibie une sorte de double  d’elle-même. Elle et lui sont prisonniers de  leur infirmité, tous les deux vivent confinés, elle, dans un appartement étriqué,  lui dans un bassin d’eau qui ne lui permet aucun mouvement.

 Une histoire d’amour fantastique va se nouer entre ces deux « êtres » là…

Elisa, la belle, va tenter de délivrer « sa » bête, de la rendre à la mer, dont elle vient sûrement. L’opération ne sera pas simple. Ses « patrons » américains vont partir à ses trousses; des espions soviétiques, infiltrés dans le laboratoire, aussi… Cette romance si particulière entre deux êtres liés par leur « différence » va alors prendre les allures d’un  thriller…

POINTS FORTS

Dans ce conte si singulier, si beau, si imaginatif, il est difficile d énumérer les points forts, tant ils  sont nombreux et s’enchevêtrent. On va donc commencer….par le début, par dire que dès ses premières images, ce film vous happe, tant, il est, visuellement, bluffant.  Il s’ouvre par  un long travelling  d’une fluidité incroyable  où l’on va découvrir les principaux personnages de cette histoire, comme s’ils avaient été tournés dans un aquarium géant.

Comme entrée en matière d’un scénario  bâti sur une histoire d’amour  fantastique, on ne pouvait trouver plus beau, plus intrigant.

 Jusqu’à son dernier plan, le film ne se déparera jamais de cette beauté visuelle, éblouissante, même dans ses scènes les plus  « réalistes ».

Guillermo del  Toro avoue qu’il lui a fallu  trois ans pour mettre au point son scénario avec sa complice en écriture, Vanessa Taylor. Mais, quelle réussite ! Car ce conte, tout  fantastique  et onirique  qu’il soit, parvient à rester ancré dans la réalité, celle de l’Amérique des années 60. On y voit défiler une foultitude de gens très différents, des sans-grades privés de parole à des scientifiques arrogants, en passant par des espions sans pitié, des militaires ivres de leur pouvoir et des artistes engloutis  sous la déferlante  du modernisme et du  libéralisme.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Poncet pour Culture-Tops

Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€