Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Formation professionnelle : du big bang annoncé à l’étatisation et à la complexification programmées par Muriel Pénicaud

Muriel Pénicaud a dévoilé lundi son plan de réforme pour la formation professionnelle, le serpent de mer pour tous les gouvernements qui se succèdent. On avait cru à un peu de libéralisation. On assiste à une étatisation. Dommage.

Usine à gaz

Publié le
Formation professionnelle : du big bang annoncé à l’étatisation et à la complexification programmées par Muriel Pénicaud

S’agissant de la formation professionnelle, sujet ésotérique par excellence, Muriel Pénicaud avait déjà renoncé, dès l’automne, à toucher au vrai problème de l’opacité: celui de la distinction mystérieuse entre apprentissage et professionnalisation, à laquelle personne ne comprend rien.

Ce mystère est d’autant mieux entretenu qu’il permettait à tout le monde d’aller à la gamelle : les établissements d’enseignement initial avec la taxe d’apprentissage, et les partenaires sociaux avec la contribution obligatoire à la professionnalisation.

Pour compenser sa timidité, vérifiée également sur la réforme de l’assurance-chômage, Muriel Pénicaud avait annoncé un big bang sur la formation professionnelle. Celui-ci était supposé avoir lieu ce matin. En fait, c’est plutôt à la naissance d’un trou noir qu’on a assisté: celui d’une étatisation grandissante de la formation professionnelle. 

Pénicaud crée une nouvelle obligation pour les entreprises

Officiellement, Muriel Pénicaud a pris une première mesure neutre pour les entreprises: elle a transformé les crédits d’heures de formation des salariés en crédits monnayables (500 euros par an plafonné à 5.000 euros). Jusqu’ici, les partenaires sociaux avaient toujours refusé de mener ce genre d’opération, pour une raison simple: la monétisation suppose un provisionnement dans les comptes, qui va coûter cher aux entreprises. 

Par exemple, une entreprise qui procède au licenciement de 1.000 salariés qui n’auraient pas liquidé leurs droits à formation pendant trois ans devrait provisionner 1,5 millions d’euros supplémentaires. Ce petit détail, bien connu des partenaires sociaux, est malheureusement à rebours de la flexibilité souhaitée par le président. D’un côté, on facilite les procédures collectives, de l’autre on les complique. Incorrigible manie réglementante des pouvoirs publics. 

Pénicaud sacrée reine de l’URSSAF

Mais l’innovation prétendument la plus audacieuse de Muriel Pénicaud restera une mesure… d’étatisation particulièrement sanglante: la collecte des contributions obligatoires des entreprises en matière de formation professionnelle par les URSSAF en lieu et place des OPCA, et en même temps que la taxe d’apprentissage.

Concrètement, cette mesure revient à confier aux URSSAF le pouvoir de collecter des contributions qui n’avaient pas acquis jusqu’ici le statut de prélèvements obligatoires au sens constitutionnel du terme. Ceci se fait bien entendu au nom de la simplification, dont on verra tout à l’heure l’ambiguïté.

En soi, la mesure n’est pas choquante. Elle consiste simplement à étatiser un dispositif. Après la bascule définitive du RSI dans le régime général, qui fait les beaux jours de l’URSSAF, voici une nouvelle mission en perspective qui permet de centraliser définitivement entre les mains d’un opérateur contrôlé par l’Etat des opérations qui relevaient jusqu’ici de la transaction privée. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 06/03/2018 - 08:18 - Signaler un abus conservatoire TRAVAIL et EMPLOI....

    sous la responsabilité des fédérations professionnelles, une organisation rigoureuse, efficace, aux RESPONSABILITES .... gilbert perrin

  • Par Poussard Gérard - 06/03/2018 - 09:07 - Signaler un abus Oui étatisation pour tous les domaines

    Idem pour l'assurance chômage car le nazillon gerontophile veut tout gérer. ..et on assiste sans rien dire à la main mise de ces énarques dans tous les domaines. .n'est ce pas de la dictature ?

  • Par Allegro - 06/03/2018 - 09:27 - Signaler un abus 5000 € ?

    Quelqu'un connaît une formation diplomante à ce prix là? On va continuer les cours de macramé... Il manque d'ailleurs un détail. Comme Hollande avec les alloc familiales, tu cotises, t'as peu/pas de droit, tu cotises pas, t'en a plus.

  • Par Citoyen-libre - 06/03/2018 - 10:09 - Signaler un abus 32 milliards !!!

    Il y a les théories et il y a la réalité. Cela fait plus de trente que les syndicats, les Chambres des métiers et des tas d'organismes sortis on ne sait d'où, qui gravitent tout autour cette manne financière, ou chacun se sert allègrement, pour des résultats médiocres . Et si on ajoute ces milliers d'entreprises de pseudo-formation que personne ne contrôle, nous avons un magnifique tableau d'une pseudo-démocratie. Que l'Etat, c'est à dire le contribuable, veuille reprendre en main cette gabegie, c'est un bon début. D'ailleurs qui gueulent le plus, ce sont les syndicats salariés et patronaux. La poule aux oeufs d'or va changer de camps. Espérons en tout cas, qu'ils ne vont pas refiler le paquet cadeau aux régions, en compensation de la taxe d'habitation. Parce que les petits seigneurs s'en lècheraient déjà les babines.

  • Par jurgio - 06/03/2018 - 14:50 - Signaler un abus Un très bon plan de réformes républicaines

    Plus qu'à attendre pour en apprécier le degré de nocivité.

  • Par ajm - 06/03/2018 - 15:41 - Signaler un abus Macrollector.

    Pour ce qui est de collecter des impôt, taxes et contributions en tout genre, l'état Français ou ses annexes comme l'URSSAF sont incroyablement forts. On a une véritable expertise que Macron pourrait essayer de vendre à nos partenaires Européens moyennement un petit commissionnement forfaitaire !

  • Par vangog - 06/03/2018 - 21:53 - Signaler un abus La formation est la tarte à la crème du gauchisme!

    Si les entreprises devaient engager des salariés mal-formes pour les former elles-mêmes, cela leur coûterait un temps fou (en plus des 1,5% de cotisations) que seules peuvent se permettre les grandes entreprises. Dans l’actuelle dynamique de réductions de coûts qui accompagne les concentrations monompolistiqyzs de l’industrie mondialiste, les PME et TPE sont incapables de former leurs salariés. Ce système gauchiste est réservé aux très grossses et riches entreprises. Et la corruption qui l’accompagne en est la preuve concrète...Pénicaud fait une nouvelle opération de vases communicants à tuyaux percés, dont les gauchistes ont le secret, et qui ne résoudra rien...

  • Par gilbert perrin - 07/03/2018 - 08:27 - Signaler un abus conservatoire du TRAVAIL et de l'EMPLOI

    avec de TRAVAILLEURS sans énarques et pragmatiques qui SAVENT ce qu'ils disent ... Gilbert Perrin

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€