Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La fonte des glaces en Arctique se fait désormais au rythme le plus rapide depuis au moins 1500 ans

Les changements climatiques en Arctique s'accélèrent à une vitesse bien supérieure à d'autres endroits de la planète. Un rapport annuel de la NOAA alerte sur l'accélération de la fonte des glaces et l'apparente fin du permafrost. Jeremy Mathis, le directeur de la NOAA a déclaré en conférence de presse : «Les observations de cette année confirment que l'Arctique ne montre aucun signe de retour à l'état congelé de manière fiable ».

L'âge de glace qu'ils disaient...

Publié le
La fonte des glaces en Arctique se fait désormais au rythme le plus rapide depuis au moins 1500 ans

Atlantico : En moins de vingt ans, l'Arctique a perdu 1,6 millions de km2 de glace. Comment expliquer cette accélération manifeste de la fonte des glaces et la fin du permafrost en région Arctique ? Quels sont les risques ?

 


Etendue de la glace de mer (en km²) Copyright : NOAA

 

Étendue mensuelle moyenne de la glace de mer dans l'Arctique entre janvier 1979 et 2018 
(en millions de km&) Copyright: 
NSIDC
 

Nicolas Imbert : Le dérèglement climatique est maintenant constaté depuis plusieurs dizaines d'années. Nous sommes exactement sur la trajectoire la plus haute prévue par les experts du GIEC,  par rapport à nos émissions de carbones actuelles, trop hautes quant aux engagements mondiaux de l’Accord de Paris. De plus, on se rend désormais compte que nous sommes dans une phase extrêmement rapide de la fonte des glaces et que la situation qui était inquiétante jusqu' à il y a trois quatre ans est en train de devenir dramatique.

Ces millions de kilomètres carrés qui fondent sont catastrophiques, non seulement par rapport aux habitats naturels des ours polaires qui ne sont plus en état d'assurer leur survie, mais aussi et surtout par leur impact sur l’activité planctonique, et l’effet révélateur et accélérateur qu’ils jouent dans le dérèglement climatique. Cela signifie également que des surfaces entières sur lesquelles la banquise était homogène, praticable et reflétait le rayonnement solaire, deviennent des magmas de petits glaçons indissociées qui modifient l’albedo – la capacité de réflexion du sol – et bouleverse les écosystèmes locaux. L’explorateur Yvan Bourgnon a été à la rencontre du passage du nord-ouest cet été et a été lui-même impressionné par l'ampleur de cette fonte, et la différence constatée en 30 ans. Son exploit doit nous alerter sur la fragilité de l’Arctique.

Quelles sont les conséquences directes de cette diminution sur le reste de la planète (montée des eaux, risques pour les villes côtières…) ?

Il y a plusieurs enjeux dont la fonte des glaces et l'un des révélateurs.

Mais l'enjeu qui me semble le plus inquiétant et qui va nous impacter dans le court terme, c'est que cette accélération de la fonte des glaces en Arctique, les phénomènes extrêmes de sècheresse et les températures anormales qui ont été constatés sont assez similaire à ce que l'on constate sur la côte atlantique. Nous sommes régulés, dans l'est européen, par un courant qui s'appelle le Gulf Stream dont tout nous porte à croire qu'il s'affaiblit.

Cet affaiblissement ainsi que la fonte des glaces sont deux signes avant-coureurs qui nous font dire que nous sommes sur une pente d'accélération des effets visibles du réchauffement climatique. Il y a une urgence absolue à réduire beaucoup plus fortement nos émissions carbones et il faut le faire avec des moyens qui soient à la hauteur des enjeux. C’est-à-dire, pour la France et l'Europe, sortir de l'électricité, du fossile et du nucléaire. Et enclencher rapidement le virage vers plus d’efficacité énergétique, et des énergies renouvelables plus importantes en nombre et en diversité que ce que l'on voit aujourd'hui. Les pays scandinaves nous montrent que c'est tout à fait possible sur différents types d'échelle. Concrètement, pour atténuer le plus possible tous ces phénomènes, il faut faire tous les trois à quatre ans ce que nous avons réussi à accomplir ces vingt dernières années.

