Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La forêt amazonienne survivra-t-elle au boom économique brésilien ?

Du 20 au 22 juin se tiendra à Rio de Janeiro une nouvelle Conférence des Nations unies sur le développement durable. Sous fond de tensions entre le lobby environnementaliste et celui de l’agro-industrie, le Brésil doit jongler entre son souci de faire bonne figure sur le plan écologique et son processus inéluctable de développement économique.

Entre deux chaises

Publié le

A quelques jours de l’ouverture du très attendu sommet Rio+20 des Nations Unies sur les développement durable, le débat autour du « Nouveau Code Forestier » brésilien laisse les écologistes et les organisateurs du sommet perplexes quant à l’avenir de la forêt amazonienne.

Après plusieurs années d’âpres négociations et de tensions entre d’un côté le lobby environnementaliste (soutenu par la communauté internationale) et celui – non moins puissant – de l’agro-industrie (rappelons que ce secteur représente près du quart du PIB brésilien), c’est finalement un texte assez largement en faveur de ce dernier qui a été adopté par la chambre des députés en avril dernier.

Le texte prévoyait en effet d’amnistier tous les propriétaires ruraux ayant déforesté jusqu’en juillet 2008 et de réduire très sensiblement les exigences de reboisement, considérées par le tenants de l’agro-business comme « improductives ».

Devant ce nouveau camouflet infligé aux environnementalistes, de nombreux acteurs de la société civile s’étaient mobilisés – notamment à travers les réseaux sociaux – pour exiger de la présidente Dilma Rousseff qu’elle tienne sa promesse électorale et appose son veto présidentiel à cette version de la loi qualifiée de « poison » par les milieux environnementalistes.

Après quinze jours d’interminables discussions, la chef de l’État a finalement fait usage de son précieux droit d’opposition, mais en partie seulement – sur 12 paragraphes-, puisqu’elle a tout de même signé le texte controversé. Et si Dilma Rousseff a remis en question le principe d’amnistie générale, beaucoup considèrent sa signature comme « un retour en arrière écologique » considérable, qui fait tâche à quelques jours de la tenue, à Rio de Janeiro, de la conférence de l’ONU.

C’est d’ailleurs en cette conférence mondiale que les écologistes brésiliens fondent maintenant leurs derniers espoirs.

« Rio+20 pourrait constituer le début d’une nouvelle étape une fois que l’on admettra que l’agro-business brésilien est fondé sur un modèle productif insoutenable à long terme, fondé sur la déforestation et des modes de productions sales. On pourrait imaginer qu’une série de mesures de restrictions et de barrières commerciales soit adoptées afin que le Brésil revoie sa position en ce sens », affirme Kenzo Ferreira spécialiste en politiques publiques de WWF au Brésil.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par texarkana - 04/06/2012 - 10:05 - Signaler un abus A noter : le Brésil est gouverner par les socialistes

    du PT (fondé par Lula Da Silva). Donc si ceux ci échouent à préserver la forêt amazonienne, celà sera un argument en moins ici pour soutenir la gauche, qui se prétend écologiquement plus vertueuse que la droite (à démontrer).

  • Par Momozeel - 04/06/2012 - 10:54 - Signaler un abus Un code "agricole"

    L'ancienne ministre de l'écologie de Lula, Marina Silva, candidate du parti vert aux dernières présidentielles (où elle a réalisé 20% au premier tour), a récemment qualifié dans la presse ce nouveau code "forestier", de "code agricole" pour montrer combien ce texte reste largement en faveur du lobby de l'agro-industrie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eliott Mourier

Eliott Mourier est doctorant-moniteur en sciences politique à l'Institut des Hautes Etudes de l' Amérique Latine (HEAL) de l'Université Sorbonne-Nouvelle Paris III. Il prépare actuellement une thèse de doctorat sur l'action sociale des organisations religieuses et sur les rapports Etat - Eglise au Brésil. Il tient depuis juin 2011 le blog  ActuBresil dédié à l'analyse de l'actualité brésilienne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€