La vulnérabilité du littoral, et les risques pour les villes côtières, sont désormais des préoccupations du quotidien, et notamment en France. Dans le sud de la Bretagne nous pouvons constater que sur un certain nombre de tempêtes d'hiver, il y a eu des reculs de la bande côtière. Des villes comme Dunkerque pourraient avoir 15 à 20% de leurs surfaces submergées si le niveau de la mer montait ne serait-ce que de 20 centimètres. Mais ce n'est rien à côté de ce que l'on constate dans les outre-mer français et les îles du pacifique et de l'océan Indien. Rappelons-nous les inondations et les cyclones dans les Caraïbes qui sont également des effets du dérèglement climatiques. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par siger99 - 22/02/2018 - 09:57 - Signaler un abus Ne vous laissez pas avoir par cet article...

    La glace fond sur les pourtours du Groenland, mais elle continue à se former au centre. Et le gain total semble être positif. Massive Arctic Ice Gain Over The Past Five Years https://realclimatescience.com/2017/09/40-sea-ice-ice-gain-over-the-past-five-years/ Pour mémoire, la glace de l'Artique devait être entierement fondue en 2016 !! ("A Farewell To Ice" https://www.amazon.fr/Farewell-Ice-Report-Arctic/dp/024100943X/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1519289720&sr=8-1&keywords=A+Farewell+To+Ice) Quand au NOAA, ce sont ses données qui fondent: http://www.breitbart.com/big-government/2018/02/20/delingpole-noaa-caught-adjusting-big-freeze-out-of-existence/

  • Par vangog - 22/02/2018 - 10:41 - Signaler un abus En Antarctique, la banquise s’epaissit et s’agrandit

    Pour conclure à une éventuelle montée des eaux (régulièrement depuis la dernière glaciation: quelques mm par an), cet idéologue de la décroissance subventionné par les gogos aurait dû invoquer de multiples facteurs, plutôt que se polariser sur un seul...pas crédible! qu’en dit l’ambassadrice des pôles?...

  • Par Anouman - 22/02/2018 - 19:28 - Signaler un abus Gugusse

    Il faut "sortir de l'électricité, du fossile et du nucléaire." (pour réduire le CO2) Qu'est-ce que ça produit un moulin à vent? Quelles sont les émissions de CO2 d'une centrale? Si certaines villes sont inondées n'est pas une belle opportunité de les reconstruire plus loin et mieux? Pourquoi perdre du temps à interroger un pareil gugusse?

  • Par Borgowrio - 23/02/2018 - 08:51 - Signaler un abus Catastrophisme à la mode , drôle de scientifique

    Incroyable article , simpliste et orienté ... Allez sur le terrain , interrogez les inuits , quand aux ours , ils étaient 5000 en 1950 , ils sont entre 28000 et 30000 ( en cours de comptage ) . Relisez les prévisions du GIEC de 1995 , la montée des eaux prévue en mètres est devenue des centimètres puis aux dernières nouvelles de millimètres . Comment pouvez vous être aussi péremptoire envers des mécanismes climatiques aussi compliqués

  • Par Borgowrio - 23/02/2018 - 09:00 - Signaler un abus Regardez le pedigrée de monsieur Imbert

    Il est promoteur des énergies renouvelables en France , il plaide pour sa chapelle . De ceux qui vont ruiner le pays avec des engins polluants et qui ne seront jamais amortis . Regardez le fiasco de l'éolien en mer . Publicité gratuite , merci Atlantico

  • Par Alain Rousseau - 23/02/2018 - 12:27 - Signaler un abus Alain Rousseau

    Bouvard et Pecuchet.......un nouveau chapitre s’ecrit avec l’ecologie politique....au secours Flaubert!!

  • Par moneo - 24/02/2018 - 10:19 - Signaler un abus @Borgowrio

    vous avez tout compris , faut toujours chercher à qui profite le crime.vite vite des subventions ...mon poste de Directeur doit être financé par les impôts encore et toujours la Pravda à côté était objective

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Imbert

Nicolas Inbert est directeur exécutif de Green Cross France et Territoires.

Co-auteur de l'ouvrage "OCEAN: des clés pour agir " www.desclespouragir.com 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€